AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352212820
Éditeur : Paulsen - Guerin (21/03/2019)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Une balade incisive et piquante dans l'histoire de l'alpinisme à travers 100 dates choisies en toute subjectivité par un jeune auteur éclairé et audacieux.

Que s'est-il passé le 27 avril 1336 sur le mont Ventoux ? Le 3 juin 1950 à l'Annapurna ? Le 27 janvier 2018 au Nanga Parbat ? A chaque fois, Thomas Vennin apporte une réponse piquante. Le jeune passionné d'alpinisme se balade à travers l'histoire en revisitant les moments décisifs avec humour, mani... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
JML38
  02 avril 2019
Petit livre paru aux excellentes éditions Guérin/Paulsen qui retrace une histoire de l'alpinisme en 100 dates.
Celle-ci débute par l'ascension solo la plus commentée de l'humanité, celle du mont Sinaï par Moïse, sans soutien logistique ni sponsor et en sandales, nous précise Thomas Vennin.
Le ton est donné, l'humour sera bien présent dans ces chroniques - en tout cas pour les moins dramatiques - qui présentent en quelques lignes, au plus quelques pages, les événements marquants de l'alpinisme mondial.
L'auteur avance par exemple – ce qui n'engage que quelques historiens – que la plus haute montagne de la planète fut baptisée Everest plutôt que Chomolungma à la suite d'un chifoumi de légende entre la reine Victoria et le dalaï-lama.

Les alpinistes ont un problème de «dernier grand problème». Dès que l'un est résolu, un autre surgit, expliquant cette compétition qui s'installe pour aller vers : toujours plus haut, toujours plus difficile, toujours plus loin.
Ainsi les grandes faces des Alpes, l'himalaya, les montagnes de tous les continents, sont gravis depuis des dizaines, voire des centaines d'années, dans toutes les conditions, avec ou sans oxygène, avec ou sans matériel lourd, avec plus ou moins de bonheur, laissant en chemin de nombreuses personnes tombées au champ d'honneur de cette quête des sommets.

Il y a du très connu, à commencer par la conquête de l'Everest en 1953 par les britanniques, bien décidés depuis les années vingt à être les premiers sur le toit du monde, la disparition de Mallory et Irvine en 1924 alimentant toujours le mystère sur leur réussite de l'époque.
Trois ans plus tôt, le 3 Juin 1950 exactement, les français avaient laissé ces mêmes britanniques «sur le cul » en décrochant la timbale du premier 8000 à l'Annapurna, y laissant au passage leur intégrité physique et faisant naître une polémique entre les protagonistes, Herzog en retirant toute la gloire et Lachenal l'oubli.
Les principales ascensions himalayennes sont évoquées avec leur lot de drames, au Nanga Parbat, au K2, et d'exploits comme le prodigieux solo d'Hermann Buhl pour atteindre le sommet du Nanga Parbat, «La montagne tueuse», au grand dam de son chef d'expédition.
L'auteur met l'accent sur les compétitions entre vedettes de l'alpinisme pour établir des records toujours plus impressionnants. A commencer par la course pour être le premier à gravir tous les 8000, remportée par Reinhold Messner, qui fut également le premier à l'Everest en solo, puis sans oxygène, ouvrant une nouvelle ère de la haute altitude.

Les grandes premières alpines sont également citées, avec le meilleur lorsque le grand Walter Bonatti place la barre très haut en réalisant un solo de six jours dans le pilier sud-ouest des Drus, et le pire : la déroute fatale pour plusieurs cordées dans le pilier du Frêney, le drame pour Vincendont et Henry dont la tentative de sauvetage sur les pentes du mont Blanc relayée par les médias tourne à la catastrophe, leur calvaire étant à l'origine de la création du fameux PGHM.

La redoutable face nord de l'Eiger n'est pas oubliée, elle qui s'est longtemps refusée jusqu'à la réussite allemande en 1938 après 3 jours d'efforts, à la grande joie d'un tristement célèbre moustachu. Ascension que refera le suisse Ueli Steck 77 ans plus tard en... 2 heures et 22 minutes.
Quelques dates plus anecdotiques, mais néanmoins marquantes, complètent ce catalogue chronologique, comme la création du premier club alpin par ... les anglais, les expéditions chinoises à l'Everest côté tibétain avec des centaines de grimpeurs pour la gloire du parti, l'ascension du mont Ventoux en 1336 (sans vélo), et d'autres ... pour arriver à 100 - j'ai fait confiance à l'auteur et n'ai pas compté.

Un ouvrage très intéressant pour la richesse d'informations, qui peut ouvrir des horizons à ceux qui voudraient approfondir certains sujets, un dernier chapitre Making-Of donnant les références nécessaires pour d'autres passionnantes lectures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Thomas Vennin (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Vennin
Soirée rencontre à Chamonix autour du livre : La dent du piment, de Thomas Vennin le 23 mars 2019
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Dans la Pléiade ou pas ?

Balzac

Dans la Pléiade
Absent

10 questions
68 lecteurs ont répondu
Thèmes : tribuCréer un quiz sur ce livre