AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2278077899
Éditeur : Didier Jeunesse (27/08/2014)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Le chien que Nino n’avait pas faisait semblant d’être un écureuil dans les bois, aimait plonger dans le lac et osait même sauter sur les genoux de la grand-mère. Bien sûr, maman ne voyait pas le chien que Nino n’avait pas. Seul Nino le voyait. Jusqu’au jour où Nino reçut un chien. Un chien que tout le monde pouvait voir… Un album entre rêve et réalité, magnifiquement illustré.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Zakuro
  16 août 2015
Le regard rêveur, un petit garçon est assis à l'ombre obscure des grands sapins aux feuillages verts sombres et près d'une sorte de cabane dont on ne voit que le toit rouge.
J'ai été saisie par l'impression d'abandon et de solitude rendue par la première de couverture qui m'a replongée bien des années en arrière quand je lisais le merveilleux roman d'André Dhôtel " le pays où l'on n'arrive jamais" dans son édition de la bibliothèque verte. Un livre qui m'avait beaucoup touchée enfant et qui me touche encore profondément.
Dans cet album émouvant, je retrouve non sans un pincement au coeur cette quête de quelque chose qui manque à l'enfance. Nino est souvent délaissé. Son père pilote de ligne figuré dans l'album, les pieds dans les nuages et une valise à la main, est souvent et longtemps absent. Alors pour combler les vides laissés par un père inacessible et une mère invisible, Nino s'évade dans son imaginaire. Nino s'invente un ami, un chien que Nino n'avait pas. Un chien que lui seul peut voir. Un compagnon qui l'accompagne en forêt, sur le lac et comprend parfaitement la tristesse que Nino ressent dans son coeur.
Rien n'arrêtera Nino dans la poursuite de ses rêves même quand sa mère va lui offrir en cadeau un petit chien, bien réel celui-ci .
Rien n'empêchera Nino de convoquer par son imagination tous les animaux des terres survolées par son père pour vivre avec lui sa part d'aventures.

Magnifique album !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
okada
  05 septembre 2017
J'ai immédiatement été séduit par les illustrations : colorées sans être criardes, elles dégagent une douceur et une mélancolie propre à la rêverie, en adéquation avec le sujet du livre. Chaque image est un vrai petit tableau avec force détail dans lesquels les yeux et l'imagination peuvent se perdre. Enfin, l'illustrateur a choisi une jolie gamme de couleurs dans les tons automnales pour magnifier la nature au milieu de laquelle le petit Nino vit et rêve…
Car Nino est un rêveur, c'est là le thème du livre qui explore le besoin humain de rêver, de s'inventer des histoires et des amis imaginaires pour embellir l'existence, se consoler et faire face aux épreuves de la vie. Ici, rien de dramatique, simplement l'absence d'un papa pilote d'avion qui manque à son fils. Alors le petit garçon s'invente un chien fictif affectueux et taquin. Mais un jour, son père lui envoie un cadeau (c'est une image qui nous le fait comprendre) : un chien pour de vrai ! C'est bien mais différent et le livre explore l'intérêt des deux situations pour, au final, faire comprendre que réel et imaginaire ont chacun leurs avantages.
C'est écrit avec simplicité et beaucoup de subtilité. Les auteurs laissent le soin aux images de parler et de nous révéler ce que le texte tait, par pudeur, en se mettant à portée du petit Nino. En creux, se dessine donc une partie de l'histoire et cette « astuce » rend ce récit précieux.
Vous l'aurez compris, je suis sous le charme ! C'est un album magnifique qui s'adresse autant au coeur qu'à l'intelligence de l'enfant en lui proposant une double lecture, s'il le veut bien ! C'est un livre dans lequel un enfant (à partir 6 ans) aimera se replonger pour en découvrir toute les clés. L'histoire lui paraîtra drôle et mystérieuse la première fois puis il en comprendra les rouages secrets et aura plaisir à les pénétrer chaque fois plus avant. Enfin, chaque image pourra devenir un espace de rêverie à elle-seule !
Parmi les plus jeunes lecteurs, certains ont sans doute encore un ami imaginaire… Cette histoire les aidera en douceur à savoir dissocier rêve et réalité et à conserver à sa juste place cet allié…
Bref, un album qui invite à la rêverie, en parfait adéquation avec son sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
Powoui
  21 mai 2015
À l'orée de la forêt, un chemin nous mène vers Nino. Nino est un petit garçon qui a un chien, mais qu'il n'a pas. On le rencontre la nuit, la Lune est pleine, les étoiles filent. Et Nino est là, assis derrière un petit rocher. Il regarde son chien. Ce chien qu'il n'a pas, dessiné en transparence. Il nous apparaît petit à petit, il est toujours près de Nino, un ami imaginaire fidèle qui court après les écureuils, saute sur les genoux de sa mamie, plonge dans l'eau du lac. Un chien qui devine les peines de son jeune maître et sait le consoler.
Le chien que Nino n'avait pas aimait les larmes. Il les trouvait délicieuses. Salées”.
Sous ces traits abruptes mais délicatement bleutés, il paraît vivant, bien vivant (!) ce chien, que Maman ne voit pas. Maman croit qu'en offrant un chien à Nino, alors le -clébard-imaginaire-mais-pourtant-si-vivant-mais-oui-!- s'envolera ; Maman pense que Nino sera content. Elle n'a pas tout à fait tort. le petit paraît réticent, ce chien qu'il a maintenant n'aime pas grimper aux arbres ni plonger dans l'eau. Mais ce n'est pas grave, et même s'il ne monte pas sur les genoux de Mamie, Nino et lui s'amusent à en avoir peur. Seulement, malgré leur complicité, une vraie-de-vraie, que tout le monde peut voir, le chien que Nino a maintenant ne peut pas comprendre ses peines. Son papa est loin, il regarde les étoiles sur le toit, et le petit chien, impuissant, le regarde à la fenêtre, alors que son regard vogue loin, très loin, de l'autre côté du monde. Mais ce n'est pas grave… Nino saupoudre un peu sa maison d'un bouillon terrible d'imagination débordante ! Un caribou, un zèbre, plein de chiens, une girafe, un ours !
L'oreiller proche du planisphère, la Lune bien ronde comme veilleuse, Nino est endormi auprès des deux chiens et de tous les autres animaux qu'il a, mais qu'il n'a pas. Une nuit, les rêves, une belle façon de terminer un riche album tiraillé entre l'imaginaire et le réel. L'histoire émouvante d'un petit garçon curieux -oui, on le devine, ça se sent, c'est là, ça se voit dans son télescope et ses avions-. Un petit garçon qui a trouvé comment pousser les portes de l'imaginaire dans son petit cerveau, qui claque contre les parois de son crâne avec une force terrible, pour tenter de combler un Vide, pour ajouter au monde ces petits quelques choses qui lui manquent.
Ca fume, ça déborde, c'est beau. Très beau, Nino.
Lien : https://horspistes.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lagagne
  05 mai 2015
Un bien joli album ! le dessin est légèrement imprécis et vif, les couleurs ont un côté suranné, sombre. le tout donne une ambiance touchante et quelque peu onirique.
Le sujet aussi est tout particulier et mérite d'être traité : l'envie d'un animal de compagnie. Nino veut un chien. En fait il en a même un, un chien imaginaire. Et il est super, ils s'amusent comme des fous ensemble. Et un jour Nino a un vrai chien. Mais moins bien. Mais ce n'est pas grave, parce que Nino a l'imagination fertile. Un caribou, un zèbre, un rhinocéros, une girafe, un ours, d'autres chiens imaginaires viennent tenir compagnie à Nino et son vrai chien.
Et leurs jeux tous ensemble ont l'air vraiment sympa !
Commenter  J’apprécie          30
VanessaV
  05 juillet 2017
Dans le titre de cet album, "Le chien que Nino n'avait pas" d'Edward VAN DE VENDEL et illustré par Anton VAN HERTBRUGGEN, tout est dit. Oui et puis tellement non. Nino est seul et invente un chien. Ce dernier aimerait poursuivre les écureuils, plonger dans l'eau. Personne ne le voyait, ni la grand-mère, ni la maman... si peut-être quand il faisait le foufou. Et puis un vrai chien apparait, pas pareil mais c'est bien aussi.
De très courtes phrases nous entrainent dans la vie de ce garçon, seul et qui s'ennuie. Mais c'est surtout le manque du père qui apparait. Un papa rarement là qui voyage, découvre des pays. Et puis c'est une envie d'aventure, les rencontres, mais surtout l'ailleurs, l'inconnu.
C'est l'histoire d'une parenthèse, d'une frustration, entre l'enfance et l'âge adulte de tous les possibles mais traité de manière extrêmement poétique.
Anton VAN HERTBRUGGEN plante un décor d'aventurier. Une maison perdue en pleine nature, des meubles qui trainent dehors, un jardin qui ne s'arrête pas. Et puis cette chambre d'enfant fantastique où des robots côtoient des voitures, des masques ethniques, des fusées, un globe terrestre.
L'illustrateur utilise des couleurs comme passées, donnant un aspect désuet, sépia sans l'être. Les arbres, les meubles, la maison se confondent dans l'atmosphère.
Et puis il y a les animaux fantômes. Des croquis à l'encre, dynamiques, colorés entourant le père et juste imaginés pour l'enfant.
C'est un magnifique album grand format!
Lien : https://1pageluechaquesoir.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Ricochet   09 octobre 2014
A la fois fascinant et poétique, drôle et inattendu, Le chien que Nino n'avait pas réjouit par son originalité nuancée.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
PowouiPowoui   21 mai 2015
Non, bien sûr, Maman ne voyait pas le chien que Nino n'avait pas. Personne ne le voyait. Seulement Nino. Mais parfois, le chien faisait tellement le fou qu'il commençait à se faire remarquer.
Commenter  J’apprécie          10
PowouiPowoui   21 mai 2015
Le chien que Nino a maintenant a peur de Mamie. Et le plus drôle, c'est que maintenant, Nino aussi a peur de Mamie.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : imaginaireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1024 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre