AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Régis Boyer (Traducteur)
ISBN : 2714308007
Éditeur : José Corti (29/12/2002)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 15 notes)
Résumé :

Romancier, nouvelliste et poète norvégien, né le 20 août 1897 à Vinjem et mort le 15 mars 1970 à Oslo, Tarjei Vesaas, fils de paysan, hésita longtemps entre le métier de son père et l’écriture. Il écrit (en néo-norvégien (nynorsk), langue autrefois connue sous le nom de « langue rurale ») dès les années vingt mais n’atteindra une notoriété nationale et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
marcossor
  09 avril 2014
[Extrait du blog Fils de lectures que je tiens]
Voilà des semaines que je me dis qu'il faut absolument que je parle de Tarjei Vesaas (1897-1970) sur ce blog. Pourquoi? Tout simplement parce cet auteur norvégien est une sorte de géant de la littérature. Un grand, un très grand. Un auteur dont les livres peuvent hanter leurs lecteurs après des années. Et puis voilà que le metteur en scène Claude Régy a repris sa mise en scène de la barque le soir au théâtre 104 à Paris (créé l'année dernière) et que France Culture s'en fait le relais (voir le lien ci-après). C'est donc le moment ou jamais (même si le spectacle ne se joue plus).
La lecture d'un livre de Vesaas est une expérience qui sort un peu de l'ordinaire; On y est en effet embarqué dans un monde où le rêve, qui peut aussi être cauchemar, est à tout moment présent. Un rêve qui peut avoir la présence d'un réel plus réel que le réel. Ou plutôt, plus réelle que la réalité, celle dans laquelle nous vivons. Il y a là quelque chose qui ressemble fort à ce que le psychanalyste anglais D.W. Winnicott appelait fantasying, cette rêverie ou ce fantasme qui nous prend entre veille et sommeil, qui oscille entre ce que le monde nous donne à voir et ce que notre imaginaire va chercher on ne sait où. Des images et des impressions qui s'ancrent au plus profond de nous et qui sont comme un rêve étrange et pénétrant, à la fois insolite et pourtant vaguement familier. Des images qui viennent habiter en nous comme si elles y avaient toujours été attendues, même si on ne les comprend pas toujours. Même si souvent on ne les comprend pas.
Une voix, une barque et un fleuve. le mouvement du courant entre les rives. Voilà ouvert les écluses de la parole.
Il y a du mouvement, de la vie dans la barque. Se forment des rangées d'images.
La barque avance avec un courage que nul ne comprend.
Ceux qui restent à terre entrevoient sa course parmi les silhouettes.
Beaucoup d'inattendu s'y mêle. Ce ne sont pas des nouveautés non plus, elles ont déjà été là.
Il y a la neige dans laquelle on enfonce et l'homme qui mène son cheval, puissant. le cheval, l'homme et l'enfant ouvre le chemin dans la neige épaisse qui continue de tomber.
L'homme dans la barque tombe, s'accroche à elle. le courant les entraîne et la vie continue de tourner, les souvenirs de revenir, les chiens font entendre leurs voix. Les odeurs aussi reviennent; Celle de la pluie sur une peau chauffée par le soleil, couverte d'une mince chemise; La jeune fille et la montagne, chauffée par le soleil. Les images s'enchaînent avec leur sensation, odeurs et sons, alors que le courant l'emmène toujours plus loin.
En se perdant dans le courant, à la frontière de deux monde, l'homme retrouve tout ce qui a fait sa vie; Ce qui la fait encore.
On peut être envoûté ou dérouté par cette écriture qui semble exiger du lecteur des choses inhabituelles, comme un long poème dont on perd parfois le fil.
Les choses sont pourtant simples. Simples si on les accepte. L'auteur nous souffle vers la fin de son récit ce qui pourrait être une clé pour pénétrer cette écriture.
Ne pas comprendre, mais être à proximité de ce qui se passe.
Il reste à accepter de ne pas comprendre, pas tout ni toujours. le voyage auquel nous convie alors Tarjei Vesaas, il se pourrait que vous ne parveniez pas à vous en détacher si facilement
Lien : http://filsdelectures.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lilicrapota
  19 janvier 2014
J'ai fait l'erreur avec cet ouvrage de vouloir le lire comme j'avais lu "les oiseaux" ou "palais de glace".
Il se trouve que ce n'est pas un roman. Cela ressemblerait plutôt à de la poésie, avec des chapitres distincts qui n'ont pas de liens entre eux (hormis dans les thèmes abordés).
Le style est profondément "vesaatien" si j'ose dire, on y retrouve tous les élèments du genre : la voix intérieure qui parle sans qu'on sache si c'est le "je" qui s'exprime ou autre chose, venu d'une partie universelle, de la nature. Il y a aussi cette notion de "fatum", de destin, de "ce qui doit être".
On sent qu'il y a beaucoup à "piocher" dans cet ouvrage : c'est le genre de livres qui peut être relu indéfiniment et nous apporter quelque chose à chaque âge... un livre de chevet en somme, à ouvrir dès que le moment se présente ;-)
Commenter  J’apprécie          13
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   20 juillet 2016
L’air était plein de flocons de neige, mais cela ne faisait rien. C’était comme il fallait, c’était une belle soirée.
Il y avait un groupe de maisons, sans que l’on pût appeler cela une ville. Les maisons s’étaient installées peu à peu, sans plan d’ensemble, aussi y avait-il toutes sortes de recoins inattendus et de passages.
Une tempête de neige balayait tout cela. Dans les recoins étroits, les tas de neige douce rencontraient la forte lumière des réverbères. Cela faisait pour ainsi dire une blancheur plus blanche que le blanc.
De la sorte, la neige déferlait constamment dans les recoins. Il n’y avait pas une seule trace de pas sous cet éclairage. Les gens étaient chez eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Tarjei Vesaas (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tarjei Vesaas
Pour ceux qui entende le tchéque ;)
>Autres littératures germaniques>Littérature norvégienne>Littérature danoise et norvégienne : théâtre (126)
autres livres classés : semi-autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
747 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre