AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757848410
Éditeur : Points (20/11/2014)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués. Où l'on retrouve Victor B., le photographe de presse qui aime tant les chats, héros nonchalant des romans noirs de Jean-François Vilar.
Victor rentre à Paris, après trois années de captivité à l'étranger. Nous sommes en novembre 1989 et le mur de Berlin commence à s'écrouler. Son compagnon de détention, Alex Katz, est tué quelques jours plus tard sous les yeux de Victor qui ne croit pas une seconde à la t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
monromannoir
  31 août 2018
Que ce soit dans les médias, sur les réseaux sociaux ou sur les blogs, il n'est plus question que de rentrée littéraire qui débarque de plus en plus tôt sur les étals de nos librairies avec une cohorte d'ouvrages grands formats reléguant les collections de livres de poche dans les rayonnages. Si vous n'êtes pas encore enfiévré par cette quête des nouveautés et si vous fouinez un peu, peut-être aurez-vous la chance de dénicher un roman de Jean-François Vilar. Peu importe le titre, prenez-le. Vous ne le regretterez pas car il s'agit de romans noirs d'une grande envergure tant au niveau de l'écriture qu'au niveau de l'intrigue où l'on perçoit l'engagement politique de l'auteur comme militant trotskiste. Durant les vingt-et-une dernières années de sa vie, Jean-François Vilar n'a publié que deux nouvelles et on peut se dire qu'avec un roman comme Nous Cheminons Entourés de Fantômes Aux Fronts Troués, publié aux éditions du Seuil en 1993,il n'avait peut-être plus rien d'autre à ajouter en parvenant au sommet de son art. Evoquant notamment l'écrasement du Printemps de Prague, dont on "célèbre" les 50 ans, Nous Cheminons Entourés de Fantômes Aux Fronts Troués aborde, avec une certaine forme de désenchantement empreint de nostalgie, plusieurs époques révolues comme la lutte des proches de Trotski qui doivent survivre à Paris en 1938 ainsi que l'effondrement du mur de Berlin en 1989 et cette fameuse révolution de Velours qui précipita la chute du Parti communiste tchécoslovaque.
En 1989, après trois ans de captivité, le photographe Victor Blainville débarque à Paris avec son compagnon d'infortune Alex Katz. On parlerait bien de cette libération des deux otages, mais l'actualité se trouve soudainement chamboulée avec l'annonce de la chute du mur de Berlin. Déboussolé, Victor peine à retrouver ses repères, ceci d'autant plus que son appartement a été complètement vidé. Tant bien que mal, la vie reprend son cours lorsque survient la mort d'Alex. Un malheureux accident ? Une exécution ? Qui peut le dire ? Victor trouvera peut-être la réponse dans le mystérieux journal du père d'Alex qu'on lui a confié. Rédigé en 1938, il découvre les événements d'une autre époque qui semblent faire écho à cette période chamboulée. Et si l'histoire n'était qu'un éternel recommencement ? Un adage funeste où les fantômes se rappellent aux bons souvenirs de ceux qui survivent.
Il s'agit bien d'une balade à la fois funèbre et poétique dans ces rues de Paris qui deviennent des lieux ou plutôt des liens de transition pour passer d'une époque à l'autre en déterrant les secrets enfouis dans les méandres de l'histoire. Bâtiments, monuments, tout est prétexte pour suivre les pérégrinations hasardeuses de Victor Blainville ce photographe presque désinvolte dont on ignore les circonstances de sa captivité qui l'a éloigné de Paris durant trois années. Un mystère de plus pour ce guide étrange, presque las de tout, dont le nom rend hommage à Marcel Duchamp qui fait partie de ce courant surréaliste que l'auteur affectionne tant. Il en sera d'ailleurs constamment question tout au long du récit où nous aurons l'occasion de croiser André Breton, Salvatore Dali, Paul Delvaux et bien d'autres notamment au cours de cette première exposition internationale du Surréalisme se déroulant en 1938. Une année charnière de l'intrigue puisqu'il s'agit également de la période où Lev Sedoy, le fils de Trotsky, meurt dans d'étranges circonstances qui seront évoquées sous la forme d'un mystérieux journal qui ne recèle que la « vérité » de son auteur mais qui va offrir à Victor une espèce d'échappatoire salutaire. Engagements et trahisons, Jean-François Vilar met en scène avec une belle intensité tous les aléas d'une lutte dévoyée qui n'a plus rien de révolutionnaire mais dont l'inspiration reste éternel. Texte érudit mais complètement accessible, c'est par le prisme de cette littérature noire que l'auteur parvient à secouer l'histoire dans le choc des circonstances et des rencontres improbables. de l'audace des surréalistes aux conflits larvés entre staliniens et trotskistes, des étreintes dans un hôtel que fréquentait Burrough et Kerouac à l'effervescence de cette Révolution de Velours, Jean-François Vilar romance l'histoire avec le talent de celui qui en maîtrise toutes les arcanes dans un entrelacs d'époques qu'il nous projette au travers d'intrigues qui ne doivent pas forcément apporter toutes les réponses. Dans ce labyrinthe de rues et de passages obscurs, le lecteur s'égare ainsi dans l'incertitude de personnages refusant de livrer tous leurs secrets et va cheminer, parfois en vacillant, entourés de fantômes et de regrets mais avec la conviction d'avoir découvert un grand roman noir que l'on ne pourra pas oublier.
Jean-François Vilar : Nous Cheminons Entourés de Fantômes Aux Fronts Troués. Editions du Seuil 1993. Edition Points 2014.
A lire en écoutant : Body And Soul de John coltrane. Album : Coltrane's Sound. 1964 Atlantic Records.
Lien : http://monromannoiretbienser..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Patsales
  30 août 2018
Le titre est sublime, non?
Un photographe retenu comme otage pendant trois ans est libéré en 1989, pendant que tombe le mur de Berlin. L'homme avec qui il avait été fait prisonnier meurt dans un "accident" et Victor va enquêter sur lui. Son père, Katz, militant trotskyste, poète adoubé par Breton lui-même, tient un journal qui va servir de fil conducteur: L Histoire se mêle à la fiction, les luttes entre trotskystes et staliniens font écho à l'élection de V. Havel en Tchécoslovaquie, les amours de Victor renouent avec la passion d'André Breton pour Nadja. Faux polar languissant saturé de références littéraires, ce roman carbure au mystère et à l'onirisme. C'est parfois long, souvent envoûtant et patatras voici, 100 pages avant la fin, qu'adviennent les Explications. Les twists se succèdent, après Nadja, c'est Harry Quebert qui se radine; adieu poésie, bonjour platitude. Tour de force littéraire pour signaler la fin des illusions lyriques? Si seulement...
Commenter  J’apprécie          190
Pat0212
  07 mai 2018
Ce livre est difficile à classer, c'est un thriller atypique ou un roman, difficile à dire.
Le livre commence en novembre 1989, Alex et Victor viennent de passer plus de trois ans, précisément mille vingt et un jours aux mains de ravisseurs aux revendications inconnues. Ils ont enfin été libérés et se trouvent dans l'avion militaire qui les ramène en France où ils vont passer quelques jours à l'hôpital. le héros du livre est Victor un photographe. le docteur Laurent lui annonce qu'il va le suivre un certain temps pour l'aider à se réacclimater à la vie normale, surtout qu'en plus du reste, son appartement a été cambriolé et presque complètement vidé de son contenu.
Victor comprend vite que Laurent est plus flic que médecin et il le croise souvent dans ses balades nocturnes, leur relation est tantôt cordiale, tantôt tendue. Victor peine a retrouver ses repères, son patron lui envoie Solveig, une journaliste pour l'interviewer sur sa captivité, il choisit de rester dans les banalités, refusant d'entrer dans le détail et surtout dans le ressenti de sa vie d'otage. Alex lui donne un rendez-vous secret, mais Laurent devine sans peine le lieu. Alex est victime d'un accident de circulation un peu bizarre et on ne saura jamais si c'est un accident ou un meurtre, Victor se demande ce qu'il avait de si important à lui dire alors qu'ils ont choisi de ne partager que des banalités durant leur détention.
Lors de l'enterrement, Victor dépose sa rose non sur la sépulture d'Alex, mais sur celle de Léon Sedov (le fils de Trotsky). le geste touche Gaïl la maîtresse d'Alex, très en colère qu'Alex n'ait jamais tenu parole et divorcé comme il le lui avait promis. Par dépit, elle demande à Victor de coucher avec elle et lui offre le carnet d'Alfred Katz, le père d'Alex. Ce journal va du premier janvier au mois de novembre 1938. Ce carnet est au coeur du livre, Victor veut découvrir le secret d'Alfred, il en est obsédé, il devient Alfred par moment. Il erre dans Paris, souvent la nuit, souvent en compagnie de Solveig et suivi à distance par Laurent, à la poursuite d'Alfred.
Que dire de ce roman étrange ? Tout d'abord il est écrit dans une langue belle, riche et poétique, les phrases sont musicales. Il y a ensuite un énorme, immense travail de documentation. La première parution de ce livre date de 1990 et je pense qu'à ce moment il était intéressant. Il a malheureusement très mal vieilli, car le monde a beaucoup changé en un quart de siècle. La thématique principale est le communisme, et surtout les bisbilles entre trotskystes et staliniens. L'année 1938 est présentée en détail à travers Alfred, militant trotskyste et Félix militant stalinien. L'autre thème est Prague et l'histoire de la Tchécoslovaquie, aussi vue au travers de l'histoire du communisme local. Vilar mêle habilement les personnages fictifs et historiques, malheureusement le sujet a vraiment pris la poussière et le lecture de ce gros pavé est vraiment très ennuyeuse si l'on n'est pas un passionné de l'histoire du communisme et de ses tendances. de plus il y a peu d'action, tout au long de cette interminable lecture j'ai attendu quelque chose qui n'est jamais arrivé. Et même la révélation des dernières pages sur le carnet n'est pas un vrai coup de théâtre, il me semble que Victor finit par retrouver Alfred, mais je n'en suis pas sûre et c'est tellement sans importance.
A réserver aux seuls lecteurs désireux de tout savoir sur Trotsky, Staline, le printemps de Prague et la crise des Sudètes, pour les autres à éviter comme la peste. Toutefois, je suis sûre qu'à sa première publication, ce livre valait la peine d'être lu, mais le monde a trop changé pour que son sujet central garde un intérêt pour nous.
Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ArlieRose
  02 avril 2018
Ce bouquin date un peu, mais il traite un sujet qui me touche encore, des journalistes retenus en otage pendant quelques années avant d'être libérés et de rentrer en France. On ne sait pas dans quel pays le personnage principal de ce roman, un photographe, était détenu, mais "l'après retour" est abordé et intéressant.
On croise aussi des représentants célèbres du surréalisme, sur fond de trotskysme, à la fin des années 1930, à travers le journal d'un certain Alfred Katz. Puis on passe par Berlin, Prague, Bucarest, à la fin des années 1980.
Malgré quelques longueurs, ce roman noir ne manque pas d'intérêt, tant sur le plan du suspense que pour l'aspect historique.
Commenter  J’apprécie          50
michdesol
  18 mai 2019
Voilà un livre qui avait tous les atouts pour m'emballer : un livre noir, inscrit dans la réalité historique, avec des personnages engagés, inscrit dans des époques que je connais bien : les années 60, l'avant-guerre, la fin des années 80. Et puis, le livre me tombe des mains au bout de 212 pages – j'ai pourtant insisté ! - rebuté que je suis par ces intrigues qui s'entremêlent, qui piétinent et ces personnages qui ne prennent pas de consistance. Désolé.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LeMonde   15 décembre 2014
De la relecture du prodigieux Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués – initialement publié en 1993 –, où se télescopent les événements de 1989 (la chute du mur de Berlin, la révolution de velours en Tchécoslovaquie) et ceux de 1939 (le triomphe du nazisme, la toute-puissance du stalinisme, le recul des idées révolutionnaires), on sort groggy.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
michdesolmichdesol   18 mai 2019
Je m'appliquais à regarder la télévision, à compulser les journaux. Malgré tous mes efforts de concentration je ne parvenais pas à organiser les titres, les séquences. Des dirigeants mondiaux inquiets des changements d'interlocuteurs se concertaient à Paris, se verraient à Malte bientôt. Un certain Modrow manœuvrait en RDA. Plusieurs centaines de milliers de Berlinois avaient profité du week-end pour faire un petit tour à l'Ouest. Des commentaires insupportables de condescendance moquaient leurs Trabant, leur appétit pour les bananes, leurs sacs en plastique bourrés de mauvais achats, les pauvres petites gens. Il y avait des manifestations à Sofia, à Prague. Plusieurs papiers étaient consacrés à la Roumanie, à l'Albanie, ces retardataires, et à leurs régimes complètement verrouillés. Un total méli-mélo. Le monde avait attendu mon retour pour accélérer furieusement sa course. C'était suspect.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   07 janvier 2015
Je fis plusieurs cabines téléphoniques avant de comprendre que les combinés n'étaient pas déglingués, qu'ils n'acceptaient pas ma monnaie, que ma carte de crédit n'était pas la télécarte que réclamait la fente. Au tabac du coin, la buraliste me prit pour un gentil demeuré. Elle m'expliqua le nouveau fonctionnement des cabines publiques et me vendit la précieuse télécarte, inventée pendant que j'avais eu le dos tourné, pour mettre en échec les pillards et les vandales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PatsalesPatsales   24 août 2018
Tout le monde savait que les Staliniens ne se privaient pas de régler leurs comptes, au front et à l’arrière. Profits et pertes. C’est bien L’énigme: tout le monde sait toujours tout, de tous les crimes. Ça empêche très peu de personnes de consentir.
Commenter  J’apprécie          80
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   20 décembre 2014
A peine quittions-nous la cour de l'hôpital du Val-de-Grâce que les premières gouttes tombèrent. Une belle pluie parisienne, fine, froide, oubliée.
Commenter  J’apprécie          40
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   07 janvier 2015
On s'attache à des details. Il n'y avait plus une seule de ces bonnes vieilles machines à écrire dans cette putain de rédaction. Bradées les Remington mythiques, les Underwood romanesques. Rien que des ordinateurs.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Jean-François Vilar (1) Voir plusAjouter une vidéo

La barricade
indicatif et générique - à 0'35 : archive mai 68 - à 2'28 : définition de la barricade et présentation de l'émission par Blandine MASSON
- à 3'30 : Jean François VILAR, écrivain, explique la symbolique de la barricade de mai 68 et comment elle a été vécue (1'30) - à 5'11 : archive mai 68
- à 5'50 : Jean Claude GARCIAS, qui commence et fait la barricade (0'30) - à 6'22 : archive...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre