AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782742712816
176 pages
Actes Sud (03/07/1997)
3.88/5   8 notes
Résumé :
"L'épisode biographique maoïste résonne dans Le degré Zorro de l'écriture, Divan le terrible, et Vie et mort pornographique de Madame Mao. Le vécu a imprégné ces textes d'un leitmotiv : lézarder les images figées et sacralisées des Pères du monde. Mao rejoint ainsi Nietzsche, Platini, Tintin, Sade, Buck Danny, Lénine et tout autre prétendant au piédestal. L'auteur y compris."
Que lire après Le Degré zorro de l'écritureVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
C'EST AVEC BONHEUR et délectation que je vous présente cette lecture belge complètement atypique. Loin d'être simplement original, Verheggen y déconstruit totalement toutes les conventions de la littérature classique. Pas la peine de chercher une trame, des personnages, une prise de position explicite ou même une leçon à tirer, vous risquerez d'y perdre tout intérêt. Pour ma part, j'ai trouvé dans ce livre de quoi abreuver ma soif de jeux de mots et de divagations phonétiques.

Le titre, grande boutade à l'auteur du Degré zéro de l'écriture, m'avait au départ préparée à rencontrer des prises de position allant à contre-courant des modèles littéraires enseignés dans les écoles ou les universités. Pourtant, la référence textuelle à Barthes et aux enjeux de l'écriture s'arrête là. En omettant de critiquer le contenu ou la forme d'une oeuvre idéale, Verheggen laisse toute la place au plaisir personnel qu'on éprouve envers sa langue maternelle. Finalement, après avoir abandonné toutes mes conventions et mes attentes, je me suis ouverte à une ode à la subjectivité.

Restez attentifs, chers lecteurs, si vous ouvrez un jour le Degré zorro, à tous les détails de la mise en page et aux coquilles volontaires qui retournent le sens des mots. Il y a entre ces lignes un trésor de surprises pour celui qui veut se laisser troubler, car comme le dit l'auteur, « au fond, c'est aussi cela mon écriture. Cette débilité totale et à la fois cette réinvention continuellement perturbatrice. Comme s'il s'agissait de sous-titres décalés. Comme si, toujours, j'étais un plan en retard ou en avance, ratant la marche. »

Plus personnellement, je me suis prise d'affection pour ce texte qui me rappelait mes mots d'enfants ou le wallon de mes grands-parents. Heureuse d'abandonner un temps la recherche de style, d'excellence ou du bien dit, je me suis retrouvée dans les tréfonds du français et de ses amies les langues romanes. Et c'était un réel plaisir de lire un auteur qui s'appropriait les tabous littéraires et les patois wallons pour la pure satisfaction que leur prononciation peut provoquer.

J'ai été très heureuse de m'attarder plus longtemps sur ce poète en prose que je connaissais uniquement de réputation. Un livre que je reprendrai certainement lorsque je me sentirai étouffée par le désir de faire sens afin de retrouver la jouissance des mots, simplement.


http://monsalonlitteraire.blogspot.fr
Commenter  J’apprécie          200
Le degré zorro de l'écriture, c'est la revanche du cornichon masqué sur la louve en string. de sa plume vengeresse, Verheggen tente de donner un nouveau souffle à la langue française menacée de toutes parts comme le radeau de la Méduse perdu au milieu de l'Atlantique. Pour réanimer la moribonde, rien de telle que le bouche à oreille, ou le livre à lecteur qui cherche une évasion dans l'écume des nuits.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Afin que l'arbre ne nous cache pas la fôret, je pense qu'il
faudrait
vraiment ici un texte sur Tarzan.
Celui qui ne steppe jamais en voie,
celui qui traîne toujours un peu sa savane par là,
celui qui crie quand il a froid,
celui qui s'bat la toundra velue de son estomac,
celui qui vomit tous ses repas.
Des bananes !
Des bananes tout ça ?
Des bananes -- ces steaks de jungle -- vous avez remar-
qué, Tarzan en a toujours la bouche pleine. D'où, impos-
sibiolité de crier, de crier clairement !
Alors Tarzan manche sa Jeajeanne et le singe, lui, bande
un swing
Coup imité de son maître. Cf. initiale de l'écriture, trans-
crite par un "W", de son souper-vomi-crié !
Waouwâwaouwwâwwwaaoouuwwwââ !
Commenter  J’apprécie          80
Il travaille dans les soutes pendant que les autres rament. Il s'appelle Verheggen et complote avec les rats. A oeuvrer à fond de cale, il a vite compris que le navire faisait eau de toute part. D'aucuns tenteraient de colmater les brèches, d'autres imagineraient, dans le château arrière, comment éviter la catastrophe; mais lui, il creuse dans le noir.
Commenter  J’apprécie          10
Celui qui sabote ses propres instruments de travail est mis au ban de la communauté; c'est pourquoi Verheggen est un écrivain hors classe.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Pierre Verheggen (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Verheggen
Avec douze écrivains de l'Anthologie Avec Anne le Pape (violon) & Johanne Mathaly (violoncelle) Avec Anna Ayanoglou, Jean d'Amérique, Camille Bloomfield & Maïss Alrim Karfou, Cyril Dion, Pierre Guénard, Lisette Lombé, Antoine Mouton, Arthur Navellou, Suzanne Rault-Balet, Jacques Rebotier, Stéphanie Vovor, Laurence Vielle.
Cette anthologie du Printemps des Poètes 2023 proposent 111 poètes contemporains et des textes pour la plupart inédits. La plus jeune a 20 ans à peine, le plus âgé était centenaire. Tous partagent notre quotidien autour de la thématique corrosive des frontières. Leurs écrits sont d'une diversité et d'une richesse stimulantes. Ils offrent un large panorama de la poésie de notre époque. Avec notamment des textes de Dominique Ané, Olivier Barbarant, Rim Battal, Tahar Ben Jelloun, Zéno Bianu, William Cliff, Cécile Coulon, Charlélie Couture, Jean D'amérique, Michel Deguy, Pauline Delabroy-Allard, Guy Goffette, Michelle Grangaud, Simon Johannin, Charles Juliet, Abdellatif Laâbi, Hervé le Tellier, Jean Portante, Jacques Roubaud, Eugène Savitzkaya, Laura Vazquez, Jean-Pierre Verheggen, Antoine Wauters…
Mesure du temps La fenêtre qui donne sur les quais n'arrête pas le cours de l'eau pas plus que la lumière n'arrête la main qui ferme les rideaux Tout juste si parfois du mur un peu de plâtre se détache un pétale touche le guéridon Il arrive aussi qu'un homme laisse tomber son corps sans réveiller personne Guy Goffette – Ces mots traversent les frontières, 111 poètes d'aujourd'hui
Lumière par Iris Feix, son par Lenny Szpira
+ Lire la suite
autres livres classés : humour belgeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (23) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1202 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}