AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B006B99SNY
Éditeur : Bernard Viallet (01/09/2010)

Note moyenne : 5/5 (sur 1 notes)
Résumé :

« Dans la Cité des Asphodèles ou plutôt la téci des Faux As, la vie n'est pas toujours rose. Les jeunes s'ennuient. Certains tiennent les murs et commencent à mal tourner, d'autres se réfugient dans les mondes virtuels.

Un fait divers vient y mettre le feu aux poudres. La police patrouille, les journalistes enquêtent, les politiques font des discours...

L'amour de Pierre et d'Awa leur permettra-t-il de dépasser les préjugés et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
BVIALLET
  21 janvier 2012
« Les Faux As » n'est pas le premier livre que j'ai lu de Bernard Viallet. 
Dans ce roman, comme dans les autres, l'auteur est partout et, en même temps, nulle part. 
À l'image de cette justice et de cette discipline que réclame l'enseignant qu'il a été. 
À travers ce récit, l'auteur marque son inquiétude par rapport aux problèmes de « compatibilité à la vie occidentale » d'une jeunesse issue de l'émigration (principalement africaine) notamment marginalisée dans des ghettos pensés par un pouvoir qui ne prend ses responsabilités ni vis-à-vis des émigrés, ni vis-à-vis des autochtones. 
Le roman relate une violence et une misère banales, puisqu'elles sont conformes à la malheureuse réalité qui, hélas, défraie la chronique.
J'ai apprécié les propos accablants de conformisme que l'auteur prête aux journalistes et d'une manière plus générale, au pouvoir. 
La problématique de l'absence de valeurs familiales, civiques et patriotiques est omniprésente. 
Plume impeccable volontairement ponctuée du baragouin argotique crédibilisant certains personnages (qui me sont parfaitement antipathiques), j'ai passé un bon moment de lecture. Ouvrir ce livre a été un plaisir du début à la fin. 
Fluide, pas prétentieux et pour mon plus grand bonheur, construit de courts chapitres. 
Vive les contemporains décomplexés qui ont compris que la longueur des chapitres ennuie le lecteur d'aujourd'hui !
Vite, Bernard Viallet ! Un autre livre !
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BVIALLET
  21 janvier 2012
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BVIALLETBVIALLET   21 janvier 2012
Il lance un regard circulaire sur l’ensemble de la pièce. C’est bien sa piaule familière. Il y passe quasiment toutes ses journées entre le lit d’une place, le bureau d’écolier et surtout l’ordinateur relié à Internet qui lui permet de surfer et de guerroyer non stop. Actuellement, il fait équipe avec un japonais qui a pris «Yakusaï» pour pseudo. Il ne l’a jamais rencontré et il ne le verra sans doute jamais. Il le pourrait, bien sûr, avec une webcam, mais ça ne l’intéresse pas, seule la partie compte. Les adversaires sont innombrables et cachés dans tous les recoins possibles et imaginables du jeu. Il sait qu’il y a un australien, un italien et un colombien qui sont particulièrement dangereux et acharnés contre eux, mais c’est tout.
Pierre se lève. Il est grand, plutôt mince. Le teint de sa peau surprend. Il n’est pas blanc, il est blafard. Il porte un caleçon et un simple tee-shirt gris. Il y a chez lui quelque chose de négligé, d’à peine propre. La pièce sent le bouc, le renfermé. Les persiennes sont closes en permanence. Il y a de gros rideaux en velours marron tirés pour masquer toute lumière. Le jeune homme vit comme une sorte de hibou, complètement hors du temps, de la vie...
Et voilà justement sa mère qui frappe délicatement à la porte. A croire qu’elle a des antennes ! Elle entre.
- Tu as bien dormi, mon chéri ? Lui demande-t-elle gentiment.
Grognement.
- Qu’est-ce que tu veux pour ton petit déjeuner ? Du café et des croissants, comme d’habitude... ?
Grognement.
Mme Sanson s’empresse de ressortir de l’antre en se demandant ce que ferait Pierre si elle n’était pas là pour veiller à tout. «Il ne mangerait même pas. Il ne se laverait pas. Il se laisserait complètement aller, quoi... Si c’est pas une misère... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Bernard Viallet (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Viallet
Les Tanathophores Nouvelle extraite du recueil "Dorian Evergreen"
autres livres classés : roman socialVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

LNHI-40607

Ca fait un sacré bruit au centre ville.

le marteau-piqueur du chantier
la manif des gilets jaunes
le klaxon du stressé

8 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : définitions , mots , casse-têteCréer un quiz sur ce livre