AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Marc Vésinet (Préfacier, etc.)Hélène Cuny (Directeur de publication)
Éditeur : NGH Presse (01/03/2014)
2/5   1 notes
Résumé :
Franc-Maçonnerie magazine [n° 30, mars/avril 2014] La Corse sous le bandeau
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis   10 avril 2014
(1802) Napoléon Bonaparte, le plus illustre des enfants de la Corse est premier consul. Il s'appuie sur un solide réseau de frères. Était-il lui-même franc-maçon ? La chose ne fut jamais prouvée, mais l'historien François Collaveri plaide dans ce sens : « Son père Charles l'était, comme ses frères Lucien, Joseph, Jérôme et Louis, comme aussi ses beaux-frères Joachim Murat, Félix Bacchiochi et le prince Borghèse, comme enfin sa femme Joséphine épouse d'abord d'un Beauharnais franc-maçon et mère du prince Eugène qui l'était aussi ». L'auteur tient pour acquise l'initiation de Bonaparte, probablement en Égypte, ce qui fut soutenu en 1805 par le Grand Orient de France lors de la fête des Victoires.

1682 - [p. 18]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JcequejelisJcequejelis   08 avril 2014
Fréquemment, on évoque aussi le souvenir et, plus encore, l'héritage des gbjuvannali ou giovanalli, ces « cathares » corses, en fait des franciscains dissidents organisés en communautés mixtes prônant la charité et l'humilité, déclarés hérétiques, persécutés et brûlés vifs sur ordre du pape Urbain V en 1364. Une histoire belle et tragique comme on les aime entre Balagne et Fiumorbo. Dans sa « Chronique de la franc-maçonnerie en Corse » Charles Santoni franchit le pas de la filiation entre maçons et Giovanelli en écrivant qu'ils étaient « (...) de la bergerie de Saint-Jean, fraternité laïque, s'appelaient frère et sœur. Se réunissaient la nuit, pratiquaient la purification par l'eau (...) »

1681 - [p. 16] Jean-Moïse Baraitberg
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JcequejelisJcequejelis   16 avril 2014
Le mouvement charbonnier, résurgence au XVIIIe siècle des anciennes fraternités de forestiers du Jura, s'apparente à une franc-maçonnerie du bois. On n'y est pas frères, mais « bons cousins », on s'y reconnaît par des signes et attouchements, on n'y travaille pas en loge, mais en « vente ». Le serment du secret se veut absolu, l'organisation pyramidale compte trois degrés. Voilà pour les ressemblances. Mais à la différence de la franc-maçonnerie qui balaye large en travaillant à « l'amélioration matérielle et morale ainsi qu'au perfectionnement intellectuel et social de l'humanité », la charbonnerie politique, n'a qu'un but : lutter contre l'absolutisme et instaurer la république au moyen d'une complot militaire. Plus qu'elle ne sert la franc-maçonnerie, elle s'en sert de couverture. Son principal fondateur, le franc-comtois Pierre Joseph Briot (1771-1827) deviendra grand-maître a vitam du rite de Misraïm. Sur l'île d'Elbe, il a fondé la loge « Les amis de l'Honneur français » qui entretenait des relations avec les premières loges de Bastia.

1690 - [p. 17]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JcequejelisJcequejelis   10 avril 2014
Le fait est que le corse est un dialecte italien, considéré même par certains linguistes comme le plus pur d'entre eux.

1683 - [p. 19]
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : histoire de la corseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2372 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre