AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782366240337
160 pages
Éditeur : Cambourakis (12/04/2013)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Dans un pays de neige et de glace, les vainqueurs de la guerre civile ont fini par imposer leur ordre. Un petit groupe d'activistes tente de résister à l'oppression, et prépare un attentat. Cette première bande dessinée à l'atmosphère tendue, au graphisme saisissant, oscille entre espionnage et drame psychologique, et met en scène des personnages animalisés de manière particulièrement convaincante.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
colimasson
  29 octobre 2013
Je suis venue après la guerre –bien après- ce qui expliquerait peut-être pourquoi cet album ne m'a jamais permis de m'approcher de trop près de son propos. Nous évoluons dans une atmosphère faite de silences, de secrets et de dérobades, propices à l'incompréhension et à la méfiance. Des conversations s'ébauchent et se taisent aussitôt –faudrait-il être devin pour les entendre à demi-mot ? Je suis restée hermétique à l'intrigue, obligée de compenser mon ignorance par le résumé fourni par l'éditeur. Rétrospectivement, j'ai finalement pu comprendre qu'à une époque indéfinie, un homme a volé des documents secrets (à qui ?). Pour le contrer, les autorités (lesquelles ?) chargent deux officiers de le traquer. Toutefois, le premier officier soupçonne le second d'être un traître (pourquoi ?). Précisons que les personnages sont des animaux anthropomorphes (ou des hommes animalisés), ce qui n'est pas sans rappeler l'imagerie d'un Black Sad pour l'analogie entre les caractères et l'animal, ou un Maüs pour l'inexpressivité des visages. Si, dans les exemples précités, l'animalisation fonctionne et apporte un surplus d'intérêt à l'intrigue, ce n'est pas le cas dans cet Iron. Ici, l'animalisation semble difficilement justifiable et renforce la froideur d'un récit qui peine à exprimer ses sentiments.

Parfois, des fulgurances émergent entre deux discours caricaturaux qui singent le genre du thriller plus qu'ils ne lui apportent une véritable identité personnelle. L'Histoire permet alors une réflexion sur l'engagement et sur le sens des actes individuels, qui se prolonge avec un lyrisme noble et contenu :

« Mais tant d'entre nous ont succombé aux rêves de richesse. Et nous sommes si peu, désormais, à répondre à l'appel. Plus le temps passera et moins les jeunes trouveront de raisons de se battre. Ils oublieront qu'à une époque les choses étaient différentes. Et ils ont la jeunesse pour eux, c'est ça le pire. »

De même, les planches sobres et mélancoliques produisent une grande impression. Dommage que la substance fasse parfois défaut, masquée par une intrigue qui se perd dans des mystères et élucubrations stériles.

Lien : http://colimasson.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
alouett
  31 juillet 2013
« Dans un pays de neige et de glace, les vainqueurs de la guerre civile ont fini par imposer leur ordre. Un petit groupe d'activistes tente de résister à l'oppression, et prépare un attentat.
C'est James Hardin, un lapin, qui est le cerveau – et l'agent principal – du complot. Il a dérobé des documents ultra secrets au siège même de l'état major. le général Hanslowe est furieux, et charge Calvin Engel – un tigre – et Pavel – un corbeau -, de poursuivre le lapin. Mais les coéquipiers ne s'apprécient guère : Engel est convaincu que Pavel est un traitre, il fera tout pour le prouver, quitte à manipuler des témoins » (synopsis éditeur).
Une déception.
Pourtant, on entre facilement dans cet univers. En guise d'introduction, un long passage muet qui permet au lecteur de prendre peu à peu ses marques dans un décor hivernal. le vent gifle l'unique personnage (un lapin vêtu d'une simple chemise) qui avance dans cette nature enneigée et hostile. le froid semble le transpercer, on ressent les morsures glaciales du climat. Les teintes bleutées du jour qui décroît progressivement se marient au blanc immaculé de la neige. L'ambiance graphique est léchée, soignée.
« Enfin ». Ce premier mot est lâché par cet homme exténué, comme une première victoire que nous partageons avec lui à la vue d'une maison isolée. La nuit vient de tomber et cette demeure s'annonce comme un refuge providentiel. Déjà, après quelques instants de lecture, j'ai perçu à quel point cet album était prometteur : on perçoit l'état d'esprit du personnage, on ressent des sensations physiques, on a de l'empathie… La scène qui suit nous livrera quelques éléments importants : le lapin connait cette demeure ainsi que ses occupants, il vient livrer des documents secrets qu'il a dérobés. Mais sitôt les dialogues engagés, j'ai déchanté.
Il est question d'une guerre passée dont on ne saura rien si ce n'est qu'elle a divisé le pays en deux camps. Que le conflit c'est achevé suite à un coup d'état, l'Armée est désormais au pouvoir et que des militants oeuvrent en faveur de la démocratie. Il est aussi question de secret d'Etat, de camps, d'amis d'enfance qui ont pris des directions opposées, d'une « cause »…
Beaucoup de confusion dans ce scénario qui effleure son sujet et dénonce du bout des lèvres les dérives d'un système, les désillusions et les espoirs d'une frange de la population. Je suis restée sur ma faim en raison des nombreux non-dits : réserve ou pudeur de J-M Vidaurri de ne pas s'engouffrer dans le jugement hâtif ? Volonté de proposer une réflexion universelle et intemporelle ?
Ce que je déplore, c'est d'avoir eu l'impression d'être face à l'ébauche d'un récit. L'intrigue manque de consistance, le lecteur n'a pas assez d'éléments pour se situer correctement dans cet univers. On perçoit les personnages plus qu'on ne les voit évoluer, j'ai trouvé qu'ils manquaient de charisme. Quant à leur propos, ils sont parfois trop concis, s'appuient trop sur les non-dits et la traduction est parfois approximative. En somme, il y a un peu trop de mystères dans cette histoire, je l'ai effleurée. « Oui mais Iron ou la guerre d'après est le premier album de J-M Vidaurri ! » me direz-vous… Certes… et je vous répondrais que cette lecture est bien trop frustrante pour trouver du plaisir à la lire.
« Ce que l'auteur fomente avec cette « guerre d'après », c'est la mise à nu des consciences vacillantes, quand la fron­tière entre héroïsme et lâcheté, conviction et cynisme ne tient qu'à un fil » (Telerama)…
… mais l'ensemble manque de rythme, le scénario est avare en transitions et dépourvu d'indicateur temporels, les questions fusent en permanence : quel est le laps de temps qui sépare certaines scènes ? Pourquoi untel a-t-il trahi son camp… qu'y gagnait-il ? Comment des enfants sont-ils arrivés en prison orphelinat ? Comment untel a-t-il appris cette information ?… Sans compter qu'on ne sait rien de cette fichue « vieille guerre » et que l'on en vient inévitablement à constater que cette guerre n'a apporté que désillusions et rancoeurs.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
jamiK
  02 juillet 2017
Le livre en tant qu'objet est de facture luxueuse, reliure toilée et couverture avec embossage, le traitement graphique est subtil, en lavis bleus et noirs, avec juste l'oiseau rouge qui vient ponctuer le récit, lui donner un rythme lancinant, une ambiance feutrée. Et le sujet se dévoile tout en douceur, ou plutôt en lenteur, et c'est là que le bât blesse, sur ce roman graphique de 150 planches, j'ai dû attendre la page 64 pour comprendre de quoi il s'agissait. C'est fait de non-dits en pagaille et on ne sait jamais qui est qui, qui fait quoi, qui est un bon qui est un méchant, ça se veut subtil mais c'est raté, la lecture a été pénible et ennuyeuse, de plus gênée par les fautes d'orthographe. Un beau traitement pour pas grand chose.
Commenter  J’apprécie          100
BidouilleB
  25 avril 2013
Étrange récit que celui-ci. Un pays d'hiver et de nuit, un pays gris et bleu. Un pays qui a connu la guerre, mais contre qui et pourquoi, cela reste sans réponse. Nous sommes juste sûrs d'une victoire, mais dont le prix ne semble pas justifié aux yeux de James Hardin, chef d'une cellule "terroriste".
Je ne souhaite pas trop en dire, et je ne le peux.
Ce récit est celui des idéaux et de leurs conséquences. Celui des engagements et de la filiation. Jusqu'où va-t-on pour un idéal? Que laisse-t-on en héritage? Enfin, comment cet héritage est-il reçu par la génération suivante?
Une histoire que l'on survole le temps de la lecture, mais qui pose de nombreuses questions sur la filiation, l'engagement et la volonté une fois qu'on l'a refermé. On y retrouve des thèmes qui ont été soulevé après la libération par exemple, aurais-je eu le courage de renoncer à tout pour un idéal? Que fera l'histoire de nos choix? Y a-t-il vraiment un vainqueur?
Le dessin à l'aquarelle est magnifique. La mise en couleurs, les caractéristiques des personnages donne de la profondeur au récit.
A la fois violent (par son propos) et doux (par son dessin tout en finesse et sa pudeur), cet ouvrage est à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Athouni
  02 août 2013
Je ne suis jamais entré dans cette BD. Par exemple, je n'ai jamais ressenti la violence du régime. Ennuyeux lorsque la BD tourne autour d'un complot visant à renverser l'oppresseur. Tout ça m'a semblé bien irréel, un peu comme si ça se passait dans un rêve : cela tient sans doute à l'absence de marqueur temporel. L'auteur a peut-être voulu écrire une fable intemporelle sur la violence (la filiation aussi) mais, sans être située historiquement et même en étant inventée, la résistance à une oppression peut elle être racontée ainsi, de manière si éthérée, sans épaisseur du temps ? Pas sûr... Dans cette BD, on ne ressent jamais le poids de l'Histoire, sa portée dramatique. Pour ma part, j'ai eu du mal à m'intéresser aux personnages et je n'ai pas pu retenir plusieurs bâillements à mesure que les pages filaient. Dommage.
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (5)
BoDoi   27 août 2013
Etrange, déconcertant et fascinant à la fois, le récit bénéficie d’un trait élégant et froid, baignant dans le bleu et le gris. Raccord avec son suspense réfrigérant, intelligent.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BoDoi   27 août 2013
Etrange, déconcertant et fascinant à la fois, le récit bénéficie d’un trait élégant et froid, baignant dans le bleu et le gris. Raccord avec son suspense réfrigérant, intelligent.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Telerama   17 juillet 2013
Ce que l'auteur fomente avec cette « guerre d'après », c'est la mise à nu des consciences vacillantes, quand la fron­tière entre héroïsme et lâcheté, conviction et cynisme ne tient qu'à un fil. Son dessin délicatement aquarellé de gris et de bleu joue d'un laconisme graphique qui est l'exact contraire du vide.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDGest   03 juin 2013
Touchant dans sa forme comme dans son propos, conciliant l’universalité du sujet et l’authenticité de sa représentation, Iron ou la guerre d’après est une œuvre troublante, interpellante, laissant une empreinte ténue mais durable dans l’esprit du lecteur.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD   02 mai 2013
Un petit groupe d’activistes tente de renverser le pouvoir issu de la guerre civile et prépare un attentat. On ne saura rien des origines du conflit qui sert de trame au scénario, mais l’auteur en explore en revanche les conséquences sur les perceptions qui guident les actions des personnages.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
GregorGregor   17 avril 2014
- (...) Je ne vois pas quel bien nous retirerons de cette action. ça ne peut faire qu'empirer les choses. Il y aura de nombreux blessés, des innocents.
- Personne n'est innocent, Gilles.
- Bien tu dis peut-être vrai.
- (...) Nous devons continuer d'agir, aller de l'avant. Le plan va fonctionner et les gens se réjouiront de l'apprendre, fais-moi confiance.
- Mais tant d'entre nous ont succombé aux promesses de paix et autres rêves de richesse. Et nous sommes si peu, désormais, à répondre à l'appel. Plus le temps passera et moins les jeunes trouveront des raisons de se battre. Ils oublieront qu'à une époque les choses étaient différentes. Et ils ont la jeunesse pour eux, c'est ça le pire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   02 novembre 2013
Vous avez peut-être raison, mais la force est une chose étrange.
Il est étonnant de voir comme les jeunes arbres résistent aux premières neiges. Les plus anciens sont trop gros, vous voyez. Ils sont durs comme le fer, mais qu’importe, leurs branches sont trop nombreuses et la neige s’y amoncelle.
Ils grincent et gémissent, et finissent par céder sous son poids. J’ai longtemps cru que reconsidérer ses idéaux était une mauvaise chose, cela revenait à les sacrifier. Je pense différemment aujourd’hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   01 novembre 2013
Mais tant d’entre nous ont succombé aux rêves de richesse. Et nous sommes si peu, désormais, à répondre à l’appel. Plus le temps passera et moins les jeunes trouveront de raisons de se battre. Ils oublieront qu’à une époque les choses étaient différentes. Et ils ont la jeunesse pour eux, c’est ça le pire.
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   29 octobre 2013
« J’ai fait des choses dont je ne suis pas fier, et d’autres qui je l’espère, un jour, nous rendrons fiers. Je combats depuis trop longtemps pour pouvoir faire la différence. »
Commenter  J’apprécie          20
BidouilleBBidouilleB   24 avril 2013
" Parce que nous ne pouvons pas demander à la jeunesse de se battre pour une cause qui n'est pas là sienne. Ce combat est d'abord le mien, James. Pas le tien, pas encore."
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1863 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre