AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782265009394
219 pages
Éditeur : Fleuve Editions (30/11/-1)
4.04/5   23 notes
Résumé :
En arrivant au port, on a commencé à piger que notre hypothèse d'incendie accidentel ne tenait pas bien.
Plus un bateau ! Quelques épaves calcinées, et les premiers cadavres... Enfin, cadavres, ce n'est sûrement pas le terme exact. Des bouts de barbecue, plutôt, noirs, racornis. Ça se devinait humain à cause de la forme, et des dents qui brillaient dans le charbon. Le cauchemar garanti !
Marithé faisait une sale gueule verte. Pas à blâmer pour ça, la g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
jamiK
  07 mars 2018
Troisième volet de la trilogie, avec toujours beaucoup d'action. La nouveauté cette fois-ci est dans l'intervention d'êtres mutants. J'ai trouvé que le ton du récit à la première personne était un peu trop appuyé, au point de mettre sous la plume de Gérald quelques expressions qui font gouaille de vieux baroudeur, mais pas très crédibles venant d'un personnage solitaire, ayant vécu seul presque toute sa vie et qui dans les tomes précédent vantait les mérites du silence. Pour ce qui est de l'action, on est servi, dans le trip Mad Max, avec passage dans l'esclavage, combats de gladiateurs, séjour dans une région de mutations génétiques avec des insectes géants, champignons extraordinaires et humains à la peau bleue... et bouquet final apocalyptique. Cet épisode est très distrayant, mais la subtilité (toute relative, n'exagérons rien quand même) se dégrade au fil des tomes pour favoriser l'action et les inventions originales, un peu délirante, un peu comme l'évolution de Mad Max, du I au III.
PS. Encore une couverture (celle avec les bateaux, 1979) qui prend des libertés qui n'ont rien à voir avec l'histoire, la couverture de 1991 est quand même plus proche du récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
Pavlik
  01 mai 2020
"L'Ile Brulée" est le troisième et dernier opus du cycle de la Terre Sauvage, de l'écrivaine de SF française Julia Verlanger (de son vrai nom Eliane Taïeb).
Après un premier tome fort savoureux, qui nous faisait découvrir l'univers (une France post-apocalyptique, conséquence d'une guerre bactériologique à grande échelle) et les personnages principaux (Gérald et Thomas, deux survivants gouailleurs, machos et surentraînés et Annie, petite amie de Gérald, forte et douce à la fois), Julia Verlanger récidivait avec "la Mort en Billes", suite direct de "l'Autoroute Sauvage", un récit dans la même veine donc, mais mâtiné d'accents horrifiques plus marqués (avec la présence de la gelée, une horreur du genre The Blob).
Depuis "la Mort en Billes", la sauvagerie n'était plus une règle absolue. Déjà, "l'Autoroute Sauvage" nous apprenait que l'île de Porquerolles avait conservé un semblant de civilisation (privilège de l'insularité). Puis nous découvrions que le canton de Vaud (Suisse) ressemblait encore à peu près à un état (privilège de la discipline suisse). Depuis qu'un remède à la peste bleue fût trouvé, ainsi que le moyen de détruire la gelée (une substance visqueuse, agglomérat de billes qui anime les squelettes et digère les vivants), tout semblait se présenter sous les meilleurs augures. Et voilà que patatra...tout s'écroule. l'île de Porquerolles est sauvagement attaquée par les Cracheurs de Feu et Annie est enlevée et emmenée dans leur repère, en Tunisie...Il n'en faut pas davantage pour que le sang de Gérald ne fasse qu'un tour.
"L'Ile Brulée"conclut tambour battant le cycle de la Terre Sauvage qui, comme je l'ai dit, a tendance à l'être de moins en moins. Ceux qui étaient rentrés dans ce cycle pour l'aspect survivaliste le regretteront peut-être. Après le film d'horreur des années 70 ("la Mort en Billes"), on est ici en plein dans le film d'action des années 80, mâtiné de pulp SF, à base de mutants, avec une mission commando dont l'objectif est de sauver la belle Annie, tout en dézinguant les méchants. Néanmoins, l'exotisme de la Tunisie post-apocalyptique fonctionne bien et la gouaille de Gérald est toujours au rendez-vous.
Au final, je ressorts positivement ravi de la lecture de ce cycle, de la vraie bonne SF populaire, qui, derrière la volonté de distraire le lecteur, ne délaisse pas une certaine ambition littéraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Le_chien_critique
  13 novembre 2018
Dernier tome de la trilogie débutée par L'autoroute sauvage et La mort en billes, nos protagonistes n'en finissent plus de leurs missions suicidaires. Bien que la Peste bleue et les Billes translucides sont désormais des événements en passe d'être résolue, au retour d'une mission, nos solitaires en équipe retrouve leur éden brûlé. Et par des Sarrasins de surcroit !!!
Je n'en menais pas très large au début : alors que j'appréciais de plus en plus la plume de l'auteure, une croisade anti pas-comme-nous ne me tentait guère. A ma plus grande joie, Julia Verlanger ne cède pas aux tentations frontistes, et nous fait découvrir l'Autre, résolument Autre.
Changement de continent pour l'Afrique du Nord, un climat différent, des populations inconnues et une faune et une flore imminemment dangereuse.
Un tome qui conclu de manière satisfaisante cette trilogie post apocalyptique, le mystère est présent, l'intrigue plus complexe, moins linéaire.
Commenter  J’apprécie          120
zazaone
  20 mai 2012
Mouais, bof....
Ce troisième tome est "moins pire" que le deuxième mais franchement, j'aurais dû m'arrêter au premier. de plus, la série ne s'achève pas par la fin de l'histoire. Cette fin laisse donc sur sa faim.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
PavlikPavlik   01 mai 2020
L'adversaire, je ne le verrais pas avant qu'il entre par le porte est, et moi par celle de l'ouest. Règle impérative : aucun contact avant le combat, ni de près, ni de loin. Pas question que puisse s'installer même une infime atmosphère de fraternisation. Dans le fond, peut-être sage, cette foutue règle. L'ennemi, c'est l'ennemi. Ne pas t'amuser à lui trouver une gueule sympathique. Tu échanges deux mots, comme ça, et le bonhomme d'en face devient un être humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PavlikPavlik   30 avril 2020
Règle générale des groupes, à de très rares exceptions près : les moutons, les loups pour encadrer, et le Dictateur. Ici, ils mélangeaient l'ancien et le moderne. Technique, et sauvagerie. On était tombés sur du civilisé pourri. Pas neuf non plus. Avant guerre, le genre avait été florissant.
Commenter  J’apprécie          70
PavlikPavlik   01 mai 2020
Les connaissances que l'on acquiert ne font que révéler d'autres abîmes d'ignorance...
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Julia Verlanger (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julia Verlanger
Les Décastés d'Orion adapté de l'oeuvre de Julia Verlanger par Corbeyran et dessiné par Jorge Miguel.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3585 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre