AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Paul Philippoteaux (Illustrateur)Charles Laplante (Illustrateur)
EAN : 9782010053849
472 pages
Hachette (28/02/1990)
3.65/5   48 notes
Résumé :
Hector Servadac et quelques terrestres se retrouvent sur une comète après que celle ci eut frôlé la terre , lui arrachant au passage de l'atmosphère, de l'eau etc. Ils entreprennent alors un long voyage de deux ans dans le système solaire. Beaucoup de personnalité différentes vont ainsi cohabiter et faire ressortir les défauts négatifs et positifs de la nature humaine... Roman atypique qui ouvre une nouvelle dimension de science fiction en 1874.

Edit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Arthur409
  18 novembre 2018
Voici un roman de Jules Verne moins connu que ses grands « best sellers » que sont « Vingt mille lieues sous les mers », « Michel Strogoff » ou « de la Terre à le Lune ». J'en ai eu connaissance en faisant quelques recherches sur les récits imaginaires de voyages dans l'espace. Puis j'ai eu la curiosité de télécharger le roman complet sur ma liseuse, et me voilà parti avec le capitaine Hector Servadac et ses compagnons, pour un voyage de deux ans dans le Système Solaire.
Je ne vais pas raconter l'intrigue en détails, car Jules Verne le fait beaucoup mieux que moi, et, d'autre part, les héros de l'histoire ne découvrent que progressivement qu'ils sont embarqués sans avoir pu s'en rendre compte, dans une aventure spatiale… Une part de l'intérêt du livre réside dans cette découverte, ne la déflorons pas.
Comme à son habitude, Jules Verne a produit une oeuvre de divertissement, mais aussi un roman didactique, dans lequel on apprendra beaucoup de choses sur le système solaire, les planètes, les comètes et les astéroïdes. Il ne nous est fait grâce d'aucun chiffre, et c'est souvent un peu dur, car malgré l'instauration du système métrique le 13 brumaire an IX (4 novembre 1800), l'auteur continue dans cet ouvrage écrit en 1877 d'évaluer les distances en lieues. Je pense qu'il n'était pas le seul à compter de cette manière, car en France certaines traditions ont la vie dure : et par exemple, seule l'arrivée de l'euro dans nos porte-monnaie a pu mettre un terme à l'expression de sommes en « anciens francs »…
Nous trouvons dans « Hector Servadac » un condensé assez complet des connaissances astronomiques de l'époque : Jule Verne s'est sans doute abondamment documenté auprès d'astronomes professionnels comme Camille Flammarion, qu'il cite au passage. Mais si la vue d'ensemble du Système Solaire est proche de notre vision actuelle, on constate qu'à l'époque les comètes demeuraient très mystérieuses, d'où des descriptions et des explications qui nous font un peu sourire aujourd'hui…
Quoiqu'il en soit l'aventure est assez prenante, il n'y a pas de temps mort, et, si on se doute bien que tout finira pour le mieux, l'intérêt est maintenu tout au long du roman pour savoir comment tout cela va se terminer.
Le ton du récit est plutôt cocardier, et l'auteur use de stéréotypes assez répandus à l'époque : le brave capitaine Servadac, prototype du militaire français, est accompagné de son ordonnance, le dévoué Ben Zouf qui, comme son surnom ne l'indique pas, est natif de Montmartre et n'aspire qu'à retrouver sa butte, les espagnols sont « insouciants par nature, fainéants par goût, aussi prompts à jouer de la navaja que de la guitare … », les anglais sont flegmatiques et irrémédiablement isolationnistes. N'oublions pas que nous sommes dans un livre destiné à la jeunesse, à laquelle il faut, en plus de l'éducation, inculquer la supériorité de la France sur les autres nations !
En faisant connaissance avec les divers personnages de l'intrigue, j'ai réalisé quelques rapprochements, et je me suis souvenu que Hergé était dans sa jeunesse un grand lecteur de Jules Verne. Et l'astronome Palmyrin Rosette d'une part, le marchand Isac Hakabut d'autre part, se retrouvent à mon avis dans les aventures de Tintin, mais en beaucoup plus sympathiques que dans le livre de Jule Verne.
Palmyrin Rosette est l'archétype du scientifique complètement absent du monde, ne vivant que pour l'astronomie, et tout-à-fait méprisant pour quiconque n'a pas son niveau d'instruction. Il ne vit que dans l'espoir d'une découverte à laquelle il attachera son nom. Il revit dans « l'Etoile Mystérieuse », sous les traits du professeur Calys, qui, au début de l'album, se réjouit de prédire la fin du monde en ajoutant : « C'est moi, Hippolyte Calys, qui ai déterminé l'heure à laquelle se produira le cataclysme ! Demain, je serai célèbre ! »
A noter une coïncidence amusante : dans le livre de Jules Verne, Palmyrin Rosette a découvert une comète, à laquelle il pense un moment donner le nom de … « Rosetta », comme la mission envoyée en 2004 vers la comète « Chouri » !
Autre personnage qui revit sous le crayon d'Hergé : Isac Hakabut. Dans « Hector Servadac », il est dépeint avec un antisémitisme très déplaisant, comme « un juif allemand, et du plus vilain côté de l'Allemagne : c'est un renégat de tous les pays et de toutes les religions ». Il est commerçant de profession : «Son vrai métier, c'était celui de marchand caboteur de la Méditerranée. Son magasin – une tartane de deux cent tonneaux, véritable épicerie flottante –transportait sur le littoral mille articles variés, depuis les allumettes chimiques jusqu'aux enluminures de Francfort et d'Epinal. (…) il faisait le petit cabotage sur les côtes d'Algérie, de Tunisie, d'Egypte, de Turquie, De Grèce, et dans toutes les Echelles du Levant. Là, Isac Hakabut, toujours bien approvisionné de café, de sucre, de riz, de tabac, d'étoffes, de poudre, etc…, vendait, échangeait, brocantait, et, en fin de compte, gagnait beaucoup d'argent. »
Oui, on l'a reconnu : c'est le Senhor Oliveira de Figueira ! Bien sûr, il est beaucoup plus sympathique dans « Les cigares du Pharaon » ou « Au pays de l'or noir », mais Hergé lui donne la même origine : ce n'est pas un « juif renégat », mais les « Marranes », juifs convertis de force au XVIéme siècle au Portugal, prenaient souvent pour patronymes des noms d'arbres (Texeira, Oliveira, etc…). Et notre Senhor porte bel et bien une kippa dans la plupart de ses apparitions. Mais remercions Hergé d'en avoir fait l'ami indéfectible de Tintin.
Une dernière remarque pour terminer cette longue critique : les héros de l'histoire, entrainés malgré eux dans un voyage intersidéral et coupés de leur monde habituel, constituent un groupe multi-national avec des russes, des français, des espagnols, une italienne… mais ce groupe se plie sans difficulté au commandement conjoint du capitaine Servadac et du comte Timascheff, doués d'une sorte d'autorité naturelle, renforcée bien entendu par leur situation sociale. On pourrait croire que Jules Verne rêve un peu, et qu'inévitablement dans un groupe isolé ayant à affronter une situation périlleuse, des tensions et des crises d'autorité se manifesteraient inévitablement. Mais j'ai trouvé un parallèle avec les récits du commandant Charcot qui, au début des années 1900, affronte un hivernage de eux ans dans l'Antarctique et réussit à fédérer autour de lui un équipage qui se dévoue entièrement à sa tâche sans aucune contestation. (A lire dans « le Français au Pôle Sud » et « le Pourquoi-pas dans l'Antarctique », éditions Arthaud)
Bon voyage avec Hector Servadac !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PsychikFab
  23 mai 2018
En Algérie à la fin du XIXème siècle. le Capitaine Hector Servadac, jeune militaire français ambitieux « mais pas plus savant qu'il ne fallait » accompagné de son fidèle Laurent Ben-Zouf (originaire de la Butte Montmartre comme son nom ne l'indique pas et fier de l'être!), se prépare à affronter en duel le comte Timascheff. Mais un évènement va venir contrarier ce projet , et quel évènement : une comète vient d'effleurer la Terre, en emportant une portion de celle ci et quelques habitants dont nos infortunés héros ! Elle poursuit son chemin à travers le système solaire et les terriens déracinés vont devoir apprendre à survivre sur l'astre en attendant de pouvoir (peut-être!) retourner sur Terre.
Publié en 1877, « Hector Servadac » n'est pas le plus célèbre des « Voyages extraordinaires » publiés par le prolifique Jules Verne, ni le plus accessible. Son épaisseur (environ 400 pages) peut également rebuter et bien qu'amateur de Jules Verne depuis ma tendre enfance celui ci a patienté dans ma PAL depuis presque 40 ans ! Il était temps donc de s'attaquer pour de bon aux aventures de ce capitaine et, même si le lecteur a un peu de mal à rentrer dans l'histoire au début (ce qui est sûrement dû aussi au style un peu désuet propre à l'auteur), on peut dire que le petit effort demandé est récompensé car il s'agit certainement là du roman le plus fou mais aussi le plus drôle de son auteur.
Si les interminables explications de l'astronome Palmyrin Rosette peuvent vite se révéler assommantes (mais l'on peut sauter des pages sans culpabiliser pour autant!), l'exploration par les Terriens devenus Galliens (du nom de la comète qui les a arrachés à la Terre) de leur nouveau lieu de vie offrent de nombreux passages drôles ( la modification des lois de l'apesanteur, la cuisson des oeufs à la coque qui exige désormais un bon quart d'heure) ) et même poétiques ( la tempête d'étoiles filantes…) et leurs aventures se succèdent sans véritables temps morts. Curieusement, « Hector Servadac » est un roman sans véritable héros et l'on sent que Jules Verne n'a qu'assez peu de sympathie pour ses personnages tant il s'attache à les caricaturer. Par exemple les soldats anglais, d'ailleurs assez peu bouleversés par toutes ces péripéties(« ils coloniseront la lune, le jour où ils pourront y planter un drapeau britannique ») ou bien le professeur Palmyrin Rosette, astronome insupportable de suffisance. Dommage que cette savoureuse galerie de portraits soit quelque gâchée par le personnage d'Isac Hakhabut , commerçant juif allemand traité sans finesse qui témoigne surtout de l'antisémitisme de l'époque. Difficile de ne pas tiquer devant certains passages donc.
Néanmoins la lecture de ce Verne méconnu reste recommandable et, même s'il reste moins mémorable que « L'île mystérieuse » ou « De la terre à la lune », ce « voyage extraordinaire » mérite son appellation.
Lien : https://www.takalirsa.fr/hec..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
beauscoop
  29 janvier 2018
Une des histoires des plus loufoques de Jules Verne avec une base d'astrophysique, exacte en grande partie. Malgré le côté science fiction bien inventif le récit est démodé et lassant dans bien des passages. Voir les bd qui devraient être plus plaisantes.
Commenter  J’apprécie          60
HORUSFONCK
  25 septembre 2016
Un Jules Verne que j' ai apprécié pour son aspect loufoque autant qu'aventureux.
De plus, si on lit Servadac à l'envers cela donne quoi?
Un auteur qui savait faire rêver en instruisant le lecteur, mais ne se privait pas d'auto-dérision.
Commenter  J’apprécie          61
Esther42
  28 novembre 2021
Nous commençons notre voyage sur Terre, le soir du 31 décembre pour nous retrouver au même endroit dans la même demeure mais .... Nos pas sont plus légers, les distances parcourues sont plus rapides, il n'y a plus de ville à l'emplacement initial et surtout les journées ont rétréci. Etrange, Trés étrange
Une très belle aventure dans laquelle j'ai aimé me plonger. je conseille vraiment ce livre
Commenter  J’apprécie          41

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
ZebraZebra   27 juillet 2012
[...] Eh bien, reprit Palmyrin Rosette, pour compléter mes études sur Gallia, il me reste à savoir quels sont sa surface, son volume, sa masse, sa densité, et l'intensité de la pesanteur.
- En ce qui concerne la surface et le volume, répondit le lieutenant Procope, puisque nous connaissons le diamètre de Gallia, rien n'est plus facile.
- Ai-je dit que c'était difficile ? s'écria le professeur. Ces calculs-là, je les faisais en venant au monde !
- Oh ! oh ! fit Ben-Zouf, qui ne cherchait qu'une occasion d'être désagréable au contempteur de Montmartre.
- Elève Servadac, reprit Palmyrin Rosette, après avoir un instant regardé Ben-Zouf, prenez votre plume. Puisque vous connaissez la circonférence d'un grand cercle de Gallia, dites-moi quelle est sa surface ? [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PaulBLAIZEPaulBLAIZE   14 juin 2019
De toute la colonie
gallicane, ce fut la petite
Nina qui sut le mieux
résister. […] Elle parlait
à l’un, à l’autre, et sa
voix fraîche charmait
ces lugubres profondeurs
comme un chant d’oiseau.
[…] Il y avait tant de
vie surabondante dans
ce petit être, qu’elle se
communiquait pour ainsi
dire à tous.
Commenter  J’apprécie          50
Arthur409Arthur409   19 novembre 2018
En parlant ainsi, Palmyrin Rosette ne cessait de regarder fixement Ben-Zouf. En cela, il imitait Arago, lequel, pendant ses démonstrations, regardait toujours celui de ses auditeurs qui lui paraissait être le moins intelligent ; et lorsque cet auditeur lui semblait avoir compris, il était assuré de la clarté de sa démonstration.
Commenter  J’apprécie          40
Arthur409Arthur409   19 novembre 2018
Quant à la confondre [cette planète] avec la lune, ce n'était pas possible. Le capitaine Servadac dut convenir qu'on n'y voyait ni mers, ni rainures, ni cratères, ni montagnes, ni aucun de ces détails qui se dessinent si nettement sur les cartes sélénographiques. Ce n'était plus cette douce figure de la soeur d'Apollon qui, fraîche et jeune selon les uns, vieille et ridée suivant les autres, contemple tranquillement depuis tant de siècles les mortels sublunaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PsychikFabPsychikFab   22 mai 2018
Quand le soleil vint à se coucher, lorsque ses rayons, frappant obliquement le youyou, projetèrent sur sa gauche l’ombre démesurée de ses voiles, lorsqu’enfin la nuit eut brusquement remplacé le jour, ils se rapprochèrent l’un de l’autre, mus par une involontaire attraction, et leurs mains se pressèrent silencieusement .
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jules Verne (102) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jules Verne
François Angelier Journaliste, producteur de l'émission « Mauvais genres » sur France Culture, essayiste, biographe et auteur de romans fantastiques. Il travaille depuis vingt ans sur les sujets les plus divers, de Jules Verne à Georges Bernanos, des mystiques catholiques aux écrivains fin de siècle. le Drageoir aux épines ou l'intime souffrance de Joris-Karl Huysmans, 1993 ; Saint-François-de-Sales ou Monsieur des abeilles, Pygmalion, 1997 ; Paul Claudel : chemins d'éternité, 2001 ; Claudel ou la conversion sauvage, Édition Salvator, 2003 ; Bloy ou la fureur du Juste, le Seuil-Points, 2015. Sa biographie Georges Bernanos, la colère de la grâce aux Éditions du Seuil paraîtra en septembre 2021. Il est l'auteur de l'album Jules Verne dans La Pléiade, Gallimard, 2012.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Jules Verne

Quel est le premier livres écrit par Jules Vernes?

Robur le conquérant
Les enfants du capitaine grant
5 semaine en balon
L'étoile du sud

5 questions
228 lecteurs ont répondu
Thème : Jules VerneCréer un quiz sur ce livre

.. ..