AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264001461
Éditeur : 10-18 (28/04/1998)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Tête de méduse est une pièce de théâtre écrite par Boris Vian en 1951. Mais ce n'est qu'en 1970, que la pièce a été publiée chez Christian Bourgois . Elle a été jouée pour la première fois en 1974, d'abord à Abidjan, puis en 1975 au Théâtre de la Gaîté Montparnasse1.
Le Chasseur français est une pièce de théâtre écrite par Boris Vian en 1955. Parue pour la première fois en 1971, après son décès, il s'agit d'une comédie musicale en trois actes, qui tient du va... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
olivberne
  24 août 2012
Le théâtre viannesque a un peu vieilli et L'Equarissage fait partie de ces pièces qu'on ne monte plus, mais qui ont eu leur petit succès à l'époque. Elle raconte le débarquement, avec un fourre-tout habituel chez Vian, Fourre-tout de soldats qui se retrouvent dans la même maison, fourre-tout des passions chez une famille originale, fourre-tout enfin de la scène, qui se réduit par étage, jusqu'à l'effondrement final (ça ne vous rappelle rien?). Vian en profite pour développer son antimilitarisme à travers des évenements tous plus loufoques et drôles les uns que les autres. Il y a aussi le personnage du schmurz qui reste au fond de la pièce et et qu'on frappe quand on veut. Si l'humour et la fantaisie, comme toujours, le pessimisme, la noirceur et l'horreur ne sont pas loin.
Commenter  J’apprécie          10
olivberne
  26 août 2012
Le Goûter des généraux, pièce loufoque et antimilitariste, raconte un petit repas entre généraux, pour décider de la guerre et des actions militaires. Les généraux sont des enfants (maman veille), Vian se moque aussi des politiques et de la religion, qui laisse faire ou soutient. C'est une pièce politique, une franche rigolade et l'occasion pour Vian d'exprimer tout ce qu'il pense des militaires, comme il le disait souvent avec cette règle de grammaire: "un général, des générés...".
Commenter  J’apprécie          10
olivberne
  25 août 2012
réctificatif: ce n'est pas dans L'Equarissage mais dans Les Bâtisseurs que se trouve le Schmürz, comme la pièce qui se rétrécit. Par contre, l'actualité du déberquement est bien réelle, avec tous les soldats qui vont se retrouver sous le même toit, alors que le père cherche à marier sa fille à un soldat allemand. La pièce a fait scandale, c'est peu dire.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   18 octobre 2012
Loge du père Saureilles, comme la loge d'une grande comédienne, avec au fond une glace devant une table à maquiller.
A droite, une penderie pleine de chasubles et étoffes, couleurs vives. Au centre gauche, un fauteuil spécial-confessionnal avec oreillette et tablette, et grille à guichet et battoir à pénitence ; avec des fleurs un peu partout, des photos dédicacées, des cartes de visite, des affiches théâtrales.
Atmosphère intime et sordide.
Le sacristain, assis à droite, tricote une immense chaussette. Tel qu'il est installé, on peut le prendre pour une vieille bonne femme. Un petit boy-scout, Jeannot, arrange les corbeilles de fleurs. Bruits d'applaudissements venant de la gauche.
Ils tendent tous deux l'oreille du même geste et sourient. Le petit Jeannot passe vers la droite et rapporte une dernière corbeille de fleurs. Le sacristain le suit des yeux avec un bon sourire.
(lever de rideau de "Le dernier des métiers" pièce du recueil paru dans la collection "10/18" en 1965)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   18 octobre 2012
Une pièce chez le général James Audubon Wilson de la Pétardière-Frenouillou.
Intérieur bourgeois coquet mais démodé où l'on sent la présence d'une vieille mère à l'haleine fétide. Au lever du rideau, on aperçoit la porte ouverte d'un cabinet de toilette à droite et l'on entend chanter le général Audubon qui fait sa toilette.
Quelques instants plus tard, il parait en scène.
C'est un individu assez frêle, 55 ans, du genre nerveux, plutôt pétulant. Il est en manches de chemise, sans faux-col, en pantalon et en bretelles. Il achève de s'essuyer la figure et pose la serviette sur le dos d'une chaise. Il fredonne toujours et se met en devoir de fixer son faux-col et de passer sa cravate. Il a un mal inouï et s'y reprend à cinq ou six fois, devant son miroir, sans arriver à rien. Finalement, il glapit de rage, et furieux, se met à taper du pied en criant.
(lever de rideau de "Le goûter des généraux" pièce du recueil paru dans la collection "10/18" en 1965)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gillgill   18 octobre 2012
La scène se passe le 6 juin 1944, au matin, chez un équarrisseur très gentil. Le décor représente, avec les accès nécessaires, la salle commune de la maison
de l’équarrisseur, à Arromanches. Établi et armoire à outils dans un coin. Tables, chaises. Portrait de cheval. Fosse à chevaux avec trappe et levier l'actionnant. Odeur sui generis. Atmosphère générale campagnarde et "arromanchienne", plus précisément.
(lever de rideau de "L’équarrissage pour tous" pièce du recueil paru dans la collection "10/18" en 1965)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gillgill   18 octobre 2012
Le sabre et le goupillon sont - comme aussi bien chez Corneille et Racine - les moteurs, les ressorts et toute la mécanique des trois pièces de Boris Vian réunies ici, chronologiquement, pour former le tome 1 de son Théâtre.
Pièces attentatoires, puisque le sabre attente à la vie, et profanatoires puisque le goupillon aide, en les arrosant, à la dégradation des cadavres.
Sacrilège pire : on en rit.
Pour la première fois, dans cette édition "Le dernier des métiers", "L’équarrissage pour tous" et "Le goûter des généraux" sont accompagnés des textes écrits par Boris Vian à leur sujet, ou de variantes, qui éclairent les intentions de l'auteur.
(quatrième de couverture de l'édition parue dans la collection "10/18" en 1965)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Boris Vian (90) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Boris Vian
Extrait de "L'Automne à Pékin" de Boris Vian lu par Denis Lavant. Editions Audiolib. Parution le 9 octobre 2019.
Pour en savoir plus : https://www.audiolib.fr/livre-audio/lautomne-pekin-9782367627694
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur l'écume des jours de Boris Vian

Comment s'appelle le philosophe du roman

Jean Sol Partre
Jean Pol Sartre
Sean Pol Jartre
Pean Sol Jartre

8 questions
2324 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ecume des jours de Boris VianCréer un quiz sur ce livre