AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781020903687
Éditeur : Les liens qui libèrent (13/04/2016)

Note moyenne : 4.39/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Voici le grand livre de Yanis Varoufakis. Dans cet ouvrage essentiel, il revient sur les négociations qu'il a menées pendant de longs mois pour résoudre la crise de la dette grecque. Mais c'est à une analyse des causes profondes de cette dernière que l'économiste se livre avec brio. En décryptant les dessous de la construction européenne, il montre comment ses instances qui devaient favoriser l'émancipation des peuples se sont finalement retrouvées responsables de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
accro2livres
  03 février 2017
Qui mieux que l ancien ministre des finances grec pourra vous parler du scandale de la dette grecque et de ce qui menace de faire imploser l union Européenne.
Yannis Varoufakis commence l histoire de la dette grecque a la fin de la seconde guerre mondiale, les américains entraient a peine dans les camps de concentration pour en libérer les prisonniers, qu à Bretton-Woods les économistes de notre planète se mettaient d accord pour gérer un système d échanges monétaires qui permettrait de souder les uns aux autres les économies occidentales. La suite vous la découvrirez ici, et vous serez effarés...
En lus Mr Varoufakis a un reel talent pour raconter ça !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2017
Comme la dette d’une personne est l’actif d’une autre, le déficit d’un pays est l’excédent d’un autre. Dans un monde asymétrique, l’argent qu’amassent les économies excédentaires en vendant aux économies déficitaires plus qu’elles ne leur achètent s’accumule dans leurs banques, mais celles-ci sont tentées d’en prêter elles-mêmes une grande partie aux pays ou régions déficitaires : les taux d’intérêt y sont toujours plus élevés puisque l’argent y est plus rare. Les banques contribuent ainsi à maintenir un semblant d’équilibre aux époques de prospérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2017
Quand la monnaie d’un pays en déficit s’échange à un taux immuable avec celles de ses partenaires commerciaux en excédent, sa valeur internationale est fixe. Cela paraît excellent à qui vit dans ce pays et possède de grandes quantités de sa devise. Mais c’est terrible pour l’immense majorité de sa population, qui en détient peu. Une fois l’enchaînement des faillites enclenché, les revenus vont forcément s’effondrer, alors que les dettes privées et publiques à l’égard des banques étrangères vont rester les mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2017
L’âge d’or de l’Europe a commencé à s’estomper dès que l’excédent américain a disparu. L’essor des exportations industrielles allemandes et japonaises, que les États-Unis avaient soutenues par divers moyens, a conduit leurs deux protégés, l’Allemagne et le Japon, à accumuler leurs propres excédents. Et puisque l’excédent d’une économie est le déficit d’une autre, les excédents allemand et japonais se sont constitués aux dépens des États-Unis, qui se souciaient davantage de stabiliser en permanence l’économie mondiale que de préserver leur propre surplus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2017
Le paradoxe d’une monnaie commune qui divise est au cœur de cet ouvrage. Pour le rendre intelligible, et comprendre ainsi pourquoi le récit des cigales et des fourmis, des renflouements et de l’austérité, est entièrement faux, il nous faudra d’abord examiner les racines historiques de l’euro : dans l’ordre instauré en Europe après la Seconde Guerre mondiale, avec la conférence de Bretton Woods de juillet 1944, où a été forgée la structure économique du continent ; et dans l’effondrement de cette structure, avec le « choc Nixon » de 1971.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   01 juin 2017
L’atout maître de De Gaulle était sa vision grandiose d’une Europe « de l’Atlantique à l’Oural ». Elle était séduisante pour de très nombreux Européens : ils partageaient le désir d’éloigner la menace nucléaire qui planait sur leur continent – notamment après la crise des missiles de Cuba en octobre de l’année précédente – et l’espoir de lever le rideau de fer qui le coupait en deux si brutalement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Yanis Varoufakis (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yanis Varoufakis
Le cinéma est politique : conversation Costa Gavras-Yanis Varoufakis
autres livres classés : économieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
38 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre