AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurence Belingard (Traducteur)
ISBN : 284538842X
Éditeur : Panini France (31/10/2006)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 78 notes)
Résumé :
Bagdad, 2003 : quatre lions emprisonnés dans le zoo sont libérés lors d'un bombardement de l'armée américaine sur la capitale irakienne. Un jeune mâle dominant, deux femelles d'âges différents et un petit lionceau vont découvrir, en errant dans la ville dévastée, que cette liberté soudaine s'avère plus dangereuse que leur ancienne prison dorée.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  12 mars 2013
C'est l'histoiiiiiiiiiiiire de la vie ! le cycle éterneeeeeeeel !... Et non ! Ce n'est pas le Roi Lion, mais bien les Seigneurs de Bagdad ici (Pride of Bagdad, en version originale) : une belle aventure léonine sur fond de guerre américaine en Irak.
J'ai sauté sur ce roman graphique dans la possible perspective de rencontrer Brian K. Vaughan au Salon du Livre de Paris et par une envie irrépressible de lire de nouveaux comics, et si possible en sortant un peu du monde des super-héros. L'auteur de Y, le dernier homme et de Saga (phénomène de l'année 2012) s'inspire ici d'un fait réel : la courte errance de quatre lions libérés du zoo de Bagdad par les bombardements de 2003 par l'armée américaine. le scénario est intéressant dans le sens où on nous sert une histoire en marge d'événements bien lourds au niveau actualité. Et pourtant, et pourtant… il y a sûrement plus à tirer de ce scénario simple au premier abord. En effet, attaque américaine sur Bagdad oblige, le rapport à l'américanisme est ici bien trouble et bien malin celui qui saura voir de quel côté se trouve vraiment Brian K. Vaughan. En forme de pamphlet libertaire, Les Seigneurs de Bagdad me semble assez confus au niveau de l'interprétation, mais l'enchaînement des actions, des rebondissements et des découvertes est captivant. Des dessins magnifiques accompagnent en plus le récit : Niko Henrichon alternent des teintes chaudes et réconfortantes avec des teintes sombres et choquantes pour peindre comme il convient une situation dantesque et violente.
Une bien belle découverte donc que ces Seigneurs de Bagdad qui inspire (au moins au premier abord) de beaux idéaux, même si l'américanisme est toujours tendancieux. Toutefois, ici au moins, la Nature est belle c'est certain (animaux, forêts, horizon), mais quand l'Homme passe, elle trépasse (chaque nouveau rebondissement est sur cette dynamique et la fin est le sommet de ce principe).
Enfin, pour tous les novices des comics, cette bande dessinée pourra servir d'introduction honnête aux techniques et références en vigueur dans ce genre de littérature. le bon cadeau à faire donc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
garrytopper9
  15 septembre 2014
Choisir le regard naïf de quatre fauves sur la guerre en Irak est très original et donne au final une histoire très touchante qui ne peut laisser indifférent. Brian K. Vaughan offre une belle réflexion sur la liberté et montre qu'aujourd'hui une espèce écrase toutes les autres : L'Homme.
Originale cette évocation de la guerre en Irak par le point de vue de 4 lions libérés accidentellement du zoo suite aux bombardements. Une superbe réflexion sur la guerre et la liberté mise en très belles images qui tranchent avec la noirceur du propos.
Niko Henrichon avec son graphisme réaliste des plus impressionnants transmet très bien les émotions ressenties par les quatre lions, qui sont dessinés plus vrai que nature. Et certaines doubles planches sont de pures merveilles graphiques.
Les couleurs chaudes sont, elles aussi, magnifiques. Les teints ocres donnent une atmosphère particulière mais néanmoins très agréable tout au long de l'album.
Bref, un chef-d'oeuvre en tout point.
PS : Si vous la trouvez, privilégiez l'édition de la maison Urban Comics qui s'intitule Pride of Baghdad qui offre une traduction bien meilleure que celle de Panini Comics.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
carre
  31 mars 2013
Disons le tout net ces Seigneurs de Bagdad de Vaughan et Henrichon m'ont beaucoup plus.
Les auteurs captent notre intérêt dès les premières pages, on se prend d'affection pour nos quatre héros félidés découvrant la liberté dans un monde que l'homme s'évertue à transformer en chaos. Peu de répits donc pour nos héros qui tentent de trouver leur salut vers un monde plus accueillant, mais la route est parsemée d'embuches et de dangers terrifiants.
Je dois avouer que cette incursion dans « le comics urban » va m'encourager à persévérer (sur les conseils de Dionysos que je remercie). Car « Les seigneurs de Bagdad » est une vraie réussite. Tant visuelle (dessins réalistes magnifiés par le choix des couleurs) que par son scénario. On tremble avec eux, on a peur de tourner la page sachant que de nouveaux ennuis vont leur tomber sur la tête. Quand au final, il est aussi bluffant qu'imprévu. Sacrément réussi, parole de néophyte.
Commenter  J’apprécie          362
boudicca
  03 avril 2013
Nous sommes en 2003, en Irak, lorsqu'un raid aérien lancé par l'armée américaine provoque l'explosion du zoo de Bagdad et la libération de la totalité de ses pensionnaires. Antilopes, éléphants, girafes, singes..., les voilà tous livrés à eux-mêmes en plein Bagdad, loin de la vie protégée mais étriquée qu'ils menaient jusqu'alors dans leurs cages respectives. Parmi eux, quatre lions (Zill, le mâle dominant, Noor, jeune femelle avide de liberté, Safa, vieille lionne balafrée et amère, et Ali, petit lionceau) qui vont devoir apprendre ou ré-apprendre ce qu'est la liberté, mais aussi qu'elle a malheureusement souvent un prix. C'est un bien beau conte moderne que l'on découvre avec « Les seigneurs de Bagdad », comic peu ordinaire créé par Brian K. Vaughan et N. Henrichon et proposant une histoire édifiante et touchante traitant de façon intelligente et originale de la barbarie humaine à travers le point de vue animalier.
Difficile de ne pas être touché par l'histoire de ces félins perdus loin de leur environnement naturel et confrontés à la violence et à la bêtise de l'Homme dont ils ne comprennent évidemment pas les préoccupations. le parallèle involontaire mais néanmoins impossible à éviter, du moins en ce qui me concerne, avec un célèbre dessin animé de Disney (ah, Simba...) contribue sans doute également à la facilité avec laquelle le lecteur ne tarde pas à créer un lien empathique avec les protagonistes que l'on suit avec un réel plaisir dans les ruines de cette ville de Bagdad anéantie et vidée de presque tous ses occupants. Singes un peu trop impétueux, tortue pleine de sagesse, machines de guerre..., nos quatre héros n'ont pas fini de faire des rencontres surprenantes et ce pour la plus grande joie du lecteur qui en vient à voir ce conflit tristement célèbre d'un oeil un peu différent.
Un comic à l'histoire bouleversante et aux graphismes absolument sublimes qui dénonce tout en subtilité la guerre et ses horreurs. le duo Vaughan-Henrichon fonctionne à merveille et c'est touchée que je suis ressortie de cette lecture que je garderai sans aucun doute longtemps en mémoire. Merci D. !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
InstinctPolaire
  28 août 2014
[ Attention particulière pour une lionne à la magnifique crinière. Merci pour ce beau cadeau d'anniversaire. ]
" Nous tenons pour évidentes les vérités suivantes : Tous les hommes sont créés égaux ; Ils sont doués par le créateur de certains droits inaliénables ; Parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur "...
La vie. Mais qu'est-ce-que la vie quand votre subsistance est déterminée par le bon-vouloir de vos geôliers ? Qu'elle se limite aux murs couleur de sable de votre prison. Qu'elle ne permet pas d'admirer un couché de soleil. Une vie qui accorde néanmoins asile et protection contre un monde extérieur en plein bouleversement...
La liberté. Mais qu'est-ce-que la liberté dès lors qu'elle n'est pas gagnée, mais qu'elle vous " tombe du ciel ", littéralement ? N'est-elle pas une chose terriblement effrayante quand elle n'est en fait plus qu'un si lointain souvenir ; Ou pire, qu'un rêve inaccessible ? Pourtant , l'instinct est plus fort que tout. Il commande de prendre la route pour recouvrer les terres libres...
La recherche du bonheur. Mais où est-il ? N'est-il pas bien plus facile de privilégier une vie confortable au dépend d'une hypothétique liberté sur de dangereuses terres ? Mais quel est-il ce bonheur ? Admirer le cycle des astres ? Choisir ses moyens de survie ? Courir sans entraves ? Courir pour échapper à la mort ?...
Pour tenter de répondre à ce questionnement, quatre fugitifs sur une terre en guerre. Quatre prisonniers qui se voient offrir la liberté, totalement étrangers aux belligérants qui s'affrontent ici. Quatre existences si différentes, si loin des enjeux géo-stratégico-politiques de ce conflit...
Quatre vies qui se préoccupent en toute simplicité de leur liberté et de leur recherche du bonheur. Dans un pays où leur image est symbole de force et de majesté, un jeune lion, sa compagne, une vieille lionne borgne et un lionceau sont libérés de leur cage. Quatre fugitifs félins dans la " ville de l'aigle " : Bagh-dadh en cette année 2003, de la première guerre d'Irak. Quatre animaux pris dans la jungle urbaine qui tentent de survivre au milieu des chars et des bombardements.
Intéressante mise en perspective d'un conflit si ancien et pourtant toujours aussi présent... Un point de vue d'une grande pertinence qui conduit à s'interroger sur qui est la créature d'instinct et qui de réflexion. Un récit intelligemment retranscrit par un dessin tout en finesse, couleur de ce soleil d'Orient si beau. Un dessin où les animaux sont d'une belle humanité. Et les quelques hommes d'une effrayante animalité...
" Nous tenons pour évidentes les vérités suivantes : Tous les hommes sont créés égaux ; Ils sont doués par le créateur de certains droits inaliénables ; Parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur "...
Déclaration d'Indépendance des États-Unis d'Amérique – 4 juillet 1776 – Traduction de Thomas Jefferson...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210

critiques presse (5)
BulledEncre   08 juin 2012
Au-delà des mots, une œuvre bouleversante qui démontre l’absurdité de la guerre à travers des animaux plus humains que leurs gardiens.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Auracan   18 mai 2012
Le scénario est ambitieux, développe de nombreux thèmes sans pour autant alourdir la narration. Le dessin, réaliste, montre le prix de la liberté en temps de guerre (cadavres, violences).
Lire la critique sur le site : Auracan
ActuaBD   11 avril 2012
Brian K Vaughan [...] signe ici un récit poignant dont la portée métaphorique n’échappe à personne. Vaughan développe avec brio la psychologie de chaque protagoniste dans une alchimie qui nous permet de nous attacher à ce groupe de lions. Niko Henrichon, au meilleur de sa forme, apporte à ce récit dramatique une contribution graphique qui est une symphonie pour nos yeux.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BullesEtOnomatopees   03 avril 2012
Les Seigneurs de Bagdad ne se contente pas de dénoncer les horreurs de la guerre […] . Par le biais de ces élégants animaux, Brian K. Vaughan retranscrit une aventure profonde et évocatrice. Un très bon one-shot.

Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Sceneario   30 mars 2012
C'est très simplement raconté, la métaphore est évidente et très parlante aussi. Un album à lire absolument !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   16 mars 2013
-Mais qu'est-ce qu'il racontait ?
-Je suis sûre que ce n'est rien, Ali. Le cerveau des tortues est tellement petit.
-On aurait du le manger. Maman dit que les petits cerveaux sont fait pour être mangés. Pas pour être écoutés. 
Commenter  J’apprécie          190
garrytopper9garrytopper9   15 septembre 2014
En avril 2003, quatre lions se sont échappés du zoo de Bagdad lors des bombardements sur l’Iraq. Les animaux affamés ont finalement été abattus par des soldats américains. Il y a eu d’autres victimes…
Commenter  J’apprécie          180
Dionysos89Dionysos89   19 mars 2013
- La liberté ne se donne pas. Elle se gagne.
- Oui, mais on dit autre chose. Le gibier qui t’es offert, tu le manges.

Commenter  J’apprécie          300
DoVerdorieDoVerdorie   24 mars 2013
"Il n'y a pas qu'eux qui savent être libre"
"On naît avec. C'est ce que tu disais, non ?
Seule la captivité s'apprend"
Commenter  J’apprécie          160
Dionysos89Dionysos89   11 mars 2013
- On... on est morts ?
- Non... nous sommes libres.
Commenter  J’apprécie          366
Videos de Brian K. Vaughan (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brian K. Vaughan
Envie de frissonner, de t'attacher, de rire, d'avoir le coeur brisé ? Bouge pas de ta chaise, j'ai la Saga (haha) parfaite pour toi !
Amateurice de science fiction, ou non, je te paris que cette série de comics saura se trouver une place dans ton coeur, comme elle a su le faire pour moi. C'est pas dur : quand un nouveau tome sort, la terre s'arrête de tourner pour moi tant que je ne l'ai pas dévoré !
Saga c'est le genre de pépites qui sait nous faire frémir de longues années quand on suit sa parution... Alors j'espère te convaincre de t'y plonger à ton tour !
autres livres classés : irakVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz

Comment les émotions des personnages sont-elles retranscrites ?

Grace aux expressions du visage
Grace aux bulles
Grace aux cartouches
Grace aux mouvements

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : The Private Eye de Brian K. VaughanCréer un quiz sur ce livre