AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre-Louis Rey (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070411397
Éditeur : Gallimard (09/05/2001)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 110 notes)
Résumé :
On ne joue plus Chatterton depuis longtemps. C'est donc le moment de le lire. Car s'il y a une pièce qui montre le drame de l'artiste méconnu, condamné à la misère et à la mort, c'est bien celle-là. « C'est l'histoire d'un jeune homme, nous dit l'auteur, qui a écrit une lettre le matin, et qui attend la réponse jusqu'au soir ; elle arrive et le tue. » Vigny prend le parti de la poésie contre la société, ce qui est une nouveauté dans l'histoire de la littérature. À p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  07 novembre 2014
Chatterton. Pour beaucoup, ce nom évoque principalement un ruban adhésif en plastique coloré, vaguement élastique. Pour quelques nostalgiques de Serge Gainsbourg, ce patronyme rappelle au mieux un titre de 1967. Pour quelques autres, férus de littérature britannique et/ou moyenâgeuse, ce nom ravive faiblement le lustre de la poésie du XVIIIème siècle.
Mais pour nous autres, amateurs à nos heures de dramaturgie française du XIXème, ce nom porte le sceau de l'inéluctable tournant romantique propre à la première moitié de ce siècle.
Bon, soyons clairs, pour apprécier le Chatterton de Vigny, il faut soit avoir quinze ans révolus et impérativement moins de vingt, soit être adepte inconditionnel du romantisme pur jus, première pression à froid, dans l'acception la plus typique, caractéristique, presque caricaturale du terme.
De puissants relents de tragédies antiques festonnent les trois actes de cette pièce qui est une relecture très libre, très aménagée et fort peu historique de la vie de Thomas Chatterton, poète anglais disparu en 1770 dans sa dix-huitième année par ingestion volontaire d'arsenic.
La postérité en a fait une icône du poète incompris, donnant tout à son art et le tenant en plus haute estime que tout le reste sur cette Terre. D'où une certaine arrogance face au commun des mortels, lui qui, crevant la misère, a préféré la mort à une vie de labeur ordinaire dans un quelconque patelin obscur sans aucune chance de reconnaissance.
Ajoutons à cela qu'il eut l'idée lumineuse, l'animal, d'écrire en vieil anglais et d'attribuer ses propres vers à un moine du XVème siècle ce qui eut pour mérite de le faire accuser de plagiat et de malhonnêteté, ce qui renforce bien évidemment son statut de « martyr » de l'Art, avec un grand A comme Autosuffisance.
En somme, le candidat idéal pour Alfred de Vigny qui s'attelait à l'écriture d'une pièce sur le sort réservé aux gens de son engeance, les Artistes avec un grand tAs. Il y greffe certains clins d'oeil à sa propre biographie ainsi qu'une histoire d'amour digne de plaire à Théophile Gautier (voir sa fort peu digeste « Spirite » par exemple), mais probablement pas à moi qui hais en littérature (comme ailleurs) les grands sentiments entièrement noirs ou blancs, ce que je nomme, pardonnez-moi l'expression le cul-culisme ou le gnan-gnantisme sentimental et dont Chateaubriand était un savant orfèvre.
Une oeuvre en somme que je qualifierais pour son sujet ou pour le tempérament de ses personnages d'assez caricaturale dans l'ensemble mais il y demeure la belle et solide écriture d'Alfred de Vigny, qui elle, reste limpide et rafraîchissante.
Le personnage du Quaker me semble le plus intéressant, sorte de vieux sage entremetteur et bienveillant. À noter également, la brève mais incisive et percutante dénonciation du capitalisme naissant à l'Acte I (la pièce a été écrite, rappelons-le, en 1834, donc à l'aube du virage de l'économie moderne, beau coup d'oeil Monsieur de Vigny, chapeau bas). Il ne vous reste plus qu'à faire votre marché parmi tout cet attirail littéraire, voici du bon, voici du moins bon, mais aussi et surtout, bien sûr, tout ce que j'exprime ici n'est que mon avis, autant dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          754
Under_the_Moon
  13 mars 2013
Chatterton , la raison pour laquelle j'ai voulu lire la pièce c'est parce que j'avais été très touchée par le tableau d'Henry Wallis ; tableau que j'avais dû voir dans un livre français au lycée pour illustrer un texte romantique.
Mais qui est donc ce bougre dont on connaît d'avance la triste fin ? Un jeune homme de 18 ans, un idéaliste qui rêve de vivre de ses vers. Mais, son destin en décide autrement ...
L'écriture d'Alfred de Vigny n'a rien de particulièrement marquant ou bouleversant. Et la fin de la pièce est trop bâclée à mon goût.
En revanche, j'ai apprécié l'opposition entre John Bell, le capitaliste sans coeur qui détourne toutes les lois (mêmes celles du Seigneur! ) à son profit et Chatterton, l' homme de lettres et tous les thèmes qui en découlent.
La flamme qui naît entre Chatterton et Kitty Bell est bien chaste et pudique, et le Quarker y veille de près ! (ouf ! cette sainte institution qu'est le mariage est sauvée ! )
Une pièce de théâtre qui pour moi n'aura rien de mémorable. J'ai au moins la satisfaction de connaître l'histoire derrière le beau tableau !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
JacobBenayoune
  17 novembre 2013
Kilito (écrivain marocain) nous raconte son anecdote avec un professeur à l'université qui, après avoir assisté à sa conférence sur Al Jahiz (un conteur arabe, un auteur classique), lui demanda: est-ce que cet auteur existait vraiment ou bien l'aviez-vous inventé?
En effet, qui de nos jours connait l'oeuvre de Chatterton? Une élite limitée. Et l'on se demande en lisant ce drame si le héros est réel ou fictif. Et Chatterton demeure plus une figure mythique du poète incompris, du paria de la société qu'un écrivain anglais comme Lord Byron ou Keats.
Vigny en avait déjà parlé dans son roman Stello. Mais cette fois, l'auteur, familier de la dramaturgie shakespearienne veut mettre en scène son héros romantique. Avant de commencer la lecture de ce drame, on trouve l'excellente présentation de Vigny intitulée « Dernière nuit de travail » où l'auteur explique ses intentions. C'est moins un plaidoyer du suicide qu'une défense et illustration du poète ou « homme spiritualiste étouffé par une société matérialiste ». Certes, on peut constater, lecteur moderne que nous sommes, toute cette exagération des sentiments maladifs qui ont mené le poète au suicide. Mais cette pièce est une occasion pour retrouver Vigny le dramaturge (en tout cas pour moi) après l'avoir lu comme poète et romancier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Analire
  15 janvier 2015
En première année de licence de lettres, j'ai été dans l'obligation de lire cette pièce de théâtre dans le cadre de mon cours de littérature française du XIXème siècle. Lors de ma première lecture, sorte de tour de paysage de l'oeuvre à étudier, j'ai découvert une jolie histoire, bien construite, très intéressante, à l'aspect moraliste. Mais c'est seulement lorsque nous avons commencé l'analyse du livre que j'ai découvert bien d'autres thèmes méconnus, des sujets que je n'ai pas relevé lors de ma première lecture.
Alfred de Vigny a publié son livre en 1835, tandis que l'histoire racontée se situe dans les années 1770, à Londres, ville grandissante, caractérisée par son or et son capitalisme montant. La figure de John Bell, père et mari, se fait, dans l'ouvrage, le chef de fil des matérialistes. Cet avare autoritaire, qui effraie autant sa femme que ses enfants, loue une chambre dans sa maison à un poète de passage, poète éponyme du roman, du nom de Chatterton.
Dès le début du récit, une certaine tension se fait ressentir à travers John Bell. Tension qui s'accroît avec l'apparition de Chatterton. On peut d'ors et déjà découvrir une contrariété entre l'avarice matérialiste de l'industriel et l'aspect spirituel du poète. Alfred de Vigny va jouer sur cette distinction pour mettre en avant les valeurs de l'esprit, qu'il estime égales voire supérieures à tout argent.
Chatterton, c'est aussi un roman d'amour, singulier, particulièrement touchant et attendrissant. En effet Kitty Bell, la femme de l'industriel, va peu à peu tomber amoureuse de Chatterton, sans se l'avouer. Se dégageant de ses fonctions de femme et de mère, elle se tourne vers ce poète, n'hésitant pas à désobéir à son mari - comme lorsqu'elle fait crédit au poète, sans l'accord de John Bell. Mais cet amour se sait sans être révélé. le lecteur le devine à travers une série de regards et de gestes qui ne trompent pas. Les deux tourtereau eux-mêmes arrivent à se comprendre sans se parler, signe de la coalition de leurs esprits, qui se regroupent en un sublime ensemble.
Malheureusement, sans vouloir briser le charme de ses sentiments purs, je dois vous prévenir que Chatterton récèle un héros à la destinée tragique. Ce poète déjà meurtri par les événements de la vie, continue d'écrire pour exister. Les matérialistes briseront ses derniers espoirs, l'empêchant de se découvrir pleinement et de réaliser ses projets.
Je ne parlerai pas du dénouement, volontairement pour ne pas révèler aux personnes à qui j'aurais donner l'envie de découvrir cette pièce de théâtre, l'amère déception de le connaître avant de l'avoir lu. Mais sachez tout de même que c'est une fin spectaculaire que nous offre Alfred de Vigny, dignement jouée sur scène par Marie Dorval.
Jetez-vous sur cet ouvrage. Facile de compréhension, il recèle néanmoins de nombreux thèmes inédits et modernes, nous fait ressentir divers sentiments, nous horrifie autant qu'il nous fascine. J'ai adoré le lire, le relire et le re-relire. Un plaisir d'étudier ce genre d'oeuvre.
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LydiaB
  23 décembre 2010
Il s'agit d'un immense plaidoyer pour ce poète méconnu. Thomas Chatterton (1752-1770), était un jeune prodige qui avait commencé à écrire très tôt, vers l'âge de 11 ans. A 16 ans, il fera publier ses textes. Personnalité étrange, arrogante, Chatterton a une ambition démesurée. Il part à Londres afin d'y trouver le succès. Mais ses rêves de gloire se brisent très vite et il ne doit sa survie qu'à un protecteur qui lui offre une mansarde pour se loger. le décès de ce mécène provoquera le suicide du jeune poète qui, se sentant perdu, mettra fin à ses jours, à 17 ans, en avalant de l'arsenic. Il devient ainsi une des figures symboliques du romantisme.
Vigny fut marqué par la destinée de Chatterton. Il décide alors de reprendre son histoire afin de souligner l'indifférence de la société face à l'art. S'il veut vraiment subsister, le poète va devoir accepter des fonctions utilitaires qui va le détourner de sa mission, chose qu'il regrette bien évidemment. Fidèle à son style et son courant, la pièce est également un drame d'amour, l'amour toujours suggéré de Chatterton pour Kitty Bell. Ceci dit, Vigny a pris là quelques libertés puisque cette histoire avec Kitty n'est que pure fiction.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   26 février 2013
Le Quaker : En toi, la rêverie continuelle a tué l'action.

Chatterton : Eh! qu'importe, si une heure de cette rêverie produit plus d'oeuvres que vingt jours de l'action des autres! Qui peut juge entre eux et moi ? N'y a-t-il pour l'homme que le travail du corps? et le labeur de la tête n'est-il pas digne de quelque pitié?

(...)

Le Quaker : (...) Une âme contemplative est à charge à tous les désoeuvrés remuants qui couvrent la terre : l'imagination et le recueillement sont deux maladies dont personne n'a pitié !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Nastasia-BNastasia-B   09 janvier 2013
Voilà les deux poésies possibles, ça ne va pas plus loin que cela ! Les divertir ou leur faire pitié ; faire jouer de misérables poupées, ou l'être soi-même et faire trafic de cette singerie ! Ouvrir son cœur pour le mettre en étalage sur un comptoir ! S'il y a des blessures, tant mieux ! il a plus de prix ; tant soit peu mutilé, on l'achète plus cher !
Commenter  J’apprécie          190
LydiaBLydiaB   23 décembre 2010
M. Beckford : John Bell, n'avez-vous pas chez vous un jeune homme nommé Chatterton, pour qui j'ai voulu venir moi-même ?

Chatterton : c'est moi, milord, qui vous ai écrit.

M. Beckford : Ah ! c'est vous mon cher ! Venez donc ici un peu, que je vous vois en face. J'ai connu votre père, un digne homme s'il en fut ; un pauvre soldat, mais qui avait bravement fait son chemin. Ah ! c'est vous qui êtes Thomas Chatterton ? Vous vous amusez à faire des vers, mon petit ami ; c'est bon pour une fois, mais il ne faut pas continuer. Il n'y a personne qui n'ait eu cette fantaisie. Hé ! hé ! j'ai fait comme vous dans mon printemps, et jamais Littleton, Swift et Wilkes n'ont écrit pour les belles dames des vers plus galants et plus badins que les miens.

Chatterton : je n'en doute pas milord.

M. Beckford : Mais je ne donnais aux Muses que le temps perdu. Je savais bien ce qu'en dit Ben Johnson : que la plus belle Muse au monde ne peut suffire à nourrir son homme, et qu'il faut avoir ces demoiselles-là pour maîtresses, mais jamais pour femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Nastasia-BNastasia-B   23 octobre 2012
(...) quand le pâle Travail est dédaigné ; quand l'Espérance a perdu son ancre ; la Foi, son calice ; la Charité, ses pauvres enfants ; quand la Loi est athée et corrompue comme une courtisane ; lorsque la Terre crie et demande justice au Poète de ceux qui la fouillent sans cesse pour avoir son or, (...).
Commenter  J’apprécie          190
Nastasia-BNastasia-B   25 avril 2012
JOHN BELL : Ce que je ne veux pas, c'est que, dans ma maison, vous veniez, en public, autoriser mes inférieurs à l'insolence.
LE QUAKER : Eh ! que te fait, je te prie, leur insolence ? Le bêlement de tes moutons t'a-t-il jamais empêché de les tondre et de les manger ? Y a-t-il un seul de ces hommes dont tu ne puisses vendre le lit ? Y a-t-il dans le bourg de Norton une seule famille qui n'envoie ses petits garçons et ses filles tousser et pâlir en travaillant tes laines ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Alfred de Vigny (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alfred de Vigny
Alfred de Vigny – La passion de l'honneur Documentaire de 1972.
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
509 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre