AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jocelyne Hubert (Éditeur scientifique)
EAN : 9782210754591
180 pages
Magnard (01/01/2004)
3.78/5   125 notes
Résumé :
On ne naît pas homme, on le devient. Telle pourrait être la morale du procès de Douglas Templemore, impliqué dans " un scandale sans précédent dans toute l'histoire de la justice britannique ". Sous le procès hilarant de cet " assassin philanthrope " se cache, outre la satire du colonialisme, la question philosophique fondamentale : qu'est-ce qu'un homme ? Anthropologues, paléontologues, zoologistes et médecins sont appelés à la barre pour en débattre... Le retentis... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,78

sur 125 notes
5
6 avis
4
8 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Zoo ou l'Assassin philanthrope est la version théâtrale du roman de l'auteur "Les animaux dénaturés". Il s'agit d'un drame faisant intervenir anthropologues, paléontologues, zoologistes et médecins lors d'un procès dont la question primordiale est : "Qu'est-ce qu'un homme?". Cette pièce de théâtre, retraçant un procès est assez complexe, proche d'un conte philosophique alliant satire et réflexion morale. Cette lecture me donne envie de découvrir le roman de Vercors, auteur que j'avais déjà apprécié lors de ma lecture de son roman "Le silence de la mer".

Commenter  J’apprécie          200

En 1952, Vercors publie un conte philosophique « Les Animaux dénaturés », qui explore la définition de l'homme. Onze ans plus tard, il en propose une transposition théâtrale, « Zoo ou l'Assassin philanthrope », qu'il présente comme une comédie judiciaire, zoologique et morale.

La pièce s'ouvre sur un sinistre constat : le docteur Figgins est appelé à cinq heures du matin par Douglas Templemore, un journaliste londonien, pour constater le décès de son fils, nouveau-né. le journaliste avoue au médecin qu'il lui a lui-même injecté une dose létale d'un produit toxique, précisant qu'il a aussitôt appelé la police.

Face au médecin et à l'inspecteur de police, Douglas Templemore dévoile les dessous de ce crime : la mère de ce nouveau-né est une pensionnaire du jardin zoologique, du quartier des grands anthropoïdes. En d'autres termes : la mère est un singe et, selon toute vraisemblance, son enfant l'est également. Mais la réalité est plus complexe. L'espèce dont provient la mère est une sorte inconnue d'anthropoïde, récemment découverte en Nouvelle-Guinée, dont on a ramené une trentaine d'individus en Angleterre. Douglas Templemore a inséminé la mère avec son propre sperme, a procédé à l'accouchement et déclaré la naissance à l'état civil, avant de le tuer. Un procès s'engage : Douglas Templemore a-t-il tué un singe ou un homme ?

Vercors s'attache ici à définir l'humain, à préciser la frontière entre l'homme et l'animal, en passant en revue des considérations techniques, physiques, philosophiques ou religieuses, maniant l'ironie et l'absurde d'une main de maître.

Commenter  J’apprécie          130

Cette pièce de théâtre traîne depuis des années dans ma bibliothèque. Je l'avais déjà lue (et étudiée) en première car elle était dans mon programme pour le bac de français. Je me souviens avoir apprécié cette lecture à l'époque mais ne m'en souvenant plus des masses, j'avais envie de la redécouvrir avec un oeil un peu plus mature (enfin j'espère !).

J'ai profité du dernier Read-A-Thon pour redécouvrir cette histoire et je ne suis pas du tout déçue, bien au contraire !

Un homme - Douglas Templemore - appelle le Docteur Figgins et l'Inspecteur Mimms en pleine nuit. Il a besoin des deux professionnels pour qu'ils constatent le décès d'un nourrisson, son fils, né d'une « femme indigène ». Il avoue l'avoir tué délibérément en lui injectant un produit toxique.

Les questions s'enchaînent alors : est-ce un bébé humain ou est-ce un petit singe ? Templemore est-il coupable d'infanticide ou a-t-il « simplement » tué un animal ?

Un tribunal se réunit pour juger du crime de Douglas Templemore, appelant successivement à la barre de nombreux témoins et scientifiques de diverses domaines : anthropologues, médecins légistes, zoologistes, religieux,… malgré tout ce savoir, le doute persiste : quelle est la définition de l'être humain ?

Zoo ou l'assassin philanthrope est une pièce de théâtre. Habituellement, c'est un genre qui me « déplaît » (enfin, peut-être pas à ce point, mais c'est un des genres avec lequel je prends rarement du plaisir) mais pour une fois et grâce à Vercors, je suis enthousiasmée !

Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde… Les didascalies sont assez nombreuses pour qu'on s'imagine correctement les scènes et les dialogues sont assez « intelligents » pour tenir en haleine jusqu'au bout.

Il y a plusieurs passages amusants, beaucoup d'ironie et parfois ce qu'on pourrait qualifier d'humour noir ; tout pour me plaire !

Les personnages sont assez nombreux mais arrivent un par un sur scène (ou presque) donc on ne les confond pas. Et puis, la liste des personnages en introduction permet de s'y retrouver, au cas où.

Vraiment aucune difficulté de compréhension dans cette lecture et les termes scientifiques sont de toute façon expliqués en note de bas de page.

Je ne suis pas une adepte des questions « philosophiques ». Enfin, disons que je lis surtout pour me détendre, pas tellement pour me prendre la tête ; mais ici, la question de la nature de l'Homme est si bien amenée que c'est un plaisir !

Au fil des pages, on se rend compte, comme le soulignent les personnages, que tout (ou presque) a été décortiqué et définit sauf… l'Homme. Où s'arrête le singe, où commence l'Homme ? Et puis, d'autres questions, d'autres zones d'ombre voient le jour avec les témoignages pendant le procès : quand peut-on commencer à parler de langage ? Encore une fois, où est la limite ? Peut-on, objectivement, la fixer ?

Autant de questionnements amenés par Vercors qui, en retour, apporte des hypothèses scientifiques qu'il s'amuse à opposer, mettant en évidence un grand nombre d'absurdités.

Finalement, la mort de l'enfant n'est qu'un prétexte à la question générale. Vercors parvient-il à une réponse ? A une réponse cohérente ? Et bien, à mon goût, la réponse à la question n'est en fait pas ce qui compte le plus. En effet, c'est surtout le cheminement jusque là et la mise en évidence de certaines absurdités qui importent.

Il semblerait que Vercors ait également abordé le sujet dans un roman en 1952 - Les Animaux dénaturés - qui, dorénavant, me tente bien. Quelqu'un l'a lu ? Me le (dé)conseille ?

J'ai cru voir que Zoo ou l'assassin philanthrope était comparé à Candide ou l'optimisme mais personnellement, j'ai préféré Vercors à Voltaire… à vous de voir !


Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
Commenter  J’apprécie          90

Je découvre le théâtre de Vercors et j'avoue que dans ce domaine il excelle. Que j'aimerais avoir vu cette pièce ! Dommage, je n'en ai pas eu l'occasion. "Zoo où l'assassin philanthrope" a été créé à Carcassonne le 6 juillet 1963 et jouée à Paris au TNP en 1964. Il faut dire qu'entre Emmanuelle Riva, Georges Wilson et Claude Pieplu, entre autres, cela devait être assez extraordinaire à voir.

Comme Vercors l'indique en sous-titre, il s'agit d'une comédie judiciaire, zoologique et morale et c'est très bien trouvé. On rit de ce divertissement mais pas seulement. On réfléchit aussi, car cette pièce est instructive et morale, comme un conte philosophique. D'ailleurs, la pièce est une adaptation du roman de Vercors "Les Animaux dénaturés".

C'est un très bel exemple d'apologue et j'ai trouvé le texte très original dans son contenu et dans sa construction.

Ce qu'il y a d'admirable dans la pièce de Vercors c'est qu'il développe avec ingéniosité toutes les variations du thème "qu'est-ce qu'un homme?". Cette question est soumise à un jury au cours d'un procès d'un genre inédit. Dans Zoo, il y a bien un meurtrier, mais y-a-t-il une victime ? C'est ce qu'on cherche à savoir. Tous les critères spécifiques de l'espèce humaine (langage articulé, religion, rites funéraires, caractéristiques biologiques, goût de la parure…) sont invoqués tour à tour à la barre, à l'appui de l'accusation et de la défense, sans qu'on arrive à se mettre d'accord tant les arguments de part et d'autre sont convaincants.

L'idée essentielle, celle qui domine la pièce, est la suivante: ce qui distingue l'homme de l'animal c'est que l'animal subit la nature tandis que l'homme lutte pour la dominer. En dehors de cette rébellion il n'y a pas de notion humaine. Concept qui permet à Vercors de déclarer qu'on ne naît pas homme mais qu'on le devient.

Sujet grave ou un jeu de miroir avec le public renforce le comique de cette comédie admirable.

Lu en novembre 2017

Commenter  J’apprécie          50

Très bien. Très intéressant. Et drôle.

Cette ironie intelligente nous pousse dans nos questionnements.

C'est clair que la frontière est floue entre l'homme et l'animal.

Quand je vois certains comportement humains, je me pose des questions.

On pourrait philosopher longtemps.

Et ça serait bien intéressant.

Commenter  J’apprécie          132

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation

A Sunset Cottage. (Le tribunal est invisible). Lumière sur un berceau. Douglas Templemore marche de long en large. Un temps assez long. Sonnerie au-dehors. Douglas va à la rencontre du visiteur.

DOUGLAS : Le docteur Figgins, je suppose?

FIGGINS (vieux et atrabilaire) : Qui voulez-vous que ce soit à cinq heures du matin?

DOUGLAS : Vous m'excuserez, docteur, mais le cas est assez grave.

FIGGINS : Je l'espère bien! Se faire tirer du lit à une heure pareille! Où est notre malade?

DOUGLAS (il lui retire son manteau) : C'est moi qui ai besoin de vous, docteur.

FIGGINS : Mais vous n'êtes pas de mes pratiques, monsieur... heu...?

DOUGLAS : Templemore. Douglas Templemore. Non, en effet.

FIGGINS (fourrageant dans sa trousse) : Nouveau dans le pays?

DOUGLAS : Oui. J'habite Londres ordinairement.

FIGGINS : C'est ça. Nous finirons par être complètement envahis par les gens de la ville. Enfin (il se passe au cou son stéthoscope). Déshabillez-vous.

DOUGLAS : Est-ce bien nécessaire?

FIGGINS : En voilà une question! Etes-vous malade ou non?

DOUGLAS : Je me porte à merveille, docteur.

FIGGINS : Mais alors... Bon Dieu! que fais-je ici? A quatre heures du matin! et par ce temps de chien encore!

DOUGLAS : Si vous voulez bien approcher, docteur...

Il le conduit au berceau.

Commenter  J’apprécie          70

Et quand, en Amérique, vous lisez en grosses lettres sur une station-service : HERE EAT CAR WASH ("ici-mange-auto-lave") est-ce encore du langage articulé ? L'Américain moyen limite son vocabulaire à trois ou quatre cents mots : il vaut donc dix corbeaux ou six orangs-outangs ?

Commenter  J’apprécie          70

Justice Draper.

Comment ? Que voulez-vous dire ?

Sybil.

Que le racisme, c'est la loi du plus fort, rien d'autre. Et que, un jour, les peuples d'Asie ou d'Afrique pourraient tout aussi bien nous rendre la pareille.

Commenter  J’apprécie          90

- Eh bien, je ne prie pas. Par conséquent je n'ai pas d'âme. donc je ne suis pas un homme (...)

- Vous priez sans le savoir.

- Alors je suis un homme sans le savoir.

Commenter  J’apprécie          61

FIGGINS (reculant, il renverse une chaise) : Quoi ?... Mais... Mais...c'est un meurtre !

DOUGLAS : N'en doutez pas.

FIGGINS (bégayant d'émotion) : Mais vous... mais mais pourquoi... mais mais comment...

DOUGLAS : Je m'en expliquerai devant les juges. Pour le moment, veuillez simplement faire le constat, docteur.

FIGGINS (avec agitation) : Il faut prévenir la police.

DOUGLAS : C'est déjà fait, docteur.

FIGGINS (même jeu) : La prévenir tout de suite. Où est le téléphone ? Comment ? Qu'est-ce qui est déjà fait ?

DOUGLAS : J'attends un inspecteur d'un instant à l'autre.

Commenter  J’apprécie          10

Video de Vercors (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Vercors
Sur la terrasse de l'hôtel du Palais à Biarritz, Olivier BARROT évoque la vie de Vercors. D'abord illustrateur sous le nom de Jean Bruller, il devient agent secret pendant la guerre, fonde une maison d'édition avant d'écrire "Le silence de la mer". Illustration par des dessins de Vercors.
autres livres classés : humanitéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus




Quiz Voir plus

Le Cid (Corneille)

Que signifie "Le Cid" en arabe ?

le seigneur
le voleur
le meurtrier

10 questions
624 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtreCréer un quiz sur ce livre