AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072884511
400 pages
Éditeur : Gallimard (13/02/2020)
4.5/5   4 notes
Résumé :
Publier un troisième volume d'André Velter en Poésie/Gallimard était assurément nécessaire, ne serait-ce que pour signifier la place majeure qu'occupe son œuvre dans la poésie des dernières décennies, place première sans doute dans la génération qui suit celle des Bonnefoy, Jaccottet , Roubaud ou Dupin. Les trois titres des années 2000 rassemblés ici, suivant le triptyque de la douleur et de l'amour que constituèrent les poèmes à Chantal Mauduit, développent et appr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
NuitDeChineNuitDeChine   22 septembre 2020
Marine

Làs-bas si vague
C'est l'aube bleue
Ou la mémoire
Des catastrophes

Rive perdue
Rire effacé
Par trop de nuits
Sous les tropiques

Ventilateur
Et moustiquaire
Le dernier bouge
Du sans repos

Sa peau était
Miel et tabac
De contrebande
Une merveille


Suspens

Retiens le peu
Avant la suite
Retiens l'avant
Qui en dit peu

C'est du silence
En corps à corps
Que vient le chant
Des équipages

L'âme est là
Du feu de bois
Dans le grand rêve
Jamais levé

Tu dors sur l'aile
D'une chimère
Comme un enfant
Si peu à naître


Partout

Aussi venu
L'autre innocent
Avec son front
De coquillage

Il entend de très près
L'océan de sa forge
Et c'est le sang

Première épreuve
A l'orient du coeur
Dernière voile

Partout ce qui éloigne
Sans retrouvailles
Ni raison ni repli
Au camp des Eurydice


Perpétuel

Tout toujours
De revue
Cet enfant
Pas passé

Ce visage
De vieil os
Ce regard
D'or perdu

C'est sans fin
L'hécatombe
Et la suite

Le retard
Qui renaît
De son trou




Il fait grand soif
En cette mort
Il fait grand deuil
En cette vie

Où est le seuil
De l'autre nuit
Cette ombre d'or
Et le silence

Où le ressac
Des univers
Quand on attend
Tout à côté

La fin du temps
Le plein été
Ce rayon vert
Au vrai départ

Quand ça démarre
Pages 93 à 97.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PartempsPartemps   20 juin 2021
ARTHUR CRAVAN

Pour hasarder l'espace de Cravan et compromettre la postérité, un détournement d'ancêtres dispersera le ciel. Un par un les tigres s'enfoncent dans le sommeil. Il y a
là comme une jungle dans la bouche, une torpeur sauvage de poignard qui frissonne.
Pour hasarder l'espace de Cravan et compromettre la postérité, un détournement d'ancêtres dispersera le ciel. Un par un les tigres s'enfoncent dans le sommeil. Il y a
là comme une jungle dans la bouche, une torpeur sauvage de poignard qui frissonne.

La ligne de fuite est en elle-même la ligne de vie. Mais dans cette adolescence de l'impossible, le déserteur abandonne d'abord sa désertion en dépouille pratique d'une
autre guerre. Cette désertion tue le fond des choses, son vertige constitue l'horizon même qui jamais ne s'efface aux environs d'un disparu imprévisible. On trouve des lambeaux
de gencives dans l'énigme de l'art égyptien.

La boxe, comme désordre culturel du mouvement ralenti des idées, c'est le but au plus pressé, avec une grande fluidité technique. Des combats relèvent de l'instinct
utopique : Arthur Cigare contre René la Méthode! en 15 rounds de 3 minutes... Et Descartes, sonné dans les cordes, « c'est lui, c'est l'autre », perd la direction de
l'Esprit. Comme l'uppercut, Cravan est un naufrage de bas en haut.

Dans la distance qui provoque l'humanité grégaire s'entassent des galbes héroïques, des modèles de vertu, des décalcomanies de tortures : ce qui s'appelle le bon
goût et qui préfère le fromage de tête à celui des pieds. L'outrance opère en vidange de la loi.

Le muscle libère les poètes qui ne craignent pas de décider du destin en termes d'efficacité.

Corps à corps de la pensée, l'existence relève parfois de l'incompatibilité d'humeur, de la grande fraternité de l'absence quand des contrôleurs, en partie rebut
de notre mémoire, se disant collecteurs de signes, marchands de savoir, porteurs d'espérances, traquent les sentiments les plus éloignés, broient les mystères, inondent
les regards comme des ballastières. La spoliation de l'unique intervient toujours à la faveur de l'abrutissement général. L'être au filigrane s'en voudrait d'être
là.

Epave glacée au creux de courants torrides

vitesse qui coule sans appel

au centre exact

de son exil,

l'Autre

le nomade

la brute effacée

l'iguane de sable,

glissant une image dans son gant,

se dessaisit de la terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   12 septembre 2021
quel royaume ?



[…]

tant d’altitudes inouïes aux ciels de la terre
tant de déesses et de dieux oubliés
tant de promesses sous des fougères sombres
tant de résurrections à l’arraché

mais quel royaume
quel royaume ?

tant de surplombs
tant de refus et d’insouciances
tant de caresses fauves sans fausseté
tant et tant d’appels solaires

mais quel royaume
quel royaume
quel royaume
quel royaume
quel royaume

pour mon amour ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PartempsPartemps   20 juin 2021
ALAP

Un son

juste un son

qui se voulait à l'essai

qui est déjà note et résonance

cible et cercles d'air

cœur minuscule dérivant

dans le halo du sang

dans le flot du mystère

dans le tempo de l'instant,

son à peine

question

ou appel

son qui cherche

et coïncide

et dit une voie possible

sous l'effroi du silence,

son sans effraction

mais qui franchit

escalade

foudroie

comme une offrande

un scrupule

une sommation,

son d'alerte

source de sable

qui module un manque

une blessure

une eau tragique ou trop pure

une eau en mal

de transparence ou d'éclair

de nuit laissée à l'agonie,

son devenu autre

en englobant

en engloutissant

en engendrant de l'être

et du fragile,

son de suite

et ainsi de son

et ainsi de soi

qui est

et n'est plus là

en tant que soi

mais autant qu'il s'accorde

à l'écho du dedans

à l'écart où se lient

et les doigts et les lèvres

les prières les songes les cris incertains

une lueur volatile

un masque qui s'éteint

un peu d'aube à midi

un peu d'ombre dans les noces,

c'est l'ampleur qui s'en vient

inverser le regard

le tourner plus profond que soi

vers le sans-lieu

le sans-nom

vers ce qui n'appartient pas

n'appauvrit pas

n'apparente pas

mais donne au corps

sa ferveur d'outre fièvre

son étiage absolu

de feu migrateur

d'or dilapidé

de syllabes en poussière,

c'est l'ampleur qui s'en vient

déborder les escales

l'attente ou l'avenir...

Tout le sens s'est fait souffle

houle et renaissance

il n'y a plus

qu'une âme qui improvise

son espace,

juste un son juste un son.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   10 septembre 2021
PRINCIPES DE LA RAISON SUBLIME



Que le corps
sur la terre comme au ciel
dans les langes ou les limbes
jeté
à tous les horizons.

Que l’errance
de ce moment de nous
qui n’est que muscle et âme
nouée
à la pierre qui roule.

Que cela
qui naît venant d’ailleurs
qui meurt reprenant souffle
légué
à la danse du vent.

Que le sable
sans pays ni frontière
qui s’alloue toujours moins
gagné
à l’envers des conquêtes.

Que l’amour
le soleil à l’épaule
écrit avec une aile
joué
à la gloire de Faust.

Que le chant
des bêtes et des anges
pour être hors du temps
sauvé
à la grâce du feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de André Velter (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Velter
Avec Arthur H, Rim Battal, Seyhmus Dagtekin, Maud Joiret, Sophie Loizeau, Guillaume Marie, Emmanuel Moses, Anne Mulpas, Suzanne Rault-Balet, Milène Tournier, Pierre Vinclair & les musiciens Mathias Bourre (piano) et Gaël Ascal (contrebasse) Soirée présentée par Jean-Yves Reuzeau & Alexandre Bord
Cette anthologie reflète la vitalité impressionnante de la poésie francophone contemporaine. Quatre générations partagent des textes pour la plupart inédits. La plus jeune a 17 ans, les plus âgés sont nonagénaires. Ils sont ainsi 94 à croiser leurs poèmes sur la thématique du désir, un mot aussi simple que subversif.

ADONIS – ARTHURH – Olivier Barbarant – Linda MARIA BAROS Joël BASTARD – Rim BATTAL – Claude BEAUSOLEIL – Tahar BEN JELLOUN – Zoé BESMOND DESENNEVILLE – Zéno BIANU – Carole BIJOU – Alexandre BONNET-TERRILE – Alain BORER – Katia BOUCHOUEVA – Julien BOUTREUX – Nicole BROSSARD – Tom BURON – Tristan Cabral – CALI – Rémi Checchetto – William CLIFF – François de CORNIÈRE – Cécile COULON – Charlélie COUTURE – Laetitia CUVELIER – Seyhmus DAGTEKIN – Jacques DARRAS – Michel DEGUY – Chloé DELAUME – René Depestre – Thomas DESLOGIS – Ariane DREYFUS – Renaud EGO – Michèle FINCK – Brigitte FONTAINE – Albane GELLÉ – Guy GOFFETTE – Cécile GUIVARCH – Cécile A. HOLDBAN – Philippe JAFFEUX – Maud JOIRET – Charles JULIET – Vénus KHOURY-GHATA – Anise KOLTZ – Petr KrÁL – Abdellatif LAÂBI – Hélène LANSCOTTE – Jean LEBOËL – Yvon LE MEN – Perrine LEQUERREC – Jérôme LEROY – Hervé LETELLIER – Sophie LOIZEAU – Lisette LOMBé – Mathias MALZIEU – Guillaume MARIE – Sophie MARTIN – Jean-Yves MASSON – Edouard J.MAUNICK –
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
966 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre