AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2363583205
Éditeur : Editions Vendémiaire (21/02/2019)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
L’esclave, tel qu’on se le représente généralement c’est tantôt l’homme-bétail de l’Antiquité, pliant le genou sous les coups de fouet des pharaons, tantôt l’homme-machine de l’époque contemporaine, chaînes aux pieds dans les plantations de coton nord-américaines… Quant au Moyen Âge, on l’a longtemps cru réservé à un autre type de subordination, celle du serf, attaché à la terre et au seigneur.
Or, à rebours de ces idées reçues, la chute de l’Empire romain es... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Florel
  28 mai 2019
On entend souvent parler de l'esclavage dans l'antiquité. On entend aussi souvent parler de l'esclavage pour l'époque moderne avec la traite triangulaire atlantique. Pour ceux qui ont eu de la curiosité, ils ont aussi entendu parler ou lu sur l'esclavage dans les pays musulmans.
Au-delà de ça, il est vrai que l'on entend peu parler du commerce d'esclave par les juifs, ou encore de l'esclavage à l'époque médiévale que l'on confond souvent avec le servage. Sans être exhaustif - la question est large - ce livre va réparer cet oubli historique, en n'abordant donc l'esclavage au moyen-âge dans divers points d'Europe et d'Orient, réparti sur la grande période de cette époque. A peu près 1000 ans.
Définition :
Enfin, je dis aborder l'esclavage, mais sachez que c'est quand même difficile. En effet, ne croyez pas qu'aborder cette question pour une période qui peut manquer d'archive et de cohésion, s'avère facile même pour une historienne comme Sandrine Victor pourtant spécialiste de l'histoire économique et sociale du bas Moyen Âge. Cette dernière va en effet très vite nous mettre dans le bain, en nous montrant d'entrée la complexité du langage qui peut très vite mener l'historien dans l'erreur ou la globalisation, comme avec par exemple le mot mancipium qui peut désigner un serf chasé (un ouvrier avec une terre) ou l'ouvrier non chasé et non libre : l'esclave. Et c'est d'ailleurs souvent cet emploi de terme qui mélange les états, qui fera dire à des historiens que l'esclave c'est le serf médiéval, le servage étant la finalité de l'esclavage pratiqué par les romains.
C'est donc cette idée reçue que l'autrice remet en cause, en montrant que l'esclavage n'a pas disparu avec Rome pour réapparaitre comme par enchantement à l'époque moderne, serfs et esclaves se côtoient mais ce n'est pas la même chose. En témoigne la diversité des mots qui les désignent, et la multitude de loi ou coutume qui jalonne l'époque et aborde l'esclavage, même si pour l'historien ça peut vite devenir un casse-tête.
« La différence entre serf et esclave peut tenir au fait que, dans le cas de l'esclave, il s'agit pour le maître de posséder une personne, tandis que dans le cas du servage, il s'agit pour le seigneur d'avoir un pouvoir indirect sur elle par le biais de la possession de la terre. » p.26
Pratiques et règles :
Des lois, des règles coutumières, des chartes, des conciles, qui gèrent la question des esclaves : commerce, protection, punition, affranchissement, etc. il y'en a plein. Rien n'échappe aux droits dans ce domaine, de fait en tant qu'historienne, Sandrine Victor les a forcément interrogés. Outre la complexité, ce que l'on peut dire ici en premier, c'est que là aussi ça bouge pas mal, et qu'il est impossible d'en sortir un schéma unique. C'est toujours très varié selon les régions et encore les époques. Comme pour les mots, on a de tout. Pour preuve, la différence de traitement des esclaves fugitifs entre la ville de Toulouse qui ne restitue pas l'esclave quand bien même il soit demandé par le maître suite à une charte de 1226, alors que l'Église préconise de le rendre tout en demandant la clémence envers le fugitif. (Et c'est un exemple parmi tant d'autre).
Toutefois, nous savons tous que les lois sont faites pour être détournées ou pas appliquées, et c'est ce que nous allons découvrir aussi quand l'autrice va mettre en parallèle le droit et la pratique. Quand elle aborde notamment la vente des esclaves, par exemple il était techniquement interdit de vendre ses coreligionnaires (musulmans ou chrétiens) et pourtant il n'était pas rare de voir que cela se faisait. Il était aussi amusant de constater que parfois le droit pouvait se montrer ambivalent, en interdisant par exemple aux juifs la possession d'esclaves chrétiens mais en parallèle les autoriser à les vendre. (!)
Enfin puisque je parlais de protection et de punition inscrite dans le droit, j'ai trouvé très intéressant l'approche de l'auteure qui nous montre à voir le statut de l'esclave, de voir la manière dont il est traité. Mal, corvéable à merci, prisonnier de son maître… ça va de soi, mais aussi dans le même temps protégé par des lois, des conciles comme celui de Worms (876), ou encore par aussi l'intérêt de l'acheteur - ça ne lui sert à rien d'avoir un esclave impotent. Enfin, sur l'affranchissement qui est aussi inscrit dans le droit, j'ai apprécié que l'historienne se penche sur l'après, c'est-à-dire sur la vie une fois l'esclave libre ou partiellement libre.
Quoi qu'il en soit retenons une chose, la multiplication des lois sur l'esclavage, montre que le phénomène n'est pas rare.
Réflexions sur l'esclavage :
On a abordé la définition impossible, le droit et la pratique, quid de la philosophie de l'esclavage ? Parce que oui, ça peut être philosophique comme approche, comme dans le monde chrétien par exemple. En effet, dans le monde chrétien et comme l'esclavage dérange - on dit que Saint Eloi racheta lui-même des esclaves - on tente de motiver ce dernier par une approche morale, physique, psychologique mais aussi biblique qui peut avoir des échos avec l'antiquité et Aristote. Cette pratique prouve surtout que cette question dérange, car comme le souligne justement Madame Victor on ne justifie pas quelque chose qui coule de source.
Donc, comment justifie-t-on l'esclavage au moyen-âge ? Par divers moyens, mais principalement par la religion. Eh oui ! L'esclavage ne serait que le résultat du péché originel dans le christianisme (par ailleurs ne méritant pas d'en faire grand cas, car la vie terrestre est une souillure), s'expliquerait chez les juifs par le fait que l'esclave est bien traité donc ne vit pas dans un état honteux, et chez les musulmans parce que c'est social et une tradition dans la société arabique. Je précise que certains de ces textes prévoient d'ailleurs le traitement de l'esclave, mais rappelez-vous, la théorie et la pratique sont souvent différentes.
« Dieu crée les hommes libres et égaux, mais cet état ne peut être assumé dans un monde marqué par la Faute. » (Pensée d'Augustin.)
Cependant, croire que tout le monde est d'accord avec les textes fondateurs est faux. Effectivement, il faut savoir que même justifié il existe des voix qui s'élèvent contre cet état, en Occident il y a notamment Smaragde de Saint-Mihiel qui veut abolir l'esclavage, sans parler de ceux qui demandent plus d'humanité dans le traitement des esclaves, car l'esclave est en quelque sorte ton semblable.
En quelque sorte, oui (vous ne rêvez pas j'ai bien écrit cela), car là réside une autre réflexion de l'esclavage ; l'esclave est vu comme un homme inférieur, mais est aussi considéré comme un objet ou un animal, et ceci sans que ça soit pour autant contradictoire. Il est inférieur juridiquement, il n'est pas libre, il est soumis à son maître, il ne peut pas faire ce qu'il veut, pourtant il est protégé dans le même temps car il possède d'une part une certaine valeur marchande - il y a eu un investissement -, et d'autre part parce qu'il est aussi reconnu humain, étant donné qu'on le compare à une créature que dieu à puni. Et une créature humaine, puisqu'on en fait un homme pensant qui ne doit pas se plaindre de la place que dieu lui a administrée.
Ok, on justifie l'esclavage au moyen-âge, mais est-il toujours fort ? La réponse est non. [...]
Suite sur le blog.
Lien : http://encreenpapier.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Les_lectures_de_Sophie
  27 mars 2019
J'ai reçu ce titre dans le cadre d'une masse critique. J'aime bien tenter ma chance pour des titres dont les sujets m'intéressent, mais qui me sortent de ma zone de confort...
C'est le cas ici pour deux raisons principales : la première est que je lis rarement des essais aussi denses et riches en références, ce qui fait que ma lecture a été assez lente. J'avais peur de passer à côté de notions importantes ! La deuxième est que le sujet de l'esclavage est un sujet sur lequel j'étais passée sans jamais réellement m'arrêter et me renseigner. Et puis on a commencé à parler d'esclavage moderne avec ma fille ces derniers mois. Je me suis dit que ça serait l'occasion.
J'ai énormément appris, et j'apprends encore énormément (je reviens sur certains passages après coup), et je suis inquiète de voir les réactions de certains "intellectuels" sur le sujet de l'esclavage, au sens large, aussi bien dans le temps que les lieux. Sans compter les positions prises par les représentants des différentes religions...
Les fils de Canaan est un ouvrage passionnant mais extrêmement dense, qui prend du temps à lire, et à être assimilé. Merci aux éditions Vendémiaire pour cet enrichissement intellectuel^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Orion13470
  20 mars 2019
Avant tout je tiens à remercier Esther et les éditions Vendémiaire pour cet ouvrage obtenu dans le cadre d'une opération "masse critique".
J'ai été attiré par la belle couverture, le titre "étrange" et surtout par le thème qui traite de l'esclavage au cours des temps (en principe jusqu'au Moyen Age).
Il s'agit d'un essai (et presque d'un traité) sur ce sujet qu'on peut croire du temps passé et qui interesse toujours les historiens.
Sandrine Victor, nous entraine depuis l'antiquité dans cette vaste fresque sociale où l'homme exploite l'homme en niant à celui réduit en esclavage tout statut d'être humain pour le ramener à l'état d'aminal ou de force brute. On va apprendre ainsi au fil des pages que suivant les sociétés, les religions, les époques il y aura toujours des justifications "éthiques", religieuses mais au final surtout économiques pour maintenir des humains en esclavage : la possession d'esclaves est hautement lucratif ne serait ce que pour leur valeur marchande à la revente..
Au delà de toutes ces situations et études de cas, ce livre est une tentative de brosser un panorama général de ce phénomène qui est un cas unique dans le monde vivant. Il est clairement destiné à un public d'historiens ou de lecteurs avertis.
Cependant, d'une lecture aisée, il a su m'interesser et surtout donner des éléments pour ne pas oublier que aujourd'hui au XXI ème siècle, un humain sur 200 est toujours esclave (selon le BIT) c'est à dire plus de 40 millions de personnes dans le monde : il n'y a jamais eu autant d'humains asservis. Je pense que ce seul point en mérite la lecture. Merci Sandrine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lapetitefadette
  21 mars 2019
Une véritable thèse sur le sujet. C'est dense, extrêmement fouillé et profondément analysé. Presque trop pour moi. Pas encore eu le temps de le terminer car je ne parviens pas à me concentrer longtemps sur ce livre. Mais c'est un excellent ouvrage de référence sur les différentes formes d'esclavage ou plus largement d'asservissement d'êtres humains par d'autres êtres humains. Mais à aborder pour ce qu'il est à savoir une étude universitaire.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LeMonde   11 mars 2019
L’esclavage n’a pas disparu avec l’antiquité pour réapparaître aux temps modernes. L’historienne montre sa permanence dans un essai d’une grande clarté.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FlorelFlorel   28 mai 2019
La différence entre serf et esclave peut tenir au fait que, dans le cas de l’esclave, il s’agit pour le maître de posséder une personne, tandis que dans le cas du servage, il s’agit pour le seigneur d’avoir un pouvoir indirect sur elle par le biais de la possession de la terre.
Commenter  J’apprécie          10
FlorelFlorel   28 mai 2019
Dieu crée les hommes libres et égaux, mais cet état ne peut être assumé dans un monde marqué par la Faute.
Commenter  J’apprécie          10
Orion13470Orion13470   20 mars 2019
L'esclavage est un système de domination, celui du maître sur son bien, et celui d'un pouvoir, que l'on peut qualifier d’État, sous quelque forme que ce soit, qui organise et institutionnalise cette pratique
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : esclavageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
824 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre