AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742702411
62 pages
Éditeur : Actes Sud (01/01/1999)
4.43/5   7 notes
Résumé :


Luc est poète. Caché sur une colline, il assiste impuissant au massacre d’Oradour-sur-Glane en juin 1944 alors qu’un officier allemand peint la beauté du paysage...

Dans cette courte nouvelle écrite en 1946, Vercors condense nombre des interrogations qui l’ont saisi au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Qu’en est-il de l’art, de la littérature face à la barbarie ? Qu'est ce que l'engagement des artistes ?

Source : E... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ATOS
  18 mai 2018
« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n'ont point de bouche,
ma voix, la liberté de celles qui s'affaissent au cachot du désespoir. »
Aimé Césaire. Cahier d'un retour au pays natal. extrait
« J'ai pris une lettre
pour t'écrire
et j'ai détaché du vif de ma chair
le cri le plus vigoureux de ma fraternité ».
Abdellatif Laabi, Ils sont venus te chercher », extrait.
Faut-il prendre parti ? Prendre part ? Se tenir au delà quitte à finir en deçà ?
Lorsque le chaos s'annonce, quand la Nuit s'abat, quelle est alors la place des mots ?
De la littérature, de la poésie, de l'Art ? Peut-on s'autoriser à parler de poème de circonstance ? Où se trouve la sincérité ? Comme si il était impur de faire des mots des armes, des compagnons de combat ?
« Je me révolte donc nous sommes ». Phrase essentielle, phrase fondamentale écrite par Albert Camus.
« Puisse que les morts ne peuvent plus se taire/ Est-ce aux vivants à garder leur silence », ainsi Vercors rapellait-il les mots de Jean Tardieu, dans l'Honneur des poètes.

« Vercors essaya de comprendre comment un homme, un artiste, un poète, peut conserver une hautaine indifférence devant le massacre de ses semblables. Et il se dit qu'à des milliers de kilomètres les cris ne parvenaient pas à se faire entendre..Question de distance. Il imagina alors un tel poète « dégagé » pour lequel cette distance serait tout à coup abolie. Et ils écrivit les Mots »
En 1944, Jean Bruller, alias Vercors, écrivit les mots après avoir pris connaissance du massacre d'Oradour sur Glane.
Jean Bruller dit VERCORS, dessinateur, illustrateur, graveur, écrivain , poète, résistant, charpentier de marine, menuisier, inventeur de la callichromie, co-fondateur des Editions de minuit, signataire en 1960 du Manisfeste des 121 écrivains et artistes qui déclarent « le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie » s'est éteint un 10 juin jour anniversaire du massacre d'Oradour dur Glane.

« Avant la tombée de la nuit, tu as parcouru le monde,
« Tu nous apportes l'écho des horizons de la vie
De toutes ses mains usées par le travail,
                                                           des luttes et des victoires
Ton appel semblable à la lumière sans entrave
                                                                  des rayons de l'aube
Transi et fouetté par la tempête,
                                                   tu es le feu qui nous réchauffe
Dans l'obscurité maudite,
                                 de notre serment tu es la flamme ardente
Flambée éternelle que les esprits en furie
Vocifèrent de leur haine impudente pour t'éteindre à jamais
Il semble parfois que tu vas t'éteindre,
                                                              cependant chaque jour
Des volontés d'acier t'attisent, te tiennent debout
Et toi haletant, comme un apôtre aux jours de combat
Tu montres le chemin de la lumière
                                      pour la grande victoire de l'Humanité »
poème de Missak Manouchian, résistant et poète, fusillé le 21 février 1944, par l'armée d'occupation allemande.
Les Mots de Vercors : un texte essentiel, fondamental.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Marti94
  17 septembre 2017
Vercors trouve les mots pour dire l'horreur. D'ailleurs, ce texte a reçu le prix des «Belles oubliées» 1994 pour son importance. Ce prix récompense les textes inédits, épuisés ou introuvables. Il est décerné avec le parrainage de l'association des bibliothécaires français.
«Les mots» de Vercors est un texte court sur le massacre d'Oradour-sur-Glane qui avait été écrit en 1944, publié en 1947 aux éditions de minuit et non réédité depuis. C'est grâce à Christiane Monchaty de la médiathèque départementale de Seine-et-Marne qu'il a été redécouvert.
J'avais un peu peur de la description scabreuse de ce massacre m'étant déjà rendu sur ce lieu de mémoire bouleversant. Car l'anéantissement total du village d'Oradour-sur-Glane et de sa population, la détermination impitoyable des bourreaux élèvent dès 1944 Oradour au rang «d'archétype des massacres de populations civiles».
Mais Vercors nous bouleverse en racontant ce qu'a vécu un témoin prénommé Luc, le narrateur. Après l'armistice, cet homme, poète, va s'installer dans un hameau du Limousin. Il vit à quelques centaines de mètres du village qu'il fréquente quotidiennement. Car Oradour-sur-Glane fut un paisible village de Haute-Vienne.
En ce jour sinistre du 10 juin 1944, Luc est dehors, près de sa maison quand il entend une unité de Waffen SS arriver. Il se cache et va apercevoir un lieutenant admirant le paysage et s'installer pour le peindre. Pendant qu'il cherche les couleurs pour rendre l'éclat du lieu, le sergent qui l'accompagnait va diriger ce que le peintre appelle « la sale besogne ». le village va devenir la proie de la barbarie nazie.
Ce sont les cris inhumains et l'odeur des corps brulés contrastant avec le calme du peintre que va vivre Luc impuissant. Il ne peut pas voir ce qui se passe mais il entend tout.
Vraiment exceptionnel.
Lu en septembre 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
alanfre
  29 janvier 2015
Un très court texte suivi d'un poème de Vercors.
Le texte décrit une scène irréaliste durant le massacre d'Ouradour-sur-Glane; il a permis à l'auteur de critiquer les nombreux intellectuels, notamment surréalistes, qui condamnaient l'engagement de certains poètes français durant cette seconde guerre mondiale, en mettant en situation un poète, résidant à l'extérieur du village. Je n'en dirai pas plus, mais Vercors en quelques pages, permet à chacun d'entre nous d'être cet épouvantable voyeur. le texte parut en Septembre 1946 mais pourrait être écrit tous les jours, hélas....
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Marti94Marti94   17 septembre 2017
Le peintre plaçait, au bord de l’horizon, une large touche arbitraire d’un outremer profond qui donnait à tout le ciel un poids étrange, quand éclatèrent, secs, un peu étouffés, les premiers coups de feu. Luc sursauta, tendit l’oreille, se tourna vers la vallée : le bruit venait du bourg.
Commenter  J’apprécie          20
Marti94Marti94   17 septembre 2017
Les flammes, maintenant, jaillissait ici et là, et des rafales invisibles racontaient dans le lointain, des quatre coins du bourg, la même tragique histoire.
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   17 septembre 2017
Le langage déborde largement sur les affaires humaines, et réciproquement. Faire semblant de l’ignorer serait pure absurdité.
Commenter  J’apprécie          30

Video de Vercors (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Vercors
Sur la terrasse de l'hôtel du Palais à Biarritz, Olivier BARROT évoque la vie de Vercors. D'abord illustrateur sous le nom de Jean Bruller, il devient agent secret pendant la guerre, fonde une maison d'édition avant d'écrire "Le silence de la mer". Illustration par des dessins de Vercors.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2370 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre