AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thierry Müller (Collaborateur)Olivier Crabbé (Collaborateur)
EAN : 9782914581813
Éditeur : Editions HB (15/04/2007)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :

Partant du principe qu'" on ne naît pas groupe, on le devient ", David Vercauteren examine dans ce livre les conditions de possibilité d'un véritable fonctionnement collectif des groupes militants. Il se dégage ainsi de la problématique macropolitique qui a dominé jusqu'à présent pour se focaliser sur les aspects micropolitiques de groupes envisagés comme des écosystèmes.

La question n'est plus : quelle est la finalité d'un groupe, son objet ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
belbernard
  29 juillet 2015
Micropolitique des groupes n’est pas destiné à une lecture linéaire. Il se présente plutôt comme un hypertexte dans lequel chacun pourra parcourir selon leur inspiration et ses attentes, chaque chapitre étant désigné par un simple mot qui sert de clé d’entrée. L’auteur suggère à titre d’exemple un itinéraire pour un groupe « qui se forme » (rôles, assembler, décider, réunion…) et un autre pour un groupe « en crise » (événement, évaluer, artifices, pouvoir…). À la fin de chaque chapitre, des mots-clés sont proposés pour la suite de l’exploration.
Par un heureux effet de l’ordre alphabétique, un point d’entrée proche du milieu de l’ouvrage est le verbe « problémer » dont la compréhension me paraît indispensable à la compréhension des pratiques collectives : « Une espèce de fabrication de matériaux que l’on réalise dans les méandres de la pensée… », dit l’auteur. Mais encore ? Il s’agit, nous apprend-il, de pratiquer une forme de questionnement qui nous permet de poser un regard inhabituel sur qui nous paraît familier, ou encore de prêter attention à ce que nous jugions insignifiant. Par exemple, plutôt que de chercher une issue à une situation de crise, le groupe peut partir de l’énoncé de cette situation pour s’interroger sur les objectifs de son action, « chercher une manière de penser son histoire, sa situation, dans ce qui est déjà là » puis, par un déplacement des points de vue, « briser l’ordre de la représentation établie des choses », cette « effraction » lui ouvrirant « un nouvel horizon de sens ».
Ainsi décrite, la démarche nous renvoie à la « problématisation » qui constitue le point de départ de l’éducation des opprimés selon Paolo Freire — educação problematizadora, un « apprentissage du dialogue par le dialogue » qu’il convient de distinguer de la simple résolution de problèmes. Placé devant un problème à résoudre, un expert prend une certaine distance avec la réalité, en analyse ses différents constituants, invente des moyens de résoudre les difficultés de la manière la plus efficace possible, pour finalement décréter une stratégie ou une ligne de conduite. Autrement dit, la réalité de l’expérience humaine se trouve réduite par l’expertise aux seules dimensions que l’on peut traiter comme de simples problèmes à résoudre. C’est le paradoxe du simple d’esprit qui a perdu ses clés et les cherche sous le réverbère… Alors que problématiser/problémer revient à engager le groupe « dans un processus de codification de toute la réalité en symboles qui génèrent une conscience critique, et lui fournit ainsi les moyens de modifier sa relation à la nature et aux forces sociales. [...] C'est alors, seulement, que les gens deviennent des sujets, et non plus des objets, de leur propre histoire. »
Il y aurait beaucoup à écrire sur chacun des chapitres de cet ouvrage. Pris à témoin d’expériences qui peuvent entrer en résonance avec son vécu, le lecteur est libre de les mettre en action ou de les théoriser dans les champs d’action et d’analyse dont il est familier. Personnellement, j’y ai trouvé un éclairage complémentaire sur des pratiques à première vue éloignées de celles des collectifs qui ont inspiré l’ouvrage. Depuis trois décennies, la problématisation est au cœur de l’approche de « démocratisation active » dont se réclament les animateurs de Village Community Development Association au Maharashtra (http://ccrss.org). Ces groupes d’action des communautés rurales les plus défavorisées sont rassemblés dans un collectif informel qui pratique l’auto-apprentissage pour la formation de nouveaux animateurs (self-education workshops). Leurs membres, dont beaucoup ne savent ni lire ni écrire, sont souvent désignés par les villageois comme « ces gens qui posent des questions »…
Il est intéressant de signaler que le Groupe de recherche et de formation autonome (GReFA) dont font partie les trois collaborateurs de Micropolitique des groupes poursuit actuellement son travail sur le terrain de l’auto-apprentissage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lesptitchats
  18 avril 2015
Je suis formatrice pour adulte, confrontée donc à des groupes- classes ; par ailleurs, dans mon quartier, nous avons créé un collectif pour faire entendre nos besoins à la mairie.
Forcément, à travers, ces deux activités "la micropolitique des groupes" m'interroge. Alors que je m'interrogeais à haute voix dans une soirée, on m'a conseillé cette lecture.
Le projet de ce livre est ambitieux, intéressant. Mais franchement, j'ai l'impression que ce texte ne s'adresse pas à moi. Des citations de Gilles Deleuze et d'Antonin Arthaud partout, des concepts qu'on ne prend pas le temps de clairement définir (artifice? évaluation? -il y a une définition et même plusieurs de donner, mais elles ne sont pas utilisables), des prise de position qu'on explicite pas ou mal (l'évaluation c'est mal - pourquoi?).
Je suis à la page 37 et j'en ai marre. Ça fait 15 jours que je suis dessus.
Ce qui est marrant, c'est que pour moi, utiliser un vocabulaire et des références spécifiques sont des choses qui visent à former un groupe, on se reconnaît entre personne ayant les mêmes références...
Bon, je suis curieuse de revoir celle qui m'a conseillé cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Dans la catégorie : Interaction socialeVoir plus
>Sciences sociales>Sciences sociales : généralités>Interaction sociale (307)
autres livres classés : militantismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox