AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2370551631
Éditeur : Le Tripode (24/05/2018)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 12 notes)
Résumé :
« Le recueil Les pas perdus est né d'une envie tenace et espiègle de raconter des histoires farfelues, de rendre ses lettres de noblesse à l'imaginaire : prendre plaisir à démonter le réel, le malmener, le moquer, le triturer jusqu'à lui mettre les tripes à l'air. En un mot, l'envie, non pas de faire rendre l'âme au réel, mais de l'expurger autant que faire se peut de lui-même, pour amener au jour l'or caché qu'il contient à son propre insu : le fantastique, le merv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
daniel_dz
  19 octobre 2019
Ahhhhh... Voilà exactement le genre de livre dont je me régale ! Un dessert joyeux, une gourmandise d'enfance, un délice ! Des textes courts extrêmement imaginatifs qui nous font voir le quotidien sous un regard surréaliste et poétique. À découvrir absolument !
L'auteur a parfaitement décrit le goût que j'ai ressenti : « le recueil ˋLes pas perdus' est né d'une envie tenace et espiègle de raconter des histoires farfelues, de rendre ses lettres de noblesse à l'imaginaire : prendre plaisir à démonter le réel, le malmener, le moquer, le triturer jusqu'à lui mettre les tripes à l'air. En un mot, l'envie, non pas de faire rendre l'âme au réel, mais de l'expurger autant que faire se peut de lui-même, pour amener au jour l'or caché qu'il contient à son propre insu : le fantastique, le merveilleux, l'absurde, le poétique. »
Il s'agit d'un recueil de textes courts : une page, deux pages, parfois un peu plus. Je ne sais pas trop comment le qualifier... Déjanté ? Non : ce mot a une connotation de folie inappropriée. Absurde ? Un peu... Mais je n'aime pas la connotation « Monty Pythons » que l'on pourrait imaginer : ces textes ne sont pas nécessairement drôles.
Surréaliste serait peut-être un meilleur qualificatif, d'autant plus que l'auteur est belge (ce qui explique assurément la qualité de l'ouvrage ;-) ). Je pense ici au surréalisme d'un Magritte, qui nous fait voir la réalité sous un regard inhabituel. le regard innocent des enfants, qui ne s'embarrassent pas de la vraisemblance. Ou le regard d'un poète.
Jugez plutôt sur quelques extraits. le résultat peut être drôle : « Depuis bientôt dix ans, le vieux téléviseur était condamné à assister à la vie quotidienne de la famille B... Une décennie qui lui paraissait une éternité, un supplice sans fin. Jour après jour, il était obligé de regarder le même mauvais film, avec les mêmes piètres acteurs : le père, la mère, le fils et la fille. Ce spectacle était une affligeante caricature de la vie de famille, il en avait la nausée. » Je pense aussi à « La Buble » où un archéologue du futur interprète un billet de commissions comme une prière adressée au dieu Carrefour !
Mais la plume d'Étienne Verhasselt peut tendre vers davantage de poésie. Voici par exemple un homme qui décide de disséquer une de ces journées : « Pratiquer l'ouverture à dix-sept heures dû beaucoup moins aisé qu'il ne s'y attendait. [...] Il en fut réduit à chercher une partie plus tendre. Il pensa alors à cet échange téléphonique si délicat qu'il avait eu avec sa douce moitié, vers dix-neuf heures quarante-cinq, ce même mardi,à l'hôtel. Heureuse idée car le scalpel ne rencontra là aucune résistance et la chair du jour s'ouvrit onctueusement sous sa pression. Les humeurs quotidiennes se répandirent sur la table de la cuisine, les bonnes et les mauvaises prenant des chemins distincts. » Dans d'autres textes, la poésie est encore plus marquée. Je vous laisse les découvrir.
Étienne Verhasselt est né en 1966. Après des études de graphisme, il s'est tourné vers la psychologie clinique, à l'Université de Bruxelles (ce qui me fait penser à mentionner deux autres psychologues, ou plus exactement psychanalystes belges de mes chouchous: François Emmanuel et la très regrettée Jacqueline Harpman). Si je ne me trompe, « Les pas perdus » est son premier livre; il a été couronné en 2019 par le prix Henri Cornélus 2018 de l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. J'avais déjà commenté ici «  le gout de la limace », de Zoé Derleyn, qui avait reçu le prix Franz de Weber 2018 de la même Académie. Mais entre les deux, je conseillerais « Les pas perdus », si toutefois il y a un sens à comparer deux genres si différents.
Étienne Verhasselt a récemment sorti « L'éternité, brève »., qui figure bien entendu sur ma pile.
À vos Belges, Mesdames et Messieurs !
Note à propos des éditions le Tripode, qui concerne en particulier ce livre-ci: « Chaque année, le Tripode donne à un collectif de vingt artistes carte blanche pour illustrer une publication de la maison d' édition. Vingt sérigraphies sont conçues à chaque fois pour faire la preuve qu'un même livre peut susciter des lectures très différentes. Ce projet, qui doit durer vingt ans, a donné au collectif le nom de «  Les 400 coups » car il conduira, à terme, à la création de 400 affiches. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214
paroles
  03 avril 2019
C'est lors d'une émission radiophonique que j'ai entendu parler de ce recueil de nouvelles, et pour nous appâter le présentateur nous en lisait une "A Claude" dont voici un petit extrait :

"Au bout du pays, sur les hauts plateaux, Claude : un village d'une centaine d'âmes. La petite place s'orne du café Claude, de la boulangerie Claude, du boucher Claude et du tabac Claude. On la quitte par la rue Claude ou par la rue Claude. On croise alors le facteur Claude en tournée..."

J'ai bien ri en écoutant cette nouvelle et je me suis dit : mais qui est cet olibrius qui nous tient en haleine ainsi avec ses histoires de Claude ? Je me suis bien sûr procurer ce fameux objet du délit et je ne l'ai pas regretté un seul instant.


Voici donc quelques nouvelles courtes, très courtes et d'autres un peu plus longues. Leur point commun ? La fantaisie sans aucun doute.

Des nouvelles farfelues, fantastiques, drôles, caustiques et même parfois poétiques. de quoi passer de bons moments quand on s'ennuie dans une salle d'attente. Un livre à garder précieusement sur soi pour oublier le temps et plonger dans un monde incongru. Mais à y regarder de plus près, vous constaterez que leur auteur, sous son habit fantaisiste, observe notre monde et le décortique à sa façon !

Vous y rencontrerez alors un écrivain enroulé à une patère, un certain Claude donc, les gens du bout de la rue, René Deessendre imperturbable dans ses morts et ses résurrections...
Vous serez étonné(e) de l'incroyable découverte de Darwin bien peu connue du public, de la folie graphique qui s'empara de toute une ville, de la traduction d'un ancien texte pratiquement illisible La Buble...
Mais la plus surprenante et la plus sympathique à mon goût reste la petite nouvelle qui porte le titre de cet ouvrage, Les pas perdus. Une vision tout à fait poétique du monde qui nous entoure...

Allez, je vous laisse entre de bonnes mains. Laissez-vous guider par cette belle fantaisie qui vous ouvrira des horizons insoupçonnés...

Pour l'anecdote, sachez que cet auteur est belge et que ce recueil de nouvelles a reçu au Festival International du Livre Transilvania le prix "magie de la littérature".
Une bonne histoire belge, vous en conviendrez !

Lien : http://mespetitesboites.net
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
motspourmots
  28 mai 2018
Ils ne sont pas si nombreux les écrivains qui excellent dans les textes courts, voire très courts. Il y a quelques années j'ai découvert Lydia Davis, experte dans le genre et dont j'avais pu admirer toute la dextérité dans le recueil Ce qu'elle savait qui contient quelques textes saisissants. Avec Etienne Verhasselt, je me suis littéralement régalée. Ses textes d'une ou deux pages en moyenne se dégustent, son univers entre poésie et absurde offre un décalage salutaire. C'est un recueil que l'on a plaisir à conserver à portée de main pour picorer un texte le temps de quelques minutes, entre deux rendez-vous ou lors d'une pause café en terrasse.
Sous leur apparence aérienne, ces textes n'ont rien de léger ou de facile. L'auteur bouleverse simplement l'ordre établi, change l'angle de vue et éclaire d'une lumière rasante un petit travers humain ou un gros dérèglement du monde. Chez Etienne Verhasselt, un homme peut se lier d'amitié avec un insecte, les objets révèlent leurs âmes, la question du genre n'est pas forcément centrée sur le sexe... D'une plume précise et inspirée, il donne vie à un balcon, à un plafond ou à un téléviseur lassé de contempler chaque jour le rituel immuable d'une famille sans grande conversation. Avec ses décalages, il interroge notre rapport à l'autre. D'un trait de poésie, il bouscule joliment les idées reçues. Et puisqu'il ne se refuse rien, pourquoi ne pas oser les jeux de mots et nous raconter les vies Ô combien étonnantes de René Desessendre ou du Prince Kedal ?
Mine de rien, il aborde de nombreux thèmes d'actualité avec une finesse bien plus efficace que nombre de discours argumentés. La solitude, le voisinage, le renoncement, l'étranger, la cohabitation, le bavardage, les règles dont on s'affranchit... ou pas, sous la plume de Stéphane Verhasselt, tout change de dimension sans se départir d'une belle élégance, y compris lorsqu'il décide de jouer avec les mots.
J'ai beaucoup aimé me laisser surprendre par cet univers qui emprunte au merveilleux pour mieux dessiner le réel et je n'ai pas envie de ranger ce livre dans ma bibliothèque mais plutôt de le laisser sur ma table de nuit, pour prendre une petite dose de poésie, d'humour et de finesse de temps en temps. Et puis sa couverture est si jolie que ce serait dommage de la cacher...
Allez, un petit échantillon...
"A partir de ce moment, le moustique ne me quitta plus dans l'appartement et, pour tout dire, nous devînmes les meilleurs amis du monde. Lorsque je vaquais ou que je travaillais dans mon bureau, il voletait ça et là, à proximité. le bruissement de ses ailes dans mon voisinage m'était devenu familier et je trouvais à ce petit récital aérien une vertu apaisante. L'une de nos passions communes était la lecture, car je m'aperçus bien vite que mon cousin savait lire. Nous passions des heures entières dans le salon, ou au lit, passionnés par les nouvelles de Dino Buzzati : combien de fois avons-nous lu et relu "Un animal stupéfiant" ou "Le papillon", un présage que nous étions bien incapables de déchiffrer ! Nous riions ensemble, nous étions émus ensemble..." (in Un hôte hors du commun)
... et vous courez vous le procurer pour savoir comment se termine cette belle amitié.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
IreneAdler
  23 mai 2019
Recueil de nouvelles très courtes. Dont je ne sais pas quoi penser. Certaines sont chouettes, ouvrent à la réflexion quand d'autres sont vraiment absurdes. Cependant, il keur manque de la poésie de l'absurde pour m'être vraiment convaincantes. J'ai parfois eu l'impression de lire des travaux d'élèves qui certes respectaient les consignes, mais ne mettaient rien d'eux et restaient très scolaires (oui, c'est un drôle de reproche adressé aux élèves) Et franchement, je n'ai trouvé ça ni drôle ni réflexif ; voire même vraiment lourd.
Certes, la lecture glisse toute seule parce que c'est court. Mais rien n'accroche et laisse une impression d'ennui.
Commenter  J’apprécie          110
LucienRaphmaj
  19 janvier 2019

Promesses de surréalisme, on hésitera à qualifier de "nouvelles" ces dix-neuf éclats de narration, presque haïkus de nouvelles tant est lapidaire la forme d’une ou deux pages (mais on n’est pas dans du Fénéon quand même). Ou peut-être faut-il parler de pierres plates, de galets ovnis de nouvelles, eut égard au caractère lisse de cette littérature d’idées, d’idées magiquement animées et poursuivies comme autant de Vénus d’Ille anti-platoniciennes dont le verbe manifesterait l’incroyable fuite dans un réel caverneux.
Ces nouvelles font chacune briller le prisme d’une idée dans la potentialité fantastique de l’idéalité. Ce n’est pas pour rien que Borges énonçait que la métaphysique est une branche de la littérature fantastique. S’ouvre alors le bal des fantasmagories : un plafond vivant, un dieu-coquillage, une télévision qui se rêve micro-onde, des bourdons qui se rêvent termites, des dissidents soviétiques schizophrènes, fossile d’une humanité de songe, amours de moustiques, la bible lue avec des coquilles par des philologues du futur.
L’adjectif « farfelu » employé par l’auteur en quatrième de couverture est plus juste que surréalisme, malgré le titre reprenant les Pas perdus (1924) de Breton, qui énonçait cependant non seulement l’introduction du Rêve dans la vie – préoccupation nervalienne et romantique – mais de l’inconscient et de ses mécaniques pour opérer une révolution intégrale de l’humanité. Comme le vocable « romantique », le « surréalisme » a subi le même devenir épidémique, « hystérique » (encore un terme dont l’extension prodigieuse est symptomatique).
On aurait donc plus raison de le placer dans une chimère de fantaisie, de sottie et de farfelu malrucien qui, à l’époque du surréalisme, imaginait une divergence de l’imaginaire vers un monstrueux artificiel. Pourtant on sent bien aussi une esquisse de « paranoïa critique » à la Dali, une sorte d’attention à un détail, à une idée, regardée, décorporée jusqu’à en faire émerger l’absurde folie, poursuivie sur une ou deux pages avec humour et onirisme.
Sauf qu’à la jubilation de l’insolite réalisé manque souvent le relief d’une situation avec ses aspérités et ses angulosités, ou l’humanité d’un personnage à visage mobile – ce que l’on n’a qu’à de trop rares exceptions (je pense à Darwin et à son homo somniator dont la longueur de la prose, sa mélancolie et son mystère distingue dans « Le feu de Saint Elme ») tandis que l’overdose d’idées et de situations cocasses menace. Livre fourmillant Les Pas perdus d’Étienne Verhasselt ont la variance des miscellanées pour cœur et la constance de l’insolite en guise de sang.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
motspourmotsmotspourmots   28 mai 2018
A partir de ce moment, le moustique ne me quitta plus dans l'appartement et, pour tout dire, nous devînmes les meilleurs amis du monde. Lorsque je vaquais ou que je travaillais dans mon bureau, il voletait ça et là, à proximité. Le bruissement de ses ailes dans mon voisinage m'était devenu familier et je trouvais à ce petit récital aérien une vertu apaisante. L'une de nos passions communes était la lecture, car je m'aperçus bien vite que mon cousin savait lire. Nous passions des heures entières dans le salon, ou au lit, passionnés par les nouvelles de Dino Buzzati : combien de fois avons-nous lu et relu "Un animal stupéfiant" ou "Le papillon", un présage que nous étions bien incapables de déchiffrer ! Nous riions ensemble, nous étions émus ensemble... (in Un hôte hors du commun)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Noemie67Noemie67   15 novembre 2019
Eh bien, pour ma part, j’estime que nous aurions là un magnifique honneur à Darwin, un pied de nez à nos sociétés qui vendent leur âme à une Science, désormais pervertie, puisque la Science semble de plus en plus vouloir nous réduire tous à quelques formules standard et envisager toute particularité, toute originalité comme une déviance à traiter.
Commenter  J’apprécie          20
daniel_dzdaniel_dz   19 octobre 2019
La nuit du 3 septembre 1956, alors qu’il dormait, il se leva sans faire de bruit, afin de ne pas se réveiller, et sortit de sa chambre sur la pointe des pieds.
Commenter  J’apprécie          20
daniel_dzdaniel_dz   19 octobre 2019
Depuis bientôt dix ans, le vieux téléviseur était condamné à assister à la vie quotidienne de la famille B... Une décennie qui lui paraissait une éternité, un supplice sans fin. Jour après jour, il était obligé de regarder le même mauvais film, avec les mêmes piètres acteurs : le père, la mère, le fils et la fille. Ce spectacle était une affligeante caricature de la vie de famille, il en avait la nausée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
daniel_dzdaniel_dz   19 octobre 2019
Quant à la fille, elle ne regardait plus [le téléviseur] depuis qu’elle s’était découvert des ongles et des cheveux.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Étienne Verhasselt (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Étienne Verhasselt
???? La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! ???? ? ? le c?ur de l'Angleterre de Jonathan Coe et Josée Kamoun aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1008930-romans--le-coeur-de-l-angleterre.html ? Doggybags, Tome 14 : de Collectif, Neyef aux éditions Ankama https://www.lagriffenoire.com/1013955-achat-bd-doggybags-t14-shadow-of-death.html ? Je m'appelle Lucy Barton de Elizabeth Strout aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1012841-divers-litterature-je-m-appelle-lucy-barton.html ? La Fabrique des salauds de Chris Kraus et Rose Labourie aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/1011860-romans-historiques-la-fabrique-des-salauds.html ? Belgiques de Jean Jauniaux aux éditions Ker https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1019922&id_rubrique=1 ? L'éternité, brève de Etienne Verhasselt aux éditions le Tripode https://www.lagriffenoire.com/1013811-romans--l-eternite--breve.html ? Paris - Bars & restos planqués de Antoine Besse aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/58204-cuisine-paris---bars---restos-planques.html ? Paris Restos du Monde de Vanessa Besnard aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/141954-livres-de-cuisine-paris-restos-du-monde.html ? A chacun son resto - 120 adresses pour inviter sans se tromper de Vanessa Besnard aux éditions Parigramme ? Paris zen & relax de Sophie Herber aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/1015157-livres----vie-pratique--paris-zen---relax.html ? le thé à Paris de Caroline Da-chavigny aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/1015158-livres-de-cuisine-le-the-a-paris.html ? La Police des fleurs des arbres et des forêts de Romain Puertolas aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/1017324-nouveautes-polar-la-police-des-fleurs--des-arbres-et-des-forets.html ? L'Aviatrice de Paula McLain aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/76336-divers-litterature-l-aviatrice.html ? La Troisième Hemingway de Paula McLain et Florence Hertz aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/138906-divers-litterature-la-troisieme-hemingway.html ? L'ultime mystère de Paris de Bernard Prou aux éditions Anne Carrière https://www.lagriffenoire.com/1019357-nouveautes-polar-l-ultime-mystere-de-paris.html ? La Chorale des dames de Chil
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Étienne Verhasselt (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15456 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre