AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0014MHJ5W
Éditeur : Diffusion Inter-forum (30/11/-1)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Qu’est-ce que les Murailles d’Ananké ? C’est tout et c’est rien. Où sont les Murailles d’Ananké ? Partout et nulle part. Ananké, c’est peut-être la Fatalité. Une fatalité à laquelle Bob Morane et Bill Ballantine sont livrés pieds et poings liés. Enfin, presque… On sait que, lorsqu’on parle de Bob Morane, l’expression « pieds et poings liés », ça ne veut pas dire grand-chose.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Alfaric
  19 août 2018
Les faits sont têtus : les aventures de Bob Morane sont avec les enquêtes du Commissaire Maigret les romans belges les plus lus et les plus connus dans le monde donc à bons entendeurs salut (et notez que les deux plus grands écrivains belges ont mis en scène des héros français ^^)... Henri Vernes fait du pulp européen (pour ne pas dire un Doc Savage européen ^^), une culture populaire plus ou moins comic autrefois florissante avant d'être mise à mal par les totalitarismes et d'être euthanasiée par la concurrence déloyale des yankees et les coups de poignard dans le dos des petits cercles intello prout prout bien de chez nous (qui avec leur élitisme abscons et obtus sont condamnés à être les dinosaures de l'ère des masses)... Si aujourd'hui Serge Lehman et quelques autres s'échinent à faire connaître la belle époque du pulp européen aux nouvelles générations, force est de constater qu'Henri Vernes fut longtemps bien seul à continuer à la faire exister contre vents et marées (d'où un immense succès populaire qui ne s'est jamais démenti, avant que la révolution culturelle et les médias de masse ne démocratisent définitivement la culture et ouvre la voie à de nouveaux héros).
Bob Morane est un pilote français de la WWII, éternellement âgé de 33 ans et né en bon Gary Stu à la même date que son créateur (bien que présumé breton alors que ce dernier est un bon vieux wallon ^^). Il est ingénieur, officier, expert en armes à feu, expert en arts martiaux, amateurs d'armes anciennes et comme on aime souvent à le souligner naturellement nyctalope. Pour ne rien gâcher le bonhomme a des relations dans le monde entier, dans les forces de police comme dans les services de renseignement (et dans la Patrouille du Temps également ^^). 50% barbouze 50% justicier, on reconnaît assez rapidement l'archétype du baroudeur au grand coeur qui se mue rapidement en chevalier blanc, et au fur à mesure de ses aventures on apprend à connaître ses nombreux amis (à commencer par son side-kick écossais Bill Balantine) et ses nombreux ennemis (à commencer par sa Némésis Monsieur Ming alias l'Ombre Jaune). Aux récits d'aventure, d'exploration et d'espionnage en vogue à son époque l'auteur s'essaye de plus en plus aux genres de l'imaginaire, Henri Vernes étant proche de différentes manières de ses compatriotes Jean Ray spécialiste de la littérature fantastique et de Bernard Heuvelmans le père de la cryptozoologie. L'auteur belge est un fanboy de pulp, du coup je ne résiste pas à la comparaison avec Philip José Farmer lui aussi fanboy de pulp et né la même année que lui (d'autant plus que j'ai découvert les deux auteurs par leurs cycles Portal Fantasy ^^) : les deux auteurs mettent en scène des personnages, des univers et des aventures dignes du Flash Gordon d'Alex Raymond, mais alors que l'auteur américain fan d'Edgar Rice Burroughs ne résiste pas à mélanger aventure viriles et Science-Fiction à l'image du créateur de Tarzan et et John Carter, l'auteur belge donne lui l'impression d'écrire des scénarios pour les films du maître du fantastique Mario Bava ^^
Évidemment nous ne sommes ni dans la haute littérature ni dans la grande littérature mais dans littérature populaire souvent qualifiée « de gare », ce qui dans mon esprit n'est absolument pas péjoratif : on ne peut pas reprocher un manque de qualité à un auteur faisant dans la quantité, de la même manière qu'on ne peut pas reprocher un manque de qualité artisanale à une entreprise faisant dans la production en série, d'autant plus qu'à l'ère des masses la production artisanale ne suffit pas quand elle n'est pas quelque fois totalement dépassée (il y a quantité de choses à dire sur le sujet des points de vue social et écologique : les débats sont ouverts !)... En 60 ans l'auteur a publié pas moins de 232 romans et 19 nouvelles consacrés à son héros (comme Alexandre Dumas, une telle machine à écrire a forcément été aidé de plusieurs "assistants") immortalisé autant par des dessinateurs, des animateurs et les membres du groupe Indochine (sans parler des créations des nouveaux auteurs qui lui ont succédé), et ses grandes qualités restent la fluidité et la simplicité donc l'efficacité : j'ai été surpris de la manière dont ses romans se lisent vite et bien !
Pourtant j'ai découvert les univers de Bob Morane par la BD, et j'avais trouvé des personnages sympathiques et de bonnes idées bien que pas toujours bien exploitées et/ou exécutées, et finalement quelques trucs m'avaient fait tiqué :
- le sexisme bien pensant : dans les livres comme dans les BD on retrouve les hommes acteurs et les femmes spectatrices, les archétypes du chevalier et de la demoiselle à délivrer... celles qui auraient du être des strong independant women sont donc qualifiés de petites filles donc de choses fragiles, mais avec les différences de format les remarques qu'on retrouve 2 ou 3 fois dans les romans reviennent une demi-dizaine voire une demi-douzaine de fois dans les 48 pages d'une BD et cela doit fortement jouer !
- le racisme bien pensant : les remarques qui m'avaient bien gonflées dans la BD n'existent pas dans les romans que j'ai lu jusqu'à présent donc affaire à suivre...
- les intrigues précipitées au rythme mal géré : ça tirait vers le pas mal d'histoires en BD, mais si les romans pèchent ce n'est pas vraiment de cette manière... l'auteur fait du pulp donc on retrouve la ligne droite avec ses qualités et ses défauts : tout repose donc sur les personnages et ce qui les relient et/les opposent pour éviter les rebondissements incessants donc artificiels !
- les mises en place capillotractées : dans les BD pas mal de récits commençaient de manière maladroite voire carrément nanaresques, or cela ne semble absolument pas le cas ici... (mieux les tomes 1, 4 et 5 du Cycle d'Anankè sont bien voire très bien amenés !)

Dans le "Cycle Anankè" par lequel je découvre les romans d'Henri Vernes, Bob Morane et Bill Ballantine volent à la rescousse de leur amie Florence Rovensky, qui était partie à la cherche de son père à la fois truand et milliardaire, lui-même victime du petit-bourgeois criminel Simon Lusse qui désespère de devenir un grand rentier et qui pour monter en grade parmi le richistan exploite sans scrupule et sans vergogne la porte entre les mondes situés entre sa maison et son jardin (car comme vous le savez, là où l'argent règne il ne faut pas s'étonner des conséquences qu'il entraîne). Les uns et les autres se retrouvent prisonniers comme tant d'autres d'Anankè, univers de poche emboîtés les uns dans les autres, séparés les uns des autres par des murailles infranchissables et accessibles uniquement par des portails interdimensionnels à sens unique et peu ou prou piégés qui les relient entre eux. Nous sommes donc dans un escape game géant dans lequel on risque rien de moins que sa propre vie, ce qui peut ou du moins aurait pu et aurait dû rapidement nous amener vers les thématiques survivalistes : la comparaison avec les mondes de Tiers créés par l'américain Philip José Farmer est d'autant plus frappante qu'ils ont été crées par les deux auteurs à la même époque.... Anankè signifie en grec ancien « Fatalité » : entre catabase et odyssée la Team Morane essaye donc de rejoindre le centre de ces univers concentriques, seule manière d'échapper à ce « monde pourri d'entre les mondes pourris », et force est de constater que les clins d'oeil ne manquent pas aux oeuvres d'Homère et de Dante (et c'est presque dommage que l'auteur n'ait pas été plus loin dans cette voie ^^).
Dans "Les Murailles d'Ananké" tome 1 du "Cycle d'Anankè", la mise en place du récit fait la part belle au petit-bourgeois criminel Simon Lusse qui s'avère assez élégante même si on passe sous silence les liens qui unissent la Team Morane à la Famille Rovensky. Nous passons du récit policier au récit fantastique, de Georges Simenon à Jean Ray, pour aborder de plein pied tous les thèmes propres à la Portal Fantasy : comment y entrer ? comment en sortir ? comment y survivre ? Quel que soit le point d'origine des victimes disséminés dans toute l'Europe voire dans le monde entier, il n'y a que deux points d'arrivée sur Anankè et les hommes-oiseaux qui règnent sur le premier monde de l'univers concentrique d'Anankè se font toujours fait un devoir de capturer les uns et les autres pour les opposer les uns aux autres et ainsi ne pas se retrouver démographiquement dépassés par une « immigration subie » (dans la mesure où ils ont toujours opté pour le choc des civilisations au lieur d'opter pour la cohabitation des peuples : le thème est toujours d'actualité, pour ne pas dire d'une brûlante actualité !). Henri Vernes semble piocher dans la SF des années 1970 largement dystopique avant l'émergence du phénomène/contre-phénomène Star Wars, du coup j'ai eu l'impression d'être quelque part entre La Planète des singes et Hunger Games, ou plus simplement dans une version post-apocalyptique de l'histoire de Spartacus pleine de zooms humanistes tous plus émouvants et passionnants les uns que les autres, le tout dans un suspens hitchcockien qui allait bien... Bob Morane finit par rallier toutes les bonnes volontés pour mettre fin à un esclavage mortifère, et ce malgré la résistance des capos et des collabos (car il ne faut jamais sous-estimer la bassesse humaine des homines crevarices, cette sous-espèce à la langue marron à force de lécher le cul des plus puissants qu'eux et dont l'humanité aurait mieux fait de se passer !). Et malgré sa victoire le héros ne compte pas resté bloqué au premier niveau du jeu, et affronte le Jardin des Morts pour parvenir à la muraille / porte / monde suivant et ceux qui le suivent doivent affronter un enfer blanc avant de déjouer le piège diabolique permettant d'y échapper...
L'ensemble aurait pu être vraiment séduisant mais les promesses qui sont faites ne seront pas tenues par la suite... Bob Morane réunit toute une équipe pour affronter les mystères d'Anankè : lui-même, son fidèle side-kick, une strong independant woman, Doc la tête, Gara les jambes, Simon Lusse le traître, en amont de quelques jours Rovensky en quête de liberté, en aval de quelques heures Gustav Fauconnier en quête de vengeance, mais par facilité ou par fatalité l'auteur va éliminer plus ou moins rapidement tous les personnages jusqu'à aboutir à sa configuration de prédilection : le chevalier, son écuyer et la demoiselle à sauver... Je soupire d'autant plus qu'il semble ici être passé à côté de quelque chose de très grand !
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
gill
  16 août 2012
Simon Lusse possède un petit hôtel particulier dans le Marais à Paris.
Désirant faire percer une porte pour accéder directement de son vestibule à son jardin, il fait appel, quoi de plus banal, à la maison "Lebouteux, tous travaux de maçonnerie, plomberie et menuiserie".
Le patron, lui même, Marcel Lebouteux prend les choses en mains.
Et disparaît soudain.
Simon lusse se rend compte, alors, avec stupéfaction que lorsqu'on franchit cette porte dans un sens, l'on est comme aspiré dans un autre monde.
A travers un tube de carton il aperçoit et parle à l'artisan affolé, mais il ne tentera pas de le secourir.
Simon Lusse va se servir de ce mystère pour assurer sa prospérité et en trente six ans il va faire disparaître, sans remord aucun, quelque trois cent cinquante personnes.
Peter Rovensky, homme d'affaires et diamantaire est une de ses victimes et lorsque sa fille, Florence, qui est une amie de Bob Morane et de Bill Ballantine, disparaît à son tour, les deux compagnons se lancent sur la piste et finissent par franchir la première muraille du monde d'Ananké.
Henri Verne nous offre, avec ce cycle passionnant de cinq volumes et une nouvelle inédite, un voyage dans un monde terrible et mystérieux qui nous réserve bien des surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   06 septembre 2018
- Dans le passé, les hommes-oiseaux se battaient entre eux. Ils ne le font plus depuis des siècles et des siècles. Ils obligent tout simplement une autre race d'hommes – la nôtre -, à le faire à leur place. N'est pas la plus logique des solutions ? Surtout pour des gens qui, apparemment, aiment voir couler le sang tout en détestant recevoir eux-mêmes des coups...
- Il est vrai, au fond, les choses ne sont pas tellement différentes dans notre monde. Politiciens et militaires appliquent cette formule, eux aussi, et depuis des millénaires...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
AlfaricAlfaric   14 août 2018
- Tiens, vous vous y connaissez sûrement : qu'est-ce que vous faites contre le blanc du rosier, hein ?
- Oh ! Il n'y a pas grand-chose à faire contre l'oïdium...
- Ah, bon... J'croyais pourtant, avec les produits chimiques.
- Je n'utilise jamais de produits chimiques.
- Ah, bon ! Z'avez sans doute raison. Y finiront par nous foutre la nature en l'air, avec toutes leurs saloperies !
Commenter  J’apprécie          120
gillgill   16 août 2012
Qu'est-ce que les murailles d'Ananké ?
C'est tout et c'est rien.
Où sont les murailles d'Ananké ?
Partout et nulle part.
Ananké c'est peut-être la fatalité.
Une fatalité à laquelle
Bob Morane et Bill Ballantine
sont livrés pieds et poings liés.
Enfin presque....
On sait que lorsqu'on parle de Bob Morane
l'expression "pieds et poings liés"
ça ne veut pas dire grand-chose.
(quatrième de couverture de l'édition parue chez "Pocket Marabout" en 1974)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   04 septembre 2018
- Voyons le jardin.
- Le jardin ?
- Mon cher monsieur Lusse, dit l'inspecteur Pavé, vous n'imaginez pas le nombre de cadavres que recèlent les jardins de notre bonne capitale ! De vrais cimetières clandestins !
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   10 septembre 2018
Parler d'un monde différent, c'était une chose. Une chose, que discourir avec détachement d'un monde parallèle. Mais s'y retrouver soi-même plongé, dans cet univers parallèle, cela tournait au cauchemar.
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Henri Vernes (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Vernes
Plus de 60 ans après sa création, le célèbre aventurier Bob Morane inventé par Henri Vernes revient aux affaires et à la bande dessinée, avec un nouveau look, un nouveau dessinateur et de nouveaux scénaristes. Sans rien avoir perdu de ce qui le constitue ? son caractère, son sens de la justice, ses amis - mais dans un contexte entièrement renouvelé, contemporain et particulièrement explosif : Bob Morane, légende du passé, devient l?aventurier de demain !
--- Un album de Brunschwig, Ducoudray et Armand http://www.lelombard.com/series-bd/bob-morane-renaissance,510/ Mise en forme et montage vidéo : Antoine Jung
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature belgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
316 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre