AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nathaële Vogel (Illustrateur)Philippe Munch (Illustrateur)
ISBN : 2070513475
Éditeur : Gallimard Jeunesse (26/05/1997)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 183 notes)
Résumé :
Le dortoir de la pension Saint-Agil. Mathieu, n°95 pour ses amis, ne dort pas. Le surveillant général aux allures d'espion n'est pas en vue : vite, Mathieu gagne la salle de sciences où veille le squelette Martin. C'est là le repaire de la bande des Chiche-Capon dont il fait partie avec le n°22 et le n°7. Tous les trésors sont caché là. Dont un gros cahier témoin de leurs secrets. Alors que Mathieu s'apprête à y inscrire quelques lignes, un léger crissement lui fait... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  11 juillet 2015
Le titre évoque plus volontiers le film de Christian Jacques, qui a réjoui toute une génération, au temps où les télévisions ne diffusant qu'une seule chaine en noir et blanc (la télécommande, pas encore inventée,, n'avait aucun intérêt!). Sorti en 1938, sa distribution permet de voir quelques têtes blondes encore inconnues à l'époque : Serge Regiani, Mouloudji..
Mais revenons au roman jeunesse : paru en 1935, il pointe avec justesse les inquiétudes que suscitela situation politique européenne, et qui transparaissent dans les échanges des profs de ce pensionnat situé près de Meaux. La vie y est rude, le confort plus que sommaire et les gamins qui y séjournent ont peu d'alternative au bachotage (l'ambiance est carcérale) , si ce n'est que l'activité illicite de création de sociétés secrètes. C'est ainsi que Macroy, Sorgues et Beaume, les Chiches Capons, se retrouvent de nuit dans la salle de sciences naturelles, pour parler de leur rêve : aller en Amérique (après avoir salué bien sûr Martin, le squelette)
Mais l'ambiance va brutalement changer dans l'établissement lorsque Sorgue disparaît. Et ce n'est que le début, puisqu'un professeur est retrouvé mort à la suite d'une chute dans l'escalier. Fugue, accident, peut-être pas puisqu'un deuxième élève se volatilise…
L'enquête est menée de front par un avocat détective et par Beaume. le film prend quelques libertés par rapport au roman, et le dénouement diffère quelque peu. Peu importe. La lecture est agréable, l'intrigue bien menée, plus affutée qu'un Club des cinq, et tout à fait digne de lecteurs matures.
Lecture nostalgie, à la fois captivante et instructive, à lire et relire, comme à voir et à revoir.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
vilvirt
  06 septembre 2012
La société secrète des Chiche-Capon, ça vous parle ? Non ? Alors le squelette Martin peut-être ? Non plus ??!! Bon : il est temps pour vous de vous replonger dans vos classiques. Et plus particulièrement vos classiques jeunesse, avec cette intrigue policière rondement menée qui prend pied dans un petit pensionnat de Meaux et lève le voile sur les conditions de vie difficiles des élèves en ce début de siècle.
Tout commence avec une société secrète et trois amis, élèves à St-Agil - Sorgue, Macroy et Baume - déterminés à quitter le pays pour rejoindre les Etats-Unis qu'ils voient comme un Eldorado et la terre idéale où les rêves les plus fous se réalisent. Mais de manière brutale et incompréhensible, les deux premiers disparaissent au sein même du pensionnat de Saint-Agil, laissant le troisième - André Baume - dans le flou le plus total. Fugue ou enlèvement ? Peut-être pire encore... Rien ne semble impossible entre les murs de cet établissement bien sombre ou la vie se partage entre les cours, les études, les sanctions, les repas au réfectoire où l'on doit subir la lecture d'une oeuvre souvent soporifique, les rappels incessants de la cloche destinée à rythmer chaque étape de la journée, et les promenades occasionnelles que le directeur, M. Boisse, accorde aux élèves...
Alors que chacun bâti les hypothèses les plus improbables, cette situation incongrue fait enrager le directeur qui commence à s'inquiéter du scandale. La police et les parents s'en mêlent mais le mystère s'épaissit avec la disparition du dernier des trois Chiche-Capon. Et toujours aucun début de piste...
Les surveillants et les professeurs eux-mêmes finissent par paraître suspects et pourtant tout semble partir de cette mystérieuse association des Chiche-Capon qui ne livrera ses secrets qu'en toute fin de roman. Qu'est-ce que les trois adolescents ont bien pu découvrir dans cette mystérieuse salle des Sciences Naturelles - choisie pour être le siège de leur rassemblements nocturnes - qui les a poussé à disparaître les uns après les autres ?
La dernière partie de l'histoire est absolument captivante. Les scènes de la vie quotidienne se succèdent de manière impitoyable alors que le suspens monte et que la tension atteint son comble. A travers l'apparente banalité des examens qui se rapprochent, des sorties, des discussions passionnées autour des récents évènements, on sent l'angoisse grimper subtilement jusqu'aux dernières pages et l'orage qui survient à la fin marque l'apogée du récit avec une scène lugubre à souhait. Insensiblement, l'auteur réuni le peu d'indices disséminés à travers le roman et rassemble les pièces du puzzle avec brio.
Pierre Véry signe un grand roman enrichi par des dialogues intelligents, une foule de personnages cocasses, une naïveté rafraîchissante présente dans les rapports qu'entretiennent élèves et professeurs, des secrets qui n'en finissent pas d'embrouiller le lecteur et surtout, une menace latente à laquelle personne ne veut encore croire et qui assombri l'atmosphère déjà pesante : la guerre ! Et pas n'importe quelle guerre : une guerre mondiale, une menace terrible et pourtant excitante dans la bouche des enfants et des professeurs, et qui se profile de plus en plus dans les conversations.
Simple roman jeunesse ? Et bien pas seulement : Les Disparus de Saint-Agil est avant tout un grand roman policier dont le cadre inhabituel apporte son lot d'angoisse et de frayeur. C'est un bel hymne à l'amitié, aux rêves et à l'imagination qui va vous donner envie de replonger en enfance. Les explications de sa genèse par Pierre Véry en fin de livre sont un régal. Pour poursuivre l'aventure, à noter la formidable adaptation de Christian-Jaque datée de 1938 et qui mérite d'être redécouverte...
Lien : http://tranchesdelivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
MllePeregrine
  07 juin 2013
Un roman policier pour les 13/14 ans que l'on aime parce que:
- l'intrigue est très bonne.
-Même si le livre est paru en 1935 et qu'il situe l'intrigue en 1913, il n'a absolument pas vieilli, sans les allusions à la guerre qui s'annonce, on pourrait (presque) penser que ça se passe de nos jours.
- les protagonistes sont bien trouvés, chacun avec sa petite caractéristique.
- le coupable n'est pas offert sur un plateau dès le départ ( à moins de tricher et de commencer par la fin).
- je ne trouve pas d'aspects négatifs.

Commenter  J’apprécie          246
LiliGalipette
  21 octobre 2016
Mathieu Sorgues, élève de l'institut Saint-Agil, disparaît un soir après être passé devant le préfet de discipline. Pour ses deux compères, Philippe Macroy et André Baume, c'est une fugue vers l'Amérique, ce continent qui les fascine et justifie l'existence de leur société secrète des Chiche-Capon. Mais tout de même, Mathieu n'était pas le plus aventureux des trois garçons : son départ est étrange, pour ne pas dire inquiétant. « L'imagination, […] voilà, à la fois, la plus grande et le plus grand défaut de Sorgues. » (p. 37) Rapidement, le doute n'est plus permis : Mathieu Sorgues a été enlevé. Et l'émoi grandit encore à Saint-Agil quand Philippe Macroy disparaît à son tour et qu'un professeur est retrouvé mort au bas des escaliers. Ne reste qu'André Baume. « La disparition des Chiche-Capon avait pour ainsi dire marqué, pour le numéro 7, la fin d'une enfance que l'internat, peut-être, avait prolongée outre mesure. » (p. 107) À lui seul, saura-t-il résoudre les mystères qui obscurcissent la bonne réputation de Saint-Agil ? Retrouvera-t-il ses camarades sains et saufs ? Ne risque-t-il pas à son tour de disparaître ?
J'ai relu avec plaisir ce roman qui avait enchanté mon enfance, même si ce roman policier m'a un peu déplu. Je ne suis pas friande du genre auquel je reproche deux grands défauts : soit d'être cousu de fil blanc et de ne laisser aucune place au mystère, soit de verrouiller l'intrigue à un tel point qu'il est impossible de comprendre le mystère avant la fin. Les disparus de Saint-Agil appartient à la deuxième catégorie : pas un indice ne laisse entrevoir la solution avant que l'auteur en ait décidé et je trouve cela très frustrant. Cela dit, ce roman est un excellent ouvrage pour les jeunes lecteurs, tout à fait susceptible d'enflammer leurs esprits et de leur procurer de formidables frissons. « Les mots de crime, d'enlèvement, de séquestration étaient chuchotés. » (p. 116) Quand on est jeune et qu'on étouffe dans un internat, une société secrète, une carte des États-Unis, des prospectus sur les compagnies maritimes, un indicateur Chaix et un catalogue de la Manufacture française d'armes et de cycles de Saint-Étienne sont des trésors. Avec ça, on va partout et on peut tout tenter. Et sous le regard aveugle d'un squelette, à la fois témoin et porte-chandelles, on peut pratiquer d'épatantes activités nocturnes clandestines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
zembla
  28 février 2011
En 1913 dans le lycée de Saint Agil, Mathieu Sorgues, Philippe Macroy et André Baume sont trois amis pensionnaires qui ont créés leur société secrète : les Chiche-Capon. Leur rêve est de partir pour les Etats-Unis pour réussir. Un jour Matthieu Sorgues est renvoyé de l'étude mais il disparait. Peu de temps après Philippe Macroy reçoit une carte postale de Chicago signé Chiche Capon, on en conclut alors que Mathieu Sorgue a fugué. Mais un autre jour, c'est Philippe Macroy qui est renvoyé de l'étude et qui, dans les même conditions, disparaît. André Baume doute que ce soit une fugue, il craint que ses amis ont été enlevés. Mais pourquoi ? Et par qui ?
C'est en cherchant des livres pour ma fille que je suis tombé sur ce livre et me sont revenus en mémoire les images d'un film. Car ce titre était pour moi le titre d'un film noir et blanc qui m'avait marqué adolescent. Film qui m'avait fait frissonner par une atmosphère étrange et mystérieuse où l'on voyait des enfants disparaître les uns après les autres sans que l'on comprenne , jusqu'au dénouement final, le pourquoi et le comment. Donc, j'ai découvert que ce film était tiré d'un livre et ayant oublié la fin je me suis décidé a le lire .
Ce livre a un double intérêt . le premier c'est la vie du pensionnat au début du siècle dernier avec ses élèves et leur rapport avec l'autorité. le deuxième c'est son intrigue policière rondement mené et son atmosphère étrange avec le squelette Martin qui joue un rôle inoubliable. Ce livre est devenu un classique de la littérature jeunesse pour les jeunes qui aiment frissonner. Ma fille (9 ans) ne veut pas le lire car les illustrations avec le squelette Martin sont impressionnantes. le livre est conseillé a partir de 11 ans et pour une fois je suis d'accord avec ce conseil.
Un bon livre policier. Ne me reste plus qu'a revoir le film et voir si mes souvenirs d'adolescents peuvent résister au temps.
Lien : http://desgoutsetdeslivres.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
KittiwakeKittiwake   09 juillet 2015
Ils arpentaient les corridors, les salles de classe, se penchaient sur les pupitres dans l'espoir d'y trouver leurs noms, gravés par eux, au canif, jadis. Mais ce n'étaient plus les mêmes pupitres : tout s'use!
Commenter  J’apprécie          180
KittiwakeKittiwake   08 juillet 2015
D'un geste sec, M. Boisse referma le "roman " du numéro 95 et prophétisa :
- Vous verrez ce que je vous dit. Dans dix ans, ce galopin écrira des romans policiers! Quelle misère !
Commenter  J’apprécie          210
emmart67emmart67   29 avril 2012
"...Une musique.
Un son de piano, lent et grave.
Cela venait des étages supérieurs, de la classe de sciences, sans aucun doute, puisque
là se trouvait le seul piano qu'il eût à la pension.
- Mais voyons..., dit M.Pointis, que l'incident amusait plûtôt et qui ne pouvait rien soupçonner des sentiments de ceux qui l'entourait. La phrase musicale se développait, majestueuse de gravité et de lenteur.
- Ce motif... C'est la marche funébre de Chopin!
Oh! voilà qui est cocasse!
Dans la classe de sciences, on ne trouva personne.
Ou, plutôt, si : Martin.
Le squelette était assis au piano, ses mains sur les touches. ..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
vilvirtvilvirt   06 septembre 2012
Je nous vois, descendant du pullman-car à Washington, Cincinnati ou Philadelphie. Nous échangeons un farouche et chaud Shake-Hand. Et, tout de suite, c'est l'Aventure... Tour à tour interprètes, mécaniciens, balayeurs de rues, marchands de cacahuètes sur les bords de l'Hudson, aujourd'hui businessmen brassant des millions, demain vagabonds, vivant de pain et d'eau...
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   21 octobre 2016
« Les mots de crime, d’enlèvement, de séquestration étaient chuchotés. » (p. 116)
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Pierre Véry (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Véry
Les Maîtres Du Mystere - La Pension Benedict
autres livres classés : pensionnatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1041 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre
.. ..