AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203120770
Éditeur : Casterman (01/06/2016)

Note moyenne : 3.61/5 (sur 102 notes)
Résumé :
"Fleur vérifia sur son téléphone : son père ne lui avait laissé aucun message. C’était curieux, ces trois appels successifs. Pourtant, elle décida de faire la morte.
La morte… Une étrange façon de parler, à bien y réfléchir. Et glaçante, quand on l’associait aux coups de fil du commissaire Markowicz. Son père. Pour qui le pire était toujours sûr."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (66) Voir plus Ajouter une critique
Krout
  16 mai 2016
En une phrase p.15 "Le sévice est compris" le commissaire Markowicz m'avait déjà hérissé le poil et je sentais une violence irrépressible monter en moi. La goule n'était pas encore apparue que j'en étais déjà là. Pas possible un jeu de mots aussi pourri ! J'ai pensé tout un temps que ma critique allait se résumer à cette citation p.24 "Malhabile, désordonné, amateur." ; aucun auteur de policier ne peut ignorer ce superbe adage : tout ce que vous pouvez dire, pourra être retourné contre vous. Il devrait être d'autant plus prudent car comment être sûr d'influencer favorablement le juge suprême qu'est le lecteur ? Et quand je vois deux phrases plus loin "A quoi joue-t-on Léon ?" je suis déjà en train de raturer mentalement et de la transformer en quand est-ce qu'on mange chez Léon? Au lieu de cela p.25 "Bosco décréta donc intérieurement la pause. Il sorti de la poche de sa blouse un des club-sandwichs triangulaire, sous cellophane..." J'avais définitivement l'appétit coupé. C'est sûr il n'y aura pas de prochaine fois pour moi !
Dans un accés de folle violence, j'avais donc envie de tout dézinguer. Erreur comme le prouve le cas de l'officière Jobert qui pour l'avoir fait est aussitôt dégommée (dans un roman c'est facile et commode) (c'est énervant les parenthèses pour expliquer, non ? Mais c'est commode et puis ça meuble vous comprenez. Arrg...horreur !!!!) et surnommée "Diane de moitié" par le lieutenant Jimmi Hendrickx. A coté de ces flics tous inadaptés sociaux et donc une brigade tellement peu crédible, il y a heureusement Adélaïde. Petite et adorable chipie de 10 ans. Coach de vie de Fleur sa grande soeur de 17 ans dans sa tentative de flirt avec Antonin adroit fildefériste mais tellement empêtré devant une fille. Frissons, suspence, danger : la chute risque d'être terrible si jamais Fleur venait assister à une représentation en bord de la piste aux étoiles ! LOL. Heureusement Adélaïde qui a hérité du flair de son papa le commissaire veille au grain. Sans aucun doute c'est elle la plus futée.
Alors je souris, je me détends, j'ai tout compris, je pardonne tout, même les références littéraires qui n'apportent rien et même la goule pas assez décrite, pas assez inquiétante, pas assez diabolique... J'arrête parce que, si à aucun moment je n'ai vraiment ressenti le souffle roque, pestilentiel et glacial de l'animal, j'entends déjà l'auteur me hurler sa chanson : Quoi, ma goule ! Qu'est-ce qu'elle a, ma goule ! Et là oui j'en peux plus. J'ai tout compris, je ne suis pas la cible (donc je ne risque rien, c'est pourquoi même pas peur!!!!^^), je ne suis pas le coeur de cible de ce roman entre policier-thriller-fantastique-jeunesse qui se lit très (pour moi trop) facilement. Cette saga trouvera sûrement son public, mais ce ne sera pas moi pour les raisons ténébreuses invoquées. Je fais du reste les incantations nécessaires pour que cette critique ne gâche en rien le plaisir des futures lectrices et futurs lecteurs.
Ne m'en veuillez pas trop, c'est que je suis parfois aussi renfrogné et peu aimable que ce commissaire Markowicz. Mais bien élevé. Donc je remercie sincérement Babélio et les éditions Casterman. Et je profite de l'occasion pour remercier ces dernières pour Tintin qui a illuminé ma jeunesse et qui l'on s'en souvient pouvait se lire de 7 à 77ans ! ;-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3311
DoVerdorie
  17 juillet 2017
À cause d'une fin à laquelle je ne m'attendais pas, j'ai terminé ce livre avec la même question qui m'a trotté par la tête dès les premiers chapitres aux descriptions plutôt sanglantes et une écriture somme toute assez mordante : "Est-ce bien un livre pour ados ?"
Un polar noir mâtiné de fantastique, mettant en scène une unité criminelle chassant des "monstres" avides de chair humaine. Une brigade composée d'éclopés par la vie et subtilement mis sur la touche par leur hiérarchie. Une équipe qui, si elle ne m'a complètement convaincue au départ, a su par la suite trouver tout mon attachement et ma sympathie. (Ce qui laisse supposer que je lirai le deuxième tome ? Oh que oui !)
Les courts chapitres dans cette histoire (à l'intrigue "classique") de châtiment s'enchaînent de manière prenante et je n'ai pas boudé non plus les petites touches d'humour que l'auteur a su distiller au fil des pages.
Un premier tome surprenant et réjouissant... pour ados et (!) adultes.
Commenter  J’apprécie          342
Ydamelc
  17 mai 2016
Dans ce premier tome, le commissaire Markowicz est au centre de l'enquête.
Un crime odieux a été commis et tout porte à croire que quelqu'un lui en veut personnellement.
Sa fille ainée est en danger !
Il va tenter de faire toute la lumière sur cette affaire, avec son équipe.
Malgré la tension, les menaces perpétrées sur sa famille et les différends avec son ex-femme.
Cette première enquête de la brigade de l'ombre est une belle réussite.
Le suspense est présent sans être oppressant.
L'intrigue est bien menée.
Un peu de fantastique, d'humour, de surnoms surprenants, de jolies tournures de phrases qui en dévoilent beaucoup sans en dire trop et de noirceur, pour aiguiser la curiosité du jeune lecteur.
Les crimes, l'enquête, les scènes de vie sont décrits avec sobriété et sont accessibles à tous.
Mon avis de maman conseillerait ce roman policier à des enfants à partir de 10 - 12 ans. Comme une initiation au genre.
Je suis curieuse de connaitre la suite des aventures de cette belle équipe pas franchement singulière.
J'imagine que nous apprendrons à mieux la connaitre au fur et à mesure des enquêtes qui lui seront confiées dans le futur et que leurs mystères nous seront dévoilés...
Peut-être que l'accent sera mis sur un autre membre la prochaine fois ?
Je remercie les éditions Casterman et Babelio qui m'ont permis de découvrir ce livre avant sa sortie nationale (début juin) et ainsi avoir eu le bonheur de le faire dédicacer par son très sympathique auteur au salon Etonnants voyageurs, à St Malô.
Vincent Villeminot, j'ai vraiment apprécié notre échange lors de cette rencontre et en garderait un merveilleux souvenir. Merci !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
cilijoya
  14 mai 2016
Tout d'abord, merci aux éditions Casterman et à Babelio pour cet ouvrage reçu dans le cadre de masse critique. J'avais trouvé le projet U4 tellement original et tellement réussi que j'étais curieuse de savoir ce que Vincent Villeminot allait écrire par la suite.
Dans La brigade de l'ombre tome 1 : la prochaine fois ce sera toi, on plonge tout d'abord dans un monde très semblable au notre, qui se dévoile petit à petit comme étant en fait très particulier. On y rencontre Markowiicz, commissaire torturé et tortueux d'une brigade à la crim'...une brigade elle aussi toute particulière ! C'est là le gros point fort du roman, les personnages de cette équipe, tous plus dissemblables les uns des autres, tous attachants. Markowicz en tête ! Il souffre continuellement à une jambe suite à un accident et se noit un peu dans l'alcool, il a une vie de famille compliquée avec son ex-femme et ses deux filles, Fleur et Adelaïde. Et puis il y a Bosco le pygmé, Jimi le mystérieux, Anna Willa...cette bande, aussi bancale qu'attachante doit faire face chaque jour aux attaques de goules qui sévissent partout. Un jour, ils sont amenés à intervenir sur une scène de crime qui paraît ne pas en être une, est-ce un attaque de goules ou un meurtre ? Quand le meurtrier finit par faire surface et laisse entendre que sa prochaine victime pourrait être Fleur, la fille aînée de Markowicz...Dès lors tout s'enchaîne.
Ce roman est une demi-déception pour moi. Je m'explique, j'ai adoré les personnages, leur construction est parfaite et on s'y attache énormément mais...je me suis un peu ennuyée je l'avoue. J'ai trouvé l'intrigue un peu cousue de fil blanc, à aucun moment je n'ai été surprise. L'écriture de Vincent Villeminot est toujours aussi agréable à lire mais par moment j'ai trouvé que ça manquait de rythme. Je crois que j'étais restée sur une impression très forte d'U4 et que peut-être, mes attentes étaient trop grandes. ça reste quand même selon moi un bon thriller fantastique dans lequel j'aurais aimé voir un tout petit peu plus de surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LesMotsPourRever
  08 juin 2016
Le commissaire Léon Markowicz est responsable d'une équipe de flics appelée « La brigade de l'ombre », un groupuscule qui n'existerait même pas si les pontes n'avaient pas un respect certain pour Markowicz et pour tout ce qu'il a accompli au fil de sa carrière. Quand la résolution d'une enquête l'a laissé usé et boiteux à jamais, ils ont préféré lui assigner une brigade spéciale plutôt que de l'envoyer à la retraite, chose qui l'aurait probablement conduit tout droit à la dépression. Cette brigade est un peu particulière et les flics qui la composent ne sont pas vraiment flics. C'est ce que découvre le capitaine Jobert lorsque, après une faute grave, elle se voit muter dans la brigade Markowicz où elle va devoir faire ses preuves et démontrer qu'elle a toujours ce qu'il faut pour faire partie de la police. Pour sa première enquête avec ses nouveaux collègues, elle va devoir découvrir qui ou quoi a tué Valentine Manant avant de l'amputer des deux bras post mortem. L'affaire se complique lorsque le meurtre ne semble pas avoir été commis par un être humain mais par une Goule, une de ces dangereuses créatures qui hantent les rues de la France et dont personne ne peut expliquer l'existence.
Tout d'abord, je remercie Babelio et Masse critique pour ce partenariat. La prochaine fois ce sera toi n'est pas vraiment mon type de lecture habituelle. J'aime les romans policiers mais seulement lorsqu'ils se déroulent fin XIXème –début XXème. Et pas quand ils se passent en France (oui je sais, ce sont des critères plutôt restrictif mais je n'y peux rien). Mais étrangement Vincent Villeminot (que je ne connaissais pas parce que j'ai fait un énorme rejet concernant U4) est parvenu à m'accrocher avec ce récit et pourtant ce n'était pas gagné !
J'ai eu un peu de mal à vraiment rentrer dans l'histoire. Beaucoup de personnages d'un coup, beaucoup de descriptions sans pour autant être réellement clair. Sans oublier ces noms et ces surnoms qui se mêlent, m'embrouillant encore d'avantage dans ce balai de personnages relativement nombreux. Il m'a fallu un moment avant de vraiment assimiler quel surnom correspondait à quel personnage (encore plus compliqué quand une même personne à plusieurs surnoms …) et quel était le grade/la fonction de chacun. Sans compter cette histoire de goule à laquelle je n'avais tout bonnement rien compris au premier abord. S'agissait-il d'un nom de code ? D'une mauvaise blague ? Non, tout simplement d'une vraie goule, griffes et dents pointues comprises. Appelez-moi stupid mais je n'avais tout simplement pas réalisé que La prochaine fois ce sera toi n'était pas seulement un polar. le côté fantastique s'arrêtera là (et peut-être ne peut-on même pas réellement parler de fantastique puisque ça ne m'étonnerait même pas que les scientifiques (dans cette histoire) finissent par trouver une raison logique et crédible à l'apparition de ces créatures) et finalement c'est peut-être le plus perturbant. Qu'il existe des créatures dans notre monde dont nous ignorons l'existence, je veux bien. Mais qu'il n'y ait qu'une seule « race » ? Étrange. Mais après tout pourquoi pas ? Et puis qui sait, les tomes suivant nous apporteront peut-être leur lot de nouvelles créatures. Dommage cependant que cette fameuse goule ne soit pas suffisamment décrite parce qu'au final ce flou la rend peut inquiétante et pas aussi diabolique qu'elle aurait pu l'être.
Pas mal de personnages donc, comme je le disais. Les membres de la brigade semblent être tous des inadaptés sociaux mais d'une matière plutôt étrange et inattendue, ça les rend attachant. Certains sont malheureusement vite relégués dans un coin (je pense notamment à Anna et à Gilberte) sous prétexte d'avoir d'autres tâches ailleurs. Je peux comprendre, surtout que chacun a son rôle spécifique dans l'équipe, mais je trouve dommage qu'on les aperçoive si peu. Même Markowicz, que j'avais d'abord identifié comme le personnage principal, cède rapidement sa place à Jobert. C'est un choix plutôt étrange étant donné que le meurtre commis en début d'histoire est plus ou moins relié à lui, et en même temps il fallait bien cette enquête pour que Jobert trouve parfaitement sa place dans l'équipe. J'espère vraiment que les autres personnages apparaitront plus dans les tomes suivants et qu'on aura droit à un peu plus d'introspection de la part de Markowicz. J'aime l'idée de ce père qui ne sait pas comment protéger sa famille des horreurs qu'il a croisé au cours de sa carrière et qui n'a trouvé de meilleure solution que des les faire déménager à des kilomètres de son boulot. Un peu cassé, pas mal alcoolique, vaguement mélancolique, un poil cynique. Markowicz est incontestablement un personnage qui me plaît. Un peu comme sa fille cadette, Adélaïde, qui à dix ans seulement parle comme une académicienne, observe le monde d'un regard froid et clinique, et qui est bien plus intelligente que sa grande soeur Fleur, une ado de seize ans qui ne semble vivre que pour trouver l'amour. Autant j'aime Adélaïde, autant Fleur n'a cessé de me faire lever les yeux au ciel devant tant de bêtise et de simplicité d'esprit (ça doit être ce qu'on appelle l'âge bête).
Côté scénario, je regrette qu'il n'y ait pas vraiment d'action. le plan de Markowicz consiste à faire surveiller l'hypothétique future victime de la goule, donc nos protagonistes passent bien plus de temps en planque qu'à réellement chercher qui se cache derrière cette créature. Dommage également qu'il n'y ait pas de pistes ni de liste de potentiels suspects afin que le lecteur puisse mener parallèlement sa propre enquête (si l'on peut dire). J'ai été déçue de ne pas pouvoir faire mes propres hypothèses, faute d'éléments de preuve récoltés au fil de ma lecture. Pas de réelle surprise lorsqu'on apprend l'identité du meurtrier puisqu'on avait jamais entendu parler de ce personnage jusque là. Ce manque d'action fait qu'il n'y a pas de réel suspense, pas de sueur froide, pas de grande inquiétude quant au final de cette enquête. Là où l'auteur m'a surprise néanmoins, c'est dans cet ultime rebondissement, lorsqu'on (la brigade comme moi-même) croyait le meurtrier en fuite et l'affaire close. Je ne m'attendais pas à ce dernier meurtre et certainement pas concernant ce personnage là.
Je ne sais pas vraiment où classer ce livre. L'intrigue sera parfaitement compréhensible pour des adolescents (et sans doute un peu simple pour des adultes) mais le vocabulaire employé risque de les faire tiquer ici et là. le scénario est finalement assez simple et les goules ne sont, à mon sens, pas assez exploitées. Et pourtant je ne peux pas m'empêcher de penser que La prochaine fois ce sera toi a été une bonne lecture. Une fois vraiment rentrée dans l'histoire j'ai suivi cette brigade atypique avec plaisir, sans me poser de question, et surtout sans éprouver l'envie de sauter quelques pages pour en finir au plus vite. Cette série, à mon sens, a un certain potentiel. J'aime à voir ce premier tome presque comme un prologue conçu pour nous faire comprendre le rôle de cette brigade un peu spéciale. J'espère que l'auteur exploitera encore plus le potentiel des goules et surtout que les prémisses de cette nouvelle relation entre Markowicz et ses filles ne seront pas discrètement balayés sous le tapis au profit de la prochaine intrigue.
Lien : http://lesmotspourrever.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
YdamelcYdamelc   15 mai 2016
Il se souvenait comme elle l'avait regardé. Comme elle était belle, dans la nuit, et cette nuisette si blanche, si courte, qui voilait mystérieusement et dévoilait merveilleusement.
Commenter  J’apprécie          290
CielvariableCielvariable   07 avril 2018
Régulièrement, il sortait son cahier à spirale et petits carreaux pour y noter ses observations et ses questions. Émaillant ses constatations, on pouvait y lire ce jour-là les mots :

« Mise en scène. »

« Malhabile, désordonné, amateur. »

Soit. Il était temps d’arrêter de faire semblant. Il releva la tête et posa la question qui le taraudait depuis près d’une heure :

— À quoi joue-t-on, Léon ? Pourquoi la Brigade prend-elle ce dossier ?

Le Patron n’eut pas l’air surpris mais ne lui expliqua rien. Il étrécit simplement les paupières, ce qui était sa façon préférée de ne pas répondre.

— Vous savez comme moi que cette scène de crime n’en est pas une, ajouta Bosco.

— Oui, répondit cette fois le commissaire.

— La fille a été déposée là après coup, cela saute aux yeux. Les projections de sang sont, d’évidence, une mise en scène. Par ailleurs, les bras de la victime ont été sciés minutieusement.

Léon Markowicz approuva du menton.

— Puisque nous sommes d’accord, que faisons-nous ici ? insista Bosco.

— Le tueur a imité les sévices infligés par une goule, répondit son supérieur, de la voix lointaine qu’il avait quand il méditait. Maladroitement, mais délibérément. Et pour être certain que nous viendrions, il a déposé le cadavre à deux pas de chez nous. Cette fille a donc été tuée par quelqu’un qui souhaitait que nous nous rendions sur les lieux… Peut-être même est-elle morte dans ce seul but.

Ce n’était pas certain. C’était une théorie, probable. Bosco la nota dans son cahier à spirale, en la formulant ainsi :

« La proximité géographique indique-t-elle que la mise en scène du crime est destinée à la Brigade et/ou à certains de ses membres ? »

— Vous en déduisez quoi, Léon ?

— Je ne sais pas…

Le Patron avait répondu rêveusement.

— Il aurait pu arracher les deux bras, mais les a sciés en se doutant que nous le repérerions immédiatement, poursuivit-il. Comme s’il nous prévenait du simulacre, tout en nous attirant. Je voudrais savoir qui cherche à nous avertir, de quoi, et pourquoi…

Bosco nota trois nouvelles questions :

« Le tueur nous avertit-il ?

Nous provoque-t-il ?

Nous menace-t-il ? »

On ne pouvait pas le déduire à la vue de la scène de crime. On ne pourrait rien déduire de plus… Bosco décréta donc intérieurement la pause. Il sortit de la poche de sa blouse un des club-sandwichs triangulaires, sous cellophane, dont il avait toujours un ou deux exemplaires, et dont la consommation indiquait qu’il avait fini de travailler. C’était un thon-mayonnaise, son préféré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
YdamelcYdamelc   17 mai 2016
Elle avait éprouvé quelques secondes cette idée de n'être que biologie, un corps intègre, composé d'organes vivants, de muscles intacts, d'un réseau de sang, protégé par un épiderme dérisoire, et qui allait être mis en pièces, dispersé - le sentiment brutal, poignant d'être vivant qu'expérimentent avec une intensité inconnue ceux qui s'apprêtent à mourir.
Commenter  J’apprécie          120
CielvariableCielvariable   07 avril 2018
Le visage qu’il promenait à près de deux mètres du sol était ovale mais prognathe, les yeux profondément enfoncés dans un faisceau de rides sous une barre de sourcils broussailleux, les cheveux épais, sombres mais blanchis déjà. Il était difficile de lui donner un âge. La cinquantaine ? Le cou semblait celui d’un taureau. L’âge ou les désillusions ridaient le front haut, labouré et tourmenté. Les mains – l’une serrait la canne anglaise et l’autre, la droite, tirait présentement sur la clope tordue – étaient larges et courtes (rapportées au reste de la carcasse), comme celles d’un étrangleur assermenté. Tout indiquait l’homme d’action porté sur les explosions de violence, les alcools tristes et les combats d’arrière-garde. Mais si Morteau avait été un observateur plus fin et mieux rompu à l’étude des êtres et des âmes sous leurs apparences (s’il avait été un inspecteur plutôt qu’un simple gardien de la paix, par exemple), il aurait reconnu quelque chose de méditatif, également, dans le front ombrageux ; et dans les yeux indéfinissables, couleur d’huître fraîche, une aristocratie assez romanesque.

Le quasi-nain en blouse, sensiblement du même âge mais étroit, gracile, et plus mélancolique que ténébreux, trottait quatre pas derrière, comme le font les âmes damnées, les éminences grises – et également les types qui n’arrivent pas à marcher assez vite pour suivre. Ce qui n’était pas le cas, en l’occurrence. Sa peau d’un noir presque violet, fripée sur le visage et les mains, luisait sur le sommet lisse du crâne. Il arborait dans la poche de poitrine une rangée de stylos Bic, de quatre couleurs, en guise de décorations. Il suait à grosses gouttes et roulait des yeux inquiets, très blancs dans sa face bistre, derrière ses lunettes cerclées de métal. Peut-être parce qu’il craignait d’être ridicule ; ce qu’il était, en la circonstance.

Morteau les regarda passer devant lui, bouche bée, et tout à son saisissement, il oublia de leur demander leurs cartes. Mais s’ils avaient pu franchir les rubalises jaunes de la police, c’était qu’ils avaient à faire sur le lieu du massacre.

Flics ? Experts ? Envoyés du procureur ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   07 avril 2018
Ce mardi 22 juin, Anne-Cécile Arthal (dite « Anne-Cé ») arriva beaucoup plus tôt que d’habitude au cabinet de psychologue où elle exerçait son art depuis dix ans.

La veille, sa dernière consultation s’était prolongée tard dans la soirée, elle n’avait pas eu le temps de classer ses dossiers et entendait le faire avant le premier rendez-vous du jour. Elle gara donc son scooter dans la rue Le Bris, encore exceptionnellement déserte. Ce fut pour cette raison, sans doute, qu’elle tomba la première sur sa voisine, Roselyne Michel, en pleurs sur le trottoir.

Devant la grille de son pavillon, la vieille dame était secouée de spasmes, entre lesquels elle geignait, doucement, comme un animal blessé.

Anne-Cé s’approcha, vit qu’elle pataugeait dans une flaque de sang.

Dissimulés jusque-là par une voiture en stationnement, deux chiens courtauds, blancs et soyeux mais souillés d’écarlate, gisaient dans le caniveau. Ken et Barbie. Un mâle et une femelle de l’espèce bichon maltais. Réduits en charpie et aussi morts que possible.

Ken et Barbie étaient des célébrités dans la rue Le Bris où travaillait Anne-Cé, et les deux raisons de vivre de Mme Michel – ses motifs d’adoration, ses sujets exclusifs de conversation, et la pomme de discorde qui opposait l’acariâtre retraitée à l’ensemble de ses voisins. En dépit des plaintes régulières du quartier, elle les laissait aboyer dans son jardinet pendant toute la journée (et pendant la nuit si le cœur leur en disait) ; elle les laissait chier sur l’intégralité des trottoirs de la rue, et menacer l’équilibre de quiconque s’y risquait. Tout le voisinage en était venu à souhaiter aux deux clebs une mort spectaculaire et douloureuse, mais en général, il y a loin de la pensée (ou du souhait) aux actes.

Or, cette nuit, quelqu’un avait dépecé les bichons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Vincent Villeminot (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Villeminot
Vincent Villeminot nous parle de son roman Les Pluies, de ce qui l'a inspiré pour écrire ce roman d'aventures !
autres livres classés : gouleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

que savez vous sur instinct

Quel es le personnage principal ?

Timothy
Tom
John
Tintin

7 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Instinct, tome 1 de Vincent VilleminotCréer un quiz sur ce livre
.. ..