AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Albert Bensoussan (Traducteur)
EAN : 9782070351404
432 pages
Gallimard (06/03/2008)
4.07/5   665 notes
Résumé :
Que de tours et de malices chez cette « vilaine fille », toujours et tant aimée par son ami Ricardo, le « bon garçon ». Ils se rencontrent pour la première fois au début des années cinquante, en pleine adolescence, dans l'un des quartiers les plus huppés de Lima, Miraflores. Joyeux, inconscients, ils font partie d'une jeunesse dorée qui se passionne pour les rythmes du mambo et ne connaît d'autre souci que les chagrins d'amour. Rien ne laissait alors deviner que cel... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (106) Voir plus Ajouter une critique
4,07

sur 665 notes

Piatka
  08 novembre 2013
Un bon garçon, une vilaine fille. Un amour improbable dans le style : " Je t'aime moi non plus ! ".
Il est fou amoureux d'elle, il la poursuit sans relâche, elle refuse de s'attacher et préfère partir inlassablement pour suivre des hommes riches.
Une passion qui s'étale sur quarante années, de l'adolescence à l'âge mûr.
Des tours, des détours à travers le monde, de Lima à Paris, mais aussi et surtout des retours imprévus de la vilaine fille qui change de vie comme d'autres changent de voiture.
Franchement : une garce ! Mais il est bien trop gentil aussi ce " bon garçon ", il l'accueille toujours, amoureux comme au premier jour, même quand elle l'a quitté sans préavis et même des années plus tard quand il pense ne jamais la revoir.
Après un début un peu lent ( mon seul bémol ), le rythme s'accélère, les tribulations du tandem, imprévues, cocasses ou tragiques, m'ont finalement emballée. Impossible de lâcher l'intrigue, riche en rebondissements parfois surprenants. La finesse des caractères finit par rendre les personnages crédibles, attachants, presque touchants, avec leurs défauts, leurs erreurs, reflets de la vie somme toute.
Pourtant cette histoire, c'est du pur délire. Mario Vargas Llosa, que je découvre ici, a selon moi un réel talent de conteur, et surtout une écriture limpide et fort agréable. Rien à voir avec un Nobel poussiéreux et inaccessible.
Une belle découverte inattendue, un régal !
Challenge Nobel 4/..


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          777
berni_29
  12 décembre 2021
Me permettez-vous de vous parler de l'histoire d'une femme ? Elle m'a tour à tour envoûté, agacé, puis de nouveau envoûté, puis... Mais au final elle m'a touché... Ne me demandez pas comment elle s'appelle. Elle a changé tant de fois d'identités et même de nationalités... Ce n'est pas étonnant que l'auteur parle alors de tours et détours. Est-ce que cela en fait pour autant une vilaine fille ? D'ailleurs, c'est le narrateur qui la surnomme ainsi.
Je l'ai connu comme le narrateur, dans un quartier huppé de Lima, où adolescente elle fascinait un entourage d'autres adolescents péruviens dont le narrateur Ricardo en dansant de sa belle et frêle silhouette déhanchée sur les rythmes d'un mambo. À cette époque, elle était Lily jeune chilienne qui suscitait la fascination jusqu'à ce que la supercherie soit dévoilée. Tours et détours de la vilaine fille m'a permis de découvrir son auteur, Mario Vargas Llosa, écrivain péruvien et par ailleurs prix Nobel littérature 2010, excusez du peu. Il est même entré tout récemment à L Académie Française, mais oui j'ai bien dit à L Académie Française. D'ailleurs il est fort possible que ce récit possède une part d'autobiographie, je n'en serai pas étonné. Une large partie du récit se déroule à Paris, dans un Paris existentialiste, où le narrateur occupe un modeste emploi de traducteur pour une institution.
Je vous invite donc à venir vous promener dans les tours et détours de cette vilaine fille dont l'histoire est étroitement liée à celle du narrateur, celui que la vilaine fille appelle avec tendresse et moquerie « mon bon garçon ».
C'est un itinéraire semé d'hésitations. Comme l'hésitation est belle lorsqu'elle se mêle à l'art.
Le lecteur que nous sommes voit gros comme une maison comment cette vilaine fille joue avec le coeur du narrateur comme un chat joue avec une souris. Elle s'en va le jetant comme une vieille chaussette, comme un enfant se lasse d'un jouet, puis revient plus tard alors que le coeur du narrateur est à peine consolé, réparé, remis en marche...
Elle fut tour à tour « la petite chilienne » dansant le mambo, puis une farouche guérillera dans la Cuba de Castro, puis plus tard l'épouse d'un diplomate à Paris, ou encore une richissime aristocrate de Londres. Bon, j'arrête là, je sens que je vous donne déjà le tournis.
Ricardo l'aime, l'aime plus que tout, la perd quand il s'y attend le moins, la pleure, lui pardonne tout, la perd pour mieux la pleurer, la perd pour mieux la retrouver, la perd peut-être pour mieux la regretter afin de toujours l'aimer.
Malheureusement, il a un gros défaut aux yeux de cette vilaine fille : il est pauvre comme Job.
Elle est insaisissable, inconstante, s'ennuie à mourir à la seule idée du bonheur. Lima, Cuba, Paris, Londres, Madrid, Tokyo... C'est sûr qu'avec une fille pareille, le lecteur voyage... Mais elle voyage toujours sans Ricardo, car lorsqu'elle voyage c'est parce qu'elle a quitté Ricardo pour s'en éloigner au plus loin.
Tours et détours de la vilaine fille est la géographie d'un amour fou.
Mais pourquoi cette vilaine fille a-t-elle autant la bougeotte ? Son addiction, c'est le mensonge, c'est l'argent, c'est le sexe... C'est sans doute tout cela à la fois, elle ment comme elle respire, changeant d'identité comme elle change de robe, fuyant au plus vite comme à chaque fois lorsque la supercherie est dévoilée...
Elle revient toujours à son port d'attache qui est le coeur de Ricardo ou plutôt son corps. Mais alors, l'aime-t-elle ? Disons qu'il y a du « Je t'aime moi non plus » dans cette histoire.
J'ai adoré ce roman aux mille et une facettes, qui est l'histoire d'une obsession amoureuse, d'une abnégation, tantôt tribulations comiques, tantôt récit tragique, tantôt conte érotique, Mario Vargas Llosa en merveilleux conteur sait jouer avec nos émotions et nous montrer tous les versants d'un amour passionné qui ne renonce jamais...
♬ Je t'aime, je t'aime
Oh oui, je t'aime
Moi non plus ♬
Oh, mon amour
♬ Comme la vague irrésolue
Je vais, je vais et je viens
Entre tes reins ♬
Je vais et je viens
♬ Entre tes reins
Et je me retiens ♬
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6211
sandrine57
  19 janvier 2019
Orphelin élevé par sa tante dans le quartier chic de Miraflores à Lima, Ricardo tombe irrémédiablement amoureux de Lily, une petite chilienne délurée qui n'a que faire de l'adolescent transi et préfère ne pas s'attacher. Dix ans plus tard, alors qu'il est installé à Paris, son coeur bat pour Arlette, une guérillera péruvienne en transit en France avant d'aller se former à la révolution à Cuba. Plus tard, c'est l'élégante Madame Arnoux, l'épouse d'un diplomate français, qui lui tourne la tête avant de se faire la belle avec un autre homme et les économies de son mari. Traducteur et interprète pour l'ONU, Ricardo est amené à voyager à travers l'Europe et en Angleterre, il s'éprend de Mrs Richardson, la femme d'un aristocrate anglais éleveur de chevaux. Quand elle aussi finit par disparaître, il jette son dévolu sur Kuriko, la maîtresse soumise d'un yakuza japonais, croisée à Tokyo. le brave Ricardo serait-il un coeur d'artichaut ? Que nenni ! Ricardo est un ''bon garçon'', un amoureux fidèle toute sa vie épris de la même femme, une ''vilaine fille'' qui change d'identité comme de robe, qui refuse son romantisme, ses ''cucuteries'', ses demandes en mariages, toujours à la recherche d'un meilleur parti, d'une meilleure situation. Pourtant, le bon garçon n'aime pas en vain la vilaine fille. Elle l'aime aussi, à sa façon cruelle, se servant de lui, lui mentant, le trahissant, le quittant, lui brisant le coeur à chaque fois un peu plus.
L'histoire d'amour improbable et passionnelle entre un interprète un peu terne et une croqueuse de diamants frivole. Mais ce ne sont là que les apparences. Derrière la vie plate et routinière de Ricardo se cache un homme capable de grandes choses par amour : traverser le globe, s'endetter, soutenir, souffrir, pleurer et la vilaine fille n'est pas que mépris et traîtrise, elle sait aussi se faire tendre, enjôleuse, amoureuse. le lien qui les unit, tissé pendant leur adolescence péruvienne, se tend et se détend mais jamais ne lâche, même si la vilaine fille s'en défend, même quand le bon garçon veut tourner la page. Mais Mario Vargas Llosa ne se contente pas de raconter l'amour, il inscrit aussi son histoire dans la grande Histoire et en profite pour évoquer en vrac la révolution cubaine, les guérillas en Amérique Latine, la situation politique et économique du Pérou, le sida, mais aussi des sujets plus légers comme le mouvement hippy londonien. C'est aussi le roman de la solitude de l'exilé, ce déraciné qui n'est jamais tout à fait d'ici et plus totalement d'ailleurs.
Un bien beau roman, drôle et émouvant, porté par deux héros étonnants entraînés dans une histoire d'amour rocambolesque et entourés de personnages secondaires hauts en couleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          660
Gwen21
  20 juillet 2021
Tout l'art de l'écrivain ne réside-t-il pas dans son talent à nous rendre attachant un personnage détestable ? C'est ce que je suis portée à croire après ma lecture de "Tours et détours de la vilaine fille" de Mario Vargas Llosa. Car "la vilaine fille" dont le titre fait mention est bien la femme la plus détestable qui se puisse trouver.
Pourtant, c'est un amour sans limites ni frontières que lui voue Ricardo, le héros du roman. Depuis leurs dix ans, il s'évertue à en être éperdument amoureux malgré les épreuves, les mystères, les tromperies et les séparations. Jouet quelque peu naïf de cette femme fatale à la vénalité assumée, Ricardo pourra sembler faible et émasculé aux lecteurs blasés mais un monstre de romantisme aux autres. Car ce que nous décrit l'auteur sur près de cinq cent pages, c'est bien une histoire d'amour terrible et épique, érotique et romanesque, aux mille et uns "tours et détours", ou devrais-je dire "retours" au nid de la dulcinée volage.
Mario Vargas Llosa narre dans ce roman mature les amours difficiles, douloureuses et cependant belles de ces deux êtres qui pendant plus de quarante ans vont se poursuivre voire se pourchasser. C'est un roman qui joue avec nos nerfs et les paradoxes : tour à tour âpre, cruel, licencieux, il se mue en quelques pages en somme de tendresse, en fidélité et en courage.
L'exercice de style vaut lui aussi le détour, l'auteur nous emporte à travers le monde entier, de Lima à Tokyo en passant par Paris, Londres, Madrid et Lagos. L'écriture est superbe et si le rythme se fait parfois un peu bancal, la fascination narrative en triomphe sans mal.
Challenge Nobel
Challenge MULTI-DEFIS 2021
Challenge des 50 objets 2021
Challenge ATOUT PRIX 2021
Challenge COEUR d'ARTICHAUT 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
gonewiththegreen
  15 février 2020
Ricardito est un adolescent vivant dans un quartier huppé de Lima au début des années 50. II rêve déjà de Paris mais va être bouleversé par Lily, une jeune fille qu'il croise au cours de soirée et qui lui résiste.
Quelques années plus tard, alors qu'il vit à Paris , le destin place Lily à nouveau sur route.
Ce roman raconte le chassé croisé de deux êtres dont les curseurs de l'amour n'ont pas été synchronisés. lui est fou amoureux , rêve d'une vie tranquille.Elle, c'est la grandeur qui l'attire , l'argent, s'élever socialement.
Le titre du livre nous indique que rien ne sera simple mais l'auteur nous captive magistralement par l'histoire de ces deux vies (de 15 à plus de 50 ans). Il le fait avec des toiles de fond bien différentes : le Paris des années soixante et la nouvelle vague, Londres des 70's et le mouvement Hippies , le Japon à l'érotisme nébuleux . le Pérou et sa mutation , la mise en place de la guérilla sont évoqués.
On est alors emporté par le tourbillon de cette saga, magistralement servie par une écriture sans faille, efficace qui laisse une grande place aux sentiments et amène le lecteur , en tous les cas celui que je suis, à s'interroger sur l'idéal de la vie , jusqu'où peut nous amener l'amour, jusqu'où peut on aller pour l'être aimé ?
Comme sans doute chez beaucoup de grands écrivains, les personnages sont très proprement établis,si bien qu'en ouvrant le livre , on a le sentiment de venir retrouver de vieilles connaissances dont on connait la vie mais aussi la façon de réagir. On s'attache, on vibre , on jalouse , on se surprend à lâcher des "t'es trop con " ou "Tu ne devrais pas ".
On pourrait mentionner quelques longueurs mais qui s'avèrent au final peu dérangeantes.
Une belle lecture , sur les turbulences de l'amour , la passion , la folie.Mais aussi un cliché rapide d'un monde qui déplace ses curseurs et ses exigences
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5611

Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   16 novembre 2013
- C'est ce que tu veux faire de ta vie ? Rien que cela ? Tous ceux qui viennent à Paris aspirent à devenir peintres, écrivains, musiciens, acteurs, metteurs en scène, à faire un doctorat ou la révolution. Et toi tu veux seulement cela, vivre à Paris ? Je ne l'ai jamais encaissé, mon vieux, je dois te le dire.
- Je sais bien, mais c'est la pure vérité, Paul. Petit, je disais que je voulais être diplomate, mais c'était seulement pour qu'on m'envoie à Paris. C'est ce que je veux : vivre ici. Cela te semble peu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
PiatkaPiatka   17 novembre 2013
Bien qu'on dise que seuls les imbéciles sont heureux, j'avoue que je me sentais heureux. Partager mes jours et mes nuits avec la vilaine fille remplissait ma vie. Malgré ses gestes tendres, en comparaison de son attitude glaciale d'autrefois, elle était parvenue, en effet, à me faire vivre dans l'inquiétude, avec l'appréhension qu'un beau jour, et de la façon la plus inattendue, elle recommencerait et s'évanouirait dans la nature sans me dire adieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
SachenkaSachenka   20 décembre 2015
- Ton gagne-pain est en danger, me prévint-il. Un traducteur littéraire qui aspire à devenir écrivain, c'est dire qu'il sera, presque toujours, un plumitif frustré. Quelqu'un qui ne se résignera jamais à disparaitre dans son métier, comme nous le faisons, nous, en bons interprètes. Ne renonce pas à ta condition d'individu inexistant, mon cher, à moins que tu ne veuilles finir clochard.
Commenter  J’apprécie          200
AllantversAllantvers   21 janvier 2020
Elle dormait, en me tournant le dos. Elle semblait très jeune et fragile, avec ce petit corps de fillette, maintenant apaisé, à peine agité par une respiration légère et espacée. Personne, à la voir ainsi, n'aurait imaginé la vie difficile qu'elle avait du mener depuis sa naissance. J'essayais d'imaginer l'enfance qu'elle avait eue, pauvre dans cet enfer qu'est le Pérou pour les pauvres, et son adolescence peut-être pire encore, le mille tracas, sacrifices, compromissions et concessions qu'elle avait du faire au Pérou, à Cuba, pour s'en tirer et arriver là où elle était. Et combien elle était devenue dure et froide à devoir se défendre bec et ongles contre l'infortune, et passer par tous ces lits pour ne pas être abattue sur ce champ de bataille qu'était sa vie. J'éprouvais une immense tendresse pour elle. J'étais sûr que l'aimerais toujours, pour mon bonheur et aussi pour mon malheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Gwen21Gwen21   14 juillet 2021
{Après 1968}

Les mœurs devinrent plus libres mais, du point de vue culturel, avec la disparition de toute une illustre génération – Mauriac, Camus, Sartre, Aron, Merleau-Ponty, Malraux –, ces années connurent une discrète décrue culturelle où, au lieu d’être des créateurs, les maîtres à penser devinrent des critiques, d’abord structuralistes, à la manière de Michel Foucault et de Roland Barthes, puis déconstructivistes, type Gilles Deleuze et Jacques Derrida, aux rhétoriques aussi pédantes ou ésotériques, chaque fois plus isolés dans leurs cabales de dévots et éloignés du grand public, dont la vie culturelle, en raison de cette évolution, devint de plus en plus banale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103

Videos de Mario Vargas Llosa (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mario Vargas Llosa
Temps sauvages
autres livres classés : littérature péruvienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
331 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre