AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791020905581
300 pages
Éditeur : Les liens qui libèrent (11/10/2017)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 25 notes)
Résumé :
C’était en janvier 2015 : à peine a-t-il été nommé ministre des Finances de la Grèce que Yanis Varoufakis déclenche une des ba­tailles les plus spectaculaires et les plus controversées de l’histoire récente en cherchant à renégocier les rapports entre son pays et l’Union européenne. En dépit du soutien exceptionnel de la population grecque et de la logique imparable de ses arguments, il s’est heurté à un mur et a provoqué l’ire des élites politiques, financières et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  11 novembre 2019
6 juillet 2015, Yanis Varoufakis le charismatique et populaire ministre des finances du gouvernement Tsipras rentre chez lui épuisé, il vient de démissionner. Depuis janvier de cette même année il a mené une âpre mais vaine bataille. Il était chargé de négocier la dette publique grecque auprès des ministres des finances de l'Eurogroupe et de la redoutable Troïka qui réunit des fonctionnaires de l'Union Européenne, de la Banque Centrale Européenne et du FMI.
Un impossible combat pour le ministre d'un pays exsangue au bord de l'agonie. Négociations interminables, jeu de dupes, hypocrisie et l'éternelle loi du marché qui régit le monde.
La politique et l'économie internationale pour les nuls. le récit autobiographique de Yanis Varouflakis réussit à rendre simple et assez captivant des “conversations entre adultes”, titre français du livre, pour nous décrire de manière très didactique l'emprisonnement d'un pays livré aux mains de froids négociateurs.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          355
Derfuchs
  29 septembre 2020
Ce récit raconte de façon implacable la totale incohérence de l'Union européenne pour l'un de ses membres. C'est la famille qui claque la porte au nez au plus faible de ses enfants. A celui qui a besoin de compréhension, de soutien et de défense. Incroyable!
Incroyable est bien le mot que les grecs, le premier ministre Tsipras, lui et son parti, Syriza, qui porte tout l'espoir d'un peuple, qui a cru en lui, au renouveau, diront tout au long de ce cheminement, de cette bagarre avec ou contre les instances européennes et le FMI.
Alors au bout de 5 mois sans avoir réussi à infléchir la Troïka (Eurogroupe, FMI et Union européenne) Varoufakis de fourberie en tromperie démissionnera.
Fini l'espoir, retour sur terre, refus des superbes, de ces implacables ministres sans écoutes ni mains tendues à ceux qui demandent non pas qu'on efface l'ardoise mais un peu de temps supplémentaire pour laisser souffler les petits, ceux qui sont en bas de l'échelle.
Varoufakis est un économiste hors pair, un de ceux qu'on écoute, qui enseigne cette science dans des universités de renom. Mais ce n'est pas un politicien alors que les autres ministre de U.E sont des politiciens avant tout.
Le titre "Adults in the room" a été prononcé, lors d'une réunion de l'Eurogroupe, par Mme Lagarde qui répondait à l'absence de sérieux des présents.
On l'aura compris j'ai beaucoup aimé ce récit, ce témoignage, ce vécu et je comprends tout à fait la déception de l'auteur devant ce mur, cette porte fermée à triple tour émanant des gouvernements de plus forts, notamment de l'Allemagne.
Varoufakis enseigne actuellement aux USA.
Evidemment ce n'est pas du Proust ou du Flaubert mais qu'importe le style, le récit, lui, est on ne peut plus prenant.
C'est un livre que je conseille ainsi que le film éponyme de Costa Gavras.

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
amartia
  17 avril 2018
L'élection d'Alexis Tsipras avait fait naître en Grèce le fol espoir d'une sortie de la crise. Or après six mois de lutte acharnée dans le cadre des institutions européennes, il a bel et bien signé un troisième Memorandum, reniant ainsi les engagements qu'il avait pris et qui l'avaient fait élire.
La déception d'abord, la colère suite à l'application de mesures d'austérité encore plus sévères et le sentiment que tout cela ne mène à rien, font que dans les conversations quotidiennes, Tsipras est traité de traître. Cela me choquait, car j'avais l'impression qu'il n'avait pas pu faire autrement et que la faute en revenait principalement à l'Europe et à son intransigeance, sans pour autant pouvoir mieux argumenter que le fameux "c'est de leur faute".
Et bien ce livre de Varoufakis lève le voile sur ce qui s'est passé pendant ces six mois, non seulement dans le cadre des "négociations" avec la Troïka mais aussi au sein même du gouvernement grec et du parti Syriza.

En tant que ministre des finances, Varoufakis a été au coeur des tractations et c'est par le menu, quasiment jour après jour, qu'il relate les faits et les dire de tous les participants à ce qui, malheureusement pour le peuple grec, n'était pas un jeu.
Et c'est ainsi que l'on apprend, de la bouche-même de Christine Lagarde :
"Bien sûr, vous avez raison, Yanis. Les objectifs sur lesquels ils insistent ne peuvent pas fonctionner. Mais comprenez bien que nous avons trop investi dans ce plan. Nous ne pouvons pas reculer. Votre crédibilité dépend de votre accord et de votre participation à ce plan.
Et voilà. La directrice du FMI venait d'expliquer au ministre des Finances d'un gouvernement en pleine faillite que les politiques imposées à son pays ne pouvaient pas fonctionner. Elle ne disait pas qu'il était difficile de faire en sorte qu'elles marchent, ni que la probabilité qu'elles marchent était faible. Non, elle reconnaissait que, quoiqu'il arrive, elles ne pouvaient pas fonctionner."
Et pourtant, Varoufakis avait dès le début de son engagement auprès de Tsipras, un plan de "sortie de la Grèce de sa prison pour dettes" qui était selon lui l'objectif le plus important, ce qui fit l'obje, au sein du gouvernement, d'un pacte en cinq points et qui plus est l'engagement qu'aucun autre Mémorandum ne serait signé, "même s'ils nous menacent du Grexit".
Six mois après ce qui s'apparente à un thriller politique et économique, Alexis Tsipras montre de découragement, et semble de plus en plus sous la pression de forces internes et externes au parti. Varoufakis veut croire jusqu'au bout qu'il tiendra bon, mais il sent bien que malgré le Non du référendum, Alexis ne tiendra pas face à la menace du Grexit, il démissionne.
C'est un livre édifiant sur la duplicité des hommes politiques de tout bord mais surtout sur la fragilité de la démocratie face aux puissance financières et un appel à redonner un sens commun à cette Europe.
Même si certains mécanismes économiques me restent encore un peu compliqués, c'est un livre plus politique qu'économique et il me semble que chaque citoyen européen devrait le lire. Il est grand temps que les populations se réapproprient cet outil.
Lien : https://meslecturesintantane..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
cakoo
  19 avril 2020
Six mois d'histoire du ministre des finances de Tsipras. J'ai énormément aimé le mélange de politique, d'affaires financières, de contexte grec et de considérations humaines. L'équilibre de l'ouvrage est vraiment habile. (Pour l'anecdote, je me suis ensuite précipité sur le web pour découvrir les photos de la veste de cuir devant le 10 Downing Street.) L'écriture est riche, érudite. Il y a la genèse de l'investissement de Varoufakis puis c'est un journal, au jour le jour, alors bon forcément, vu l'acharnement des différents protagonistes sur la longueur, on a un sentiment de répétition avec certains arguments qui reviennent souvent. Cela ne m'a qu'à peine gêné. Une frustration quand même, je ne suis pas certain d'avoir pleinement cerné le rôle et les raisons que Varoufakis attribue à Tsipras pour la fin de l'histoire. L'ambition personnelle est-elle la clef ? Je n'ai pas eu la sensation que le livre en fasse explicitement l'analyse complète, peut-être est-ce à dessein pour laisser le lecteur faire son chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LEFRANCOIS
  20 janvier 2019
En entrant de plain pied dans les négociations entre la BCE, le FMI, la troïka européenne (non élue), et le ministre des finances grec Yanis Varoufakis on constate qu'il n'y a pas de négociation possible. La raison n'a pas cours; seuls les rapports de force imposent leurs solutions fussent-elles stupides. Varoufakis appelle cela le renflouistan.
Les financiers ou plutôt les comptables européens peuvent mettre à nu les grecs (ou les espagnols, les italiens et peut être demain les français), ils s'en fichent. Ils vivent dans un monde parallèle, avec ses règles, ses processus, ses connexions. Restons impitoyables et dépouillons-les, c'est pour leur bien ! Leur doctrine c'est : la démocratie est un luxe que l'on octroie aux créanciers mais que l'on refuse aux débiteurs.
Le livre est facile à lire même si les explications des prêts/dettes/renflouements/bons du trésor etc, et leurs mécanismes restent assez obscurs pour le profane.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
HardivillerHardiviller   20 janvier 2018
EXTRAIT DE LA PRÉFACE :

En acceptant le poste de ministre des finances de la Grèce ..... J'ai été directement témoin des circonstances particulières et des causes immédiates de la chute de l'Europe dans un bourbier dont il risque de ne pas sortir avant très, très longtemps .
Voilà ce que raconte cet ouvrage . Que ce sont les secrets d’alcôve qui mettent en scène les grands de ce monde : Angela Merkel , Mario Draghi , Wolfgang Schäuble , Christine Lagarde , Emmanuel Macron , Georges Osborne et Barack Obama .........
Peu après la répression sans pitié de la rébellion de 2015 en Grèce .... le parti de gauche espagnol " Podemos " a perdu de son élan : ses électeurs potentiels ont sans doute eu peur de subir notre propre sort et de se retrouver entre les mains d'une Union Européenne féroce ......
L'histoire que vous allez lire n'est pas seulement le symbole de ce que L'Europe , la Grande Bretagne et les Etats-unis sont en train de devenir . Elle propose des aperçus sur la fracturations de nos systèmes politiques et de nos économies sociales ......
Chaque personnalité mises en scène dans ses pages pensait peut-être agir comme il le fallait , mais leurs actions ont produit un malheur à échelle continentale .....
Un jour Christine Lagarde ( FMI ) a déclaré , éxaspérée : " Si nous voulons surmonter ce drame , il faudrait qu'il y ait des adultes dans la salle " . Elle avait raison ......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
EtoilesonoreEtoilesonore   14 décembre 2018
Ma plus grande crainte, maintenant que j'ai annoncé que je me lançais dans la course, est de me transformer en homme politique. pour avoir un antidote au virus, j'ai décidé d'écrire une lettre de démission que je garderai au fond de ma poche prêt à la remettre dès que je sentirai que je n'aurai plus les moyens d'être fidèle à mon engagement: préférer la vérité au pouvoir. Le 25 janvier, avant de me joindre à la foule en liesse et de me rendre au QG de Syriza avec Danaé, j'ai vérifié que ma lettre était bien dans ma poche, et à partir de ce dimanche-là, je l'ai toujours gardée sur moi, partout, au palais Maximou, au ministère, à l'Eurogroupe, dans le bureau de Wolfgang Schaüble... Sa présence me consolait et me procurait un sentiment de liberté, mais comme toutes les libertés, celle-ci avait un prix: mes adversaires les plus perspicaces l'ont parfaitement perçue et me détestaient d'autant plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EtoilesonoreEtoilesonore   27 novembre 2018
Chaque fois qu'un dirigeant politique dans le secret accorde une exclusivité à un journaliste en échange d'une info qui sert son intérêt, le journaliste est inclus, même à son insu, dans un réseau d'insiders. Chaque fois qu'un journaliste refuse de biaiser sa présentation des faits pour favoriser un politicien, il prend le risque de se priver d'une source d'information importante et d'être exclus de ce réseau. C'est ainsi que des réseaux de pouvoir contrôlent le flux de l'information: en cooptant ceux qui n'en sont pas et en excluant ceux qui refusent de jouer le jeu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DerfuchsDerfuchs   03 septembre 2020
Pour tous ceux qui ont soif de compromis, mais préféreraient être broyés que finir compromis.
Commenter  J’apprécie          90
LEFRANCOISLEFRANCOIS   20 janvier 2019
"L'austérité sert à légitimer les transferts de richesse de ceux qui n'ont rien vers ceux qui ont tout".
C'est une politique économique fondée sur un moralisme immoral (c'est moi qui l'ajoute)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Yanis Varoufakis (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yanis Varoufakis
Le cinéma est politique : conversation Costa Gavras-Yanis Varoufakis
autres livres classés : économieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox