AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791096535286
172 pages
Éditeur : Marest Éditeur (26/05/2020)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
« Interpréter, c’est jouer avec les images, comme on dit jouer avec les mots. Mais jouer avec les mots, comme dit Godard, c’est encore du langage. Jouer avec les images, c’est encore en créer afin peut-être d’aider à mieux les comprendre. »

Où en est la critique de cinéma ? Évaluer son statut en milieu universitaire fournit-il un élément de réponse ? Défendre la critique de création, est-ce encore un vœu pieu face à l’objectivité scientifique et journ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
AnneVacquant
  08 juillet 2020
Livre reçu dans le cadre de l'opération « Masse Critique ».
Je recommande de lire ce livre en prenant son temps, sachant que c'est une mine d'analyses qu'il s'agit d'extraire soigneusement et que la langue utilisée est soutenue. L'auteur nous fait partager son analyse et ses arguments avec conviction.
Pour faire le plus court possible (sans reproduire le livre ni lasser le lecteur), on peut dire que l'enjeu du livre de D. Vasse consiste à mettre en lumière l'opposition entre la critique universitaire sur le cinéma via l'enseignement et sa plus grande rivale : la cinéphilie, ainsi qu'entre différents courants de la critique cinématographique, qu'elle soit imprimée ou en ligne.
D'un côté, l'université s'impose comme le chantre du jugement argumenté. de l'autre côté, la critique est souvent présentée comme une agence de cotation.
L'achoppement se produit à différents niveaux et les dichotomies se multiplient.
Pour tenter de conclure brièvement: tout manichéisme peut être écarté et l'hospitalité entre les domaines (d'où le titre de cet ouvrage) doit amener à « L'art d'aimer » le cinéma (Jean Douchet). Un faux débat produisant une compétition stérile, David Vasse prône un « partage d'intelligences » (p 40).
Réunissant dans un processus à trois niveaux le créateur, le critique et le spectateur, la critique doit représenter un « cogito phénoménologique » (Barthes), soit : une vision du monde.
Et le monde d'aujourd'hui doit faire face à « des vents contraires » (p 163).
Plus sur anne.vacquant.free.fr/av/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
willydelaunay
  06 juillet 2020
Un ouvrage petit par la taille mais grand par les idées qu'il développe et la manière dont il les expose.
L'auteur aborde de nombreuses thématiques qui tournent autour de la notion de "critique" (de cinéma, presque exclusivement, avec quelques incursions du côté de la littérature) sans jamais perdre le lecteur. David Vasse connait parfaitement son sujet, prend énormément de plaisir à en parler et il transmet sa passion grâce à une forme limpide, un plan clair et lisible qui ne nous fait jamais perdre le fil de sa pensée. L'intention du texte est bien définie, dès le début, et, lorsqu'on repose le livre, on a très envie de se (re)découvrir certains films cités, de (re)lire des textes de certains critiques mentionnés, de tenir entre ses mains certaines revues évoquées dans cet ouvrage qui m'a fait profondément repenser le rôle de la critique de cinéma, ses apports, ses limites, ses perspectives.
Cerise sur le gâteau : si la langue est belle, elle n'est pas jargonneuse et l'auteur aborde un sujet complexe sans prendre le lecteur de haut, en rendant son livre parfaitement accessible à tous.
En bref, Critique et Université - Les lois de l'hospitalité est un ouvrage passionnant et très instructif, écrit par un passionné, qui transmet son savoir avec beaucoup d'envie et de pédagogie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AnneVacquantAnneVacquant   08 juillet 2020
Le jugement indistinct (j'aime/j'aime pas), le jugement diacritique (privilégier la singularité de l'oeuvre à travers l'auteur) et l'attitude axiomatique qui se penche sur les effets qu'un film soumet à la pensée pour aboutir à la production d'idées sur la création de ces effets. (Josée Moure)
Commenter  J’apprécie          00
AnneVacquantAnneVacquant   08 juillet 2020
Telle est l'humble tâche du critique, pour laquelle il lui faut être un peu artiste - un artiste sans oeuvre. Il doit détecter cette chose mystérieuse dans le tumulte ambiant: le passage de la beauté." (Jean Collet)
Commenter  J’apprécie          00
AnneVacquantAnneVacquant   08 juillet 2020
L'oeuvre contient des "signifiés implicites", probablement révélateurs du "projet existentiel de l'auteur". (Roland Barthes)
Commenter  J’apprécie          00
AnneVacquantAnneVacquant   08 juillet 2020
Comparer, c'est ce qui donne à penser.
Commenter  J’apprécie          20
AnneVacquantAnneVacquant   08 juillet 2020
L'image pénètre notre anima (la pensée imageante) qui génère à son tour d'autres images (...)
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de David Vasse (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5684 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre