AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur The Private Eye (10)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
Bibalice
  06 janvier 2018
Et une nouvelle pépite à l'actif de Brian K. Vaughan, auteur des déja exceptionnels Y, le dernier homme, Saga et d'une (petite) partie de LOST. Un récit de SF passionant sur une thème comtemporain : la vie privée.
L'histoire se passe dans un futur proche alors qu'Internet n'existe plus. En effet tous les messages et surtout les recherches publiques de toute la population mondiale se sont retrouvés sur la place publique, acessibles à tout un chacun. Evidemment, les réputations et les vies de la plupart de gens se sont effondrées provoquant d'une part, donc, la disparition d'Internet et d'autre part la résurgence de l'idée de vie privée. Tout le monde, désormais se cache en public sous des masques, camouflages et autres protections destinées à ne rien révéler de soi. Il est d'ailleurs possible de changer d'identité. A sa majorité, on peut si on le souhaite et si on remplit certaines conditions, remettre ses compteurs à zéro. Dans ce futur proche, la plus grande autorité n'est pas la police ou la justice mais le bien nommé "Quatrième pouvoir" : les journalistes ont quasiment tous les droits et peuvent appréhender des suspects...
Voilà pour le cadre de l'histoire qui fait évidemment écho aux débats publiques qui ont cours aujourd'hui sur de multiples sujets tels que Wikileaks, la part de soi que l'on donne volontairement à des sites comme Facebook ou Instagram, la disparition de la notion de vie privée, la place du journalisme, etc.
Un excellent cadre n'est pas suffisant pour raconter une histoire. Au delà de ce cadre absoulement fantastique, on suit une passionnante histoire, celle d'un Private Eye, c'est à dire d'un détective ( jeune mais à l'ancienne) embauché pour de sordides histoires de filature, prises de photos compromettantes et autres choses qui n'ont pas trop changé depuis l'invention de ce métier. Notre détective se retrouve bien malgré-lui mêlé à une histoire de meurtre. Rien que de très classique dans le point de départ de l'enquête mais on est imédiatement embarqué dans le récit et il est impossible de décrocher avant d'avoir le fin mot de l'histoire.
Comme dans tout bon récit de SF on est naturellement invité à chaque page à réfléchir sur ce qu'il s'y passe sur les cases et entre les bulles. Il y a des tonnes de questions qui sont posées à chaque instant, des petites idées qui sont balancées l'air de rien mais qui toutes incitent à la réfléxion. Evidememnt, si on en a rien à faire, on peut aussi s'intéresser seulement à l'enquête et maudire (ou saluer ?) le "méchant".

Autre chose, le format de la BD est à l'italienne et les dessins de Marcos Martin sont absoulement fabuleux. Les cases sont très colorées mais ne font jamais "années 80". On se trouve immédiatement dans ce futur rétro-futuriste déconnecté mais rempli de masques plus loufoques les uns que les autres. Ce futur est très crédible et rempli de références jamais stupides à notre vieux monde actuel. Les deux gunmen qui partent à la recherche du héros sont à ce titre absolument mortels, tous deux vêtus de masques à gaz de la première guerre mondiale.

Bref, une réussite à tous les niveaux. Un récit passionant, des questions pertinentes sur notre monde actuel, des dessins magnifiques. A voir comment Enki Bilal a traité le sujet dans sa BD Bug qui parle également de la disparition d'Internet mais ce Private Eye devrait faire référence pour les années à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
som
  04 mars 2019
Los Angeles 2076, le Cloud mondial a implosé. Tous les secrets, particulièrement les plus laids et les plus ignobles qui y étaient stockés, sont disponibles pour tous. Une seule solution pour garder un semblant de vie privée, vivre masqué !
Sur ce postulat numérico-post apocalyptique, le trio d'auteurs a concocté un marvel-polar à couper le souffle. Empruntant certains codes à Blade runner, Dune ou même Chandler, mêlant des références graphiques de Moebius à celles des grands maîtres de la culture punk, l'illustrateur nous projette dans un monde unique, à la fois familier mais parfaitement étrange. La forme éblouissante ne dissimule pas pour autant un fond à une forte portée philosophique et politique. Tout au long de cette course poursuite se posent en filigrane les questions de la vie privée dans une société ultra-connectée, les risques induits par la technologie et la concentration des pouvoirs. Enfin, la question existentielle de la représentation sociale comme unique solution de survie. La frénésie du rythme des marvels, ses couleurs pop, plusieurs clins d'oeil appuyés et des personnages gagesques apportent une brise de légèreté à une histoire somme toute angoissante.
Un dossier bonus dévoile les coulisses de cette oeuvre hors-norme et la chouette personnalités de Vaughan et Martin.
Brillant, époustouflant en tout point, cet album au format à l'italienne est aussi effrayant qu'un miroir où se refléteraient les pires de nos cauchemars actuels ou à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
badpx
  22 février 2019
Et si dans le futur internet disparaissait.... Et si chacun cherchait à rester anonyme....Evidemment il restera toujours de "méchants"...
C'est un monde un peu étrange dans lequel je me suis plongée au travers ces assez nombreuses pages. Je me suis laissée promener par cette enquête. Mais une fois la lecture finie, je n'ai rien de spécial à en dire.
C'est un bon divertissement.
Commenter  J’apprécie          60
antigoneCH
  31 mars 2019
Je ne suis pas la cible de ce genre de BD mais j'ai pour autant beaucoup aimé cet album au format à l'italienne qui nous plonge dans un univers post explosion du cloud internet. Les adultes se retrouvent dans l'obligation de porter des masques dès qu'ils sortent et la méfiance est de mise partout. Impossible de révéler avec insouciance sa véritable identité. J'ai aimé l'esthétique des cases, celle des différents costumes. le scénario est enlevé et intéressant. On suit principalement un détective privé chargé par sa soeur de retrouver l'assassin d'une jeune femme. Les coups de feu et de poings s'échangent. Les méchants sont vraiment méchants. Un album qui restera un bon souvenir de lecture !
Commenter  J’apprécie          10
lemillefeuilles
  25 février 2019
Il y a presque un an, j'ai offert ce livre à mon petit ami, passionné par la vie privée et il s'est empressé de le lire. Désormais, c'est moi qui m'y colle, en partie grâce au prix en bulles de la médiathèque, puisque cet ouvrage fait partie de la sélection.

Nous sommes dans un futur proche et, après l'explosion du Cloud, Internet n'existe plus et chaque personne adulte est obligée de se masquer le visage parce que les secrets de chacun·e se sont retrouvés à la portée de tout le monde. Nous allons suivre un détective privé, qui fonctionne "à l'ancienne" et qui a été embauché par une jeune femme pour enquêter sur... elle-même. Peu de temps après, elle est assassinée et, poussé par la soeur de la victime, il va enquêter sur ce meurtre et découvrir certaines choses...

C'est dans un format peu habituel, à l'italienne, que ce livre a été publié, après avoir été disponible sur Internet... et, au-delà de cette édition particulière, le synopsis en lui-même est original. Il nous pousse à nous interroger sur ce qui se passerait si nos recherches sur Internet étaient visibles par le monde entier, ce qu'il adviendrait si plus rien ne restait privé... Bien évidemment, il est compliqué d'avoir une vie privée à l'ère d'Internet et surtout des réseaux sociaux. C'est justement cela, à mon sens, que le scénariste Brian K. Vaughan critique dans ce comics.

L'histoire est très intéressante notamment à travers les différentes thématiques abordées mais je n'ai pas aimé autant que je l'imaginais... C'est tout de même un bon divertissement qui a le mérite d'amener à réfléchir, et je salue le scénario rien que pour cela.

Au niveau des illustrations, on sent qu'on est en train de lire un comics, qui est par ailleurs très coloré. Marcos Martin a réussi à fournir suffisamment de détails sur chaque planche sans pour autant en mettre trop, afin que la lecture reste fluide. Ce n'est pas un dessin auquel j'accroche particulièrement, mais j'ai apprécié la diversité des masques (puisque les personnages évoluent masqués) et la manière dont sont illustrés les protagonistes blessés, assez réaliste.

Pour conclure, c'est un ouvrage qui m'a fait passer un bon moment et qui fait revoir un peu notre manière d'utiliser Internet, ce qui me paraît important. le message est là, mais pas suffisamment présent dans le récit.
Lien : http://anais-lemillefeuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Amindara
  11 février 2018
Je ne sais pas trop quoi dire de cette BD, je dois bien l'avouer. le concept de base me paraissait intéressant, du coup je me suis plongée dedans et finalement, j'ai été un peu déçue je crois.

Imaginez un monde dans lequel internet n'existe plus. Imaginez maintenant qu'avant de disparaitre, toutes les données personnelles des gens ont été exposées à la face du monde, même les plus intimes. Les descendants de la génération ayant vécu cette catastrophe voient désormais internet comme quelque chose de plutôt malsain et mauvais. Voilà le monde dans lequel nous nous trouvons avec The Private Eye. Dans ce monde, les gens se sont créés de multiples identités, au point que la vraie est parfois un secret bien gardé (ainsi que leur vraie apparence). Je dois bien dire que l'univers a quelque chose de prometteur et titille la curiosité.

L'histoire commence avec le meurtre d'une jeune femme ayant engagé un détective privé d'enquêter sur elle-même. En effet, elle veut savoir tout ce qu'on peut trouver sur elle afin de se faire une idée de ce que son futur patron pourrait apprendre. Notre détective privé n'a même pas le temps de commencer qu'elle est retrouvée morte. Bien malgré lui, poussé par la soeur de la victime, il enquête sur le meurtre et met le doigt sur un gros dossier.

Là encore, l'histoire à de quoi titiller la curiosité. Et elle est intéressante, au départ. Mais très vite, je me suis sentie un peu perdue. Principalement lorsque j'en ai appris davantage sur le tueur (parce que nous savons qui c'est dès le début) et sur ses motivations qui, pour le coup, ne m'ont pas convaincue du tout.

Niveau illustrations, ça fait très comics. Je n'adore pas particulièrement, je ne déteste pas non plus. C'est coloré en tout cas, c'est détaillé aussi. C'est original aussi, avec tous ces costumes et tous ces masques. Je voudrais juste m'arrêter un peu par contre sur le format à l'italienne. Personnellement, je ne l'ai pas trouvé très pratique. J'avais du mal à le tenir correctement, il faut dire qu'il est lourd aussi. du coup, pour être vraiment à l'aise, j'avais besoin de le poser pour le lire. J'ai trouvé ça dommage.

Pour finir donc, une BD qui me laisse relativement neutre. En fait, j'ai aimé le concept, l'univers, mais j'ai eu du mal avec l'histoire, c'est dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Trebulle
  29 janvier 2018
En 2076 à Los Angeles, la bulle internet a explosé, jetant sur la place publique l'intégralité des données privées du monde entier. Depuis chacun se promène avec un masque et internet n'existe plus. La police a été remplacée par les journalistes qui sont chargés de faire respecter la vie privée. le héros P.I. est un paparazzi (l'équivalent d'un détective privé). Il se retrouve à enquêter sur le meurtre d'une de ses clientes, ce qui l'emmènera sur un terrain dangereux. le récit futuriste nous amène à réfléchir sur la société actuelle et notre rapport à la vie privée.
Un album original dans sa conception (épais format à l'italienne, couleurs très vives et projet d'abord publie sur le web !).
Déroutant et très attractif. On a envie d'y revenir pour explorer encore plus en détail l'univers et le message de cet album.
Commenter  J’apprécie          10
psychovision
  20 novembre 2017
"The Private Eye" a de quoi se démarquer des sorties actuelles, que ce soit par son propos ou par la façon dont Brian K. Vaughan et Marcos Martin ont réfléchi sa diffusion. Cette bd format italienne relatant le post-effondrement de l'internet, a justement été diffusé dans un premier temps en ligne, sur une plateforme créée par les deux auteurs : Panel Syndicate, en accès libre, en laissant au lecteur le choix de financer ou pas cette création...
Lien : http://www.psychovision.net/..
Commenter  J’apprécie          10
spartacux23
  13 mars 2017
Une thriller noir dans un univers futuriste incroyable.
Commenter  J’apprécie          10
laurent35
  11 juillet 2018
pour une expérience unique dans le style graphique et surtout la couleur je vous conseille vivement cette bd qui a mon sens est unique
apres watchmen voici private eye mais en plus moderne
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz

Comment les émotions des personnages sont-elles retranscrites ?

Grace aux expressions du visage
Grace aux bulles
Grace aux cartouches
Grace aux mouvements

5 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : The Private Eye de Brian K. VaughanCréer un quiz sur ce livre