AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290304557
Éditeur : J'ai Lu (24/10/2000)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.91/5 (sur 1046 notes)
Résumé :
Ex-flic, Louis Kehlweiler découvre par hasard un petit os humain dans un excrément de chien.
Il note les habitudes de chaque promeneur de chien du secteur tandis que Vandoosler, son jeune archiviste, épluche les journaux pour déceler la moindre mort suspecte.
Leurs recoupements finissent par les conduire à Port-Nicolas, village perdu de la côte du Finistère, où la vieille Marie a chuté d'une falaise deux semaines auparavant.
La gendarmerie avait... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
palamede
16 juillet 2017
Toujours à la recherche d'indices improbables, l'ancien flic Louis Kehlweiler - un bel homme à condition de le regarder de près et de face - tombe sur un os. Pas n'importe lequel ni n'importe où, puisqu'il s'agit d'un os humain qu'il découvre dans une crotte de chien sous la grille d'un arbre de la place de la Contrescarpe. Une histoire abracadabrantesque qui va conduire Louis jusqu'en Bretagne, dans le Finistère exactement, à la recherche d'un chien bouffeur d'orteils.
Malgré mon désir de faire une pause dans la lecture des romans de Fred Vargas, j'ai craqué en découvrant celui-là à l'occasion d'un rangement. Et je ne le regrette pas, car dans cet opus Fred Vargas a su se renouveler en mettant en pause le commissaire Adamsberg et son adjoint Danglard au profit d'une galerie de personnages tout aussi charismatiques. Personnages décalés qui constituent souvent, avec les dialogues d'anthologie, toute la saveur des romans de l'auteure archéologue, plus encore peut-être que l'ambiance particulière de ses intrigues tirées par les cheveux. Un excellent moment de lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          575
Rebus
06 septembre 2015
Un nouvel héros vient de faire son apparition dans l'oeuvre de Fred Vargas : Louis,ou Ludwig, Kehlweiler, né en 1945 d'une mère française et d'un père allemand, ancien du ministère de l'intérieur, toujours à l'affût du grain de sable.
Et ce grain de sable prend la forme d'un petit bout d'os, retrouvé dans des déjections canines. Ce serait sans conséquence si ce n'est que ce petit bout d'os est humain. Louis n'a plus qu'une idée en tête : retrouver à qui il appartient.

Ce que j'aime quand je lis un roman de Fred Vargas, c'est la surprise : l'enquête est souvent farfelue et originale, les personnages atypiques, les dialogues pleins de verve.
On se laisse emmener avec plaisir dans les méandres de l'enquête et on se délecte des échanges entre les personnages.
Un lecture très plaisante.
Commenter  J’apprécie          210
Folfaerie
20 juillet 2013
Sans vouloir paraitre infidèle à Jean-Baptiste Adamsberg, je dois bien avouer que Louis Kehlweiler suscite grandement mon intérêt. Voire ma sympathie.
Ce grand gaillard de 50 ans, fraichement débarqué par le Ministère de l'Intérieur, mais toujours à son affaire, trimballe un passé douloureux, un crapaud nommé Buffo et des intuitions fulgurantes. Un peu comme son pote Adamsberg qui a laissé sa place de commissaire dans le 5ème à un abruti. Que Louis va très vite agacer; Comme une mouche.
Il doit y avoir de la mouche en lui puisqu'il est capable de relever une piste rien qu'avec un bout d'os humain trouvé dans une crotte de chien !
Et cette invraisemblable trouvaille va le mener de Paris à la Bretagne, dans une petite localité où la vie n'est pas un long fleuve tranquille.
A Paris, il laisse son amie Marthe, une ancienne prostituée dont les conseils et avis, balancés d'une façon toute parisienne, valent leur pesant d'or. Mais il emmène dans son sillage, bon gré mal gré, deux anciennes connaissances, croisées dans une autre enquête d'Adamsberg : Marc le médiéviste et Matthias, le chasseur d'Aurochs, qui partagent la même maison que Lucien, le spécialiste de la Grande Guerre et le parrain de Marc, Vandoosler, ex-flic viré pour avoir laissé fuir un meurtrier.
Des gars bien utiles (malgré l'apparente inutilité de leurs spécialités respectives...) quand on enquête sur le meurtre d'une petite vieille.
Voilà, du polar comme je l'aime avec plein de personnages déjantés et plus vrais que nature, pas de glauque et de sanguinolent, de l'humour et des réparties qui font mouche (quand je disais que c'est une histoire de mouches...) avec un nouveau venu dont je vais suivre les drôles de méthode avec grand plaisir, j'en suis certaine...
Lien : http://lectures-au-coin-du-f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Philemont
17 juin 2014
Cinquième roman de Fred VARGAS, Un peu plus loin sur la droite est l'occasion de retrouver deux des « évangélistes», lesquels épaulent un nouveau personnage dans la bibliographie de l'auteure. Ce dernier est Louis Kehlweiler, ancien inspecteur du Ministère de l'Intérieur, doté d'un caractère si iconoclaste qu'il ne peut vivre qu'accompagné de son fidèle... crapaud. C'est par ailleurs un fervent admirateur du commissaire Adamsberg, auquel il fait subrepticement référence dans le récit.
Dans ce roman Kehlweiler découvre un os humain dans une déjection canine place de la Contrescarpe dans le 5ème arrondissement parisien. Intrigué, puis bientôt obsédé, il mène son enquête et se retrouve très vite dans un petit port breton où il confronte sa logique aiguë à une communauté provinciale plus ou moins accueillante.
Comme d'habitude avec VARGAS, l'intérêt de l'intrigue doit être maintenu au second plan par rapport à une galerie de personnages hauts en couleur. Et comme la plupart du temps avec elle la recette fait mouche puisque c'est avec un plaisir non dissimulé que l'on suit l'évolution de tous ces caractères dans une ambiance, tant provinciale que parisienne, fort réussie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Poccampe
13 septembre 2013
De Fred Vargas, j'ai lu de nombreux romans. Et je ne m'en lasse pas ! Un peu plus loin sur la droite ne déroge pas à la règle.
Pour le coup, vous ne trouverez pas l'éternel Adamsberg, mais Louis-Ludwig Kehlweiler, et son animal de compagnie, un crapaud nommé Buffo. Louis est un ancien inspecteur du ministère, fraîchement renvoyé de son poste. Il continue de mener des enquêtes de son côté, "à bord" de bancs parisiens qu'il utilise comme observatoire. Jusqu'au jour où il trouve un petit os, et décide de trouver à qui il appartenait, et se met à chercher un cadavre, en Bretagne, et de fait, son meurtrier.
De son ancien poste, il conserve des archives conséquentes et minutieuses, qui lui serve pour ses enquêtes. Il conserve également son réseau d'indicateurs, au cas où...
Encore une fois, Fred Vargas nous tient en haleine tout le long de son récit, nous surprenant encore. Elle donne à ses personnages des traits de caractères intéressants, les rendant très humains et attachants, bourrés de petites manies.
L'enquête est menée dans un petit village, où tout le monde se connaît. Cela pose une atmosphère de doutes, et fait l'effet d'une sorte de huis clos, où finalement, tout le monde pourrait bien être le coupable.
Envie d'un policier ? N'hésitez pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations & extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Milka2bMilka2b06 août 2013
Donc, prenons une mouche. La mouche est entrée dans la maison et elle énerve tout le monde. Des tonnes de battements d'ailes à la seconde. C'est fortiche, une mouche, mais ça énerve. Ça vole dans tous les sens, ça marche au plafond sans trucage, ça se fout partout là où il ne faut pas, et surtout, ça trouve la moindre goutte de miel égarée. L'emmerdeuse publique.
Exactement comme lui. Il trouvait du miel là où tout le monde pensait avoir bien nettoyé, n'avoir pas laissé de trace. Du miel ou de la merde, bien sûr, pour une mouche tout se vaut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ChrystaalleChrystaalle04 avril 2012
Marc regrettait il aurait du rester dans le XIIIème siècle dans la barraque dans la chambre dans Paris. Le Goth mérovingien était cinglé. Néanmoins, il essaya de prendre un air dangereux. S'il avait été un homme ça aurait été facile comme tout, et justement il était un homme ça tombait bien.
Kelhweiler secoua la tête.
- Pense à quelqechose de moche, insista t il.Je ne te parle pas de bouffe ou de crapaud, quelque chose à grande échelle
-Le massacre des Albigeois par Simon de Montfort?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
palamedepalamede14 juillet 2017
- Puisque je te tiens, coule en Russie, en deux lettres ?
- L'Ob, Marthe, l'Ob, nom de Dieu, soupira Louis. Fais-le tatouer sur ta main et qu'on n'en parle plus.
Commenter  J’apprécie          254
fredhofredho05 février 2016
Marthe tourna la tête vers Kehlweiler. Ce type, c'était un ruban à mouches. Toutes les informations venaient lui coller dessus sans qu'il ait lever le petit doigt. C'était un gars comme ça, tout le monde venait lui raconter ses salades. C'était infernal, à la longue.
Commenter  J’apprécie          140
crapettecrapette07 juillet 2017
Dans cette eau-là des milliers de gens avaient dû venir tremper leurs malheurs, réclamer des soins, réclamer des amours réclamer des enfants, ourdir des vengeances. Après des siècles ça fait de l' eau très chargée... Mais en Bretagne et près d'un calvaire, c'était évident, faut pas prendre les gens pour des cons, le dernier des imbéciles sait reconnaître une fontaine miraculeuse quand c'en est une.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Fred Vargas (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fred Vargas
Deux ans après « Temps glaciaires », qui avait obtenu le Prix Landerneau du polar en 2015, Fred Vargas revient avec « Quand sort la recluse », nouvelle aventure du commissaire Jean-Baptiste Adamsberg. Dans son journal, baptisé « Une très légère oscillation », Sylvain Tesson rassemble ses pensées sur le monde, ses aphorismes et quelques réflexions intimes. Patrice Franceschi, explorateur, lauréat du prix Goncourt de la nouvelle en 2015, préface « L'Aventure, le choix d'une vie ». Également sur le plateau, Laetitia Colombani, qui signe avec « La tresse » son premier roman. Rencontre à New-York avec l'écrivain culte Jay McInerney, auteur d'un nouvel ouvrage, « Les jours enfuis ».
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Fred Vargas

Au fait, Fred Vargas, c'est...

Un homme
Une femme

10 questions
444 lecteurs ont répondu
Thème : Fred VargasCréer un quiz sur ce livre
. .