AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782278089918
224 pages
Didier Jeunesse (16/05/2018)
3.86/5   101 notes
Résumé :
Société très fermée recherche esprits logiques et cœurs aventureux.
À la lecture de cette étrange petite annonce, Gustave Eiffel, ingénieur fraîchement diplômé, tente sa chance. Le voici recruté par la S.S.S.S.S.S. : la Société Super Secrète des Savants en Sciences Surnaturelles, en charge de la protection du pays contre les créatures fantastiques. Après une formation musclée au combat, il rejoint une usine de métallurgie en tant que contremaître pour mener d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (89) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 101 notes

Musa_aka_Cthulie
  17 mars 2021
J'étais partie pour m'énerver contre ce roman jeunesse qui m'a fortement agacée dès le début, puis un peu moins, puis plus tellement - je deviens blasée, c'est bien triste. Toujours est-il que je n'ai pas eu le temps de m'énerver car, avant même d'écrire cette critique, je me suis retrouvée avec La Maison qui soigne dans les mains, qui, au cas où vous ne seriez pas au courant, m'a horripilée au plus haut point. Régler mes comptes avec Nathalie Heinich et son éditeur est devenu soudain beaucoup plus urgent que régler mes comptes avec Flore Vesco. Car, je vous le demande, comment exploser de colère à propos d'un livre quand un autre vous a, quelques jours plus tard, encore davantage exaspérée ? L'avantage, c'est que ça m'a permis de relativiser un peu les choses. Gustave Eiffel et les âmes de fer souffre de défauts certains à mes yeux, mais il présente plus d'intérêt qu'un récit autobiographique sur les réparations à effectuer dans une maison et le linge de maison de la propriétaire.

Ce qu'on peut déjà dire de ma première expérience avec la littérature de Flore Vesco, c'est que je me suis encore une fois, et ce malgré mes multiples déceptions en la matière, fait avoir par le côté steampunk de la chose, comme l'indécrottable idiote que je suis. Et par la couverture, très réussie. Pourtant, c'était bien parti avec cette entrée en matière : "Gustave Eiffel empoigna le fer. Sa main était assurée. Il effectua une légère rotation pour assouplir son poignet et soupeser le métal." Je ne vais pas citer tout le paragraphe, mais j'ai trouvé malin de la part de Flore Vesco de nous présenter comme un étrange exercice... une séance de repassage. Or, ça se gâte très vite.

En effet, on a affaire à un jeune Gustave Eiffel, qui n'est pas le nôtre mais celui d'un monde parallèle, autre, où les créatures fantastiques telles que les loups-garous et les vampires côtoient les humains. Ce Gustave, donc, parcoure les petites annonces pour trouver du travail et tombe sur ceci :
Société très fermée recherche esprits logiques et coeurs aventureux.
48° 51' 50 N
2° 19' 52 E
9 m
08.08.1855
13.45
Là où ça commence à me chiffonner, c'est que Gustave déchiffre parfaitement les différents éléments de l'énigme... sauf les deux premières lignes. Faut quand même pas être Stephen Hawking pour comprendre qu'il s'agit de longitude et de latitude, donc de coordonnées. Surtout que ce Gustave, il est quand même ingénieur, hein, il a fait des études assez poussées et il est pas bête, en plus. Eh ben non. Il lui faut un éclair de génie pour saisir le truc. Mais passons.

Après quelques péripéties, Gustave va rejoindre une organisation secrète qui lutte contre des créatures surnaturelles, et en protègent éventuellement d'autres. En passant, Louis Pasteur, membre important de l'organisation et accessoirement spécialiste en vaccination des créatures métamorphes (bon, ça c'est drôle, mais j'ai peur que le public ciblé ne passe à côté du clin d'oeil) lui envoie dans le thorax une seringue à l'aide d'une arbalète, ce que je trouve pour ma part hyper dangereux. Pourtant, il semblerait que Flore Vesco ne se soit pas posé de questions sur ce point. En gros, le coup du mec qui te tire une seringue dans la poitrine par surprise, ça fait bien, donc on va pas trop se soucier de la crédibilité de la chose - c'est un gros défaut, et des auteurs pour la jeunesse, et des auteurs de l'imaginaire, et d'ailleurs de pas mal d'auteurs en général, qui m'agace régulièrement : le manque d'intérêt pour la vraisemblance. Mais passons.

On va passer aussi sur le fait que Flore Vesco fait référence à des éléments de psychologie cognitive, que premièrement elle n'a pas compris, et qui deuxièmement sont complètement anachroniques dans un monde où la science n'a visiblement pas du tout soixante-dix ans d'avance sur le nôtre, sauf exceptions farfelues - or la psychologie cognitive, c'est tout sauf farfelu. Forcément, un lecteur d'une dizaine d'années a peu de chances d'être mieux informé que Flore Vesco sur la psychologie cognitive, donc allons-y gaiement ! Je sens mon agacement me revenir peu à peu, c'est marrant... Bref. Gustave suit donc une formation, un peu ennuyeuse pour le lecteur, qui va lui permettre d'obtenir son premier poste. Nous noterons tout de même qu'avant ça, Flore Vesco a trouvé moyen de dire que Darwin avait affirmé que l'homme descendait du singe. Donc soit c'est une blague, mais comme le lectorat cible du roman ne doit pas non plus très bien s'y connaître en théories de l'évolution, il risque fort de gober ça tout cru ; soit c'est Flore Vesco qui elle-même a des problèmes avec la théorie de l'évolution de Darwin. Dans les deux cas, blague ou ignorance, c'est problématique.

Bon, ben sinon on a une histoire de phénix prisonnier sur laquelle est censé enquêter Gustave, sauf que le phénix en question, on n'en parle quasiment pas, et que Gustave en vient à enquêter sur des disparitions d'ouvriers dans une usine, ce qui n'est pas du tout, mais alors pas du tout sa mission. Ajoutez un soupçon de robots pour le côté steampunk , une enquête qui se lit mais n'a rien de bien extraordinaire, et ça y est, j'ai l'impression d'avoir écrit la même critique que pour L'Amérique de l'étrange. Excepté que Vesco semble dotée de beaucoup plus d'ambition que Delphine Schmitz.

Je me suis énervée, je me suis ennuyée, puis moins ennuyée, puis à nouveau ennuyée, jusqu'au final où c'est du grand n'importe quoi pseudo-scientifique. Mais arrivée là, j'étais déjà tellement désabusée que j'ai laissé passer sans broncher. Ah oui, et il y a les blagues sur la moutarde de Dijon en fin d'ouvrage, qui m'ont évidemment soûlée vu que j'entends ça de la part de tas d'imbéciles depuis mon adolescence (gros soupir). Mais bon, est-ce que ça compte vraiment à côté d'énormités sur Darwin ? Bref, je déconseille d'offrir ça à une jeune personne d'une dizaine d'années (le public ciblé doit être de 13-14 ans), vu que je suis certaine qu'on peut trouver mieux sans beaucoup se fatiguer. Il existe bien des auteurs jeunesse qui ne prennent pas leur lectorat pour des imbéciles, ou je me trompe ? J'ai écrit en début de critique que Gustave Eiffel et les âmes de fer valait mieux que La Maison qui soigne, mais en me repenchant dessus... ben j'en suis plus si sûre ! Bon, et si je me trouvais un livre intéressant, pour changer ?

Lien : https://musardises-en-depit-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4217
Ileauxtresors
  24 juillet 2020
Dans notre région allemande, l'année scolaire traîne en longueur et nous attendons avec une impatience non dissimulée les grandes vacances, la semaine prochaine. Les mois de confinement, puis un déconfinement tâtonnant et compliqué nous ont épuisés. Alors pour galvaniser toute la famille, il nous fallait un remontant : une lecture détonante, quelque chose qui nous donne du muscle et du tonus, une bonne secousse qui disperse joyeusement la maussaderie ambiante. le constat s'est imposé de lui-même : il était grand temps de dévorer un nouveau roman de Flore Vesco !
Nous voilà donc propulsés à Paris en 1855, à l'aube de la révolution industrielle. À la recherche d'un emploi, Gustave Eiffel est intrigué par une énigmatique annonce qui le conduit à la non moins énigmatique S.S.S.S.S.S., sigle qui signifie, comme vous l'aurez deviné, non pas la Secte des Satyres Snobs Sifflotant du Swing en Savates, mais évidemment la Société Super Secrète des Savants en Sciences Surnaturelles. Formé à la dure, le jeune homme est envoyé en mission dans une usine métallurgique hautement suspecte… Une enquête qu'il aborde avec 60% d'ingéniosité, 20% de détermination et au moins 20% d'un humour pour le moins déconcertant !
Voici un roman d'aventure farfelu et charmant à tous égards. Pour son protagoniste attachant, dans ses doutes et ses centres d'intérêts... un peu particuliers. Pour les autres personnages qui piquent notre curiosité. Pour la passion communicative des membres de la S.S.S.S.S.S. pour les sciences qui donnent envie d'appréhender le monde avec toutes sortes d'appareils de mesure. Pour le décor steampunk fascinant d'une capitale transformée par le « progrès technique » et les balbutiements de l'industrialisation.
"Imaginez le progrès ! Plus besoin d'employer des ouvriers qualifiés : les manoeuvres devaient seulement savoir actionner un levier, visser un boulon, tourner une manivelle... Un enfant aurait pu le faire. D'ailleurs, la manufacture en employait quelques-uns. Et grâce à l'éclairage au gaz, plus besoin de s'arrêter à la nuit tombée."
Le quotidien infernal de la manufacture montre très bien les rêves et les dérives associés aux grandes inventions de cette époque, notamment l'électricité, mais aussi les conditions de travail inhumaines – et la déshumanisation du travail plus largement. Des réalités qui font prendre conscience du chemin parcouru et de la valeur des conquêtes sociales des XIXème et XXème siècles.
La construction de l'intrigue est un peu inhabituelle, en deux séquences clairement démarquées : le recrutement et la formation de Gustave, puis sa mission. Cela m'a prise de cours en me donnant le sentiment surprenant de bifurquer à mi-chemin – et rétrospectivement l'impression que la première partie aurait pu être plus courte. Cela dit, les enfants ont été captivés par cette histoire et nous avons été ravis de retrouver la plume de Flore Vesco qui apporte décidément quelque chose d'original et rafraîchissant à la littérature jeunesse !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
coquinnette1974
  07 août 2018
Gustave Eiffel et les âmes de fer de Flore Vesco m'a été envoyé par net galley et Didier Jeunesse, que je remercie énormément.
Société très fermée recherche esprits logiques et coeurs aventureux.
À la lecture de cette étrange petite annonce, Gustave Eiffel, ingénieur fraîchement diplômé, tente sa chance.
Le voici recruté par la S.S.S.S.S.S. : la Société Super Secrète des Savants en Sciences Surnaturelles, en charge de la protection du pays contre les créatures fantastiques.
Après une formation musclée au combat, il rejoint une usine de métallurgie en tant que contremaître pour mener discrètement sa première enquête. On soupçonne en effet la présence d'un dangereux phénix, qui pourrait renaître de ses cendres et incendier la ville.
Mais entre des ouvriers peu loquaces et un patron mystérieux, Gustave devra ruser pour découvrir la terrible vérité…
J'adore les romans jeunesse, je ne m'en cache pas, et celui ci m'a particulièrement plu.
En fait il s'agit du deuxième roman mettant en scène la Société Super Secrète des Savants en Sciences Surnaturelles. Mais même si comme moi vous n'avez pas lu Louis Pasteurs contre les loups-garous, le premier tome, cela n'est pas du tout dérangeant. Même si dans le tome deux on retrouve certains personnages dont Louis Pasteur, j'ai compris ce roman sans avoir lu le précédent.
Gustave Eiffel et les âmes de fer m'a emmené en 1855, à Paris et j'ai apprécié le voyage dans le temps :) Quel plaisir de se retrouver dans une usine de métallurgie avec Gustave Eiffel.
Les personnages sont attachants, il y a de l'humour, c'est rythmé et il est impossible de s'ennuyer. C'est un roman jeunesse certes, mais captivant aussi pour nous adultes.
On va de surprises en surprises, il y a des créatures surnaturelles, une ambiance très particulière qui fait parfois frissonner..
Bref ce roman est une réussite, avec en plus une écriture très fluide. Il me plairait vraiment de découvrir les autres romans de Flore Vesco.
Vous l'aurez compris, je vous recommande cet ouvrage ; c'est une bonne idée de cadeau à qui je mets cinq étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Coeur2livres
  25 juin 2021
Grosse déception avec cette lecture alors qu'on m'a recommandé à plusieurs reprises cette auteure primée... mais là je sens que je suis clairement passée à coté!
Pourtant j'ai aimé la première page, très originale. Pourtant j'ai apprécié souvent l'écriture inventive, le style steampunk, le Paris du XIXe,... mais j'ai été fortement dérangée par ces personnages réels dans un univers fantasy à souhait... ça ne colle pas pour moi! Certes c'est subjectif mais totalement rédhibitoire pour moi. Soit je choisis un roman historique sur Eiffel, Pasteur et compagnie. Soit je choisis un roman steampunk et rien ne me ramène à la "réalité-vraie" si je puis l'exprimer ainsi.
Et puis la fin a fini de ruiner tous mes efforts pour trouver du positif... non là vraiment, c'est pas crédible, c'en est meme agaçant pour ne pas dire horripilant. J'aime pourtant l'absurde, le délirant, mais là non.
Pas certaine de lire autre chose de cette plume... elle ne me convient pas.
Commenter  J’apprécie          193
Saiwhisper
  18 mars 2021
Contrairement au premier tome qui m'avait convaincue, j'avoue ne pas avoir trouvé mon compte avec la suite… Pourtant, l'ouvrage n'est pas mauvais : on retrouve le cocktail original et savoureux (fantastique / polar / Histoire / sciences) de « Louis Pasteur contre les loups-garous », tandis que l'auteure s'amuse toujours à proposer des jeux de mots et des calembours. Hélas, le scénario m'a clairement moins emballée… le manque de suspense et le fait que je ne me sois pas attachée aux personnages a également joué dans mon appréciation générale…
Comme l'indique le titre, le roman va mettre en scène Gustave Eiffel, le célèbre ingénieur à qui l'on doit -entre autres- la Tour Eiffel. L'intrigue se déroule dans notre capitale, en 1855, à l'aube de la révolution industrielle. Étant sans le sou, le jeune Gustave va partir en quête d'un travail. Or, ses recherches le conduiront à la SSSSSS, Société Super Secrète des Savants en Sciences Surnaturelles ! Voilà un groupe qui n'a rien à envier aux Men in black ! En soi, il n'est pas nécessaire d'avoir lu le premier opus de la saga, car l'histoire reste compréhensible et se concentre sur un nouveau personnage. Néanmoins, j'en recommande tout de même la lecture, ne serait-ce que pour découvrir Louis Pasteur et la talentueuse Constance, les deux héros du premier volet, à présent devenus recruteurs et formateurs à la SSSSSS. Avec timidité et un grand manque de confiance en lui, Gustave va apprendre les rudiments du combat avec la belle escrimeuse, tout en échangeant régulièrement avec le chimiste. Comme dans le premier opus, la formation va prendre une grande place dans le récit… Peut-être même davantage qu'autrefois ! Il faudra du temps avant de passer à l'action et d'enquêter sur une manufacture mystérieuse… J'ai eu l'impression que tout bougeait enfin durant le dernier tiers. C'est dommage ! Si l'enquête avait commencé plus tôt et qu'elle s'était montrée plus haletante, j'aurais nettement eu un ressenti plus positif.
Bien qu'il évolue au fil des pages, j'ai eu du mal à m'attacher à Gustave. Certes, il est malin, observateur, tenace et sensible toutefois, il est également trop larmoyant pour moi. J'ai également estimé qu'il était tombé trop vite sous le charme de la belle Bertie/Isamberte ! Pasteur a réellement vécu des aventures et a tissé une relation de plusieurs mois dans le premier opus. Leur rapprochement était donc légitime. Ici, tout va se dérouler en deux ou trois entrevues… Ce qui est trop léger et peu crédible. J'ai également regretté que, après avoir insisté sur le fait que Gustave aime travailler en équipe pendant plusieurs chapitres, il se retrouve finalement tout seul à enquêter dans l'usine métallurgique. Il aurait été si original de développer le tandem Gustave Eiffel / Alfred Nobel ! Enfin, le dernier point à m'avoir chiffonné concerne le bestiaire de ce deuxième tome : bien que l'on parle d'un fameux phénix, il n'apparaît que durant les vingt dernières pages. Je n'ai pas forcément compris ce choix, car je pensais qu'avec la SSSSSS, on en verrait davantage. À la place, le dernier tiers se concentrera plutôt sur un genre original et peu développé en littérature ado : le steampunk… Mais je n'en dis pas plus, afin de ne rien révéler !
Vous l'aurez compris, « Gustave Eiffel et les âmes de fer » n'a donc pas su me convaincre. Cela dit, c'est un ressenti purement personnel. D'autres lecteurs ont préféré cette suite au premier ou ont découvert Eiffel sans avoir lu Pasteur et ont apprécié cette épopée parisienne. le mieux est donc de se forger son propre avis…
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144


critiques presse (1)
Actualitte   11 juin 2018
Il est des événements que l’Histoire a cachés, et Flore Vesco se propose de nous les dévoiler dans un roman aussi trépidant qu’original, publié chez Didier Jeunesse.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
4C4C   30 décembre 2019
-Pour obtenir les quantités d’énergies dont vous affirmez que mon corps a besoin, il faudrait bien plus qu’une barre de fer, dit-il. Il faudrait un pylône d’une hauteur considérable… au moins trois cents mètres… et personne n’a jamais construit cela.
-Mais ne pourriez-vous pas superviser un chantier de cette ampleur ? Pas trop loin de la Société, si possible?
-Vous voudriez que je fasse construire,au sein de la capitale, une tour de plus de trois cents mètres, entièrement en fer?
Alfred sourit.
-Avec vos nouveaux pouvoirs, dit-il, ce ne devrait pas être trop difficile.»
Gustave se plaça devant la glace pour enfiler sa chemise. Oui, l’idée était loin de lui déplaire. Il avait toujours rêvé de bâtir des monuments. Déjà, dans sa tête, les calculs s’enchaînaient. Il pourrait déposer la tour sur quatre piliers, chacun orienté vers un point cardinal. On ajouterait des arcs tendus au-dessus des piliers. Et trois étages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
IleauxtresorsIleauxtresors   24 juillet 2020
L'oreille était assaillie par mille bruits discordants : partout on clouait, vissait, rivait, écrouissait, sciait, escapoulait, calorisait, rabotait, corroyait, étampait, décottait, corrodait, mazéait, grenaillait, ébrondait, dolait, dulcifiait, emboutissait, laminait, crampait, ébarbait, burinait, pilonnait, cinglait, brasait et brocardait. Ce vacarme déferlait avec une telle force qu'il poignait le crâne et empêchait de penser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
SaiwhisperSaiwhisper   18 mars 2021
Lecteurs, je vais maintenant essayer de comprendre avec vous en quoi consistait le travail de notre cher Gustave. Je vais être sincère : je ne comprends pas grand-chose à la construction. Mes connaissances dans le domaine se limitent à monter des meubles Ikea, et encore, je dois me préparer psychologiquement avant.
Commenter  J’apprécie          60
IleauxtresorsIleauxtresors   24 juillet 2020
La première phase d'expérimentation du thermomètre à sirènes a donné des résultats très concluants, commença-t-il. Vous savez que les poissons sont des animaux poïkilothermes, c'est-à-dire à sang froid. Or il semble bien que les sirènes, elles, aient le sang chaud, ce qui leur permet de se déplacer dans des eaux à température variée, et d'accroître ainsi leur territoire de chasse. Vous avez sans doute déjà remarqué que la température de l'air ambiant augmente lorsque plusieurs êtres humains sont réunis dans une même pièce. Ce thermomètre fonctionne selon le même principe. En plaçant plusieurs capteurs munis de poids au bout d'un filet, le thermomètre détecte la présence d'un banc de sirènes dans un rayon de 250 mètres cubes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
4C4C   27 février 2020
Gustave ne réfléchit pas. A l’instant où le loup surgit devant lui, son instinct de conservation prit le dessus, et commanda toutes ses actions. D’un seul coup d’œil, son cerveau embrassa la pièce et son adversaire. Le loup mesurait plus de trois mètres au garrot. Dans la petite pièce d’une trentaine de mètre de mètre carrés, il occupait presque tout l’espace. Dos à la porte, il pliait les pattes arrière, muscle tendus, prêt à bondir sur sa proie. Impossible de s’enfuir sans lui passer au travers du corps. Le tas d’armes empilées dans un coin ne serait d’aucune utilité. Ces vieilles lames au rebut se briseraient au moindre choc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Flore Vesco (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Flore Vesco
Oyez oyez ! Venez découvrir l'histoire de Sadima et des épreuves qui l'attendent dans le château de Lord Henderson ; et celle de Céleste, la géante qui parcourut le monde à la recherche de la liberté ♥
J'avais très envie de partager avec vous deux lectures très inspirantes, que j'ai beaucoup aimées et qui se répondent l'une l'autre : "D'or et d'oreillers", le dernier roman de Flore Vesco, et le roman graphique "Géante" de JC Deveney, magnifiquement illustré par Nuria Tamarit.
L'occasion de parler de conte, de l'archétype de la princesse (et de comment on y échappe), de liberté... et de tant de choses encore ! Vous me suivez ?
+ Lire la suite
autres livres classés : gustave eiffelVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Gustave Eiffel et les âmes de fer

Quelle est l'activité que Gustave aime bien faire ?

Faire des jeux de mots, au grand désarroi de ses collègues.
Il aime se battre avec Alfred.
Ne pas travailler en équipe.

11 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Gustave Eiffel et les âmes de fer de Flore VescoCréer un quiz sur ce livre