AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290031461
Éditeur : J'ai Lu (07/03/2012)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 78 notes)
Résumé :
" La planète est un Monopoly, les entreprises des sigles à la pelle, les cadres, les fantassins du grand capital. Le monde bosse pour nous. Nous n'apparaissons jamais. Nous, les banquiers, vivons leveragés, hyperendettés. Nous n'avons jamais mis le pied dans une entreprise, ce repaire de besogneux [...]. Les pires truands de la planète sont comme moi. ils financent la lutte contre le paludisme, créent des écoles en Afrique, investissent dans l'éolien. ils écoutent B... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
jubilation
  05 avril 2015
Ainsi HK 2010 a cette fois frappé un ultime grand coup.. La grande prêtresse du capitalisme financier à New York a donné l'ordre à un jeune loup hyperdoué en mathématiques, donc soigneusement sélectionné, d'infiltrer grâce à une clé USB nommée HK 2010, les circuits informatiques de toutes les banques de l'Univers, déjà bourrées d'actifs toxiques, mais qui donc cherchent donc une occasion de se refaire..
Il est vrai que cette maîtresse femme n' plus rien à perdre, car elle est au crépuscule de sa vie et qu' au sein du capitalisme mondial , il règne en outre une atmosphère de fin de règne. Ce système ne fait plus que des allers-retours d'une "crise" à l'autre, crise qui donne en réalité l'occasion , en jouant sur la peur, de précariser et de licencier la main d'oeuvre, si l'entreprise ne crache pas les 15 % de rentabilité exigés par les fonds de pension, ceux qui nourrissent le monstre, en lui apportant l'épargne retraite par capitalisation des actifs. le système de retraite par redistribution entre les générations a en effet été volontairement sabordé.
Or, dans le même temps, -alors que le rouleau compresseur du chômage fait donc ses basses oeuvres -, ces fonds très puissants, disposant donc d'énormes masses de capitaux, spéculent sur le cours des monnaies, des actions et obligations, engrangeant de gigantesques profits, et ce sans rien produire, sauf un simple clic de souris, au gré des ordres d'achat et de ventes réalisés en une nanoseconde, par des calculs optimaux de rentabilité faits par ordinateurs interposés. Ces fonds provisionnent aussi des millions de dollars de bonus pour leurs meilleurs traders et les magnats de l'industrie qui suivent à la lettre les consignes de "restructuration", en "désossant" les plus faibles à leurs yeux. Ils sont ainsi récompensées par ce joli matelas de millions de dollars.
Problème: le système est cette fois, à bout de souffle.. La croissance est nulle, car la consommation est en net recul, et l'esprit de rébellion couve sous des formes plus ou moins larvées, un peu partout dans le monde occidental. Donc quitte à mourir, autant s'offrir un dernier grand feu d'artifice et torpiller le système, mais cette fois en accéléré..
Et c'est là, tout le génie de l'auteur de ce livre : HK2010 est présenté comme un logiciel qui va permettre de passer des ordres d'achats et de ventes optimaux à une vitesse grand V, avec par conséquent à la clé des marges extraordinaires.
Mais en réalité, il contient aussi un programme contenant d'abord dans un premier temps des ordres d'achats massifs, que naturellement chacune des salles de marché, convaincues qu'elles détiennent le "deal" du siècle, suit alors comme des "moutons de Panurge".
Mais 9 mois plus tard, ce programme accouche tout aussi brutalement d'une avalanche d'ordres de vente, c'est la dégringolade finale, qui met à mort tout de système aux pieds d'argile.
J'ai adoré la finesse avec laquelle l'auteur du livre dissèque les ressorts de "manipulation cachée " des foules et ceux de "la domination des esprits"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kenkuro
  01 juin 2011
Amusant, je n'avais aucune idée de ce qu'était les coulisses de la finance avant de lire le livre, ou plutôt j'en vais une idée vague, lointaine de la réalité. A supposer que le livre dépeigne effectivement cette réalité, j'en ai désormais une connaissance plus claire.
Mais, Comment j'ai liquidé le siècle doit être lu comme un roman, et bien évidemment pas comme un essai. Loin d'être un chef d'oeuvre, le livre a néanmoins cette qualité de faire passer un bon moment au lecteur tout en lui distillant de croustillantes (mais effrayantes) infos sur les dessous de l'économie spéculative. Enfin, bravo pour le titre, j'ignore pourquoi, mais je le trouve percutant.
Commenter  J’apprécie          40
nath45
  18 août 2014
Pierre, fils d'une famille ordinaire de Clermont Ferrand, est devenu polytechnicien, trader, au Crédit Général. Pierre est convoqué par l'influente Madame Krudson à New York, elle le charge d'une mission importante, elle lui remet une simple clé USB aux couleurs du chat Hello Kitty.
Cette clé USB va-t-elle menacer le système capitaliste ?
Je ne vous dirai rien de plus, l'auteur nous emporte dans une intrigue aux lois de la finance, une autopsie de celle-ci, fantastique, un portrait cinglant, très actuel.
Au final, un bon roman, on ne s'ennuie pas, cette histoire est pleinement ancrée dans notre actualité.
Livre lu en 2010 dont je viens de retrouver la critique
Commenter  J’apprécie          30
somethingstupid
  02 mars 2011
Le livre n'a pas le panache d'un American psycho, mais on se plait à lire ce gentil pamphlet sur les rois de la finance, dépeints en adultes immatures et frustrés. On aurait aimé plus de détails sur le Bilderberg, vaguement abordé, et surlequel il y avait beaucoup à dire. Au lieu de ça, l'auteur insiste sur le personnage principal qui n'a pas beaucoup d'épaisseur. Idem pour son "escort girl" ou sa fille. Avec une fin qui rappelle un peu le retour à la nature du Ravage de Barjavel, on se dit que l'auteur aurait pu davantage tenté de mettre de sa patte, car tout cela ressemble un peu trop à un exercice de style.
Commenter  J’apprécie          10
SeverineB
  23 novembre 2012
Pierre est un génie des mathématiques, un peu (beaucoup) asocial dans son enfance et son adolescence provinciale. Il devient trader, mais pas vraiment un Kerviel, plitôt un de ceux qui inventent des algorithmes de génie permettant aux ordinateurs en une nanoseconde de jouer avec whatmilles paramètres du marché et de placer des ordres de vente ou d'achat. Et de se faire des millions, beaucoup de millions. Néanmoins, comme il faut une justice en ce bas monde, sa vie affective est plutôt désastreuse : une fille longtemps ignorée anorexique, une prostituée louée à l'année pour lui servir de compagnie à partir de 20h. Quand soudain, une vielle marâtre fondatrice du Bildelberg, le convoque et le charge d'une mission : détruire ce monstre qu'est devenue la finance.
Tu l'as compris, ce livre est tout de même rempli de lieux communs dont le plus important reste l'argent ne fait pas le bonheur (naaaaan?). On évolue dans l'univers des traders dont on soupçonne quand même qu'il n'est pas si exagéré que ça dans la description de la démesure. La réalité se mêle à la fiction : les noms ne sont que très peu modifiés et donc on retrouve facilement de qui on parle (même si on ne lit pas le Financial Times et les Echos chaque matin). Et donc personnellement j'ai oscillé entre une sorte de sentiment blasé devant la facilité choisie de l'auteur pour énoncer et décrire des lieux communs : le trader qui vit dans le luxe, totalement égocentré, le monde cynique de la finance moderne mais également une sorte de fascination horrifiée devant les stratagèmes décrits qui sont en quelque sorte la partie immergée de l'iceberg des évènements qui se sont produits ces quelques dernières années.
En résumé : ça se lit vite, c'est plaisant et pas inintéressant même si ce n'est pas de la haute littérature.
Lien : http://sevandco.canalblog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
pasiondelalecturapasiondelalectura   20 septembre 2014
"Les mathématiques et les codes nous ont donné le pouvoir. La complexité est l’arme absolue, le signe "+", l’unique règle. La planète est un Monopoly, les entreprises des sigles à la pelle, les cadres, les fantassins du grand capital. Le monde bosse pour nous. Nous n’apparaissons jamais. Nous, les banquiers, vivons leveragés, hyper-endettés. Nous misons un, empruntons cent, gagnons mille. PIB, cash-flow, monnaies, nous parions sur tout mais ne savons pas lire un bilan. Nous n’avons jamais mis le pied dans une entreprise, ce repaire de besogneux. Nous nous foutons de ce qu’elles produisent, du nombre de personnes qu’elles emploient. La finance a été inventée pour rendre possibles les grands projets, l’émancipation économiques des peuples. En ce moment, nous parions contre l’humanité, valeur extrêmement volatile. La finance engendre des catastrophes. Elle prospère en les résorbant. Nos profits sont vos pertes". (page 29)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
pasiondelalecturapasiondelalectura   20 septembre 2014
"Mes attaches sont placées sur un compte bancaire. Son montant indique la valeur de ma vie. Sa qualité se définit par l’évolution du Dow Jones, le nombre de chaussures dans mon placard, le cours du cuivre. J’appartiens à une oligarchie motivée par l’ambition, avec le conservatisme comme idéal et la technologie pour rêve. J’ai la plus belle performance du floor. C’est tout ce qui compte, le montant de cash à l’instant t, la maximisation de mon gain individuel. Mon hédonisme est relatif: je n’ai aucune spiritualité ni conviction. Je vis dans une bulle inviolable, dans l’ultra-présent. N’importe où et toujours seul".(page 89)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
AntheliaAnthelia   01 mars 2019
- Je vous observe depuis longtemps. Ce système vous dégoûte. Vous êtes presque mûr pour comprendre : vous ne valez rien, vous n'êtes rien. Un grain de sable, un rouage tout au plus. Au fond, vous savez que l'argent ne vous apportera pas d'avantage. Vous étiez sans histoire. C'est votre chance de la faire, d'avoir un destin à la hauteur de votre talent. Vous avez vécu. Grâce à moi, vous allez maintenant exister.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pasiondelalecturapasiondelalectura   20 septembre 2014
La finance est l'une des rares industries où il est gagnant d'avoir tort avec tout le monde (page 298)
Commenter  J’apprécie          60
AntheliaAnthelia   01 mars 2019
- Quels bons à rien ! soupire-t-elle. On sort Merril Lynch de la faillite. Ils perdent 17 milliards et tout ce qu'ils trouvent à faire c'est de se verser 1 milliard de bonus.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Flore Vasseur (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Flore Vasseur
Flore Vasseur vous présente son ouvrage "Ce qu'il reste de nos rêves" aux éditions des Equateurs. Entretien avec Jean Petaux.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2096301/flore-vasseur-ce-qu-il-reste-de-nos-reves
Note de Musique : Free Music Archive
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : traderVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre
.. ..