AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2905373121
Éditeur : Ubacs (01/09/1998)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Cette poésie vient de loin : d'une enfance jamais acceptée qui n'en finit pas d'intervenir dans ma démarche, d'une pensée souterraine qui se regarde dans le miroir de l'inconscient et de l'éros. Comme arrachés d'un lointain désespoir ces poèmes souhaitent pourtant affirmer le dépassement de soi. J'y retrouve des plaintes, des appels, des clameurs, une violence surtout que j'ai pourtant voulu oublier. Mais je ne suis fait que de mémoire. Tous ces mots me rejoignent e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   21 juillet 2019
               « DOROTHÉE BIS »


 De l'indigo au parme du madras à la terre d'ombre mes
beaux jouets équivoques glissent sur les moquettes, déli-
quescents à peine, las peut-être, un dahlia gigantesque à la
place de la clé remontoir. Le néon les colore les défigure
les magnifie (on pense à un défilé d'athlètes hagards à ces
nonnes perverses ou de tendre éphèbes décolorés). Les
voici ennuyés, sévères, détachés, les jambes gainées comme
des tiges de jonc, le visage ravagé. Ils ont aussi des seins
inachevés, doux aux lèvres fiers à la paume, des cuisses
entretenues comme un pont de navire et qui fuient comme
des tanches; Beaux objets Jouets voraces et nacrés Vous
voici tel le spectre solaire un sexe rouge entre les pommet-
tes, au nid du bras. Vos genoux étincellent. De quel
fond de teint de quel mirage vous enduisez-vous l'âme, vos
jupons couleurs chair, pour mieux nous faire tituber ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
alzaiaalzaia   05 janvier 2015
Que fait-on de la montre des morts, des miroirs, des livres qu'ils aimèrent, de leur voix dont un écho traine encore dans la chambre. Que fait-on de leurs empreintes, de leur rire qui tient éveillé Et leurs larmes J'oubliais les larmes qui pourtant modelèrent leurs visages La montagne des malentendus, des regrets, de la comédie. C'était deux bons acteurs chacun connaissant la faiblesse de l'autre, du partenaire, et puis le voici disparu. Que faire Auprès de qui crier et réclamer son dû C'était journalier C'était trop quotidien on se brossait les dents l'un devant l'autre Il exagère ce mort qui regarde ma femme et ne la reconnaît plus, où est-tu jeune fille ? Où es-tu que je pose mon front sur ton épaule de jeune fille mon doigt sur tes lèvres de jeune fille. Atterrés, nous regardons un croque-mort pâle et digne placer la mentonnière à notre amour pas même assassiné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alzaiaalzaia   21 décembre 2014
parmi les écorchés
le corps de celles et ceux
qui - autrefois
hier sûrement
m'ont
(quel mot!)
aimé
avance et roule le sang trouble
de la mémoire malade
et cela cogne le long de mes doigts
derrière le crâne
le crâne qui n'en peut plus
le crâne-bastion qui fait face aux souvenirs
et cela cogne le long de mes doigts
derrière le crâne
pour contenir
tant et tant
donc c'est là qu'avance et roule
le sang trouble Je
n'en puis plus
de me souvenir
donnez-moi de la bête !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alzaiaalzaia   22 décembre 2014
Le prendre sur sa fatigue
sur la brisure
dans ce qui set de creux
aux mots.
L'arracher
le soustraire
ô la bonne l'agréable perspective
quand : sueur
mange-ongles
salive certainement
lait
menses
et l'urine parfois
fous, tous ces loups
abominablement affamés
hurlent
dans notre corps
appellent
à la vie
la prodigieuse vie physique

1 : contradictoire
2 : toujours également identique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
alzaiaalzaia   05 janvier 2015
L'oiseau au ventre orange
qui chantait dans l'après-midi
mourra
- de je ne sais quelle mort d'oiseau -
créant un nouveau silence palpable
dissemblable
mais proche de celui des pins et
si élémentaire encore
qu'on le dessinerait aisément sur le sable
si l'écume quotidienne
n'emportait pas toute chose vers la mort.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
775 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre