AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gérard Joulié (Traducteur)
ISBN : 2877060934
Éditeur : Editions de Fallois (30/04/1990)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Poursuivant la série de ses romans historiques à grand succès, Gore Vidal aborde maintenant l'entrée de l'Amérique dans l'ère des changements rapides qui marquent les années vingt.
Hollywood commence en 1916, à la veille de l'entrée des Etats-Unis dans la Grande Guerre. Le roman raconte l'histoire de la belle et ambitieuse Caroline Sanford, propriétaire et rédactrice en chef du Washington Tribune, qui se rend sur la côte Ouest pour soutenir l'effort de guerr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
tristantristan
  29 août 2018
Dans ce roman fleuve, 537 pages, on retrouve les thèmes chers à l'auteur américain: la presse (voir "Empire" de Gore Vidal) et la politique (voir "Burr" de Gore Vidal et "La ménagerie des hommes illustres" de Gore Vidal) mais finalement, de roman sur "Hollywood" est un prétexte a beaucoup d'imagination, de faits réels politiques et n'est pas spécialement centré sur l'industrie du cinéma.
Commenter  J’apprécie          20
Danieljean
  10 avril 2016
535 pages quand même. Un pavé du calibre de "Belle du seigneur", d'Albert Cohen, plein d'intelligence et de lucidité sur ce qu'allait devenir l'Amérique au sortir de la Guerre 14 – 18 (en même temps, il l'a écrit en 1989!) mais surtout – ainsi que le suggère le titre, "Hollywood" - l'influence qu'allait représenter la montée en puissance du cinéma (Gore Vidal ne parle pas encore de télévision qui, à l'instar d'une bombe à fragmentations, démultiplie encore le problème) sur la manipulation et la fabrication de l'opinion publique – au moins américaine.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   10 avril 2016
Voyez-vous, je suis tout à fait capable d’imaginer ce que cette guerre va faire de nous. J’espère me tromper, mais je crains fort qu’une fois que ce peuple – et je le connais bien – aura goûté à la guerre il oublie à jamais le sens du mot tolérance. Parce que, pour gagner une guerre, il faut être brutal et sans pitié, et cet esprit de brutalité et de férocité va imprégner la fibre même de notre vie nationale. Le Congrès, la police, et jusqu’aux simples citoyens, tout le monde en sera infesté. Nous gagnerons, certes. Mais que gagnerons-nous? Comment aiderons-nous le Sud … je veux dire les puissances d’Europe centrale, à passer d’une mentalité guerrière à une mentalité pacifique? Et nous, comment nous aiderons-nous? Nous serons devenus semblables à ceux que nous aurons combattus …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
tristantristantristantristan   29 août 2018
On s'était servi du cinéma pour stigmatiser le ennemis de la nation. Pourquoi ne pas l'utiliser à présent pour modifier la perception que le spectateur avait de lui-même et du monde?
p.444
Commenter  J’apprécie          50
DanieljeanDanieljean   10 avril 2016
Au cours des dernières années, Blaise avait eu si peu d’aventures masculines qu’il avait presque oublié le plaisir qu’on peut goûter avec un partenaire de même sexe, surtout s’il est plus jeune. La jeunesse de ce garçon agissait sur lui à la fois comme un aide-mémoire et comme une incitation au plaisir, et l’espace d’un moment Blaise s’identifia avec son moi originel. L’absence de complications concourait également à sa félicité. Avec les femmes, il entre toujours un élément sentimental, même avec les prostituées. On ne peut jamais tout à fait oublier que quelque part elles sont destinées à devenir mères. Rien de tel avec un garçon. Là le plaisir est sans mélange, la liberté complète. Mieux encore, on ne s’embrasse pas. Le baiser, c’est bon pour jouer au papa et à la maman après que le serpent et la pomme eurent fait du jardin de délices un jardin de supplices.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Gore Vidal (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gore Vidal
Bob Roberts, film américano-britannique réalisé par Tim Robbins en 1992. Avec Tim Robbins, Giancarlo Esposito, Alan Rickman, Gore Vidal. Trailer
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5298 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre