AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782205072471
144 pages
Dargaud (22/01/2016)
4.04/5   232 notes
Résumé :
Ce qu'il faut de terre à l'homme est le nouvel album de Martin Veyron : une fable au thème universel et intemporel : la cupidité des hommes.

Sur son lopin de terre de Sibérie, le paysan Pacôme vit avec sa femme et son fils. Il n'est pas riche mais il subvient aux besoins de sa famille. Cependant, Pacôme se sent à l'étroit. « Si seulement j'avais plus de terres, soupire-t-il en regardant par-delà la clôture, je pourrais être tout à fait heureux. » Un a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (57) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 232 notes

Ziliz
  01 juillet 2017
Ce qu'il faut à l'homme ?
Toujours plus.
Toujours plus pour lui.
Toujours plus que les autres.
Pourquoi cette âpreté au gain et cet esprit de compétition ? Loi animale de sélection naturelle ? Que le meilleur gagne ?
Dans ce conte (dont je n'ai pas lu le texte original) Leon Tolstoï ne donne pas les raisons de ce travers humain. Il en montre en revanche les paradoxes, l'égoïsme, le ridicule, la vacuité.
J'ai beaucoup aimé cette histoire et sa chute - en particulier la voix sage de la femme qui ne comprend pas cette soif inextinguible et essaie de freiner son époux.
L'adaptation en images me semble très réussie. Je ne sais pas si elle est fidèle au texte d'origine ? Elle donne en tout cas envie de le découvrir.
Commenter  J’apprécie          552
BurjBabil
  21 juin 2022
Cette bande dessinée s'inspire d'un conte de Tolstoï lui même inspiré du livre IV des Histoires d'Hérodote, ainsi que de récits entendus chez les Bachkirs, peuple vivant entre la Volga et l'Oural, quand l'auteur russe y avait fait des cures de koumys, ce lait fermenté de jument ou de chamelle aux propriétés soi-disant médicinales.
Il est conseillé de ne pas connaître ces versions inspirant la bande dessinée pour en apprécier toute la saveur.
Au niveau graphique, c'est classique mais superbe, calligraphie bien sage mais cyrillicoforme, avec un style bien particulier, enfantin et dynamique qui sied parfaitement au sujet. Mention particulière à la réalisation matérielle : "papier" pas du tout glacé, que j'ai vraiment apprécié au toucher.
Le pire de cette bande dessinée est pour moi sa couverture, quel dommage !
L'histoire ? c'est un conte philosophique, qui en rappelle beaucoup d'autres et qui est traité intelligemment par l'auteur. Libéralisme, collectivisme, les grands classiques de la Russie tsariste et du monde en général...
A la fin, on se découvre presque surpris de trouver tant de modernité dans un récit du dix-neuvième siècle.
A conseiller et offrir sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
PatriceG
  01 juin 2020
Dans les années 1980 Martin Veyron était un des auteurs de BD les plus talentueux. On se souvient de ses albums érotiques qui firent un tabac. Il a obtenu le prestigieux grand prix d'Angoulême pour l'ensemble de son oeuvre.
En 2016, il conçoit son Ce qu'il faut de terre à l'homme en se souvenant qu'il avait lu dans sa jeunesse une nouvelle de Tolstoï qui l'avait marqué. Voilà quand un grand dessinateur rencontre un grand maître de la nouvelle !
Pour cela, il a obtenu 2 prix en 2017, le grand prix spécial du jury d'Angoulême, et le prix Tournesol.
Martin Veyron nous a surpris avec cette variation sur un tout autre thème puisqu'il s'agit ici d'un conte philosophique ayant pour objet sur fond de paysannerie russe du 19e siècle la cupidité des hommes.
Magnifique album
26 décembre 2021.
Il nous arrive d'écrire des choses et puis en les relisant 1 an, deux ans .. après on a envie de dire autre chose, sans compter que pour partie on a envie de tout foutre en l'air. Bon ce n'est pas le cas ici. Mais je me dis tout compte fait que certes l'idée hautement morale que Tolstoï se faisait de l'existence et plus encore vers la fin de sa vie, ce qui a probablement plu au grand dessinateur ainsi que l'excellence de la qualité narrative, était le message qu'il voulait délivrer au monde entier ; ici sur la cupidité des hommes, mais je ne suis pas sûr que les gens, les lecteurs ne retiennent que les idées généreuses, si ce n'est pas chrétiennes du grand écrivain de la terre russe comme disait Tourgueniev. Ont-ils raison, ont-ils tort ?
D'abord, Tolstoï était pris aux entournures dans son message radical de justice et d'amour de son prochain. Qui peut lui contester d'ailleurs que l'amour de son prochain n'était pas la juste réponse aux cruautés de son monde et qu'aucune entreprise collective ne pouvait démonter cela, hormis la volonté de chacun qui passe par l'éducation.
Mais, tout ça est quand même oublier que Tolstoï était aussi une nature, animale, dont certes il est revenu de tout et a tenu à la combattre sans cesse sur le dernier tiers de sa vie. Alors moi je veux bien qu'on s'attarde sur cette vie là de Tolstoï mais ce n'est pas sa vie ou l'essentiel de sa vie. Oui l'auteur russe était pris aux entournures, disais-je où il se faisait prophète, quand les tolstoïens faisaient entendre leur voix dès lors que le Maître semblait s'éloigner de ses préceptes et de ses émules, oui l'auteur russe fut l'otage, la caution suprême du spécieux et intriguant Tchertkov qui voulait passer par dessus bord avec armes et bagages tout le système tsariste en faisant écrire au vieux Tolstoï devenu vulnérable, des saletés que finalement il n'avait pas envie d'écrire. Prêcher la bonne parole pour ce christique ainsi devenu, ce démiurge presque qui rivalisait avec le Tsar en personne, n'était-ce pas ajouter de la foi à la foi qui du coup perdait de son importance. N'était-il pas saoulé de ce rôle qui impliquait toujours le même rapport aux hommes, celui de l'orgueil et de la gloire ? Ne fut-ce pas une des raisons rarement dites explicitement chez les observateurs pour fuir Iasnaïa Poliana, outre le pressentiment d'une mort prochaine. Il s'en est expliqué un peu dans le Père Serge.
Alors j'en reviens plus au jeune Tolstoï , le sensuel qui a inspiré tout de même ses plus belles oeuvres, à commencer par Anna Karénine et Guerre et Paix naturellement, où vive la vie, avec ses tourments, ses amours inconsidérés, les respirations pacifiques de l'animal qui n'avait de cesse de replonger dans les vices qui guidaient ce monde, d'être confronté à ses vieux démons qui n'arrêtaient pas de le contrarier. Ces mêmes démons qui ne cessèrent de le torturer jusqu'à la fin de sa vie. La sensualité de la belle et jeune cosaque de Hadji Mourat, qu'est-ce sinon une sensualité jamais éteinte, triomphante chez le Tolstoï vieillissant qui cachait ses fictions dans ses tiroirs pour ne pas déplaire à l'esprit du temps qui confondait bien entendu luxure, débauche avec tyrannie tsariste. On s'aperçut après que tout fut pire ..
Christiane Rancé a écrit un très beau livre sur le sujet : Tolstoï le pas de l'ogre. Je me souviens entendre encore FOG dire tout le bien qu'il en pensait : qu'il avait lu cet essai comme du petit lait, d'une traite .. CR a eu au moins le mérite de poser le problème et non de le prendre à l'envers comme les critiques ont fait bien souvent. Je ne désespère pas de voir la talentueuse Anne Coldefy-Faucard me coller au train dès que je vais un peu dans son sens qu'il faille voir en Tolstoï non pas le géant grincheux qui se fâche contre le monde entier à cause de ses faiblesses et de ses injustices mais Tolstoï le génial romancier ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Nadouch
  20 février 2017
Quelle belle découverte !
Pourtant, s'attaquer à un conte de Tolstoï, ce n'était pas gagné... le contexte : des paysans russes, qui se battent pour davantage de terres, pour leurs bêtes, pour les cultures, mais aussi pour le paraître... le personnage principal a la possibilité de s'enrichir, donc de devenir un exploiteur... Comme dans tous les contes, une morale finale absolument géniale vient clore l'histoire. Et comme souvent dans la littérature russe, les situations quotidiennes cachent des questionnement sur l'humanité en général.
J'ai beaucoup aimé le dessin, parfois pleine page, parfois de petites vignettes sans texte, le tout en couleurs douces, et avec des personnages très bien croqués. le scénario est costaud, le texte agréable, qui sait s'effacer quand il le faut.
Vraiment un coup de coeur, la fin est formidable, cette adaptation est très réussie !
Commenter  J’apprécie          180
bidule62
  07 août 2020
Une critique enthousiaste de Sevm57 et hop ! j'emprunte ce roman graphique. Quelle heureuse idée ! Une très belle BD tirée d'un conte de Tolstoï. Très instructive, très réaliste, très pessimiste sur la nature humaine.
La Russie de Tolstoï, les moujiks (paysans), les propriétaires terriens, les conflits pour la terre.... et une fable à la morale réaliste c'est-à-dire cruelle (ou l'inverse !)
Commenter  J’apprécie          200


critiques presse (5)
Bibliobs   30 janvier 2017
Dans cette Russie profonde, l'avidité est à la manœuvre, comme une puissante ivresse. Veyron trousse des dialogues alertes et dessine des silhouettes harassées, mais jamais rabaissées. C'est digne et dément comme du Tolstoï.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
ActuaBD   18 août 2016
Une fable philosophique très réussie dans laquelle Martin Veyron s’amuse de ces hommes qui veulent plus de terre qu’il ne leur en faut. Un très bel album !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   22 mars 2016
Fable philosophique sur la vaine soif d’argent, conte moral sur les bas instincts, l’étonnant album de Martin Veyron fait mouche dans un registre où on ne l’attendait pas.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   22 mars 2016
Une belle adaptation en forme de réflexion philosophique sur la frontière entre besoin et envie de plus.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   11 mars 2016
Martin Veyron surprend en adaptant ce récit et en s’intéressant tout à coup à des personnages ordinaires et d’une autre époque, jouant aussi bien la carte du paysage et du décor silencieux que celle des assemblées rustiques et loquaces.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
sevm57sevm57   27 juillet 2020
-Mon mari a de la chance que je n'aie pas tes goûts, il n'aurait pas les moyens de les satisfaire!
-C'est parce que t'en as pas choisi un ambitieux. C'est tout!
-Ambitieux? Pour quoi faire puisque nous ne manquons de rien.
Commenter  J’apprécie          90
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   28 février 2016
- La neige, ça peut durer des jours, et mon affaire ne peut pas attendre.
- Tout peut attendre.
- Même mourir.
Commenter  J’apprécie          130
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   28 février 2016
Deux mètres de longueur sur un mètre de largeur et de profondeur, voilà ce qu'il faut de terre à l'homme.
Commenter  J’apprécie          110
Lilou08Lilou08   15 juin 2016
- Où prendras-tu le temps de rendre la pareille à tous ces gens ?
- C’est pour ça que je les paye. Comme font les maîtres.
- Si ça se trouve, j’arriverai à tout rembourser dès la première année !
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-FlorePixie-Flore   14 juin 2017
- Ambitieux ? Pour quoi faire puisque nous ne manquons de rien
- Vos bêtes non plus ne manquent de rien !
- Alors, pourquoi désirer davantage ?
- Parce que dans la vie, on peut parfois désirer davantage que ce que désirent les bêtes.

[p8]
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Martin Veyron (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Veyron
Martin Veyron en interview pour PlaneteBD .Martin Veyron, pour son dernier album, présente une adaptation d'une nouvelle de Léon Tolstoï, "Ce qu'il faut de terre à l'homme". Il donne ainsi une version sobre mais très expressive d'une leçon de vie dont la morale à tirer de cette histoire prend une dimension presque philosophique. L'auteur nous fait la joie d'une interview brève mais intense lors de son passage au festival de la bande dessinée d'Angoulême dont il rafle au passage le prix Tournesol pour cet album...Bravo !
autres livres classés : russieVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4417 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre