AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9788850211562
246 pages
Éditeur : Tea (15/05/2011)
4/5   1 notes
Résumé :
A Florence un homme a été assassiné et Bordelli est chargé de l'enquête. Son adjoint Piras est en Sardaigne, en convalescence mais va s'intéresser au suicide de son cousin dont il doute.
Ce seront donc deux enquêtes parallèles dans l'Italie des années 60.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Herve-Lionel
  13 août 2020
N° 1492- Août 2020.
Il nuovo venuto - Marco Vichi – TEA Editeur.
Près de chez Bordelli, à Florence, en 1965 , un homme , Totuccio Badalamenti, a été assassiné, une paire de ciseaux plantée dans la nuque. le commissaire ne le connaissait pas mais le voyait souvent passer dans sa Porsche rouge . Il venait du sud et c'est sans doute pour cela qu'on l'appelait « le nouveau venu ». Officiellement il était agent immobilier mais en réalité c'était un affairiste, usurier profiteur et maître chanteur qui n'était guère apprécié dans le quartier. Un tel personnage ne peut qu'avoir des appuis et cela ne va pas faciliter son enquête. Effectivement il ne trouve rien à part quelques photos de jeunes femmes dont une, celle d'une certaine Marisa, dont il aimerait bien en savoir davantage. D'autres suivront qui ont pu faire l'objet de chantage et ses investigations lui révèlent une liste de débiteurs de la victime qui pourraient être autant de meurtriers potentiels. Ça lui promet pas mal de recherches et surtout de tâtonnements et pour le meurtre, il sait seulement que la victime a été exécutée... par un gaucher ! D'autre part l'autopsie de Badalamenti révèle la présence d'une bague gravée d'un nom inconnu et avalée avant sa mort . Ça part vraiment dans tous les sens et notre commissaire est perdu, d'autant qu'il est partagé entre son devoir qui est d'élucider ce meurtre et de faire régner l'ordre public et le peu de sympathie que lui inspire la victime. Cela révèle son côté fragile et ses états d'âme.
De son côté Piras, son fidèle adjoint, est en convalescence en Sardaigne, et, au motif qu'un policier est toujours en service, s'intéresse à ce qui est officiellement le suicide de son cousin Benigno, mais un détail le trouble dont évidemment il parle par téléphone avec le commissaire et qui le fait douter de l'authenticité du suicide. Alors que Bordelli est confronté à un grand nombre de coupables potentiels, Piras n'a rien. Ce roman relate donc deux enquêtes parallèles, compliquées et pleines de rebondissements. Ce sont peut-être deux bons policiers mais malgré la qualité de leurs investigations et leur imagination, ils sont tout aussi démunis l'un que l'autre. Ils savent néanmoins pouvoir compter l'un sur l'autre.
Quand Bordelli voit un mort, cela lui rappelle la guerre qu'il a faite contre les nazis et les fascistes et à laquelle il a survécu ; il l'évoque avec pas mal d'analepses et peut-être un peu trop. Il se souvient de ses compagnons d'armes, morts eux aussi et cela ne contribue pas à lui remonter le moral. C'est pourtant des souvenirs de guerre qui vont permettre à Piras, trop jeune cependant pour l'avoir faite, d'éclaircir, avec la complicité de Bordelli, l'affaire qui l'occupe. le commissaire observe le monde autour de lui avec l'actualité du moment, quelques jours avant les festivités de Noël et du nouvel an que l'auteur nous détaille au rythme du calendrier. Ces fêtes seront honorées comme il se doit par des recettes de cuisine écrites et réalisées pour Bordelli par son ami Ennio Bottarini dit Botta, par ailleurs familier des prisons, ce qui témoigne de la volonté de notre commissaire de toujours faire bonne chère.
Je le trouve vraiment sympathique ce commissaire, humain, émouvant et compatissant aussi, surtout quand il choisit de passer du temps à l'hôpital auprès d'un brigadier qui va mourir. C'est peut-être aussi pour lui, et à l'invite de ce collègue, une occasion de réfléchir sur le sens de son métier de policier, de la vie et de la mort. Il est toujours un peu en marge comme s'il était partagé entre ses amitiés authentiques pour les truands dont il tolère les petits écarts, sa complicité avec Rosa, l'ancienne prostituée dont peu ou prou il partage la vie, son addiction à l'alcool et au tabac, et son métier de policier. Il jette toujours sur le monde le même regard désabusé et mélancolique.
Comme d'habitude, j'ai lu ce roman en italien, pour le plaisir de la langue et aussi parce que, à ma connaissance il n'y a pas de traduction. J'ai goûté le suspense mais j'ai noté quand même quelques longueurs.
©Hervé Gautier mhttp:// hervegautier.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Herve-LionelHerve-Lionel   12 août 2020
Caro Bordelli, siamo nati per soffrire. Qui non si fa altro che mangiare molto et bere di più, e le donne bisogna tenerle lontane con il forcone...
(Cher Bordelli, nous sommes nés pour souffrir. Ici on ne fait rien d'autre que manger beaucoup et boire en core plus, et les femmes il faut les tenir loin de nous avec la fourche...)
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Marco Vichi (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marco Vichi
Marco Vichi dà voce al commissario Bordelli
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
660 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre