AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782490591923
M+ éditions (12/08/2021)
4.12/5   25 notes
Résumé :
Le 23 mars, trois jours après avoir fêté son 13ème anniversaire, la jeune Anne Manon Nathalie Borde, versus Athéna, âgée de 13 ans est retrouvée recroquevillé près du cadavre de son père, un couteau planté dans le coeur. Meurtre ou parricide ? Seule la jeune adolescente pourrait le dire... mais elle s'enfuit, emportant avec elle le Cahier qui pourrait tout autant la disculper que l'incriminer. Commence alors un long chemin d'errance, entre mensonges et vérités, qui ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 25 notes
5
12 avis
4
4 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
1 avis

LabiblideVal
  10 août 2021
Un drôle de titre pour ce récit qui m'a poussée à chercher ce qu'étaient des « acouphanges » sur le net. Je n'ai pas trouvé grand-chose, si ce n'est découvert l'existence d'un « Oracle des Acouphanges » (publié en 2015), permettant à celui qui s'en sert d'obtenir des messages divinatoires par le biais de petits anges chuchoteurs… Et effectivement, Lou Valérie Vernet fait évoluer ses personnages dans un univers ésotérique, dans lequel les chakras, les Lois de l'univers, les accods toltèques et les égrégores régissent la vie des personnages.
« Un homme, ce n'est pas différent d'une bête. Quand ça meurt, l'âme s'enfuit. Tout de suite. » Anne Manon, Nathalie Borde, qui s'est renommée Athéna, a treize ans lorsqu'elle est retrouvée à côté du cadavre de son père. Cela fait trois jours qu'elle est prostrée, sans boire, ni manger, attendant de voir l'âme de son père quitter son enveloppe terrestre.
« Procédure tout à fait salvatrice pour reprendre pied et sortir enfin d'une espèce d'apathie consternante. Un ballet orchestré à la perfection dès lors que l'adolescente s'est dépliée spontanément. L'instant d'avant elle n'en finissait pas de se recroqueviller, celui d'après elle se dénouait. » Il faudra l'arrivée de la Police pour que l'adolescente quitte enfin sa prostration et accepte d'être prise en charge. Est- elle innocente ou coupable ? Sensée ou démente ? Athéna s'enfuit, quittant le Roussillon pour Paris, avec un parcours ponctué d'incidents atypiques.
Au final, un livre – je n'arrive pas à utiliser le terme de « roman » pour cet écrit – qui ne m'a pas emballée du tout. Si au début, j'avoue que ma curiosité a été attirée par le cadre du crime et les débuts de l'enquête, je me suis rapidement sentie perdue dans un univers trop rocambolesque pour moi, à la limite du charabia. Je n'ai en effet pas compris grand-chose à ce qui se tramait dans la tête d'Athéna, ni autour d'elle. Trop abstrait, trop de références ésotériques que je ne maîtrise pas, des scènes qui m'ont semblé incohérentes… Selon sa classification des êtres humains, je dois probablement être 1D ou 2D ; pas très futée ! Bref, un livre qui n'est pas pour moi (ou un mauvais karma ?!).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
christian06
  01 décembre 2021
Bonjour les babeliophiles aujourd'hui petit retour sur ma dernière lecture. Je ne vous cacherais pas que j'ai eu du mal à entrer dans ce roman mais une fois rentré difficile de le lâcher. C'est donc l'histoire de Anne Manon Nathalie qui a décidé de se faire appeler ATHENA.
Athena vient de fêter ses 13 ans et est retrouvée près du cadavre de son père,avec un couteau planté dans le coeur. Attend est la seule qui sait mais refuse de parler.
Ce roman est étrange, dérangeant voir glauque qui évolue au fur et a mesure de sa lecture. On se trouve dans l'esprit d'Athena et l'on subit également sa violence psychologique qu'elle vit au quotidien. Athena semble perdue mais elle sait......mais quoi????
Alors on va aimer ou pas ACOUPHANGES en tout cas j'ai beaucoup aimé mais comme je dis toujours ceci n'est que mon avis personnel.
Commenter  J’apprécie          150
Coetseslivres
  14 août 2021
Acouphanges : un mot valise formé des mots acouphènes et anges. Sa définition ? un petit bruit, un murmure à notre oreille que fait un ange lorsqu'il veut nous parler, nous avertir. Ici, ce serait le bruit que fait l'âme lorsqu'elle sort du corps au moment de la mort. C'est ce que croit entendre la jeune héroïne, Athéna, ou ce qu'elle entend vraiment, allez savoir…
Mais que cela ne vous induise pas en erreur, ce livre est un thriller…
*******
Accroche : le 23 mars, trois jours après avoir fêté son 13ème anniversaire, la jeune Anne Manon Nathalie Borde, versus Athéna, âgée de 13 ans est retrouvée recroquevillé près du cadavre de son père, un couteau planté dans le coeur. Meurtre ou parricide ? Seule la jeune adolescente pourrait le dire... mais elle s'enfuit, emportant avec elle le Cahier qui pourrait tout autant la disculper que l'incriminer. Commence alors un long chemin d'errance, entre mensonges et vérités, qui induit une troisième version... bien loin des normes conventionnelles.
*******
Une fois la dernière page tournée, je me suis demandée comment j'allais faire pour vous parler de ce livre atypique. Je le qualifierai volontiers d'OLNI (Objet Littéraire Non Identifiable), parce que j'ai beaucoup de mal à le caser dans un genre particulier.
Je pense qu'avec ce roman, c'est tout ou rien. Guère d'avis mitigé possible. On adhère et on adore ou on n'adhère pas et on déteste. C'est assez spécial.
Déjà, il n'y a quasiment pas de dialogues. le lecteur se retrouve à la place de cette gamine ; sans savoir si elle est victime ou coupable (ou les deux !), saine d'esprit ou non. C'est très ambigu surtout au début du livre ; on hésite, on penche d'un côté puis de l'autre, sans vraiment se fixer.
L'atmosphère s'installe d'emblée, presque dérangeante, très sombre, mais pourtant, alors que j'ai eu un sentiment de malaise, j'ai eu très envie de continuer. de savoir ce qui allait arriver à cette ado, pourquoi elle était comme ça, aussi renfermée, avec des attitudes aussi bizarres. C'est prenant et à la fois dérangeant.
C'est curieux, mais je n'arrive à trouver qu'un seul mot pour qualifier ce livre : étrange. Difficile d'en parler pour essayer de vous faire comprendre, sans trahir quoi que ce soit, sans divulgâcher l'atmosphère. L'ambiance appartient au lecteur, qui va se retrouver dans une sorte de bulle, poussé par je ne sais quoi à aller toujours plus loin dans le roman. Je m'attendais à… mais non, je ne vous dis plus rien. Découvrez par vous-même, c'est le meilleur moyen.
Ce retour est court, volontairement, parce que c'est à vous, futur lecteur, de vous approprier ce roman comme je l'ai fait. Tout ce que je peux rajouter, c'est que les mots sont incisifs, qu'ils sonnent juste et qu'ils frappent.
Oserez-vous tenter cette lecture ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
collectifpolar
  23 septembre 2021
Trois flingueuses et un Porte Flingue ont lu et aimé ce roman de Lou Valérie Vernet. Aussi en tant que porte flingue du Collectif Polar je vous propose de partager avec vous leur remarque sur Acouphanges que j'avoue avoir beaucoup aimé pour me pas dire adoré moi aussi.
Mais alors de que raconte cette suite de « Surtout le pire ». Une suite enfin pas vraiment et rassurez-vous, vous pouvez parfaitement lire « Acouphanges » sans avoir lu l'autre…Ce sont deux histoires indépendantes même si on y retrouve des personnages en commun.
Alors de quoi parle ce bouquin au nom si étrange ?
Le 23 mars, trois jours après avoir fêté son treizième anniversaire, Anne Marion Nathalie Borde, alias Athéna, est retrouvée recroquevillée à côté du cadavre de son père, un couteau planté dans le coeur. Bientôt, l'adolescente s'enfuit, emportant avec elle le cahier en mesure de l'incriminer ou de la disculper de ce crime dont tous se demandent s'il s'agit d'un parricide ou d'un meurtre.
Dany : C'est donc Athéna dont nous allons suivre les pas pendant 180 pages trépidantes, l'accompagnant dans ses certitudes et ses errements.
Sylvie K : Cette jeune fille ne parle pas, elle dira juste son nom aux enquêteurs Athéna, elle va se prénommer Athéna comme la déesse de la guerre. Et c'est en mode guerrière qu'elle va échapper à la police avec son cahier, son Kalimba et … son sac de survie.
Elle fuit mais en voulant fuir son destin elle va le rattraper.
Dany : Des personnages attachants avec leurs petites voix intérieures qui les guident vers le bien ou le mal …
Sylvie K : Les émotions, les attitudes, les sentiments tout est finement disséqué. Ses personnages sont portraitisés, scannés pour en retenir que l'essentiel.
JP : Une étrange traque que vous allez aimer adorer ou bien détester…
Dany : STOP : impossible d'en dire plus sous peine de spolier l'intrigue …
J.P : Ce thriller glauque est plein de poésie aussi, on frise le fantastique, le mystique aussi, quand ce n'est pas carrément fantasmagorique. L'écriture est superbe
Sylvie K : C'est un roman noir intense avec une pointe de vanille et de piment pour obtenir un audacieux mélange. Ce mélange est inhabituel et prévaut surtout par l'écriture de l'auteure.
Dany : Inclassable assurément mais tellement affuté par l'écriture pointilliste de l'auteure, ce récit fait appel à une large palette d'émotions, suscite notre empathie.
JP : Comment vous donner envie de lire ce roman qui sort vraiment des sentiers battus ?
Vous dire qu'il est étrange ?
Que vous ne devinerez jamais la chute ?
Qu'il en est parfois presque dérangeant ?
Ge: personnellement quand j'ai eu le livre en main, le titre m'a interpelé et en tant que porte flingue il fallait bien que je comprenne ce qu'il voulait dire
« Acouphange » alors visiblement ce mot est né, de la contraction des mots "acouphène" et "ange", avec pour définition : "Petits bruits que font les anges quand ils désirent nous susurrer quelque chose à l'oreille..."L'Acouphange n'est lié à aucune religion, aucune église ou aucun dogme que ce soit…
Vous l'aurez donc compris « Acouphange » n'est pas un livre comme les autres, non c'est comme souvent chez notre auteur bien plus qu'un simple roman policier, c'est mâtiné de fantastique. C'est aussi un polar hypnotisant, un roman sans concession. L'auteur nous entraine une nouvelle fois dans une spirale diabolique, et on est pris dans sa toile et avec son écriture ensorcelante, on ne peut résister à son charme !
Un pur coup de coeur

Lien : https://collectifpolar.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          54
Polarette
  17 octobre 2021
Bonjour amis lecteurs,
Je remercie chaleureusement M+Editions pour l'envoi en service presse du livre de Lou Valérie Vernet : « Acouphanges »
J'ai adoré ce thriller psychologique tout à la fois troublant, déroutant, bouleversant et envoûtant. L'auteur nous transporte dans une intrigue captivante, où l'étrange plane en permanence au-dessus d'une atmosphère très sombre s'agissant d'une enquête pour meurtre et la cavale d'une ado. L'auteure joue d'une plume percutante et incisive, teintée de poésie: un régal.
Un roman noir parfaitement maîtrisé que j'ai lu sans pouvoir m'arrêter avant la fin. Un coup de coeur !
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   21 septembre 2021
Papa Raph disait qu’on renaissait chaque jour. PJ qu’on mourait chaque soir. Moi je crois qu’on naît et qu’on meurt dans la même journée. Que chaque jour est une vie en soi. Du moment où on se lève, au moment où on se couche, une vie dans la vie se passe. Tu n’es déjà plus celle que tu étais hier, pas encore celle que tu seras demain. On a plein de petites vies. Et c’est la somme de toutes ces petites vies qui peut en faire une grande. Si tu évolues. Si tu sors de la matrice. Si tu arrêtes de te comporter comme un 3D et que tu cherches à tirer parti de chaque apprentissage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
collectifpolarcollectifpolar   21 septembre 2021
Ils avaient besoin d’une proie et elle d’un refuge. Un bel exemple de la loi d’attraction. Pas étonnant qu’ils se rencontrent. L’univers offre toujours ce que l’on demande. Que cela mérite ou pas de se foutre à poil n’était pas la question. Autant aller jusqu’au bout. Et attendre. À ce jeu-là, elle était plus forte que tout le monde. Elle avait fait ce qu’ils demandaient. N’avait pas protesté. Même pas tenté de fuir. Ils avaient scruté son sac et ses fringues puis ils l’avaient regardé se déshabiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
chevalierortega33chevalierortega33   24 septembre 2021
Papa Raph disait qu’on renaissait chaque jour. PJ qu’on mourait chaque soir. Moi je crois qu’on naît et qu’on meurt dans la même journée. Que chaque jour est une vie en soi. Du moment où on se lève, au moment où on se couche, une vie dans la vie se passe. Tu n’es déjà plus celle que tu étais hier, pas encore celle que tu seras demain. On a plein de petites vies. Et c’est la somme de toutes ces petites vies qui peut en faire une grande. Si tu évolues. Si tu sors de la matrice. Si tu arrêtes de te comporter comme un 3D et que tu cherches à tirer parti de chaque apprentissage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Jardins_SecretsJardins_Secrets   19 août 2021
C’est une scène de crime comme on n’en voit plus. Et même jamais. Surtout ici, à Roussillon, dans cette enclave paradisiaque, fief du plus grand gisement ocrier de France. L'odeur vous saute à la gorge en même tant que l’image foudroie le regard. Toutes les synapses en sont immédiatement anarchisées et. L’information s'arrête net, incapable d’agencer de façon cohérente la pagaille qui agite les neurotransmetteurs.
Pour les témoins, liquéfiés sur le seuil de la pièce, il y a un mouvement de recul, une subite envie de faire demi-tour, une bile acide ravalée de justesse. On peut être gendarmes et ne pas savoir faire face pour autant. L’uniforme a des limites qui s’arrêtent à l’homme qui le porte. Il faut un temps pour voir, un autre pour encaisser et un dernier pour oser affronter ce qui peine à émerger d’un probable scénario de film d’horreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LabiblideValLabiblideVal   09 août 2021
Procédure tout à fait salvatrice pour reprendre pied et sortir enfin d'une espèce d'apathie consternante. Un ballet orchestré à la perfection dès lors que l'adolescente s'est dépliée spontanément. L'instant d'avant elle n'en finissait pas de se recroqueviller, celui d'après elle se dénouait.
Commenter  J’apprécie          40

Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2449 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre