AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782265001381
Éditeur : Fleuve Editions (01/01/1976)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Vous suivez l'autoroute, en direction au sud. A pied, bien sûr, parce que la civilisation : kaputt ! En chemin, vous avez votre peau à défendre contre les groupés.
Alors si, en plus, vous tombez sur une fille qui a une idée fixe : aller à Paris...
Paris ! Les rats pesteux, les poches de gaz hallucinogènes, les mares de bactéries... Autant dire l'enfer.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Pavlik
  30 avril 2020
Dans un monde d'homme, il n'est pas étonnant qu'Eliane Taïeb, alias Julia Verlanger, ait connu le succès sous le pseudo de Gilles Thomas, le temps de seize romans, parus entre 1976 et 1982. Une trajectoire courte, mais intense, qui n'est pas sans rappeler celle de Stefan Wul, avec qui Julia Verlanger a d'ailleurs entretenu une correspondance fournie.
La trilogie des Terres Sauvages est sans doute son oeuvre la plus connue, "l'Autoroute Sauvage" ayant maintenant le statut de classique de la SF française, un statut bien mérité selon moi.
Dans un monde post-apocalyptique, une poignée d'êtres humains tente de survivre dans ce qui fût la France. Ravagée par une guerre bactériologique, il y a une génération, le pays est devenu la proie de la terrible peste bleue, qui a décimé une grande partie de la population. Depuis, rats pesteux, mares de bactéries et poches de gaz mortels ce sont multipliés, surtout dans les grandes villes désertées. Les survivants résident donc principalement à la campagne. Au milieux de nombreux petits groupes (désignés sous le vocable "les groupés"), généralement dirigés par des chefs sadiques, violents et cannibales, circulent les solitaires, qui les évitent à tout prix. le réseau autoroutier, et ses abords, est leur terrain de prédilection. Il constitue en effet les routes les plus praticables et les plus sûres, car il est difficile de vous y prendre en embuscade.
Voilà pour le décors, qui sert de cadre à l'histoire de Gérald (tous les personnages ont des noms d'époque, du genre Raymond, Bernard, Josette etc...ce qui donne un côté bien franchouillard, et vu de notre temps, un brin comique à ce récit). Gérald, donc, est un solitaire, ce qui signifie un mec surentraîné, un as de la survie et de l'endurance. Il est franchement macho sur les bords, mais pas insensible pour autant. Et comme il le dit lui-même, l'égalité des sexes, il est parfaitement d'accord, mais il se trouve que dans un monde de survivants un homme c'est plus costaud qu'une femme et puis c'est tout. Je ne spoillerai pas outre mesure , mais il va rencontrer l'amour, quand Annie fera irruption dans sa vie, l'amitié, quand Thomas fera irruption dans sa vie et tout ça...ça vous change quand même une mentalité de solitaire. Au point d'accepter une périlleuses mission à Paris, ville de tous les dangers...
Je ressorts de cette lecture absolument conquis. Tout d'abord parce que Madame Verlanger sait écrire, il n'y a pas de doute là-dessus. C'est bien son style (et la narration à la première personne) qui donne une densité impressionnante à son héros. L'univers décrit est également palpable, l'auteur faisant preuve d'une sorte de sense of wonder réaliste saisissant. La romance entre Gérald et Annie est plutôt bien vue, et bien décrite, ce qui est rare dans une oeuvre de SF. Certes, les rapports homme femme sentent quand même les années 70, mais par ailleurs comment imaginer qu'il en soit autrement dans un monde post-apocalyptique ? Et finalement, par son amour et la force de son humanité, c'est bien Annie qui changera quelque peu Grérald, et non l'inverse (peut-être aussi, dans une vision plus prosaïque des choses, que Julia Verlanger avait bien conscience que son lectorat était principalement constitué d'homme, que ses collègues étaient tous des hommes, et qu'elle était éditée par des hommes).
L'ensemble est rythmé, dense, saisissant. le style est, pour ma part, délicieux (et il faut bien l'avouer, ce n'est pas toujours le cas dans les récits de SF). Je recommande chaudement et m'attelle sans plus attendre à la suite : "la Mort en Billes".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Masa
  21 avril 2017
J'ai quitté le confort de « Malevil » pour arpenter « L'autoroute sauvage ». Ce court roman est considéré par toute une génération comme un joyau français. Je cherchais à tort une première édition – la vulgaire édition Fleuve noir de la collection Anticipation –, mais la rareté en font un produit de luxe. C'est tout à fait par hasard que mon chemin à croiser la réédition “METAL“ de la même maison d'édition (1993).
Ce beau livre de poche possède une double couverture. L'illustration Florence Magnin est bien réalisée et présente un Paris martyrisé (… mais Paris libéré – enfin… je m'égare).
Ce présent ouvrage a été publié sous le pseudonyme de Gilles Thomas, un leurre quand on sait qu'il s'agit en fait d'une auteure plus connue sous un autre nom d'emprunt : Julia Verlanger, de son vrai patronyme Éliane Taïeb. Cette duperie allant même jusqu'à rendre très viril et machiste son écriture.
Il s'agit d'un roman post-apocalyptique donc la destruction massive de l'humanité est due à une guerre chimique et bactériologique. Un virus nommé “Peste bleue“ s'est répandue sur la surface de la Terre. Pour ne rien arranger, un exfoliant ultra puissant a rendu certaines landes stériles, ce qui a créé des déserts. Gildas est un solitaire. Il arpente la France dans l'espoir d'arriver dans le sud avant l'hiver. C'est en passant par une autoroute dévastée qu'il va faire la rencontre d'une jeune demoiselle. Elle, par contre, n'aspire qu'à aller à Paris.
Je peux comprendre l'engouement autour de ce livre qui a bercé toute une génération. Pourtant, j'estime que ce récit est bien surévalué. Il est vrai que l'on a tendance à idolâtrer nos souvenirs d'enfance. Moi-même j'aurais pu en faire autant, mais je n'appartiens pas à cette génération. C'est comme avec le film « Mad Max ». À force d'en faire un emblème, j'ai essayé de le regarder pour la première fois récemment. Je n'ai pas réussi à tenir plus d'une demi-heure.
Le récit de Gilles Thomas (qui est donc le pseudonyme ici employé) possède de très bons points. du début jusqu'à la fin, l'histoire est pleine d'action et on ne s'ennuie pas. On ressent même une certaine sympathie pour ce duo. À cela je pourrai rajouter que l'auteure a réussi à rendre son roman plausible et réaliste.

Mais voilà… le plus gros défaut, à mon sens, est cette narration épouvantable. Elle se fait à la première personne et l'auteure à privilégier le langage familier et très machiste. Pour ceux et celles qui ont gueulé sur la place de la femme dans « Malevil » (par exemple) vont encore une fois s'époumoner. Là, elles n'ont pour rôle qu'écarter les cuisses.
J'ai détesté cette écriture grossière qui m'a empêché d'apprécier ce livre. J'ai trouvé très confus certains passages où je me suis senti perdu. Que dire de l'action complètement gâchée par ce procédé archaïque. Mais le pompon revient aux répliques des méchants. Comme je méprise ces mots à moitié écrits du genre : « pov' typ'» ou « j'vais t' le met' », … Ces phrases qui n'ont aucun sens et qui me font buter sur les mots.
Cela dit j'ai apprécié davantage apprécié cette seconde moitié du livre, dès que nos deux personnages se retrouvent aux portes de Paris.
À ces défauts qui m'ont gêné, j'ai détesté ce simplisme manichéen où les méchants sont des anthropophages. C'est simple, pour un bandit, un voyageur ne sera jamais qu'un morceau de gigot, un bon bifteck. Je veux bien croire que l'humanité a disparu, mais la faune a bien dû se développer ?
Je ressors mitigé de ce soi-disant chef-d'oeuvre. Ce roman aurait pu être très bon car il regorge de très bonnes idées, mais sa réalisation trop populaire – j'attendais pas non plus de belles tournures comme celles de Jean Ray – et familière m'ont donné un arrière-goût désagréable. Cela dit, je lirais bien ses suites.
Dommage, car les éléments post-apocalyptique + road movie + survie sont des ingrédients que j'affectionne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
jamiK
  05 mars 2018
C'est un roman du genre post-apocalyptique absolument passionnant. L'histoire se passe en France, une quinzaine d'années après une guerre bactériologique qui a dévasté la civilisation dans le monde. C'est aussi un road movie, plein d'actions, d'horreurs, de bastons, avec un héros très fort, taciturne, genre faux dur, des sentiments, de la cruauté... C'est absolument palpitant, glaçant. le ton est assez brut, et viril. C'est raconté à la première personne, et si ce roman n'avait pas été écrit par une femme, j'aurais dit que l'auteur devait quand même être assez macho. Mais c'est peut-être justement la plume féminine qui apporte un ton si juste, si dûr. le tout est imaginé sans failles et incohérences, même pour un lecteur de 2018 alors qu'il a été écrit en 1976. Ce roman fait partie des bonnes surprises de la collection Fleuve Noir Anticipation.
Commenter  J’apprécie          246
Le_chien_critique
  31 octobre 2018
Julia Verlanger, vous connaissez ? Mais si le prix remis lors des Utopiales, la grande messe SFFF nationale.
Et bien derrière ce prix se cache un homme, Gilles Thomas, ou plutôt une femme, Julia. Ou serait ce plutôt Éliane Taïeb ?
Et vous savez quoi, il/elle écrivait de la SF. le monde est décidément bien fait.
Pendant près de 50 ans jusque la fin du siècle dernier, une collection a fait énormément parler d'elle, trois lettres : FNA, à ne jamais prononcer aujourd'hui devant un fan de SF de 40 à 60 ans, sinon, vous aurez le droit à des heures de tirades nostalgiques.
Cette collection a fait paraitre de nombreux auteurs français, sous pseudos généralement, dont certains sont devenus des grands noms de la SF : Genefort, Brussolo, Wagner, Pagel, Ligny...
Fleuve Noir Anticipation, des romans de gare populaire, un brin viril, avec de l'extraterrestre, de l'espace, du post apo, et des femmes peu farouches !
J'arrête là le topo sur le FNA, si vous êtes jeunes, allez voir à vos risques et périls un vieux de la vieille.
Donc L'autoroute sauvage, qui porte très mal son nom car justement les autoroutes de ce post apo sont beaucoup plus sûr et moins sauvages que le reste du territoire.
Rien de très original dans ce récit apocalyptique : un solitaire endurcit qui rencontre quelques compagnons, une petite équipe qui se forme et va aller de péripéties à péripéties, de problèmes en problèmes. Les passages obligés sont là, les facilités aussi. Mais les personnages sont crédibles, le style agréable, le roman court. On se doute de la fin, que rien de très désagréable ne vas arriver. Mais on n'y croit, et j'avais envie que nos protagonistes s'en sortent. Et loin de me déplaire, un petit côté anar se dégage des lignes.
Ce voyage vous dévoilera que les armes bactériologiques ne sont pas bonnes pour l'environnement, que l'homme est accro au bifteck, et que si les vaches n'existent plus, ils restent tout de même des humains pour avoir sa part de bidoche à tous les repas. Vous découvrirez que la Peste bleu porte bien son nom, et que des billes translucides peuvent faire un zombi-like impressionnant. Les femmes sont dans le rôle qu'elles n'auraient jamais du quitter : fourneau, serpillère et pieu. Gilles Thomas prend son rôle à coeur pour se fondre dans les standards misogynes, mais Julia Verlanger, par petite touche, sème quelques éléments qui rendent la femme supérieure à l'homme.
Bref, du très classique qui ne m'a pas empêché de le lire d'une traite, et de me jeter sur la suite car il s'agit d'une trilogie que les éditions Bragelonne ont ressorti dans l'intégrale 1 consacré à Julia Verlanger, intégrale qui comprend 5 tomes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Gusseuh
  26 mars 2010
Petit monument de la science-fiction française, L'autoroute sauvage reste parmi les plus grands succès de la défunte (mais très culte) collection Anticipation du Fleuve Noir.
Ayant précédé la vague Mad Max, ce road-movie piéton se déroule dans les paysages dévastés d'une France post-apocalyptique, et développe les aventures de Gérald, un aventurier solitaire (a contrario des groupés, qui ont une fâcheuse tendance à bouffer de l'humain) qui manie les couteaux de lancer comme personne.
De la grande aventure burnée, écrite par une Julia Verlanger qui s'est fait greffer un fameux service trois pièces pour le coup (signant Gilles Thomas), et qui envoie donc son pesant de testostérone à la gueule ébahie du lecteur. Ici, miss Verlanger retrouve la verve de la grande littérature populaire : intelligente sans être prise de tête, drôle sans être graveleuse, et fun sans être stupide. Un grand moment de lecture, qui a tout juste pris la patine de l'âge, sans même perdre de sa force.
Commenter  J’apprécie          121

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   28 avril 2020
J'ai vérifié, par habitude, mon ceinturon et la position des gaines. Deux couteaux de jet, aux manches équilibrés, un sur la hanche gauche, l'autre sur la droite. Ma troisième lame, un poignard de commando, se trouve sur les reins. Avantage tactique. Lorsque les deux premiers couteaux ont été expédiés à leur adresse, les types d'en face ont tendance à me croire désarmé. Ça les rend confiants. Généralement trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
giloobzhgiloobzh   15 mai 2014
Tu t'entraines tous les jours, même si tu es persuadé que, juste aujourd'hui, tu n'as pas le temps. Sinon, tu remets à demain, puis à après demain, puis à la semaine prochaine, et quand tu as besoin de lancer tes lames, tu t'aperçois que tu es juste un soupçon trop lent, ou maladroit, et tu meurs.
Commenter  J’apprécie          82
PavlikPavlik   29 avril 2020
- Debout. Nous allons vous amener à notre Père en Clarté. Il décidera de votre sort.
Annie s'est levée, et moi aussi. J'avais la tête passablement sonnante, et j'étais bilieux. Très bilieux. Un chef de groupe, ce n'est déjà pas fréquentable, mais un chef de groupe religieux...On allait avoir affaire à un branque, pas de doute.
Commenter  J’apprécie          70
PavlikPavlik   28 avril 2020
La viande humaine, je ne suis ni pour ni contre. Entendez par là que je n'ai jamais tué un type uniquement pour le manger, ou, du moins, que je n'ai encore jamais eu assez faim pour le faire. D'un autre côté, une fois qu'il a été saigné dans la bagarre, ça ne me dérange nullement de le considérer du point de vue alimentaire.
Commenter  J’apprécie          60
PavlikPavlik   29 avril 2020
J'ai piqué un truc, dans les récits de Jo. Au début, quand les épidémies ont commencé à s'étaler partout, ils ont quand même tenté de s'organiser un brin. Et ils ont distribué des masques. Oh ! pas à tout le monde, ils n'en avaient pas assez. Au personnel hospitalier, aux équipes de sauvetage, aux flics, aux troufions, là où c'était le plus utile, à leur idée.
Commenter  J’apprécie          54

Videos de Julia Verlanger (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Verlanger
Les Décastés d'Orion adapté de l'oeuvre de Julia Verlanger par Corbeyran et dessiné par Jorge Miguel.
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3542 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..