AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352097584
Éditeur : REVERBERE (11/03/2014)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
shangry
  19 juin 2014
Martin Vern, je ne connaissais pas.
Il a déboulé un jour sur ma page facebook en me demandant de l'aider à trouver des amis littéraires. Ce que j'ai fait sans savoir qu'il était un auteur.
Pour me remercier, il m'a fait parvenir son livre... du Japon, en me faisant promettre de le chroniquer une fois terminé !
Je l'ai lu, et je suis tout à la fois amusé, mitigé, et satisfait.
Tout d'abord, qu'on se le dise, Martin Vern n'est pas du genre à tourner de jolies phrases qui résonneront depuis votre oreille jusqu'en votre coeur, ce n'est en tous cas clairement pas son point fort, du moins, pas dans ce livre.
Il préfère aux rotondités littéraires l'usage d'un vocabulaire et d'un style directs, coup-de-poing. Son pavé faisait 1000 pages dans sa version originelle, il en compte à peine 500 dans sa version définitive, mais on n'a jamais la sensation de "rater des épisodes". Tout est très détaillé.
Martin Vern, dans ce livre, a choisi d'être vulgaire et explicite. Je préfère vous mettre en garde. C'est loin d'être un mauvais choix narratif, mais cela risque de fermer son livre à pas mal de lecteurs. Alors si vous craignez de tomber sur des sodomies à la chaîne, des éjaculations faciales, des fellations baveuses, et si lire cette phrase vous choque, tournez les talons, fuyez : ce livre ne vous est clairement pas destiné.
Si, en revanche, vous n'êtes pas du genre à vous effaroucher facilement, alors le livre de Martin Vern n'est clairement pas indigne des lecteurs qui le parcourront. Après tout, cette démarche est peut-être moins hypocrite que certains livres dits "romantiques", où le héros semble uniquement s'intéresser à ce qui se passe sous les jupes de sa bien-aimée.
L'histoire est celle d'un amour impossible entre Emma Bo, fille de bonne famille adepte des plaisirs de la chair, mariée à un ponte de l'industrie française par "décret parental", et Antoine, un instituteur jeune et sans le sou. le décor est celui d'une ville imaginée mais pas imaginaire, l'auteur avouant que son histoire est autobiographique.
Le livre débute à la fin des années 70, et se poursuit jusqu'à notre époque, en se focalisant sur la période 80-90, époque de l'explosion du "business" pornographique, marquant le début d'une certaine surenchère dans les pratiques sexuelles et d'un changement des mentalités. Au-delà donc de son histoire d'amour, l'auteur nous livre une réflexion profonde et parfaitement cohérente sur l'impact de la pornographie dans les rapports homme-femme. Il utilise pour ce faire son héroïne mais aussi des personnages secondaires très marqués, ainsi qu'un auteur fictif dont les quelques interventions font réfléchir.
On peut donc parler d'un bouquin artificiellement vulgaire mais vraiment intelligent, comme Gainsbourg dans sa période Gainsbarre (l'auteur cite d'ailleurs plusieurs fois l'homme à la tête de chou dans ses pages).
Sur la forme, on regrettera que certains passages aient bénéficié d'une finition hâtive, en effet, on peut lire 50 pages sans rencontrer de coquille, puis tomber sur quelques paragraphes où les participes passés sont mal orthographiés.
Dans l'ensemble, et sous réserve qu'on ne soit pas absolument réfractaire à la vulgarité inhérente aux passages les plus crus du livre, on passe toutefois un bon moment de lecture. L'auteur nous décontenance parfois tout à fait, avec par exemple un chapitre entier écrit sous forme théâtrale.
Je ne sais pas si l'auteur retrouvera son Emma Bo ( il confesse dés le début avoir écrit ce livre pour la retrouver), mais je lui souhaite bonne chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
moncaillot
  25 juin 2014
Martin VERN, vous connaissez? Non, bien sûr. Ni vous ni moi ne le connaissons. À la Une, ce sont surtout la corporation Levy/Galvada qui nous est proposée. Et pourtant... Martin VERN existe et écrit. Plutôt pas mali d'ailleurs.
Je l'ai croisé par hasard, d'abord intrigué - pour deux raisons. La première, le titre d'un de ses ouvrages, « Emma Bo ».La deuxième, une phrase (tout en capitales) accrochée en haut de son blog (1) «UN JOUR VOUS DIREZ: JE CONNAISSAIS CE MEC AVANTTOUT LE MONDE». Peu après je me suis surpris à parcourir le dit blog et à rire devant la pertinence et la drôlerie de certaines rubriques. Ce à quoi est venue s'ajouter une autodérision quasi jubilatoire. Par la suite, j'ai pu lire l'une des nouvelles de Martin VERN. Puis une seconde. Passé l'effet de surprise de la forme littéraire de la première, je me suis aperçu, à la lecture de la seconde, que le bonhomme avait vraiment un style, une âme, un panache bien à lui. Dès lors, et dans la foulée, j'ai commandé « Emma Bo ». Sans surprise j'ai immédiatement adopté le genre jusqu'à réellement m'approprier la lecture. À l'arrivée/ tout comme lors de la lecture des deux brèves citées plus haut/ j'ai été frappé par la consistance de l'écriture. C'est sans doute d'ailleurs là l'aspect le plus remarquable de l'ouvrage puisque Martin VERN réussi presque à faire passer son histoire (ses histoires) en arrière-plan grâce à la spécificité parfaitement ciselée d'une écriture parfois volontairement potache. Je me suis à un moment demandé s'il me serait possible de m'attacher à ces personnages tellement ils évoluaient dans un marasme de coprolalie (aussi assumée soit-elle) qui pousserait plus d'un cul-bénit au suicide! Eh bien, oui, ça marche. Au point que j'en suis même arrivé à espérer une issue qui serait autre que« fatale » !
Réussir à imprégner une telle griffe à son style d'écriture est assez rare et c'est pourquoi je dis, bravo Monsieur.
Alors évidemment, les esprits chagrins pourront toujours trouver Monsieur VERN troublé, voire de lui conseiller l'entame d'une analyse pour tenter de venir à bout d'évidents problèmes d'ordre affectif. Qu'importe ! J'attends la suite avec impatience parce que c'est un fait peu contestable: Martin VERN a une vraie et réelle prestance.

Mario MAHCER

(l) http://martinvern.wordpress.com/

Lien : http://martinvern.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : trianglesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox

Autres livres de Martin Vern (1) Voir plus


Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2994 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre