AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2914370415
Éditeur : Bragelonne (25/02/2003)

Note moyenne : 2.78/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Un rituel magique est à l’ origine de la Révolution d’octobre.
Pour Efim Stoïkov, jeune chaman sibérien, tout commence à Barabinsk, son village natal. Une vieille femme à l’agonie lui confie la garde d’une mystérieuse créature qui lui ouvre la voie vers le Pays Violet, le monde des esprits. Ayant survécu aux premières épreuves de l’apprentissage chamanique, il émigre vers Saint-Pétersbourg.
Dans la capitale tsariste, où la police dispose d’allies surn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
pichoune
  26 novembre 2013
Les mystères de Saint-Pétersbourg m'a attiré par sa couverture et de la fantasy historique aux accents slave.
Le livre en lui même possède beaucoup de qualités et de nombreux défauts, néanmoins je l'ai dévoré de bout en bout.
Commençons par les qualités :
Déjà on se retrouve plongé dans l"histoire de la Russie et son folklore. L'auteur connait bien son sujet et ponctue régulièrement l'histoire de mots, d'expressions et de légendes russes sans que l'on est l'impression que se soit mit là au hasard pour se faire mousser. Un instant j'ai cru que l'auteur même était d'ascendance russe. On retrouve avec plaisir des personnages historiques : le tsar et sa famille, Raspoutine, Lénine, Staline...durant cette période qui marque l'avant et l'après révolution russe.
L'univers des shamans est aussi quelque chose qui sort de ce que j'ai pu voir jusque là. Cette mythologie proposée en rapport avec le folklore russe, ses croyances, est très fourni. On y retrouve un fort rapport avec la nature et un univers magique vaste. le sexe, s'il est très présent, est ici justifié comme une forme de pratique magique qui permet de prendre (ou non ) l'ascendant sur son partenaire.
Plusieurs personnages qui apparaissent sont intéressant et charismatique.
Le ton du livre est léger, facile à lire, ce lit agréablement et vite sans difficultés.

Passons maintenant aux défauts.
Le livre nous est présenté comme une autobiographie fictive et c'est le personnage principal qui nous raconte ses aventures de jeunesse. Il arrive parfois que le personnage âgé fasse une intervention dans le récit pour donner de plus amples détails sur des faits futurs. Si parfois cela passe, le plus souvent cela m'est apparu comme une cassure de rythme, néanmoins ces interventions n'étant pas si nombreuses, ça passe.
Je dirais que les problèmes majeurs vont de paires avec les qualités, elles sont liées.
La mythologie proposée est très intéressante, on a des sorciers, des sorcières, une hiérarchie de reines et de valets basée sur le jeu de carte...et tout un vaste univers de créatures étranges. Problème: c'est certes vaste mais pas expliqué. Quand notre héros arrive dans la capitale il se retrouve pris au piège par un individu qui lui explique comment fonctionne la ville. le problème c'est que plusieurs des explications de ce genre débarque dans le récit brut de décoffrage, ou alors on nous dit qu'il existe tout une hiérarchie dans les sorciers que finalement on ne nous présentera jamais ! Ce qui m'a donné plus de frustration que de plaisir, et une impression de pas fini.
Autre point noir : les personnages, Ils sont nombreux en dehors de ceux historiques. Si certains réapparaissent au cours du récit pour mon plus grand plaisir, d'autres disparaissent aussi vite qu'ils sont arrivés au point que je me suis interrogée sur leur utilité. Les personnages historiques sont plus délicat, si certains sont bien introduit, même brièvement, d'autres le sont très maladroitement comme Staline qui allait de pair avec une coupure de rythme dans la récit. Raspoutine nous est présenté comme le grand méchant de l'histoire, l'homme à abattre. Si son nom est souvent cité et que son ombre plane, on ne le verra au final que très peu et on n'en saura, là aussi, pas beaucoup plus. Ce qui fait que le combat final manque cruellement d'effets épique ! Rajouter à cela que l'on ne voit pas vraiment les enjeux.
Le héros se retrouve propulsé dans un complot visant à éliminer Raspoutine. Seulement j'ai eu l'impression qu'il atterrissait là un peu par hasard comme pour beaucoup d'autres choses. On ne connait pas vraiment les tenants et les aboutissements, les rouages de ces enjeux politiques et c'est bien dommage. Au final ça donne l'impression que le héros n'est que de passage dans sa propre histoire. Jamais il ne se pose de question ou alors très peu. Il fait ce qu'on lui demande sans savoir (et nous non plus ) à quelles finalités. Et c'est ça que je reproche principalement au personnage central de ce livre, c'est son manque de charisme, de personnalité même. Je n'ai même pas retenu son nom c'est dire ! On ne l'aime, ni le déteste, il est juste quelconque.
Le dernier point noir est la fin, en queue de poisson. On sent qu'il y a eu beaucoup d'autres aventures après, mais là aussi rideau ! On n'en sera pas beaucoup plus, comme si l'auteur c'était lassé de son histoire qui finit par s'accélérer sur la fin.

En conclusion, les mystères de Saint-Pétersbourg était une lecture intéressante et maîtrisée par certains côtés, mais hélas sous développée à mon goût qui avait bien commencé mais finit sur une note en demi-teinte.
Lien : http://outsitoutsi.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
choupynette
  22 février 2010
L'idée était passionnante. Christian Vilà a créé un monde foisonnant de sorcières, chamans, êtres fantastiques, trolls, Oreilles-de-Pierre etc qui se fondent parfaitement dans l'ensemble historique de cette Russie du début du XXème siècle. Les pouvoirs magiques sont utilisés à des fins souvent crapuleuses (voire plus) par les personnages, dont évidemment Raspoutine, grand sorcier de Saint Petersbourg. Efim doit parvenir à détruire ce sorcier assoifé de pouvoir.
Un très bon point de départ donc. Cependant, ce roman ambitieux pâtit d'une narration mal rythmée, avec notamment un climax (Bataille contre Raspoutine) à plus de 100 pages de la fin et des moments forts se terminant en queue de poisson, ou parfois même pas "annoncés" par un intensité dans le style. Il m'est souvent arrivé de revenir en arrière: à la fin d'un chapitre, le narrateur, Efim lui-même, explique qu'il venait de franchir un pas décisif. Et je tombais des nues, car l'écriture ne m'avait pas du tout donné l'impression d 'être à un moment critique ... D'autre part, certaines choses sont très mal, voire pas expliquées. Exemple: les Nocents sont donc une sorte de confrérie très puissante à St P. Mais dans la ville d'autres personnages extrêmement puissants jouent leurs propres cartes: ce sont les Dames (de coeur, pique, trèfle, et carreau). A aucun moment je n'ai réussi à comprendre quelles étaient les relations entre les Dames et les Nocents. Ce qui est quand même assez gênant.
Voilà en somme les principaux défauts de ce roman qui m'aura donc beaucoup déçue. Partir d'une histoire originale, créer tout un microcosme de personnages, et en arriver à ce résultat est bien dommage.
Lien : http://ya-dla-joie.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Elbakin.net   21 septembre 2012
Servi par une plume légère et entraînante, des personnages hauts en couleur et une magie chamanique des plus particulières, le lecteur se retrouve emporté au fil des pages par l’histoire.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
laulauttelaulautte   24 octobre 2018
Un peu de lucidité suffira toutefois au plus délirant des utopistes comme au plus borné des militants pour reconnaître que la politique est une drogue puissante qui, tôt ou tard, corrompt l'esprit du dirigeant le mieux intentionné et le mène aux pires compromissions.
Commenter  J’apprécie          100
laulauttelaulautte   20 octobre 2018
Les Sibériens nomment "perce-neige"" ces dépouilles livides, bleuies par le gel, qui n'émergent des congères qu'au mois de mars ou d'avril et qui sont souvent celles d'ivrognes congestionnés à mort par le froid.
Commenter  J’apprécie          110
laulauttelaulautte   22 octobre 2018
Qu'ils soient acquis à la lumière ou aux ténèbres, les esprits ont une propension naturelle à se montrer facétieux. Il est même permis de se demander si une telle attitude ne découle pas d'un principe philosophique fondamental, et si ce qu'on nomme aujourd'hui le big bang n'a pas commencé ainsi, dans un éclat de rire cosmique.
Commenter  J’apprécie          50
laulauttelaulautte   23 octobre 2018
Les stratèges et fugitifs du monde entier attesteront qu'un ennemi n'est jamais plus redoutable que lorsqu'il disparaît. Si vous ne le voyez plus, c'est parce qu'il se tient dans votre dos, prêt à frapper.
Commenter  J’apprécie          70
laulauttelaulautte   19 octobre 2018
Les seules vérités au monde étaient la fulgurante beauté de la nature, et le bonheur de pouvoir en jouir.
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : rêvesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1470 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre