AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070376773
216 pages
Éditeur : Gallimard (23/10/1985)
3.5/5   105 notes
Résumé :
Julie-Berthe a sept ans et elle zozote. Son père, c'est l'inspecteur Clovis Chapeau, sa mère, la belle Juliette. Ils habitent la cité "achélème", tout comme Hippo le schizo, Eugène le veuf et son fils Ed, la vieille concierge Mlle Achère, la Karapian, une hystérique chanteuse d'opéra, et Betty Spring, à la plastique troublante. Dans cet univers de béton où les rapports humains sont aussi réduits que la végétation, Chapeau invente un héros pour meubler l'imagination ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
HORUSFONCK
  01 novembre 2019
Jean Vautrin nous a quitté en 2015.
De trente années avant, remonte mon inoubliable lecture de Billy-ze-Kick, qui m'a donné la passion d'une prose dynamique et drôle, tendre aussi, au service de personnages touchants, infects, truculents...et bien autres encore.
Ainsi fonctionnait cette magie-Vautrin, à laquelle tout babéliote devrait goûter au moins l'espace d'un roman ou d'un recueil de nouvelles.
Et Billy-ze-Kick de faire l'objet d'une adaptation cinématographique de Gérard Mordillat... pour continuer, en images, la magie-Vautrin.
Il me manque, ce Vautrin-là!
Commenter  J’apprécie          422
marlene50
  03 mai 2021
"Dans mon Hélème
Putain c'qu'il est blême, mon HLM (Renaud)
Mme Achère, la commère du quartier contrôle toutes les allées et venues des habitants du HLM.
Il y a :
- Julie-Berthe, fillette de 7 ans, délurée et qui zozotte :
"Z'ai q'un défaut : ze suis zobsédée. Zobsédée du Toboso ...
C'est plus fort que moi les zézettes, les zizis, faut qu'z'les zyeute. Faut qu'z' les voie. Ceux de la maison et même les zautres. Ceux des voisins, ceux des copains".
Hippolyte est son ami, grand benêt Schizo.
Son père Clovis dit Robert, flic ; et sa mère Juliette, beau brin de femme qui s'ennuie et pour s'occuper l'après-midi va faire le tapin et y prendre plaisir.
Il y a aussi Alcide vieil énergumène, Jenny fille ou garçon ? et les autres .
Mais, il y a surtout Billy-ze-Kick.
Et les meurtres vont se succéder.
Mais qui est ce Billy-ze-kick ?
Chapeau Clovis va mener l'enquête à sa façon, mais ne sera t-il pas dépassé par les évènements !
Vous le saurez en lisant ce bouquin à l'humour grinçant.
Commenter  J’apprécie          322
KiriHara
  15 décembre 2019
Jean Vautrin est un artiste que l'on ne devrait pas avoir à présenter, du moins à toute personne ayant approchant ou dépassant le demi-siècle.
Car, Jean Vautrin, de son vrai nom Jean Herman (1933 – 2015), est un des piliers de l'art populaire en général de ces 60 dernières années, que ce soit à travers ses contributions pour le cinéma ou pour la littérature.
Effectivement, celui qui évoque pour beaucoup l'écrivain était également cinéaste, et c'est avant tout dans ce 7e art que l'homme a fait ses armes et pas de façon anodine.
Assistant-réalisateur sur des films tels « Les quatre cavaliers de l'Apocalypse », « Paris nous appartient » ou « le jour le plus long », rien que ça, il est également réalisateur de « Adieu l'ami », dirigeant Alain Delon et Charles Bronson et aussi de « Jeff », avec le même Alain Delon.
Et, dans des films moins réputés, il a également dirigé Claudia Cardinal, Jean Rochefort, Guy Bedos, Michel Galabru, Bernadette Lafont, Danielle Darrieux.
Cependant, c'est avant tout à travers son écriture qu'il marquera les esprits des gens, bien sûr à travers des romans, mais également et surtout à travers des scénarios.
Jean Vautrin a ainsi participé à l'écriture de tout un pan du cinéma populaire durant une décennie (1976-1986) à travers des films qui ont marqué plusieurs générations comme « Flic ou voyou », « le guignolo », « Garde à vue », « le marginal », « Rue barbare » et, dans une moindre mesure, « Canicule » et « Bleu comme l'enfer »…
Bien sûr, je dis toujours que, chez un auteur, sa vie ne m'intéresse pas, seule son oeuvre compte et force est de constater que l'oeuvre de Jean Vautrin a marqué toute une époque de son empreinte.
Mais, qu'en est-il de sa production purement littéraire ?
Si celle-ci semble moins marquante, il ne faut pas oublier que l'auteur a livré plusieurs dizaines de romans et si tous n'ont pas traversé les années dans l'esprit des lecteurs, deux, au moins, ont une certaine résonnance.
Le second est le roman « Canicule », adapté au cinéma par Yves Boisset. Si le film ne fut pas un franc succès, il a marqué les amateurs de cinéma Bis, notamment grâce à la présence de l'immense Lee Marvin dans un film français.
Le premier, tout le monde le connaît, de nom, que ce soit à travers le roman, le film adaptation ou, par les chansons du groupe Billy-Ze-Kick (« Mangez-moi », par exemple) dont le nom est tiré du roman de Jean Vautrin dont je vais vous parler aujourd'hui : « Billy-ze-Kick ».
Julie-Berthe, 7 ans, est la fille de l'inspecteur Chapeau qui, tous les soirs, lui raconte, pour l'endormir, les aventures du bandit Billy-ze-Kick, après lequel il ne cesse de courir, dans les histoires, sans jamais parvenir à l'arrêter… la suite au prochain épisode, le lendemain soir, pour une nouvelle aventure.
Mais Julie-Berthe, en plus d'être une gamine espiègle et zozotante est surtout une grande bavarde.
Aussi, quand un tireur abat, de loin, une jeune mariée et se déclame être Billy-ze-Kick, l'inspecteur Chapeau se voit déjà sous les feux des projecteurs après son arrestation. Mais, pour cela, encore faut-il l'arrêter. Et pour l'arrêter, il faut l'identifier. Mais, Billy-ze-Kick ne peut-être qu'une personne à qui Julie-Berthe a parlé du personnage…
Jean Vautrin, on l'aura compris, est empreint d'esprit populaire.
Mais, en tant que fan de Raymond Queneau, dont il a déjà adapté un roman au cinéma, on peut être assuré de son goût pour les mots et pour l'humour.
C'est d'ailleurs en hommage à « Zazie dans le métro » de Raymond Queneau, que Jean Vautrin écrit « Billy-ze-Kick » et l'on peut vraisemblablement voir dans ce roman de l'élève, une vision de l'oeuvre du maître, une transposition, tout du moins, dans un univers dans lequel Raymond Queneau voulait amener son ouvrage, le roman policier, sans le faire.
Jean Vautrin, lui, fait cette transposition. Et l'on retrouve dans « Billy-ze-Kick » les sujets de « Zazie dans le métro ». le zozotement de Julie-Berthe n'est pas sans rappeler le sosottement de Zazie. La sexualisation de Julie-Berthe, 7 ans, obsédée par les sexes des hommes et des femmes, fait écho à celle de Zazie, 11 ans.
Mais outre cette sexualisation, c'est également le contraste entre une maturité précoce, l'âge de la protagoniste et ses problèmes d'élocution qui sont à rapprocher.
Les problèmes d'identités sexuelles sont également présents dans les deux romans, Gabriel, chez Zazie, omniprésente chez Billy.
Car, dans le roman de Jean Vautrin, tout n'est que sexualité, directe, indirecte et recherche identitaire.
Julie-Berthe elle n'est que le témoin de ses soucis d'adultes ou d'adolescents, tandis que tous les personnages gravitant autour d'elles en sont, eux, les jouets. Je passerai sur le tueur qui ne trouve son plaisir que dans la mort de l'autre, pour ne pas déflorer l'intrigue, mais on pourrait s'attarder sur la mère de Julie-Berthe qui s'épanouit dans la prostitution, celui d'Édouard, celui d'Alcide, le vieux suicidaire…
Mais ce problème identitaire n'est pas que sexuel, il est également statutaire. Personne ne trouvant sa vraie place ou la place qu'il aimerait trouver et devient complexé.
Que dire de l'inspecteur Chapeau qui, se trouvant trop petit pour en imposer, met des talonnettes et voit le rapport aux autres et son image auprès des autres changer à son avantage dès qu'il les porte.
Identitaire encore avec ce jeune schizophrène, ami et presque petit-ami de Julie-Berthe.
Mais Jean Vautrin, avant tout, peint toute une galerie de personnages hauts en couleur.
La vieille voisine qui écrit sur les murs de l'ascenseur tout ce qu'elle surprend des gens autour d'elle.
Le chef de Chapeau qui, en vacances, est harcelé par un lézard.
Chapeau, sa femme, les voisins...
Et c'est un univers loufoque et décalé qui est proposé aux lecteurs avec le talent de plume que l'on peut reconnaître à Jean Vautrin.
La construction du récit, elle aussi, est à louer, avec la boucle scénaristique, les scènes du supérieur de Chapeau qui se veulent une pause dans l'histoire...
Cependant, car il y a un « Cependant », pour moi, le personnage de Julie-Berthe est à la fois un atout et un problème dans ce roman.
Atout indéniable, car espiègle, drôle, et, surtout, personnage duquel naît l'intrigue.
Défaut, car un personnage contradictoire et un peu dérangeant. Son obsession des sexes, à 7 ans. Son rapport aux adultes (le vieux, le schizophrène...). Son langage, qui alterne entre mots d'enfant et vocabulaire d'adulte. Son désir de tuer, jusqu'à sa mère...
Bref, un personnage qui est, certes, à remettre dans son contexte (1973, hommage à Zazie...) mais qui, de nos jours, peut freiner quelque peu le plaisir de lecture comme certains rapports aux femmes ou aux étrangers (noirs, asiatiques...) peuvent également un peu altérer la le plaisir de lecture de textes du début du XXe siècle pour peu que l'on n'en soit pas coutumier.
Au final, un roman délirant, plaisant, parfois gênant, mais qui ne laisse pas indifférent avec des personnages hauts en couleur menés d'une plume alerte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
gill
  01 juillet 2012
Ce livre fait partie de ceux qu'ils ne faut pas résumer, il est original, atypique et attachant.
Il faut faire confiance à Jean Vautrin et s'embarquer avec lui dans cette histoire de tueur de jeunes mariées.
Si la magie opère et que le récit vous emporte alors vous découvrirez une galerie de portraits qui font de ce récit un ouvrage original et superbe.
Commenter  J’apprécie          130
zazimuth
  18 mai 2020
C'est vraiment un livre à part. J'ai été attirée par le titre et la couverture qui s'avèrent aussi déjantés que le style, les personnages et l'intrigue.
Je m'attendais à ce que le récit s'attache au personnage d'Hippo mais c'est bien plus complexe que ça et c'est finalement un peu l'histoire d'un immeuble.
Julie-Berthe, une sorte de Zazie plongée dans l'univers du Poulpe est aussi attachante que flippante^^.
L'écriture poétique et foutraque façon Boris Vian est carrément jouissive et l'ensemble m'a finalement rappelé la série des Malaussène de Pennac.
Un OVNI littéraire très intéressant.
Commenter  J’apprécie          82

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
HORUSFONCKHORUSFONCK   01 novembre 2019
Je m'appelle Alcide Prébois et je libre dans mes pantalons. Plus de ceintures.C'est le temps des bretelles. J'ai soixante-dix ans. Je perds rapidement du poids depuis janvier. Je pense que je suis foutu. Le cancer est quelque part en moi. Quelquefois, une douleur. Je me palpe brusquement comme si je cherchais quelque chose dans mes poches. C'est profond et ça joue à cache-cache dans mon ventre.
Commenter  J’apprécie          80
marlene50marlene50   03 mai 2021
On a beau avoir sept ans, ça secoue.
Le carré blanc, ze vous prie !
Mon papa est tout rouze. Il triture son népi, sa moustasse et y tient Melle Spring par la taille. Si ça contine, il va me traumatiser... il veut à tout prix l'embrasser. Y se conzestionne, y s'apoplecte, y va se péter les vaisseaux.
Cochon ! Vieux salingue !
Commenter  J’apprécie          71
myriampelemyriampele   10 novembre 2013
Youpee, le soleil brillait pour tout le monde. Juliette avait ouvert en grand les fenêtres de l'appartement. Les vibrations des bafles entrèrent sans façon. les derniers tubes- Made in Normandie en l'occurrence- visitèrent l'espace. C'est que tous les commerçants étaient sur les dents pour la quinzaine commerciale.
Commenter  J’apprécie          60
HORUSFONCKHORUSFONCK   01 novembre 2019
En plein cœur de la Ville-Achélème, Juliette habillée en veuve Chapeau, sortait à petits pas glissés de l'église de béton.Elle était en pleur et serrait le bras du commissaire Bellanger.
Commenter  J’apprécie          90
crapahutevidacrapahutevida   11 juin 2017
Les dix premières lignes :
Il s’appelait Hippo-pour Hippolyte.
Il était schizo-pour schizophrène. Il avait vingt-sept ans. Peut-être trente. Difficile à évaluer. À cause d’un drôle de visage fait en cubes. Une organisation géométrique où deux yeux très rapprochés convergeaient vers un nez à n’en plus finir. Long, long. Et vachement pointu (…)
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean Vautrin (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Vautrin
Université populaire du cinéma : Le métier de Scénariste - un cours de Jean Vautrin
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2141 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre