AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709661586
Éditeur : J.-C. Lattès (03/01/2018)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.77/5 (sur 810 notes)
Résumé :
«Chacun de nous abrite-t-il quelque chose d'innommable susceptible de se révéler un jour, comme une encre sale, antipathique, se révélerait sous la chaleur de la flamme ? Chacun de nous dissimule-t-il en lui-même ce démon silencieux capable de mener, pendant des années, une existence de dupe ?»
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (304) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  07 janvier 2018
Des adultes qui n'en sont pas vraiment.
Et des enfants qui n'en sont plus.
Un livre contemporain. Qui traite de problèmes de notre époque. Réellement.
Ce livre, en peu de pages, parle de beaucoup de choses de manière juste. La maltraitance. L'amour maternel. le couple. L'amitié. L'éducation. Internet. Et surtout de loyautés.
Les loyautés. « Les tremplins sur lesquels nos forces se déploient et les tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves. »
Cette réflexion sur les loyautés intimes qui sont l'essence de chacun d'entre nous m'a passionné. Chacun sa vision de par son éducation, son milieu social, son vécu. Ces liens intérieurs qui nous définissent et qui, à la fois nous élèvent mais nous ramènent également à la terre ferme, plus ou moins brutalement. Je me suis senti bouleversé par ces mots.
Delphine de Vigan est sacrément douée pour explorer l'intime. L'infime délicat. Ces choses qu'on ne savait pas ressentir avant qu'elle mette un mot dessus.
Un bien joli livre.
Commenter  J’apprécie          21520
Bookycooky
  05 janvier 2018
Hélène s'inquiète pour Théo, son élève de douze ans et demie.
Théo, parents divorcés, vit en garde alternée, deux ennemis, deux mondes, deux langues différentes. Un gamin plus intelligent que ses parents, donc pire pour lui.
Hélène, une enfance maltraitée, un père sadique, une mère qui préfère ignorer.
Mathis, l'ami inséparable de Théo. Cécile, sa maman n'approuve pas la relation, surtout que d'autres problèmes plus graves se pointent à l'horizon.
Voici le préambule du nouvel opus de De Vigan. Un roman choral, à quatre voix.
Deux enfants et deux adultes en prise avec des circonstances dramatiques, et qui s'enfoncent. Des circonstances où les enfants jouent le rôle d'adultes vis à vis des parents et autorités de l'école.....de quoi vous serrer la gorge .
De Vigan va-t-elle les laisser couler ou leur accordera-t-elle une sortie salvatrice ? Et par ce biais nous apaiser.....car ce livre se lit la gorge nouée, du moins je l'ai lu ainsi, donc je vous conseille une période sereine pour sa lecture.
J'aime les personnages de De Vigan, tellement humains, touchants....je me serais comportée exactement comme Hélène, loyale à ses convictions, bien que socialement parlant son comportement ne serait pas considéré éthique; j'ai adoré le petit Théo qui se débrouille comme il peut; j'ai aimé Mathis pris entre deux feux de loyauté et Cécile,qui malgré le pétrin où elle se trouve, ne lâche pas prise.
J'ai apprécié le portrait de prof acerbe de la Berthelot, qui punit Théo sans aucune empathie, aucune sensibilité pédagogique, avançant la raison que le garçon ne lui plait pas, tellement courant même dans les institutions privées.
Delphine est aussi sans pitié pour les couples, la vie de couple et son après, une fois terminée,.....beaucoup de vérités déclamées à travers la fiction, rien de nouveau mais exprimées avec tellement de douceur et d'élégance.
La loyauté à soi-même, à l'ami , à la mère, au père, à l'élève, ne vont pas vraiment aider nos quatre protagonistes, ni eux-mêmes ni les sujets auxquels ils le sont , mais sa dimension humaine, pure, sans calcul fait chaud au coeur.
Bref encore une fois De Vigan me touche avec son sujet, son histoire et sa prose.
À votre avis, si on a lu un livre d'une traite et qu'on y a pris plaisir, même si lu la gorge serrée, est-ce le signe d'un très bon livre ? Si oui, et bien c'est le cas.
“Parfois, il se demande si cela vaut vraiment la peine d'être adulte. Si le jeu en vaut la chandelle,.....”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15620
Sebthos
  28 avril 2018
« Les fidélités silencieuses »
Suis-je loyal envers ma famille, mon passé, envers moi-même, c'est la question que nous pose Delphine de Vigan dans son nouveau roman. Texte court et incisif qui met en scène successivement quatre personnages, tous en prise avec eux-mêmes, en prise avec leurs « loyautés ».
Hélène, professeure de SVT dans un collège parisien qui remarque très vite en Théo, son jeune élève de 5ème, un mal-être qui lui rappelle tellement le sien : la maltraitance. Elle croit voir en sa fatigue permanente et dans son regard fuyant les stigmates des coups qu'elle-même a reçus à son âge.
Théo Lubin, 12 ans encaisse en effet les coups sur son corps, mais seulement ceux dont il s'inflige lui-même. Les cours de sciences naturelles d'Hélène aident à mieux comprendre le fonctionnement de la digestion. Pour lui, il s'agit d'améliorer les effets de l'absorption de puissances nocives. L'alcool, dans son tube digestif d'enfant. Boire à s'en faire « exploser » la tête.
Boire pour oublier, s'oublier, disparaître. Ne plus avoir à passer « d'un monde à l'autre » : une semaine chez sa mère, rongée par la déception et la haine de l'homme qui l'a quittée, son père ; une semaine chez cet homme qui n'en est plus tout à fait un, ravagé par la déchéance sociale qui le cloue au lit, incapable de toute responsabilité paternelle, impuissant.
Mathis Guillaume, 12 ans lui aussi, qui accompagne et soutient Théo. C'est son copain. Il vit chez ses deux parents dans un bonheur apparent, mais qui n'est que de façade.
Si chez Hélène et Théo, les « loyautés » sont trahies par les corps meurtris, chez Mathis et sa mère, Cécile, ce sont les mots qui enchaînent. Les mots que celle-ci a dûs apprendre pour paraître dans ce milieu bourgeois qui n'est pas le sien. C'est celui de William, le père de Mathis. Mais les mots qu'il lui a appris pour qu'elle parle un « bon français », lui servent en fait, grâce à une double personnalité sur internet, à exprimer ses haines « racistes, antisémites, homophobes et misogynes ».
Les corps qu'on aliène. Les mots qui enchaînent. Les « loyautés » sont difficiles à vivre pour Hélène, Théo, Mathis et Cécile. Quatre personnages pris dans la tourmente de notre monde d'aujourd'hui, entravés par ces « tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves ».
Mais celles-ci peuvent aussi être « les tremplins sur lesquels nos forces se déploient »...C'est donc le souffle court, dans ce roman dense et intense que nous partirons à la recherche de cet espoir, à la recherche de notre « propre lumière ».
De la première ligne à la dernière, c'est seulement en tournant la dernière page, grâce à une narration implacable, que vous reprendrez votre respiration, face à ces « loyautés », face à vous même.
Après ses deux derniers livres à succès et largement récompensés : Rien ne s'oppose à la nuit, qui obtint notamment le prix du Roman Fnac en 2011, et D'après une histoire vraie, prix Renaudot et Goncourt des Lycéens en 2015, Delphine de Vigan, avec ce huitième roman, renoue avec la trame narrative des Heures souterraines, publié en 2009, sur « les violences invisibles d'un monde privé de douceur »...
Les Loyautés, ces « fidélités silencieuses », comme elle les définit elle-même, laisseront en vous des traces invisibles mais tenaces.
Lu en janvier 2018.
Retrouvez mon article sur Fnac.com/Le conseils des libraires :
Lien : https://www.fnac.com/Les-Loy..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          15632
babounette
  15 mai 2018
Les loyautés - Delphine de Vigan - lu en mai 2018.
les personnages, Hélène, professeur , ayant eu une enfance maltraitée.
Cécile et Wiliam, parents de Mathis. Un couple qui fonctionne vaille que vaille.
Théo, fils d'un couple divorcé, père dépressif au chômage, mère lointaine.
L'histoire de ces personnage s'entrecroise, Hélène le professeur qui se rend compte que Théo a un problème et qui voudrait bien l'aider. Mathis, meilleur ami de Théo, au grand dam de sa mère qui n'aime pas Théo sans bien définir pourquoi. Mathis et Théo sont dans la même classe. Théo est en souffrance, il veut qu'elle s'arrête cette souffrance, il n'en parle pas, il a honte de son père et en même temps en a pitié, sa vie se passe en alternance entre son père et sa mère, chaque semaine il doit s'adapter à deux milieu totalement différents.
Mathis qui admire Théo ne comprend pas bien où il veut en venir mais accepte de le suivre et même pour cela, mentir et désobéir à sa mère.
Jusqu'au drame que je ne vous décrirai pas. 12-13 ans, une enfance sans affectif , le chômage, le divorce, la violence silencieuse, la solitude, l'alcool.
Comme dans tous ses livres, Delphine de Vigan entre dans l'intime de ses personnages, elle décrit des situations qui peuvent être tout à fait d'actualité. Un livre lourd, grave, bien écrit. J'aime tout particulièrement l'introduction :
Les loyautés.
Ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres - aux morts comme aux vivants -, ce sont des promesses que nous avons murmurées et
dont nous ignorons l'écho, ds fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes, des mots d'ordre admis sans les avoir entendus, des dettes que nous abritons dans les replis de nos mémoires.
Ce sont les lois de l'enfance qui sommeillent à l'intérieur de nos corps, les valeurs au nom desquelles nous nous tenons droits, les fondements qui nous permettent de résister, les principes illisibles qui nous rongent et nous enferment. Nos ailes et nos carcans.
Ce sont les tremplins sur lesquels nos forces se déploient et les tranchées dans lesquelles nous enterrons nos rêves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10013
palamede
  14 janvier 2018
Hélène s'est beaucoup trop impliquée dans cette histoire, elle le reconnaît. Son métier de professeur exigeait une réserve et un recul qu'elle n'a pas eu avec Théo, son jeune élève. Elle pourrait attribuer cela à son enfance maltraitée, des blessures lointaines et secrètes encore mal refermées. Mais cette trop grande sensibilité n'est-elle pas ce qui peut sauver Théo ?
Delphine de Vigan décrit la souffrance des enfants perdus des parents en crise, les difficultés des adultes pour les protéger contre leur milieu et eux-mêmes. Sans généraliser, elle montre comment les traumatismes de l'enfance façonnent une personnalité et, d'une génération à l'autre, se reproduisent sans qu'il soit possible de rompre le cercle vicieux.
Avec la multiplication des séparations et des divorces, une évolution de la cellule familiale, analysée finement et sans jugement, qui si elle est très noire ne l'est pourtant pas totalement. Delphine de Vigan, subtile, concise et bouleversante, révèle aussi les loyautés de certains — parent, enfant, camarade ou enseignant — qui avec leurs moyens, soutiennent l'autre pour tenter de le sauver.
Challenge MULTI-DÉFIS 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          954

critiques presse (6)
LeJournaldeQuebec   23 avril 2018
L’écrivaine française Delphine de Vigan, maintes fois lauréate pour ses grands succès Rien ne s’oppose à la nuit et D’après une histoire vraie, s’est intéressée aux secrets cachés et aux abus d’alcool des adolescents dans un nouveau roman court, nerveux et percutant, Les loyautés.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeJournaldeQuebec   13 mars 2018
Après nous avoir offert les excellents Rien ne s’oppose à la nuit et D’après une histoire vraie, l’écrivaine française Delphine de Vigan signe un autre roman bouleversant.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Culturebox   31 janvier 2018
Un roman qui plonge le lecteur dans les violences invisibles d'une famille en plein divorce. Au cœur du conflit, un jeune garçon qu'une professeure va tenter de sauver.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeFigaro   17 janvier 2018
Dans son dernier roman, Delphine de Vigan décrit avec une rare acuité les relations qui se tissent et se nouent entre les êtres.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Bibliobs   10 janvier 2018
L'auteure de "D'après une histoire vraie" revient avec "les Loyautés", témoignage essentiel sur des jeunesses en détresse.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Lexpress   08 janvier 2018
Delphine de Vigan renoue avec le style de ses précédents romans, Les Heures souterraines ou No et moi. Avec Les Loyautés, roman sobre et puissant à la fois, elle explore les failles de l’enfance et touchera un large public, au premier chef, celui des grands adolescents.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (199) Voir plus Ajouter une citation
rosulienrosulien   15 décembre 2018
Une belle première page.Deux heures de lecture ininterrompue.Un vrai plaisir de lecture simple mais efficace.Delphine de Vigan connaît la recette pour attirer le lecteur occasionnel et peu exigeant.Elle pourrait continuer dans la même veine pendant des années avec la certitude, comme Marc Levy,Guillaume Musso, Amélie Nothomb et quelques autres de fidéliser une clientèle qui aime les livres courts et simples .Elle a vraiment du talent pour décrire avec des mots simples les affres de la vie quotidienne.Je trouve l’ensemble un peu caricatural notamment dans la description des personnages.Un livre à offrir sans hésitation sauf si le destinataire, éminent Babeliote ,lit cinquante livres par an et préfère les classiques et les essais philosophiques.L’important , c’est que tout le monde lise et y prenne du plaisir que ce soit avec un un roman grand public , un polar ou une œuvre plus complexe. J’aime bien alterner les genres. Merci à Delphine de Vigan pour ces deux heures de lectures reposantes.Je n’en demande pas plus pour aujourd’hui.Demain, ce sera Murakami mais c’est une autre histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
YVROYERYVROYER   15 décembre 2018
..."Peut-être que d'une manière générale, le problème vient de moi. Je suis la pièce défectueuse camouflée au coeur d'un mécanisme bourgeois qui fonctionnait depuis la nuit des temps. Je suis le grain de sable qui grippe lq machine, la goutte d'eau malencontreusement tombée dans le réservoir d'essence, le mouton noir déguisé en femme d'intérieur. Mon imposture est à l'origine du désastre...
...Oui, j'étais peut-être une mouette engluée par la marée noire, mais aujourd'hui je ressemble étrangement au corbeau de l'histoire que me racontait ma grand-mère, ce volatile grossier au plumage d'ébène, qui rêvait d'être un oiseau blanc... Alors il se trempe tout entier dans un pot de peinture blanche, duquel il reste prisonnier"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FandolFandol   11 décembre 2018
Lorsque j’ai terminé ce roman passionnant, intrigant, dérangeant, signé Delphine de Vigan, j’ai relu la première page - ce que je conseille fortement - car l’auteure définit remarquablement ce que sont ces fameuses loyautés :

« Ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres – aux morts comme aux vivants – ce sont des promesses que nous avons murmurées et dont nous ignorons l’écho, des fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes, des mots d’ordre admis sans les avoir entendus, des dettes que nous abritons dans les replis de nos mémoires. »
Quelques lignes suivent encore mais lisez ce livre et revenez à cette première page indispensable après avoir suivi Théo, Hélène, Cécile et Mathis, les quatre personnages essentiels dont on vit les tourments.
Si tout tourne autour de Théo, collégien trimballé dans un incessant va-et-vient hebdomadaire entre une mère et un père séparés et en conflit, les trois autres sont très importants. Mathis va avoir 13 ans comme Théo et se trouve dans la même classe. Une amitié solide les unit. Hélène est professeur principal de leur classe. Elle est intriguée par cet élève qui lui paraît maltraité.
D’un personnage à l’autre, l’histoire se déroule sur un temps assez restreint mais j’ai découvert avec stupeur l’engrenage infernal de l’addiction à l’alcool chez un adolescent et son ami sans que les adultes qui les côtoient ne se doutent d’une chose aussi grave, ces mêmes adultes étant renvoyés à leur passé, très douloureux aussi.
Delphine de Vigan dont j’avais apprécié Rien ne s’oppose à la nuit et D’après une histoire vraie, réalise, avec Les loyautés, un roman totalement différent posant tout de même des questions essentielles sur les rapports parents-enfants. Au travers du cas du père de Théo, elle montre la destruction d’un homme plongé dans les affres du chômage alors que celui de Mathis, bien sous tous rapports, révèle une autre face des plus sombres.

L’étude psychologique que propose ce roman est fine. Elle permet, dans un cadre parisien, de suivre deux générations qui peinent énormément à communiquer et cela peut mener au désastre. C’est très noir mais j’ai refermé ce livre avec un espoir qui pourrait engendrer, peut-être, une suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
FandolFandol   11 décembre 2018
Parfois je me dis que devenir adulte ne sert à rien d'autre qu'à ça : réparer les pertes et les dommages du commencement. Et tenir les promesses de l'enfant que nous avons été.
Commenter  J’apprécie          170
FandolFandol   11 décembre 2018
Ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres – aux morts comme aux vivants – ce sont des promesses que nous avons murmurées et dont nous ignorons l’écho, des fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes, des mots d’ordre admis sans les avoir entendus, des dettes que nous abritons dans les replis de nos mémoires.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Delphine de Vigan (99) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Delphine de Vigan
D'après une histoire vraie - film de Roman Polanski 2017 - Bande-Annonce
autres livres classés : alcoolismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Delphine de Vigan

Delphine de Vigan a écrit son premier roman "Jours sans faim" sous un pseudonyme. Quel est-il ?

Agnès Dantzig
Lou Delvig
Sara Dliping
Mia Dumrig

10 questions
183 lecteurs ont répondu
Thème : Delphine de ViganCréer un quiz sur ce livre
.. ..