AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365692869
Éditeur : Editions Les Escales (06/04/2017)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Quand Abby rencontre Cameron, tout en lui l'agace. Biologiste, elle arpente seule la vallée des monts Brindabella pour observer le comportement des kangourous. Il est un jeune journaliste en quête d'un article pouvant susciter la polémique. Quand il cherche à la revoir, elle fait tout pour l'éloigner. Pourquoi prendrait-elle le risque d'être à nouveau blessée par la vie ? Un jour, elle rencontre une vieille dame, Daphne, qui a passé sa jeunesse dans ces montagnes et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Palmyre
21 mai 2017
Abby est une jeune biologiste, elle termine sa thèse, elle étudie les kangourous des montagnes. Souvent seule pour faire ses observations et ses relevés, elle parcoure la vallée des monts de Brindabella, située au sud-ouest de Canberra.
Un jour, un journaliste, Cameron, vient l'interviewer sur son travail. Elle n'est pas très enchantée et elle fera tout pour s'éloigner de lui. Mais…
Dans ce parc national, Abby fait également la connaissance d'une vieille dame, Daphne. Instinctivement, les deux femmes se rapprochent. Elles partagent leur amour de cette terre, et au fur et à mesure des confidences plus personnelles.
Leur relation devient fusionnelle, elles ont besoin l'une de l'autre. Ce lien intergénérationnel nous le retrouvons également dans le premier roman de Karen Viggers, La mémoire des embruns, où Mary se confiait au jeune garde forestier. Comme a pu l'expliquer l'auteure, ce lien lui est très cher. Elle s'inspire de sa relation qu'elle avait avec sa grand-mère et essaie de la retranscrire dans ses romans.
Cette volonté de transmission, d'échange, semble bien plus que nécessaire à la vie entre tous. Elle permet la construction d'un lien social fort. Cette communication se déroule autour des lieux qu'elles visitent, où chacune se remémore des événements du passé qui ont marqué leurs vies. Mais également par le biais de boîtes où sont entassées pêle-mêle des souvenirs, comme une très belle robe de bal que Daphne porte pour la montrer à Abby.
L'autre fil conducteur de ce roman, c'est les kangourous. Ici, nous semblons fascinés par ces animaux. Mais il faut savoir qu'en Australie, ils peuvent être considérés comme nuisibles. Car au moment des périodes de sécheresse, les kangourous s'attaquent à l'herbage d'autres animaux comme les moutons ou les vaches. En surnombre, l'abatage est l'une des solutions. D'ailleurs, si vous êtes sensibles, l'une des scènes du roman est extrêmement bien décrite. Mais il existe d'autres solutions, c'est ce que l'auteure a expliqué lors d'une scène du roman, lors d'un colloque entre biologistes, écologistes et représentants du pouvoir public.
Vous l'aurez compris ce roman est d'une extrême richesse au niveau thématique, et parfois j'ai peut-être eu quelques difficultés à suivre le mouvement. Mais si je devais vous convaincre de lire les romans de Karen Viggers, je vous dirai de vous lancer immédiatement. Car elle a le don de décrire les paysages comme si vous y étiez. Vous avez vraiment l'impression d'y être, les scènes sont vivantes. Elle choisit ses personnages avec précision qu'elle fait évoluer au fil des pages. Amoureuse de la nature, elle s'attache à nous transmettre des émotions et la force que nous donne cette nature si riche.
Je vous laisse donc découvrir les oeuvres de Karen Viggers et voyager jusqu'au pays des kangourous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Ariane84
07 mai 2017
Un joli roman sur le poids du passé et de l'héritage familial, mais également une belle ode à la nature australienne.
Nous suivons Abby jeune chercheuse qui étudie les kangourous dans une quête pour sa construction personnelle, qui l'amènera à faire plusieurs rencontres décisives, tout d'abord Cameron jeune journaliste, puis Daphne vieille dame.
Les sentiments sont bien décrits, et les évocations de la nature (faune, flore, paysages de montagne) sont très belles.
J'ai trouvé que l'histoire était belle malgré quelques clichés et des personnages pleins de bons sentiments.
Une lecture sympathique.
Commenter  J’apprécie          231
Speedymoon
25 mai 2017
Dernier roman de Karen Viggers que j'ai malheureusement moins apprécié que les précédents.
L'histoire suit Abby, thésarde spécialiste du comportement des kangourous, qui va rencontrer Cameron, jeune journaliste, désirant écrire un article sur les kangourous. Puis, de la rencontre entre Abby et Daphné, vieille femme ayant vécu avec sa famille dans le bush puis ayant du le quitter suite à la création du parc national.
Concernant les aspects positifs, j'ai retrouvé avec plaisir les descriptions de la nature, le plaidoyer en faveur de la protection de l'environnement, de la faune et de la flore.
Le traitement de la surpopulation des kangourous est intéressant et permet d'avoir des informations dont on ne dispose pas forcément par exemple j'ai appris que les femelles pouvaient stopper leur reproduction en cas de nourriture insuffisante.
J'ai trouvé que le sujet de la bipolarité avait été vraiment bien traité permettant de connaitre ou du moins d'imaginer les effets de cette maladie sur les personnes atteintes, alternant entre allégresse et désespoir.
Pour les personnages, j'ai beaucoup aimé Daphné, qui est un personnage très réaliste, avec ses difficultés quotidiennes, ses souvenirs, sa sagesse. de même avec Abby et sa difficulté à se construire un avenir familial suite au drame qu'elle a vécu.
Cependant, j'ai été déçue par plusieurs choses. Tout d'abord, je n'ai pas trouvé que la thématique des aborigènes avec leurs traditions, leurs relations avec la nature et surtout le sentiment de haine des colons envers eux était suffisamment développé par le biais de Daphné.
De même, la question de l'abattage des kangourous n'est pas traitée assez profondémment et notamment la possibilité d'autres solutions que celle-ci.
Enfin, je n'ai pas trouvé la relation entre Abby et Cameron crédible, pour moi cela va trop vite.
Une chose est sure Karen Viggers est une auteur de la nature avec des descriptions magnifiques des paysages, des montagnes, du bush. Elle nous permet de comprendre l'importance de protéger, de sauvegarder la faune et la flore qui nous entourent pour nous et les générations futures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MaminouG
27 mai 2017
C'est dans le cadre d'un concours organisé par la maison d'Edition "Les Escales" que j'ai eu le plaisir de gagner le dernier roman de Karen Viggers, "Le murmure du vent". Je remercie chaleureusement Les Escales pour ce cadeau. Je n'avais jusque-là rien lu de cette romancière et je ne connais pas l'Australie. Ce fut donc l'occasion de deux découvertes.
Les trois personnages principaux de ce livre sont Abby, jeune étudiante en biologie chargée de l'observation du comportement des kangourous dans les monts Brindabella, Daphné, une femme âgée, rencontrée par hasard et qui, très vite, prend une place importante dans la vie d'Abby et…l'Australie…
Cet ouvrage présente, en effet, à mes yeux une particularité. Je n'ai pas réussi à déterminer ce que l'auteur voulait réellement mettre en avant. Certes, l'écriture est belle qui décrit à merveille la nature australienne en de longs paragraphes extrêmement détaillés, mais je me suis souvent perdue s'agissant de l'objectif recherché. Voulait-elle mettre en avant la surpopulation des kangourous et les mesures déployées pour l'éradiquer ? Voulait-elle insister sur le problème des aborigènes chassés de leur terre ? Voulait-elle souligner le poids du passé sur la vie de ses personnages, montrer combien la maladie de sa mère atteinte de bipolarité – fort bien expliquée – pesait, même après sa mort, sur les épaules d'Abby, mais aussi de son père et de son frère, deux hommes d'une grande fragilité ? Ou envisageait-elle de mettre en scène une histoire d'amour au fin fond du bush ? Je n'ai pas réussi à le déterminer tant les thèmes abordés sont nombreux et le récit dense.
Car il y a aussi Cameron, un journaliste venu interviewer Abby, le seul acteur que je qualifierais de "fort", toujours présent, fiable, serviable, protecteur, mais que, justement, la jeune femme tient à distance
Mon avis est ainsi mitigé. Si les qualités du style sont indéniables, si l'intérêt lié à l'Australie est présent, si tout ce qui touche à la transmission, aux liens avec le passé, est émouvant, il m'a manqué une unité, une limpidité, une simplicité dans le déroulé, une clarté dans le chemin suivi. Je me suis souvent embourbée dans les dédales de cet ouvrage aux airs de documentaire. Je l'aurais certainement préféré élagué d'une centaine de pages.
http://memo-emoi.fr/tag/karen-viggers
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeaneBelaqua
21 mai 2017
Le murmure du vent raconte l'histoire d'Abby, étudiante qui fait des recherches sur les kangourous dans les montagnes de Brindabella. Elle y rencontre Daphné, une vieille dame nostalgique pleine de questions sur le passé. A travers leurs yeux se mêlent passé, présent et même futur.
Ce récit est riche et assez complexe. Les histoires des deux personnages principaux sont complémentaires. Elles se mêlent au fil de leur amitié pour nous donner une vision panoramique de la situation. Abby est une étudiante au passé complexe. Elle a perdu sa mère alors qu'elle n'avait que 13 ans. Son père ne s'en est jamais remis, et son frère et elle ont dû s'occuper d'eux-même. Sa rencontre avec Daphné, une vieille dame qui lui rappelle étonnamment sa grand-mère, décédée peu de temps après sa mère, l'aide à remettre de l'ordre dans sa vie. Lorsqu'elle entame une relation avec Cameron, le journaliste, c'est à la vieille dame qu'elle se confie, et c'est elle qui la soutient. Leur amitié insolite leur permet d'échanger sur de très nombreux sujets.
Tout d'abord, la vieillesse, et ses affres, les regrets qui peuvent la paver, les difficultés à l'idée d'être grabataire. Puis les héritages de famille. Je ne parle pas là d'argent mais plutôt de secrets, de l'histoire des familles. Daphné s'interrogeait enfant sur la façon dont son père a obtenu sa terre alors que le territoire sur lequel il était établi était auparavant occupé par les aborigènes. Elle porte en elle le deuil d'un enfant et d'un mari. Quant à Abby, elle porte la douleur de son enfance, avec une mère malade, et de son adolescence solitaire. Parmi les autres thèmes abordés, il y a la colonisation et le racisme qui en découle. L'auteur aborde également le harcèlement.
Mais le fil conducteur de cette histoire est l'écologie. Les trop nombreux kangourous mettent en péril des espèces déjà menacées. Il est donc primordial de trouver une solution. Karen Viggers présente les différentes options possibles, mais aucune n'est satisfaisante. J'avoue que la scène relatant l'abattage des kangourous m'a beaucoup émue. On ne ressort pas indemne d'une telle histoire. Une fois le livre terminé, on est forcé de se poser des tas de questions. le traitement indigne des aborigènes, les façons de gérer la surpopulation de kangourou... Autant de réflexions à mener à petite et à grande échelle par la suite !
J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire. Karen Viggers alterne avec aisance les passages narratifs et descriptifs, qu'ils s'agisse du passé ou du présent. Je suis soufflée par la précision des mots employées par cette auteur. J'ai été voir des photos des monts Brindabella une fois l'histoire terminée, et j'ai été très étonnée de voir quelque chose de très ressemblant à l'image que je m'en étais fait via le roman. C'est assez impressionnant. On sent l'amour de Karen Viggers pour ces lieux, pour les animaux et pour ces personnages. On ressent également l'expertise de vétérinaire qui ajoute encore au réalisme de l'histoire. Je vais m'empresser d'aller lire les deux autres romans de Mme Viggers.
Conclusion : ♥♥♥♥♥ Un excellent roman, présentant une histoire très intéressante et émouvante, pleine de questionnements philosophiques. Par ce récit, Karen Viggers nous emmène en voyage avec elle. Je suis totalement conquise et je vous invite chaudement à découvrir cette histoire si ce n'est pas déjà fait.
Lien : http://sweetie-universe.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
PalmyrePalmyre20 mai 2017
Cette vieille maison en bois nichée au fond de la vallée servait souvent de refuge à Abby quand le temps se gâtait. C'était une merveilleuse construction très ancienne imprégnée d'histoire, hantée par les vies oubliées des familles de colons dont les voix avaient résonné entre ses murs de planches.
Commenter  J’apprécie          170
PalmyrePalmyre19 mai 2017
C'est sans doute pour cela que je ne me suis jamais résolue à la jeter. Elle me rappelle cette manie qu'à la vie de vous réserver des surprises. Vous croyez que rien ne va plus, et tout à coup, on ne sait comment, vous vous trouvez au bon endroit.
Commenter  J’apprécie          170
DucalmeLucetteDucalmeLucette20 mai 2017
Enfin, ils débouchent de sous le couvert des arbres sur un plateau où les ondulations de la terre se confondent presque avec les nuages, le vent se disperse pour explorer les touffes de tussack et le granit festonne les sommets. Estompées dans les lointains, les silhouettes dégradées violettes des montagnes semblent peler par couches successives contre le bleu du ciel.
Commenter  J’apprécie          10
DucalmeLucetteDucalmeLucette20 mai 2017
Depuis sa discussion avec Daphne, Abby se sent plus tranquille. C’est si bon de parler avec elle, les mots viennent si facilement, comme autrefois avec sa grand-mère. Après dix années à se laisser emporter sans guide dans les tourbillons de la vie, l’amitié de Daphne se révèle une sorte de havre. Elle lui fait confiance, tout est là.
Commenter  J’apprécie          10
LeaneBelaquaLeaneBelaqua20 mai 2017
Abby respire un grand coup. Elle déteste être désagréable, surtout avec quelqu'un qu'elle connaît mal. Mais George a la peau dure, il est aussi sensible qu'un parpaing.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Karen Viggers (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karen Viggers
Envie de voir ma pile à lire démentielle pour cet été? Plus de vidéos : http://goo.gl/hCnYmr . Déroulez pour plus d'infos :)
? Livres cités - Yse et le palimpseste de Florent Marotta - Edition Taurnada - The Air he breathes, de Brittany Cherry - Hugo New Romance - The Deal, d'Elle Kennedy - Hugo New Romance - Letherae Carnet 1 T2, Morgan Malet - Peuple de Mü - Les pluies, de Vincent Villeminot - Edition Fleurus - Bad, de Jay Crownover - Edition Harlequin - La maison des hautes falaises, de Karen Viggers - Editions Escale - Brasier, de Brandon sanderson - J'ai lu - Leaving Amarillo, de Casey Quinn, - Editions Harlequin - L'impasse temps, de Dominique Douay - Helios - Une autre idée du bonheur, de Marc Levy - Pocket - le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulvuda- Editions Points - Comment bien rater ses vacances, Anne Percin - le jour du lion de Nicolas Cluzeau - Un Mari récalcitrant, de Cassandra O'Donnell - J'ai lu - Les mouettes, de Sandor Maray - Livre de poche - Touch de Danielle Guisano - L'héritière de Jeanne A Debats- Actu SF - Witcher, (Sorceleur T0 & 1) Milady
? Chaînes / blogs cités Everbook : https://www.youtube.com/channel/UClqsuubw20oxT2qdidF6PjQ _ ? Me contacter
SITE : http://www.leblogdeptitelfe.fr/ FACEBOOK : http://goo.gl/huya0v TWITTER: https://twitter.com/Ptitelfe1982 - @ptitelfe1982 INSTAGRAM: https://instagram.com/leblogdeptitelfe MAIL: contact@leblogdeptitelfe.fr
Je tourne avec un Canon 70D La musique d'intro est Legacy Studer - crédité par Universal UPPM
Merci d'avoir regardé cette vidéo ! Aimez, partagez, ou abonnez vous ;) ca fait toujours plaisir ! A bientôt! Hélène
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature australienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Titus Flaminius. Tome 2. La gladiatrice

Quel genre de gladiateur est la gladiatrice ?

Secutor
Thrace
Mirmillon

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Thème : Titus Flaminius, tome 2 : La Gladiatrice de Jean-François NahmiasCréer un quiz sur ce livre
. .