AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266309899
368 pages
Éditeur : Pocket (01/04/2021)
3.83/5   39 notes
Résumé :
Brillant programmeur à la vision politique acérée, pour les pionniers du web, Aaron Swartz est un génie, pour les progressistes un sauveur, pour les autorités américaines, l'homme à broyer.
Internet, miroir aux alouettes dans lequel l'humanité se noiera, doit rester un outil de contrôle des populations. Il faut arrêter Aaron. Pris en tenaille sur Lee Street, il tombe de vélo, se retrouve couché sur le capot, mains dans le dos, ferré comme un criminel.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 39 notes
5
6 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Fleitour
  20 décembre 2020
Ce pur chef d'oeuvre de lucidité et d'intelligence, dévoile les clés de l'émergence de notre nouveau monde, celui d'internet. Flore Vasseur restitue une vision de l'univers numérisé qui patine entre corruption et liberté. Les corrompus se gavent, les voraces se trumpétisent, les idéalistes se fracassent.
Le numérique a divisé la planète en deux, un zéro pointé pour tous les handicapés du clavier, un 1000 fois plus pour ceux qui parlent en octets.
L'internet devait être le savoir pour tous, et la liberté de circulation des idéaux. le Web est devenu un zoo pour des monstres au doux noms de Apple.
Dans ce livre «  ce qu'il reste de nos rêves » Flore Vasseur, éclaire d'un ton inouï ce que nous devrions savoir d'essentiel de ceux qui se sont acharnés à faire du web un capital humain.
"L'ennemi est à l'intérieur. L'agent a pris le pouvoir. Il donne l'accès, l'accès créé l'influence, l'influence dicte la décision. Personne, au sens moral, de peut résister aux montants en présence. Tout être humain explose, page 40".

Derrière, Julian Assange, Kurt Cobain, Larry Lessig, Edward Snowdown et Tim Berners-lee le créateur du Web se cache à jamais l'Icone dont nos allons tout découvrir, tout aimer à défaut de le comprendre AARON SWARTZ,

Pour Flore Vasseur parlait de AARON SWARTZ , ce n'est pas seulement un devoir historique, mais un devoir de mémoire. L'outil Internet est aussi un outil de destruction, non seulement par la remise en cause de nombreux emplois, mais la remise en cause de la nature humaine de ce qui fait notre capacité de comprendre, de dialoguer et d'aimer. En cela, Magnifiquement Flore Vasseur nous démontre que le jeune garçon au sourire ravageur, à l'intelligence époustouflante, voulait faire de cet outil un outil au service de l'homme de tous les hommes à commencer par les handicapés du Web.

Si vous êtes un peu déprimé, n'y allez pas, pourtant ce livre est plus léger qu'un parfum de magnolia, plus enivrant qu'un château Petrus, plus pétillant qu'un champagne. Tout semble simple limpide, dans les yeux de ce gamin au sourire si contagieux.
Sauter sur un si beau sourire, c'est toujours porteur d'espoir, sauf ce jour fatal où il est resté pendu à ce vide sidéral, ce 11 janvier 2013 à 26 ans.

Ce livre restera un livre hors norme, et deviendra un terrible pamphlet contre le mandat d'Obama. Comment l'administration démocrate a-t-elle pu s'aveugler à ce point, et La procureur Carmen Ortiz. cette portoricaine a-elle pu se trans former en « sorcière (page 18) , cette diplômée exceptionnelle la 1ère femme hispanique à atteindre cette fonction.

"Bien avant l'investiture. Obama a mal choisi son équipe de transition. Il s'est entouré de personnes pour lesquelles toute régulation des finances était un désastre. Au fond, dès le départ, il a refusé de lâcher Wall-Street , en page 40."
"Le 11 janvier 2013 Tim Berners-lee le créateur du Web écrit sur Twitter, oiseau de mauvais augure, page 25 :
Aaron est mort
vagabonds du monde
un sage avisé a disparu
Hackers de la bonne cause,
l'un des nôtre est tombé
Parents nous avons perdu un enfant.
Tous, pleurons."
En 2011 Aaron avait évoqué l'ampleur de la surveillance de masse des États-Unis sur sa population et celle de ses alliés. En 2013 dans une chambre d'hôtel à Hong Kong, Édouard Snowden transmet les preuves.
Snowden a renoncé à sa vie non à ses idées. Édouard Snowden devient traître à sa nation poursuivi pour espionnage. Page 37
Le procès intenté à Monsieur Swartz est un échec grotesque, l'ombre distordue et perverse d'une justice pour laquelle il s'est battu à en mourir.

Carmen Ortiz n'a pas encore compris celui qu'elle accuse. Quand le NSA, le FBI, le MIT
espionnent, y compris les européens, le prévenu a des idées étranges le partage et la gratuité.
Il consomme peu, ne se conforme à rien, efface ses traces, un anticapitaliste ne peut être un vrai américain encore un anarchiste se targue Ortiz.

J'ai aimé ce fou, cet idéaliste, cette énigme, qui ne passa aucun diplôme. Il est dans mon palais des princes des marées, comme Bobby Sands ou Louis lachenal, ou Marie Curie... Il plane dans ma mémoire comme le jour où à 13 ans il participe à la mise en place des flux RSS.
"Son esprit est là, moins seul déjà."
Merci Flore pour ce magnifique cadeau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
egare
  27 février 2020
D'abord dire que j'ai lu deux précédents romans de Flore Vasseur (Une fille à New York, Comment j'ai liquidé le siècle), que son parcours de créatrice de start-up à New York à activiste engagée pour la libre circulation des idées (entre autres) me paraît significatif, rare (hein les traders et tant d'autres du paraître), de la recherche du pouvoir, de l'argent à la recherche du sens, à l'exercice de la liberté et de la responsabilité, que son documentaire Meeting Snowden mérite la diffusion la plus large (Arte a permis sa mise en ligne sur you tube, en lien en bas d'article).
Lire ce road trip en plein mouvement des gilets jaunes n'est pas anodin. Avec ce récit où on croise Tim Berners-Lee, Julian Assange, Larry Lessig, Edward Snowden, Jimmy Wales et où on suit les traces, réalisations-créations, héritages de Aaron Swartz, on est au coeur d'internet, des enjeux de cet outil (internet doit-il être libre, en libre accès, en open source ? internet doit-il être sous contrôle ? internet est-il un instrument au service des pouvoirs politiques, financiers ? un instrument de contrôle des esprits et consciences ? un instrument de profits considérables pour les GAFA et les majors ?), on est au coeur des batailles tantôt feutrées, tantôt frontales qui opposent pouvoirs politiques (USA, Russie, Chine...), grandes firmes (les géant du web et des plateformes : Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, Netflix, Tesla, Uber, Airbnb, Twitter, Yahoo, Lindekin), les internautes, les citoyens, les activistes et les hackers.
Tout tourne autour du droit d'auteur, du copyright. (Lire mon article sur Internet, un séisme dans la culture de Marc le Glatin, en lien en bas de l'article). Si je mets en ligne sur you tube une vidéo de vacances ou une vidéo créative parce que je maîtrise bien "final cut pro", je cesse d'être propriétaire de ma vidéo. Quiconque peut la regarder, la télécharger, la pirater, la faire passer pour sienne, je ne perçois aucun droit d'auteur ni de you tube ni du lecteur. Pour un livre, le lecteur le paie une fois à l'achat, le lit autant de fois qu'il veut (en général, il ne le finit pas), le passer à ses amies (les femmes lisent plus que les hommes, passer un livre, c'est un beau geste). Aaron Swartz a été un des plus ardents combattants pour l'accès libre à tout ce qui est mis, doit être mis sur internet, en particulier les articles scientifiques des programmes de recherches commandés par les agences gouvernementales et financés par l'argent public (d'où son écriture du Manifeste de la guérilla pour le libre accès, traduit dans 25 langues et aussi le téléchargement qu'il pensait normal de millions d'articles stockés au MIT qui lui valut arrestation et poursuite par le gouvernement d'Obama en la personne de la procureure des États-Unis Carmen Ortiz = 35 ans de prison, 1 million de dollars d'amende). Depuis le suicide de Aaron Swartz, la kazakhe (menacée, poursuivie) Alexandra Elbayan a libéré l'accès à plus de 70 millions de publications scientifiques via la plateforme Sci-Hub.
Ce roman nous fait aussi découvrir certaines universités américaines et grands lycées américains. Stanford, Harvard, le MIT. le moins qu'on puisse dire c'est que ces universités sont les pompes aspirantes des jeunes intelligences créatives, qu'elles savent les formater c'est-à-dire  mettre le pouvoir créateur de cette jeunesse (souvent à fric, études très chères) au service des donateurs, fournisseurs de commandes, GAFA, gouvernement, multinationales (le grand-père d'Aaron, William, a été un des donateurs importants de Pugwash, l'association des scientifiques pour le désarmement nucléaire). Quelques dissidents résistent à ce formatage, deviennent différents. Ce fut le cas de Aaron dont le parcours n'a rien de rectiligne, c'est un parcours fait de ruptures (il quitte Stanford en cours de scolarité...), de grands écarts (de la richesse à la pauvreté choisie, aucun goût de luxe, une grande humilité).

Chacun d'entre nous doit se demander à quoi il joue quand il recherche via Google, quand il se raconte sur FB, quand il tweete des commentaires (Donald Trump est le roi du tweet provocateur, du buzz avec boules puantes). Ces outils ne sont pas innocents, ils nous tracent, ils servent à la fabrication des algorithmes qui nous cernent pour fabriquer des messages appropriés à nos "attentes" (les sites de rencontres qui fonctionnent très bien, de manière visible donnent une idée de comment fonctionnent les marketeurs, fabricants de "tendances" à partir des données qu'ils récupèrent. Donc, par exemple, travailler sous creative commons (une invention de Aaron), c'est "maîtriser" ses droits sur ses oeuvres (1,4 milliard d'oeuvres sont aujourd'hui répertoriés en creative commons). Choisir Linux, un logiciel libre, c'est pas être choisi par Apple. Choisir FB ou framasphère ? gmail.com ou tutanota.com ? dailymotion ou vimeo ?  Choisir Lilo, Qwant, Ecosia ? Comment protéger nos données, sécuriser nos boîtes mails, empêcher la traçabilité de nos recherches ? C'est le cas maintenant des recherches qu'on fait sur Wikipédia de Jimmy Wales. Elles ne sont plus traçables. Pour les oeuvres entrées dans le domaine public, la BNF avec l'Europe a lancé sa propre numérisation "contre" la bibliothèque numérique de Google books. Wikisource recueille les oeuvres libres de droits. Tim Berners-Lee, l'inventeur du web a lancé le 1° octobre 2018, Solid, nouveau web dans lequel l'internaute garde la propriété et le contrôle de ses données personnelles.
Mes usages d'internet sont pensés. Je ne me livre pas sur FB, j'en retire "mes" posts tous les 3 jours, ce sont des posts en lien avec le monde, peu de like, peu de commentaires, une voix dans le désert. Mes 3 blogs sont des lieux de partage et de réflexion, articles, notes de lecture. Là aussi, écho limité. Je ne fais guère d'efforts pour augmenter l'audience, un peu moins voix dans le désert. le Journal d'un égaré a été construit à partir de 45 articles de blog, ce qui signifie que ce sont des articles pouvant tenir un peu dans le temps.
Je pense que notre culture en ce qui concerne internet est trop, très rudimentaire. Se rend-on compte qu'Obama gagne la présidentielle américaine grâce à une armée de followers qui ont harcelé de messages les électeurs des états clefs. Trump a fait de même. Là, survient l'épisode des trolls russes qui piratent les adresses de millions d'électeurs sur FB (qui a dévissé en Bourse) pour les fourguer à Donald Trump. On a vu chez nous, les trolls de la manifestation pour tous de la Frigide Barjot faire remonter en tête des revendications des GJ, l'abrogation de la loi sur le mariage pour tous. Je ne parle pas des cyber-attaques venues d'états, d'activistes, de hackers genre anonymous ou wikileaks. Les lanceurs d'alerte paient le prix fort, Julian Assange, Bradley Manning, Edgard Snowden, Denis Robert, Stéphanie Gibaud...
Je choisis de donner des exemples pour inciter à faire un usage citoyen, responsable de ce roman. Il se lit comme un thriller, écriture sèche, des fois deux mots pour une phrase, des formules qui claquent. Très documenté, accompagné de rencontres avec les parents, les frères, les professeurs, les génies du droit constitutionnel ou d'internet, traversant des paysages contrastés (des quartiers chics de Highland Park au métro new yorkais = sacré voyage au pays soi-disant de la liberté, de l'american way of life que moi je vois comme l'american way of death, la mal-bouffe notamment, les shoots aux amphétamines fabriqués en masse par Big pharma ou le syndrome VICA), par des moyens variés, l'avion, le greyhound puant, la marche, avec des apartés où Flore Vasseur s'évoque, ce roman est comme un roman initiatique. Difficile, impossible de saisir Aaron dans sa complexité, avec ses angoisses, ses peurs, ses diarrhées, ses coups de génie, ses inventions, son assurance, ses valeurs, ses choix éthiques et politiques.
Mais les désillusions qui jalonnent son parcours de météore peuvent nous permettre de voir où nos efforts doivent porter. La bataille qu'il mène contre la loi de censure d'internet, Sopa, loi qui veut criminaliser les téléchargeurs soi-disant illégaux d'oeuvres que se sont appropriés les majors d'Hollywood, voulue par Obama, en créant un outil d'appels et d'e-mails automatiques (3 millions d'e-mails et 14 millions d'appels au Congrès, asphyxié, pétition de 7 millions de signatures sur le bureau du Prez) montre la puissance des internautes mobilisés. Wikipédia et d'autres sites font écran noir quand on fait une recherche. Obama annule le vote de la loi. Je me suis mis à rêver d'écrans devenant noirs les soirs de débats à la télé grâce à des anonymous bien intentionnés.
La veille de son suicide, il parle de son projet Victory Kit, une boîte à outils pour créer en quelques clics, de façon totalement sécurisée, encryptée, l'arsenal numérique d'une mobilisation citoyenne. Mais lui, le partageur, ce soir-là, ne donne pas à Taren Stinebrickner-Kauffman (la créatrice de la star-up SumofUs, SommedesNous, la chercheuse de l'algorithme éthique permettant de retrouver l'intérêt général), la clé sur laquelle se trouve le code de ce projet. Pensons aux grands sites pétitionnaires Aavaz, Change. Ils sont peut-être dans l'esprit du Victory Kit d'Aaron.
De quoi est-il revenu ? Lui qui a été millionnaire en dollars à 19 ans avec la vente du site qu'il a construit, Reddit, il en est revenu de l'illusion d'une constitution soucieuse d'éthique, (la loi n'est pas l'éthique, celle-ci est affaire de responsabilité personnelle, non inscrite, obligée par la loi; l'application de la loi par la bureaucratie d'état est inhumaine - lire Kafka, la bureaucratie a aujourd'hui un nom: la médiocratie), il en est revenu de l'illusion d'un usage libre d'internet favorisant la diffusion des connaissances; les géants du web en font et en favorisent des usages cyniques et de profits (la pornographie, la pédophilie sont des créneaux rentables, sex-tape, revenge-porns). Dans les deux cas, constitution, pouvoir constituant des citoyens, internet libre, c'est le rapport de forces qui tranchera, entre les gens d'en bas et les riches.
Lui qui voulait changer le monde nous a prévenus, a fabriqué des outils. En France, on n'a pas encore cette culture de la mobilisation citoyenne de masse via internet (il y a eu tout de même la bataille pour le NON au référendum de 2005 avec déjà Etienne Chouard en figure de proue mais on a vu comment Sarkozy a méprisé ce NON vainqueur; bien sûr, les pétitions marchent, celle de l'affaire du siècle sur le climat par exemple). Avec le mouvement des GJ, il me semble que ça vient. Cette jacquerie selon certains, cette guérilla asymétrique comme le furent la révolte des quartiers en octobre 2005 ou la révolte des bonnets rouges bretons en octobre 2013 (bien voir les différences, les quartiers n'ont pas rejoint les GJ), ce mouvement a mis au coeur de ses revendications le pouvoir constituant de chacun et du peuple via le RIC. FB est l'outil des rassemblements. le portable, l'outil des témoignages contre les merdias manipulateurs. Des médias alternatifs voient le jour. Une grande maturité se dégage; se peut-il que souterrainement cheminent des prises de conscience ?
Dernier point que je veux aborder, le syndrome VICA ou VUCA (en anglais). Il semble que ce soit la nouvelle théorie du Tout des gourous de la Silicon Valley. V pour volatil, I pour incertain, C pour complexe, A pour ambigu ou ambivalent. Tout serait vica-vuca. Vous voulez du solide, tout est volatile, vous voulez des certitudes, tout est incertain, vous voulez des évidences simples, tout est complexe, vous voulez du sens, tout est ambigu, et-et, ni-ni. Dans un tel monde, vous ne saurez jamais si vous êtes sur le bon chemin.
Et les thérapeutes, guérisseurs, gourous (un sacré business) soignent les bobos et les maux de l'âme pendant que l'humanité et la planète s'effondrent. Sauvez-vous, changez-vous, pas le monde, ce n'est pas à votre portée. Une théorie d'impuissance. Les idéalistes activistes des années 2000 pour un internet libre et une vraie démocratie méritent notre respect. La démocratie est devenue un marché aux électeurs, aux voix, affaire de statistiques, de cibles, aux mains de lessiviers, de spins doctors, de communicants fabriquant slogans, campagnes publicitaires pour appâter les gogos que nous sommes devenus (la farce pestilentielle de la présidentielle 2017 en est une illustration).
Mais Flore Vasseur malgré elle aussi ses désillusions, continue à faire sa part; surtout elle voit monter au front une certaine jeunesse, elle fait un très beau portrait de Emma Gonzalez, une des rescapées de la tuerie de Parkland en Floride. Je mets en ligne son message de 6'20, "le temps qu'il a fallu au tueur, (un adolescent de 17 ans) pour tirer 100 balles avec un AR-15 et tuer à bout portant 19 de mes camarades puis se mêler aux survivants paniqués pour sortir du lycée". Je donne pour exemple de cette mobilisation de la jeunesse, le discours de  la jeune Greta Thunberg, une Suédoise de 15 ans déjà très active dans la défense de la planète à la COP 24 à Katowice. (Texte de grand bémol  après la vidéo du discours de Greta).
Lien : http://les4saisons.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Stelphique
  23 août 2021
Ce que j'ai ressenti:
Peut-être parce que les « à quoi bon » sont trop nombreux, peut-être parce que des fois, la mort nous frappe d'une façon tout à fait inattendue, peut-être parce que quand le mot est aussi noble, réveiller un mort ou les consciences se révèle nécessaire. Flore Vasseur nous parle dans ce livre, de liberté, de ce petit génie de l'internet Aaron Swartz, de la trajectoire tragique d'une étoile qui a rêvé trop fort. C'est l'histoire d'une fulgurance et de son fatal éclatement. C'est une histoire triste, mais avec un héros des temps modernes. C'est des histoires de pouvoirs, d'argents, de contrôles et de corruptions. C'est des histoires de pensées qui galopent vite et sont tellement belles que maintenant, dans le vent, on ne sait pas si on peut encore les saisir…
« Il voulait faire progresser l'humanité en libérant la connaissance. »(…) Circonstance aggravante: le prévenu a des idées étranges (le partage, la gratuité). » P20
C'était son rêve, son leitmotiv, son but ultime. Il voulait changer le monde. Il voulait rendre l'internet, un espace libre et de connaissances accessibles à tous. Il voulait un monde meilleur. Sauf, que ça n'était pas du goût de tout le monde. Malgré les soutiens, il aura une vie compliquée. Il semble que ce soit le propre des génies de vivre en pareille déshérence…Parce que génie, il l'est, ça ne me laisse plus de doutes, mais en plus il était idéaliste, et totalement désintéressé. Son coeur plus grand que l'ambition, il ne cherchait que la LIBERTÉ. Je ne connaissais pas ce jeune homme, je n'y comprends quasi rien en informatique, encore moins en ces jeux d'appropriations d'espaces intangibles, je ne sais pas non plus, Ce qu'il reste de nos rêves, mais ce que je peux dire c'est que cette lecture est effectivement une révélation. Une révélation Pocket mais aussi, un coup de coeur pour moi.
« Prends ton coeur brisé et fais-en quelque chose de beau. »
Et pour finir, un dernier message à l'auteure. J'ai pleuré, à la fin. Parce que c'était beau. Seul l'avenir nous dira qui viendra réparer les dégâts de nos coeurs brisés…
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
MELANYA
  13 juin 2021
Facebook, l'émergence des réseaux sociaux, les secrets qui les ont entourés – la mort de l'un de ses précurseurs, c'est que nous raconte l'écrivaine française, Flore Vasseur, dans « Ce qu'il reste de nos rêves » (Editions Des Equateurs– parution le 1er avril 2021).
Elle s'est penchée sur la vie (et la mort) du héros, Aaron Swartz.
On y lit ce qui concerne, outre Facebook, des notifications sur WikiLeaks – Underground – le tracking et les hackers – Skype – Arpanett (le tout premier réseau militaire, avant Internet) – le MIT (Massachussetts Institute of Technology) – le codage - les premiers pas des jeux vidéo (Star Wars…) – mais l'auteure évoque également des célèbres universités américaines (comme Harvard ou Stanford)…
D'une très grande intelligence, déjà un petit génie dans ses jeunes années, Aaron Swartz « voulait juste changer le monde ». A l'école, il s'ennuyait pendant les cours (et lorsque le professeur voulait le mettre à la porte, Aaron suppliait qu'on lui donne plutôt des équations à résoudre).
Il avait eu le pressentiment qu'Internet serait rapidement un outil très utilisé par de grandes puissances gouvernementales ainsi que par les géants de l'informatique. Il dévorait « Alan Turing ou l'énigme de l'intelligence. (…) En 1936 la machine de Turing figure un ruban infini – ancêtre de la mémoire vive, une table d'opération – prémices du microprocesseur, et une tête de lecture qui deviendra le « bus » et qui le relie à la mémoire. »
L'ordinateur peut naître. « Pendant la Seconde Guerre mondiale, les services secrets anglais recrutent le génie. Cryptologue, Turing déchiffre les messages de l'aviation allemande puis de l'ensemble de ses opérations. Il craque le code d'Enigma, le réseau de communication de la Wehrmacht, et précipite l'issue du conflit. Quelques années plus tard, le gouvernement britannique le traîne en justice pour « indécence manifeste et perversion sexuelle. C'est le début de la guerre froide et le KGB a récupéré des informations « secret-défense ». (…) Il est retrouvé gisant au pied de son it ; tombée de sa main sans vie, une pomme croquée qu'il aurait imbibée de cyanure. Un dernier hommage à Blanche-Neige, l'innocence brisée, repris par Steve Jobs, qui en fera l'esprit et l'image d'Apple. »
Avec ses recherches sur Aaron Swartz, Flore Vasseur nous fait découvrir un personnage fascinant, surnommé « l'enfant prodige d'Internet », qui s'est suicidé à l'âge de 26 ans. Surdoué, admirateur de Tim Berners-Lee (informaticien britannique, principal inventeur du World Wide Web (WWW). A peine adolescent, Aaron avait participé au développement du flux RSS ainsi qu'à la licence Creative Commons.
Pendant ses recherches, Flore Vasseur rencontre Jean d'Ormesson (avec son esprit malicieux).
On fustige Barack Obama qui « larme à l'oeil, multiplie les odes à sa femme. Il signe pour soixante-cinq millions de dollars. (…) Il fut le Magnifique. Donald Trump a parachevé l'oeuvre : la vérité est un complot, les médias, les ennemis de la sécurité nationale, le peuple, une fake new. Les écrivains aussi.»
« Obama a endormi les progressistes. Il a mis en joue l'un d'entre eux : Aaron. »
Nous lisons ainsi un récit autant sur la corruption que sur la liberté – sur le destin hors normes du héros en lui rendant hommage dans son ouvrage (elle est la narratrice) ; où elle ne parle que de l'essentiel, de l'enthousiasme de l'idéalisme. Elle rencontre les parents, des proches, afin de pouvoir retracer le parcours de cet homme si talentueux mais parti si jeune. Dans cette biographie – témoignage, l'auteure a créé une sorte de puzzle, où l'on trouve toutes sortes de notifications. On peut dire que son enquête est une recherche sur « la mise à mort de la figure mythique de l'Internet libre, retrouvé pendu à 26 ans. » (dixit Jean-Claude Raspiengeas).
Pour ceux qui ne connaissent pas Aaron Swartz, ceux qui ne touchent pas tellement à la technologie, il leur est rappelé que Aaron a été un génie dès ses 14 ans – qu'il a été confident et maître à penser de Lawrence Lessig (fondateur de Reddit – du flux RSS…).
Biographie, révolte, introspection, ode à réfléchir autrement, notifications historiques : tout y est dans « Ce qu'il nous reste de nos rêves » de Flore Vasseur sur la courte vie de « L'Ange de l'Internet. »
Mais pour terminer ma chronique sur une note plus joyeuse, je cite la question du malicieux Jean d'Ormesson :
»Vous croyez que je devrais avoir un profil Facebook ? »
**************FIN***************
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
topocl
  02 février 2019

Aaron Schwartz, c'est ce garçon de 12 ans à qui  les grands de l'Internet demandaient conseil. C'est ce jeune homme convaincu de la nécessité de l'accès libre et universel  aux savoirs, ce millionnaire malgré lui qui peut enfin appliquer le précepte de son père, « gagner de l'argent puis s'en servir pour aider les autres » .C'est l'un des créateurs des  Creative Commons ( qui permettent n'importe quel auteur de libérer son oeuvre du droit de propriété intellectuelle), du flux RSS parenthèse qui permet de choisir d'échapper ainsi à la verticalité algorithme),  de l'Open Library (catalogue de tous les livres publiés), le créateur du site communautaire Reddit. C'est l'activiste acharné qui va prendre d'assaut le système. C'est l'icône des hackers décodeur qui abandonne la programmation pour le combat politique, avec ce vaste programme :
     
« Nous disposons d'un système de communication puissant déployée largement, globalement non contrôlée. le net sera ce que nous en faisons. C'est à nous de décider. Cela dépend de nous de changer le monde. »  
                                                                                                                                                                              Il s'élève contre la première tentative de  censure du Web aux États-Unis (la SOPA, Stop Online Piracy Act), répond en piratant les banques de données de la bibliothèque universitaire du MIT, ce qui mènera à sa perte, et en rameutant toute la communauté du Web, des internautes lambda aux GAFA pour bombarder les sénateurs de milliers de messages qui finiront par faire plier Obama.
C'est cet homme asocial et charismatique, torturé, énigme pour tous jusqu'à ses plus chers amis, qui va finir par se pendre dans son appartement New-yorkais, plutôt que d'affronter une  justice inique, décidée à détruire coûte que coûte cet agitateur dérangeant.
Aaron Schwartz,  c'est l'étoile qui continue à guider les hackers, c'est  l'idole  de Flore Vasseur qui livre cette biographie très personnelle, subjective  car passionnée, menée à 100 à l'heure, où elle se livre aussi elle-même, entière, ses tripes , ses colères, ses espoirs. Où elle interroge les moyens que nous voulons nous donner pour lutter contre l'emprise capitaliste qui traque l'argent au détriment de la pensée. Car internet est le lieu de toutes les libertés, de la vulnérabilité du système, détourné en faveur du profit et de l'asservissement des populations,.  IL faut se réapproprier  cette « ultime entreprise de docilité »  pour lui donner une force politique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (3)
LeFigaro   14 février 2019
Dans Ce qu'il reste de nos rêves, Flore Vasseur retrace le destin fulgurant et triste d'une figure légendaire d'Internet.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeSoir   11 février 2019
Flore Vasseur, journaliste et romancière, utilise les armes de la première profession et les subtilités de la seconde pour évoquer Aaron Swartz.
Lire la critique sur le site : LeSoir
LaCroix   05 février 2019
Dépressif chronique, Aaron Swartz a craqué. Son suicide hante ce portrait vif et pugnace, terrible et mélancolique, de cet idéaliste sacrifié sur l’autel des Gafa.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
StelphiqueStelphique   21 août 2021
-Les livres sont des trésors. Car ils ont toutes les réponses à la vie.
Commenter  J’apprécie          110
somsom   08 juillet 2019
p. 321 (Jean d’Ormesson) Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants.
Commenter  J’apprécie          40
MELANYAMELANYA   13 juin 2021
Quand tu prendras soin de ton cerveau aussi bien que tu prends soin de tes cheveux, le monde ira beaucoup mieux.
Malcom X.
Epigraphe
Commenter  J’apprécie          30
somsom   08 juillet 2019
p. 129 Il paraît qu’il faut savoir choisir entre être heureux ou avoir raison.
Commenter  J’apprécie          50
MELANYAMELANYA   13 juin 2021
Souvenez-vous de votre humanité, oubliez le reste.
Le dernier message d’Albert Einstein, mort hanté par l’atome.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Flore Vasseur (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Flore Vasseur
A l'occasion des Tribunes de la Presse 2021, rencontre avec Flore Vasseur, écrivaine et documentariste, autour de " Pourquoi j'ai réalisé Bigger than us". Rencontre animée par Philippe Thureau.
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : internetVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17330 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..