AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Pauline Verduzier (Autre)
EAN : 9782843379895
Anne Carrière (30/10/2020)
4.68/5   11 notes
Résumé :
La classification sociale des femmes en fonction de leur sexualité réelle ou supposée opère une distinction entre les « convenables » et les « indécentes ».
Du côté des mauvaises filles, on trouve notamment les travailleuses du sexe. Des personnes invisibilisées ou représentées de manière stigmatisante, a fortiori en temps de pandémie. Il y a aussi les clientes du travail du sexe, qui existent et qui remettent en question le marché traditionnel de la séducti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bazart
  14 janvier 2021
C'est quoi une fille « normale », une fille « bien », « gentille » ?
Et qui sont les mauvaises femmes ? Et moi, où est ce que je me situe entre la « maman » et la « putain » ?
Je vois dans sa remarque une forme de rappel. Une manière de me dire : Ne nous observe pas avec un regard surplombant si tu veux écrire à notre sujet, car nous ne sommes pas si différentes que cela. Et qui es tu au juste pour t'intéresser à tout ça ?"
Celle à qui on demande qui elle est, c'est Pauline Verduzier, journaliste trentenaire, spécialiste des questions de genre et de sexualités.
Dans son dernier essai, "Vilaines filles : Les travailleuses du sexe, les clientes et la journaliste" paru fin octobre dernier aux éditions Anne Carrière- dans leur nouvelle collection Sex Appeal- cette membre du collectif de journalistes indépendantes "Les Journalopes" questionne les stéréotypes liées à la prostitution.
En rencontrant une cinquantaine de travailleuses du sexe, mais également des clientes (attention : pas des clients, renversant la conception hétérnormée de la prostitution) elle dresse un état des lieux assez édifiant des normes sexuelles du monde d'aujourd'hui .
Prostituée de rues, mais aussi escorts girls, dominatrices, masseuses érotiques, qu'elles exercent leurs activités dans une maison close suisse, une rue à Paris ou une maison close lesbienne d'Amsterdam , toutes ces travailleuses de sexe dans l'ensemble de leur corporation ont droit à la parole dans ce livre-enquête très fouillé sur la question.
Ce livre rejoint un peu en quelque sorte, mais dans une veine plus journalistique que romanesque, le travail amorcé par Emma Becker avec La Maison.
Comme Emma Becker, Pauline Verduzier n'hésite pas à se mettre en scène dans son livre; non pas comme travailleuse du sexe mais en interrogeant constamment son propre vécu sexuel et ses représentations sur la question.
La journaliste s'empare d'un sujet souvent trop caricaturé par les médias en donnant en priorité la parole aux premiers concernés et en n'hésitant pas à politiser son sujet
Voulant à tout prix contourner les stigmatisations trop facile, Pauline Verduzier parvient à combattre la représentation sociale dominante, issue de la culture patriarcale capitaliste traditionnelle, qui aurait tendance à classer les femmes selon leur non respectabilité en fonction de leur comportement et position par rapport au sexe.
Un essai aussi salutaire que donnant un point de vue original sur ce sujet qui reste assez tabou dans la société occidentale traditionnelle.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
soeurcierelitteraire
  13 mars 2022
Dans son premier livre, la journaliste Pauline Verduzier part à la rencontre des « vilaines filles » : les travailleuses du sexe et les clientes féminines des TDS. L'autrice m'a fait voir le travail du sexe sous des angles que je n'avais encore jamais envisagés, en interrogeant par exemple une directrice d'agence de TDS lesbiennes ou une domina qui oblige ses soumis à se repentir de la colonisation. Elle interviewe également quelques TDS non binaires. En outre, elle fait une distinction très claire entre la prostitution et la traite des êtres humains. Elle n'omet pas les répercussions de la pandémie de COVID-19 et de la pénalisation des clients, les conditions précaires de certaines TDS, ainsi que leurs féminicides passés sous silence (ce qui m'a d'ailleurs fait penser au dernier clip de Stromae qui met en scène l'enterrement fictif d'une prostituée au Cinquantenaire à Bruxelles).
La neutralité est impossible à envisager quand on traite d'un sujet comme la prostitution mais Pauline Verduzier réussit presque à l'atteindre en donnant la parole à des concernées d'horizons divers. En outre, son style se rapproche du journalisme narratif, elle s'intègre dans son enquête en y apposant sa propre expérience des rapports sexuels hétéros parfois monnayés sans qu'on le conscientise. Elle admet également ses propres contradictions. Sa posture est très humble. En apposant son histoire à celle des autres femmes (j'ai d'ailleurs beaucoup apprécié sa manière de restituer les interviews en gardant une position très neutre et en les citant constamment, même dans ses reports d'évènements comme un collage dans la rue), elle se situe au même niveau qu'elles.
J'ai eu un coup de coeur pour « Vilaines filles » et je ne peux que le vous conseiller. Pour ma part, cette lecture m'a donné envie de me pencher sur des ouvrages plus théoriques comme ceux de Françoise Gil ou Lilian Mathieu, que Pauline Verduzier cite dans son livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JamaiFatigai
  12 janvier 2021
La façon dont cette journaliste dépeint la réalité de ce phénomène est très incisive, constructive et révélatrice. On alterne entre ses pensées, et des témoignages tous plus éclectiques les uns que les autres, entres escorts boy, hôtesse en maison close, dominatrices et masseurs tantriques, on plonge dans l'intimité profonde de ces indivus qui exercent le travail du sexe, du charme.
Ce livre aide à remettre en cause son propre système de croyance sur la condition humaine, tant féminine que masculine.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
BazartBazart   14 janvier 2021
"C’est quoi une fille « normale », une fille « bien », « gentille » ?
Et qui sont les mauvaises femmes ? Et moi, où est ce que je me situe entre la « maman » et la « putain » ?

Je vois dans sa remarque une forme de rappel. Une manière de me dire : Ne nous observe pas avec un regard surplombant si tu veux écrire à notre sujet, car nous ne sommes pas si différentes que cela. Et qui es tu au juste pour t’intéresser à tout ça ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AnaislgAnaislg   21 mars 2022
Le féminisme consiste à respecter la parole et les besoins de chaque femme, qui sait ce qui peut l’aider dans son contexte personnel. Il s’agit d’entendre, d’écouter, de proposer l’aide ou les informations demandées et de ne pas dicter quoi que ce soit à l’autre quand ce n’est pas sollicité. Le féminisme, ce n’est pas vouloir libérer la femme à sa place, ce qui revient à une autre forme de contrôle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AnaislgAnaislg   21 mars 2022
Je ne juge pas qu’un comportement féminin soit plus féministe qu’un autre, parce que le seul féminisme qui vaille est celui de la solidarité avec les réalités de chacune. Je ne pense pas non plus qu’établir une unique façon de s’accomplir pour les femmes, une unique forme d’émancipation, soit réellement émancipateur.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : droits de la femmeVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1360 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre