AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782262038854
1040 pages
Perrin (28/08/2014)
4.09/5   17 notes
Résumé :
Ce que l'on sait du maréchal Pétain (1856-1951) se résume souvent à Vichy, sa rivalité avec de Gaulle, Verdun, sa condamnation à mort, sa réputation d'homme à femmes. Voici en revanche une biographie très complète, nourrie d'éléments nouveaux, qui met en perspective la trajectoire lente mais extraordinaire d'une personnalité d'apparence mystérieuse. Pétain l'orphelin fut d'abord un jeune homme sportif, épris d'études et d'enseignement. Août 14 changea sa destinée : ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
theobservor
  30 novembre 2019
Pétain ! Quelle complexité que ce personnage
Il semble que le phantasme se mêle à la réalité, que l'histoire nourrisse la légende et vice versa.
Militaire disposant de certaines facultés intellectuelles et physiques, pour autant, sa carrière est lente. Obscur colonel au début de la première guerre mondiale, il n'a pas la réputation d'un militaire entreprenant. « VERDUN » sera son heure de gloire
Et pourtant, le malentendu est déjà là…retour en arrière sur un personnage laissé volontairement dans l'oubli :le général de Castelnau...celui qui ne sera jamais nommé maréchal pour raisons politiques.
Lors de la bataille des frontières, la 2e armée qu'il commande va connaître le même sort que ses voisines. Elle est battue à Morhange le 20 août 1914 et ne doit son salut qu'à une retraite précipitée qui le ramène dans la région de Nancy. À cet instant, les Allemands pensent tenir une victoire décisive. Ils vont devoir déchanter.
Surgissant des collines qui s'étendent autour de Nancy sur lesquelles il a réussi à reconstituer son armée, Castelnau tombe sur le flanc des troupes allemandes et remporte la victoire de la Trouée de Charmes. Sa victoire prépare le redressement français sur la Marne qui intervient quelques jours plus tard.
Ces combats terriblement meurtriers conduisent les belligérants à changer leurs méthodes de combat. Dorénavant, les armées s'enterrent. C'est la guerre des tranchées.
Pendant la première partie de l'année 1915, le généralissime Joffre et celui qu'il considère comme son second opérationnel, le général Foch, entraînent les armées françaises dans une série d'offensives dont les gains sont négligeables au regard des pertes qu'elles engendrent.
Castelnau y est résolument opposé. Il propose de rechercher plutôt une victoire dans les Balkans où les alliés de l'Allemagne sont dans une position critique.
À défaut, Castelnau est nommé le 22 juin 1915 au commandement du principal groupe d'armées, celui du Centre. Quelques semaines plus tard, il est promu adjoint de Joffre en qualité de chef d'état-major général des armées.
Cela ne l'empêchera pas d'exercer la plénitude du commandement suprême lors de la bataille de Verdun. Au moment où l'attaque allemande se déclenche, le 21 février 1916, il se rend sur place et prend les mesures qui sauvent la ville. Il nomme le général Pétain et réorganise le commandement local. Il ordonne aussi en novembre 1916, contre l'avis de Joffre, la dernière offensive qui transforme cette longue bataille en une victoire
Voilà le mythe est lancé, le quiproquo aussi et on connait la suite…
Ni les militaires, ni l'opinion, ni les alliés, ni les politiciens français ne prépareront la seconde guerre.
Tout sera fait pour abandonner nos alliés de l'époque, les sacrifier face au délire d'HITLER, un ministre comme BONNET sera une vraie honte, jusqu'à dynamiter toutes les possibilités d'alliance avec la Russie pour « calmer » l'Allemagne ; quant à CHAMBERLAIN !!!!
Bref, les français font appel à un personnage « surcoté », âgé, qui ne comprend plus rien et qui à mon sens, ne sera qu'une marionnette aux mains de fanatiques sans réel pouvoir ; puisque toujours soumis au bon vouloir allemand.
Entendons-nous bien, quand je dis « marionnette », et « fanatiques sans réels pouvoirs », le régime de VICHY a eu une très triste réalité.
« Marionnette » ne veut pas dire que l'on doit l'exonérer, mais quand on pense aussi à son passage en Espagne comme ambassadeur et son pathétique relationnel face aux franquistes…
Tout échappe à ce personnage à qui l'on confie une mission bien trop grande pour lui. Pour autant a-t-il été autant la dupe que l'on veut bien nous faire croire ?
Il arrive au pouvoir, parceque personne d'autre ne « dispose de l'envergure » à l'époque.
Son mérite ? Ne pas avoir fui …ses responsabilités durant son procès, mais risquait-il réellement quelque chose au regard de son passé et des conditions de sa nomination.
Il est bien plus facile encore aujourd'hui, de s'acharner sur un homme, que de s'attarder sur le contexte l'époque, ou que la France affronte enfin son passé sans esquiver la réalité
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bobo1001
  17 octobre 2021
Par les temps qui courent...
Il faut du temps pour en venir à bout car cette biographie de Pétain est très approfondie, très volumineuse. Mais cela en vaut la peine car Bénédicte Vergez-Chaignon est une excellente historienne et qu'elle parvient à à dresser un ouvrage remarquable de netteté dans ses réponses. Pour ceux qui resteraient sceptiques, un coup d'oeil à la bibliographie permet de ses faire une idée du travail proprement colossal de cette historienne.
Il y a tout d'abord le militaire de la guerre de 1914-1918 brillant, très brillant au début, puis finalement mis sur la touche car considéré comme trop défaitiste. Puis un Pétain mi-homme politique, mi- militaire des années 1920-1930 qui glisse vers l'extrême-droite et admire Franco. Puis enfin le vieillard plus que réactionnaire qui profite de la défaite (dans laquelle par son poids dans les décisions militaires et la stratégie tout au long de l'entre-deux-guerre il est au minimum associé) pour installer une régime nauséabond. Ceux qui se posent des questions pour savoir si cet homme a réellement contribué à apaiser la situation des juifs (il faut se pincer mais on l'entend dire parfois ces temps-ci) trouveront ici des réponses : NON. D'autant plus que dès les années 1970 Paxton avait démontré que le statut des juifs n'avait pas été fait à la demande des Allemands mais de manière spontanée.
En somme à la lecture de ces livres il n'y a plus d'ambiguïté du tout. Quand au reste doit-on s'amuser que ce chantre de la religion catholique, des valeurs familiales les plus traditionnelles ait appris qu'il était envoyé sur le Front durant la Première guerre mondiale alors qu'il était au lit avec sa maitresse ?
Faites ce que je dis pas ce que je fais, soit. Là n'est pas l'essentiel, il est dans l'association effroyablement tragique entre celui qui a paru, de manière bien illusoire être un sauveur (resté populaire jusqu'au bout du reste) et un des épisodes les plus honteux de notre histoire.
Je suggère en contrepoint de lire la biographie de Jean Moulin par Azéma ou le colossal De Gaulle par Jackson...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
Nikoz
  28 novembre 2015
Une somme, particulièrement documentée mais pas lourde pour autant... Et bien évidement on ne sait que penser; et si Pétain était l'auberge espagnole? Chacun y apporte ce qu'il veut y voir. Toutefois au final, une immense vacuité. Portrait consternant au final, en refermant on hésite entre "pauvre type!" et "pauvre homme!".
Commenter  J’apprécie          60
clemleroy
  29 avril 2015
Une brillante biographie, extrêmement documentée, qui remet en perspective la vie de cet homme héros et bourreau.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (4)
LaPresse   01 décembre 2014
Le long parcours de Pétain, qui se confond avec celui de la France de la première moitié du XXe siècle, est ici évoqué avec force détails, sans complaisance ni mépris mais avec toute la complexité requise pour tenter de l'expliquer, faute de pouvoir le comprendre.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeFigaro   12 septembre 2014
Une somme sur tous les aspects de la vie de Philippe Pétain qui ne cesse, aujourd'hui encore, de susciter passions et controverses.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Lexpress   03 septembre 2014
Le Pétain de Bénédicte Vergez-Chaignon, première biographie d'envergure publiée depuis 1987, donne un éclairage nouveau sur l'homme de Verdun et de Vichy.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LePoint   26 août 2014
Dans un ouvrage de plus de mille pages, l'historienne Bénédicte Vergez-Chaignon propose un portrait complet du maréchal. Et relance le débat sur son rôle.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
NikozNikoz   28 novembre 2015
- Ce que j'en pense? Oh, tout ce que vous voulez, même le pire.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bénédicte Vergez-Chaignon (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bénédicte Vergez-Chaignon
La Victoire en pleurant : alias Caracalla 1943-1946 Daniel Cordier Bénédicte Vergez-Chaignon Paulin Ismard, Yann Potin Éditions Gallimard Collection Témoins
D. Cordier retrace deux années et demie de son parcours, de la mort de J. Moulin en 1943 jusqu'à sa démission en 1946. Les conflits au sein de la direction de la Résistance, les positions des intellectuels dans le Paris occupé et le procès de C. Maurras font partie des sujets abordés. ©Electre 2021
https://www.laprocure.com/victoire-pleurant-alias-caracalla-1943-1946-daniel-cordier/9782072688775.html
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1300 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre