AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0000DXHYI
Éditeur : J'ai Lu (30/11/-1)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
L'univers de Flora se partage entre la mine, la mer et Lucien, son mari. Un univers gris, bouché, fait d'inquiétude et d'ennui.

C'est alors qu'elle rencontre Constant, par hasard, au moment où un bouc en fureur menace de la faire tomber de la falaise.

Avec lui elle découvrira une autre vie, avec lui elle s'engagera dans un dédale souterrain qui la mènera dans cette maison sous la mer où elle connaîtra enfin un véritable amour.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Ambages
  06 octobre 2015
« Environs de Cherbourg, La Hague, merveille du Cotentin » - Une histoire simple. Flore et Lucien, de jeunes gens qui n’ont pas beaucoup d’argent, s’aiment comme on s’aime depuis l’enfance, simplement, sans se poser de questions. La vie du bord de mer dans ce monde ouvrier a ses limites : de la place du village (« leur vie, à tous deux, tenait dans cette place ») aux bords des falaises, en passant par la mine. C’est un petit village de France où la vie s’écoule paisiblement entre gens simples, habitués à peu mais profitant du bonheur ordinaire des gens qui savent savourer les petites choses, dans un monde rude.
Alors quand un inconnu arrive, un gars droit, franc, honnête, qui sait ce qu’il veut dans la vie car il l’a choisie, lui, sa vie, en ayant porté sa besace sur tous les continents, certains vont se trouver confrontés au courage et à l’amour...
J’ai aimé ce monde ouvrier et la plume de Paul Vialar. C’est la première fois que je lis cet auteur. Sa description de la vie des gens humbles et des paysages est émouvante.
« Il n’y avait ici plus rien d’humain que les choses vraiment humaines : la chaleur du soleil, le vent droit, l’odeur des troupeaux libres, des genêts mouillés, les appels des bêtes et le silence vivant. » p.58
Des souvenirs me sont revenus à la manière dont les gens parlent d’un absent en mettant « LE » devant le nom de famille ou lorsque l’auteur déroule les dialogues des protagonistes, avec un argot typique où presque tous les E sont mangés.
« J’t’attends d’puis toujours, tu l’sais bien ! »
Des phrases sobres mais qui n’ont pas besoin de plus d’explications quand l’essentiel est dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
lecassin
  25 mai 2013
Flora, et son mari, Lucien… et puis la mer, le vent et la pluie. La pluie, prêtresse de ce pays : La Hague… Il brumasse…
Il y a la falaise aussi, et puis le blin, comme on dit là haut (le bouc), et celui là « n'est pas fin », comme on dit encore là haut : il est méchant…
Il faudra l'intervention musclée de Constant pour éviter un drame : Flora est sur le point de tomber de la falaise sous l'action menaçante du bouc. Naîtra de ce sauvetage, une complicité, une amitié, un adultère…Alors que les deux hommes, malgré Flora qui les monte l'un contre l'autre, se prennent d'amitié.
Un rude combat s'engage dans la conscience de Constant, un combat qui oppose amitié virile et amour d'une femme.
Un roman très daté années 1940, comme le sont parfois les romans de Vialar et van der Meesrch, mais j'aime bien… Et puis le roman se passe à la mine de Diélette, dans mon Cotentin natal ; coté Hague, le plus austère, avec ses falaises à pic sur la mer, et la mine de fer… sous-marine. D'où « La maison sous la mer ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AmbagesAmbages   04 octobre 2015
On naissait là, sur la terre du cap, on mourait là, dans son lit quand on était vieux, en mer quand on était jeune, sur cette mer qui faisait comme partie du pays, que la brume fondait si souvent avec le sol et sous laquelle s'enfonçaient très loin, profondément, les galeries de la mine comme si les hommes avaient voulu partir à la recherche de ceux qui s'y étaient perdus.

p. 7~8
Commenter  J’apprécie          130
lecassinlecassin   25 mai 2013
Ils quittaient Flamanville où ils vivaient dans leur petite baraque de location, toute basse avec son toit gris calfaté comme une coque de bateau dont les pierres plates arrondies et courtes se chevauchaient comme les écailles d’un poisson, et même quand la pluie était lourde et tenace, ils partaient bras dessus bras dessous sur la route goudronnée qui mène au port de Diélette.

Commenter  J’apprécie          70
AmbagesAmbages   06 octobre 2015
Il y avait aussi, sur la place, l’école, tout au fond, puis de l’autre côté de la route où, sauf le boulanger et le « bazar roulant », ne passaient guère de voitures que l’été, « l’auberge-épicerie » avec ses cartes postales tachées de traces de mouches, ses sucettes au citron et à l’orange en éventail dans la vitrine, ses tables tendues de toile cirée à petits carreaux, ses chiens dolents aux oreilles tombantes couchés sur les pierres usées du seuil, chaudes du soleil voilé et, un peu plus loin, le haut mur du château qui entourait le parc où paissaient des troupeaux, dans la prairie en pente, au-dessus de l’étang.

p. 8
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Video de Paul Vialar (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Vialar
18 mai 1976 Paul Vialar présente et joue avec ses chiens, Quick et Ismaël, Cocker Spaniel. Il parle également d'Isidore le Cocker qu'il a offert au Shah d'Iran. Il parle de l'importance des chiens dans la vie des hommes qui apportent énormément d'amour. Le Cocker Quick caliné par le petit fils Edmond. Images d'archive INA Institut National de l'Audiovisuel
autres livres classés : Cotentin (Manche)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3064 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre