AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782264076656
624 pages
Éditeur : 10-18 (18/06/2020)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 11 notes)
Résumé :
1787. L'abbé Grégoire attend l'un des passagers de la diligence de Paris qui file vers l'Est. Au cours du trajet, le fonctionnaire Julius de Mendron est assassiné. Y a-t-il un lien entre ce meurtre et le sujet du concours sur lequel travaille l'abbé, proposé par l'académie de Metz : "Est-il des moyens de rendre les Juifs plus utiles et plus heureux en France ? " Augustin Duroch vétérinaire, chargé de l'enquête, révèle que Mendron se rendait à Verdun pour convaincre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
MarcelineBodier
  08 novembre 2019
L'abbé Grégoire s'en mêle est un polar historique.
J'aime lire des polars : celui-ci est un whodunnit bien mené, avec plusieurs intrigues parallèles qui fournissent toutes une explication cohérente à plusieurs meurtres, et dont une seulement fournira l'explication la plus satisfaisante. Qu'on se doute ou pas du fin mot de l'histoire retenu par l'auteure, on navigue en tout cas agréablement entre les différentes histoires possibles, on découvre petit à petit quelles sont les différentes options : ce livre est vraiment impeccablement construit et très bien écrit.
En revanche, je suis moins lectrice de romans historiques et suis donc mal placée pour en parler. Mais ce livre a reçu le prix Historia 2019 et paraît extrêmement bien documenté sur l'époque qu'il décrit, celle des années qui précèdent la révolution française : une partie des personnages a existé (ils sont listés au début), le contexte politique est celui de l'époque (pour autant que je puisse en juger ; de nombreuses notes précisent les choses, de vraies lettres sont citées...), l'intrigue est donc habilement insérée dans une trame historique convaincante. Mais pour ma part, j'aime que la dimension historique d'un livre ne soit pas juste un décor, mais soit là explicitement pour éclairer notre présent - même si c'est un peu le cas, par défaut, de tout livre historique, d'accord : mieux on connaît notre histoire, et mieux on comprend notre présent.
Je me suis quand même interrogée sur un point, que je peux illustrer d'un exemple. le mystère est bâti autour d'un meurtre par empoisonnement commis dans une diligence, donc en huis-clos. Il y a huit voyageurs, donc sept suspects : whodunnit ? Ces sept personnes sont un « homme d'affaires » (dont on apprend qu'il est marchand d'esclaves, je ne divulgue rien car il est tout de suite décrit ainsi), deux « marchands », leurs deux « femmes », un « abbé », et un « Juif ». Deux « femmes de » ? N'est-ce pas étrange de donner à ces deux personnages une identité uniquement subordonnée à leurs maris qui ont, eux, une identité conférée par leur métier ? Et que dire « du juif » ? N'est-il pas encore plus étrange de définir cet homme par sa religion, mais pas par son métier, à l'instar des autres ? Ah, nous sommes au 18èmesiècle : ceci explique cela. A cette époque, peut-être bien qu'on était « femme de », et qu'on était « le Juif Hourwitz » (qui a du reste existé). Mais comme l'époque historique est uniquement le décor dans lequel évoluent les personnages, cela crée un léger malaise dès qu'on est tenté de lire avec la grille du 21ème siècle (et résister à cette tentation n'est pas évident).
Car malgré tout, on peut voir aussi un côté métaphorique dans le livre. On est à la veille de la révolution française, les Juifs constituent une population minoritaire qui vit dans des ghettos : il n'est pas interdit d'y voir un schéma qui se reproduit à toutes les époques et dont la nôtre ne se prive pas, mutatis mutandis. Mais cela reste à la libre appréciation de l'oeil du lecteur : L'abbé Grégoire s'en mêle n'est en rien un livre militant, mais plutôt un livre de divertissement intelligent qui, je suppose, ressuscite un monde à la fois proche et lointain. Avis aux amateurs, d'autant plus que le personnage de « l'artiste vétérinaire » est un personnage récurrent, enquêteur dans tous les polars de l'auteure !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Scopa
  16 octobre 2020
Au diable la peur du dithyrambe ! Quand on aime une oeuvre on doit en faire sans mesure son éloge.
À cet égard, "L'abbé Grégoire s'en mêle" mérite amplement la propagation de sa notoriété. À celà plusieurs raisons ; D'abord il s'agit d'un excellent "whodunit" parfaitement maîtrisé, non seulement par son intrigue, mais également par le formidable travail de documentation qui est réalisé. La période annonçant  la Révolution française est remarquablement décrite et son cadre Messin offre un éclairage détonant. On peut même y trouver un écho contemporain, lorsque en contrepoint du roman est évoqué la question du "séparatisme" (anachronisme volontaire) du peuple Juif.
Ensuite, Augustin Duroch ainsi que la pléiade de personnages secondaires (et parfois récurrents) sont parfaitement incarnés, par la grâce d'une écriture élégante et soignée qu'insufle Anne Villemin Sicherman. "L'artiste vétérinaire" s'inscrivant dans la lignée d'un Nicolas le Floch du regretté Jean François Parot ou le Louis Fronsac du talentueux et prolifique Jean D'Aillon. 
Enfin, Anne Villemin Sicherman écrit à la manière des peintres qui utilisent la technique du "sfumato", qui exécute une succession de glacis, abolissant ainsi les contours entre une oeuvre romanesque et la toujours nécessaire vulgarisation de notre Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fannyvincent
  08 octobre 2019
J'ai découvert les enquêtes d'Augustin Duroch, artiste vétérinaire de son état, avec ce roman, « L'abbé Grégoire s'en mêle », prix Historia du roman policier historique.
Augustin Duroch, c'est un peu l'équivalent de Nicolas le Floch, mais en Lorraine ! Dans cette aventure, un des passagers de la diligence de Paris est découvert mort à Metz. Qui a pu tuer ce dernier ? Quel est le lien entre ce passager et Calonne, le ministre des Finances déchu de Louis XVI, désormais exilé dans son château d'Hannonville, près de Verdun ?
Bien documentée sur le plan historique, l'intrigue, mêlant personnages fictifs et réels, n'est pas déplaisante. Mais elle aurait certainement gagné en rythme en étant plus condensée. le roman offre toutefois une promenade intéressante dans le Metz de la fin du XVIIIème siècle, quelques temps seulement avant la Révolution, dans des lieux que j'arpente régulièrement et que je verrai dorénavant d'un oeil différent
Commenter  J’apprécie          140
mjaubrycoin
  03 août 2020
Voici le 5ème tome des aventures d'Augustin Duroch, vétérinaire du Siècle des Lumières exerçant dans la bonne ville de Metz.
Auteur phare de la maison d'édition lorraine La Valette, Anne Villemin-Sicherman est bien connue dans la région où elle vit et depuis 2014, elle fait la joie de ses lecteurs locaux avec cette série historico-policière.
Erudition historique et sens de l'intrigue s'allient pour rendre chaque enquête passionnante et instructive. On en apprend effectivement beaucoup sur la vie quotidienne à la fin du 18ème siècle et les problématiques sociales et politiques agitant la société ne sont jamais absentes du cycle des romans.
Dans ce volume centré sur la disgrâce du ministre des finances Calonne qui avait eu l'audace de proposer une répartition des impôts qui n'exonérerait ni la noblesse ni le clergé, c'est aussi le sort de la communauté juive qui est mis en avant.
La société royale des sciences et des arts a fixé comme thème de son concours annuel : est-il des moyens de rendre les juifs plus utiles et plus heureux en France?
Alors que l'abbé Grégoire promis à une célébrité certaine pour ses actions politiques ultérieures, s'apprête à déposer sa copie, son mentor, l'abbé Lamourette qui vient lui prêter son concours, a la malchance d'être témoin d'un meurtre dans la diligence qui le conduit à Metz.
Jules de Mendron fonctionnaire dévoué au ministre déchu Calonne est empoisonné alors qu'il se rendait dans l'Est pour solliciter le retour du proscrit. Cet assassinat aurait-il été dicté par la politique ? Il y avait cependant dans cette diligences d'autres personnages aux motivations très douteuses, deux couples de marchands aux convictions politiques opposées, un homme d'affaire au passé trouble et un intellectuel juif habile au raisonnement talmudique.
Augustin Duroch qui constate le crime va mener l'enquête avec sa détermination habituelle renforcée par la survenance au décès d'un autre passager.
Il pourra compter sur le soutien de la fidèle Eléonore dont les extraits du journal intime cheminent dans chaque ouvrage de la série et contribuent à rendre ce personnage récurrent particulièrement attachant.
Gratifié par le Prix Historia 2019 et publié dans la prestigieuse collection Grands Détectives 10/18, ce roman est promis à une belle prospérité qui permettra peut-être la publication des précédents volumes de la série ce qui serait tout à fait souhaitable pour permettre aux lecteurs de suivre les personnages au fil du temps et de leurs aventures historiques .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Simach
  18 juillet 2020
Ce roman est un vrai régal de lecture pour les amateurs de romans policiers historique, voire de romans historiques en général.
Le premier plaisir du lecteur résulte du fait qu'il est écrit dans une très belle langue, qui, sans verser dans le pastiche, vous replonge par elle-même déjà dans le XVIII° siècle des aventures d'Augustin Duroch, artiste vétérinaire appelé à dénouer des énigmes passionnantes.
Ensuite, les amateurs de suspense sont servis : il est absolument impossible, même pour un lecteur particulièrement perspicace, de deviner la clef de l'énigme avant les toutes dernières pages.
Mais surtout, comment ne pas s'enthousiasmer d'une plongée dans l'histoire qui ne la considère pas comme un simple décor d'une aventure qui aurait pu prendre place n'importe quand, mais vous permet au contraire de vivre réellement, à travers les péripéties de personnages particulièrement bien campés, leur quotidien, leurs préoccupations intellectuelles, leurs passions, et surtout de participer à travers eux à des évènements historiques dont vous aviez certes connaissance, mais sans jusque là avoir vécu l'émotion de ceux qui y ont participé, en ont été les acteurs ou les témoins, voire parfois les victimes.
Une pépite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ScopaScopa   12 octobre 2020
Du fait qu'ils ne s'étaient vus que quelques fois, la rareté entretenait la flamme de Chapier.
Commenter  J’apprécie          30
fannyvincentfannyvincent   03 octobre 2019
- Ce remaniement et la chute de Breteuil seraient donc la source de ce flot d'amertume, de cette haine contre vous répandue dans tout le pays ?
Commenter  J’apprécie          40
fannyvincentfannyvincent   11 septembre 2019
- Monsieur, nous sommes à Metz ! Nous passons le pont des Morts !
Commenter  J’apprécie          50

Video de Anne Villemin-Sicherman (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Villemin-Sicherman
Anne Villemin-Sicherman, invitée de France Bleu Lorraine pour son livre "L'argent des Farines"
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2075 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre