AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Réseau(x), tome 1 (155)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Dex
  22 septembre 2013
Je ne connaissais l'auteur que pour sa trilogie Instinct, j'ai toujours voulu la lire sans jamais passer le pas. Quand j'ai reçu Réseau(x), j'étais très contente de pouvoir enfin découvrir la plume de Vincent Villeminot. Et ce fut une très belle découverte, qui n'est pas passé loin du coup de coeur.

Le principal défaut que j'ai pu relever est l'agencement du récit. Les chapitres sont divisés en sous partie. Chaque sous partie suit un personnage différent. J'ai plus l'habitude d'avoir des chapitres réservés à un seul personnage.Je trouve que cette structuration du récit embrouillait le lecteur, on était souvent perdu vu le nombre de personnages.

Le principal point fort c'est l'intrigue. Complots, machinations, tromperies gravitent autour des personnages. J'ai été happée par cette ambiance oppressante, qui ne laisse pas la place aux déductions. D'autre part, l'action est présente tout au long du récit, ce qui n'est pas négligeable pour un premier tome. L'enchaînement des actions instille une cadence rythmée au récit. On ne s'ennuie pas avec Réseau(x).

Une très belle découverte qui demande un temps d'adaptation lorsque l'on commence sa lecture, un univers futuriste complexe parsemé de mots issues du monde des geeks.
Lien : http://pluiedelivres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leslecturesdeVal
  18 septembre 2013
J'ai commencé à lire ce livre avec un réel engouement, j'avais entendu parler de ce livre sur la page facebook de lire en live et j'avais découvert la couverture qui m'avait tout de suite très attirée, la quatrième de couverture elle aussi laissait présager une histoire atypique et forte intéressante. Moi amatrice de thrillers et de lectures jeunesse, je me suis tout de suite dit " cool je vais enfin découvrir un thriller dans un contexte nouveau avec pour fond les réseaux sociaux très en voguent actuellement dans notre société". Mais voilà il y a un mais, j'ai pas du tout accrochée avec cette histoire qui certes est très originale et très bien écrite mais je me suis ennuyée du début de ma lecture à la fin et je peux vous dire que plus de 400 pages à lire quand l'histoire vous dépasse et bien c'est vraiment très très long et limite fastidieux.



Coté écriture: Même si l'écriture de ce livre est très bien construite, le choix de la narration à la troisième personne et les découpes des chapitres sont forts pesants et beaucoup trop complexes car dans le même chapitre nous suivons sur différentes heures de la même journée des actes concernant les différents personnages qui souvent malheureusement n'ont rien à voir entre eux donc pour bien comprendre il faut vraiment s'accrocher car dans ce roman, il y a bien sure l'intrigue principale mais aussi beaucoup de petites intrigues qui alourdissent à mon avis beaucoup trop l'histoire principale et qui m'ont laissée assez souvent désorientée.

En conclusion: Ce livre qui est destiné à la base pour un lectorat jeunesse me parait relativement complexe pour un public d'adolescents et part son écriture, qui je le rappelle tout de même est très bien construite et dont l'auteur a du faire je pense, de nombreuses recherches pour nous emmener dans cet univers vraiment atypique que sont les réseaux sociaux et les débordements causés par ce phénomène des plus récents mais aussi par l'univers des jeux vidéos qui intéresseront les plus jeunes d'entre nous je le conçois, que part le contenu que j'ai trouvé qu'en même beaucoup trop violent (même si on habite pas au pays des bisounours) il faut bien l'avouer qu'il y a beaucoup de descriptions de scènes mortuaires qui m'ont dérangée. Vous l'aurez compris si vous avez lu ma chronique en intégralité ce roman m'a vraiment déçue mais ce n'est bien sure qu'un avis personnel, je ne suis pas là pour descendre ce livre qui je sais plaira à bon nombre d'entre vous mais qui à moi, ne m'a pas apporté ce que j'en attendais.
Vous allez me dire que je suis dure avec la note de 4/10 mais j'ai terminé ce livre car j'abandonne que très rarement un livre en cours de lecture par respect pour l'auteur et son travail mais là j'ai vraiment eu beaucoup de mal à terminer cette lecture qui m'a paru très fastidieuse, j'ai mis 5 jours à le lire ce qui est pour moi énorme.


Lien : http://aupaysdelire.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
alittlematterwhatever
  14 septembre 2013
Lire un bon thriller pendant ses vacances, ça ne se refuse pas, même s'il est souvent difficile de le lâcher. Réseau(x) de Vincent Villeminot n'échappe pas à la règle !

Facebook a laissé place à un nouveau réseau social à la mode : DKB, le DreamKatcherBook. On y partage son quotidien et plus encore. La particularité du DKB tient à sa partie nocturne car sur MyDarkPlaces, on y publie ses rêves, qu'ils soient bons ou mauvais.
Parmi ces « Dreamer », Sixtine, une adolescente d'à peine quinze ans, extériorise ses rêves, souvent prémonitoire, sur sa page.

Toujours sur la toile, Cèsar Diaz, alias Nada#1, a inventé les PIFR (Play It For Real), des reconstitutions dans la réalité de scènes de jeux vidéo, dans lesquelles s'invitent des milliers de joueurs, effaçant ainsi la barrière entre le réel et le virtuel. Mais la police ne voit pas d'un très bon oeil ces actes anarchistes. La guerre est déclenchée sur le Web mais également dans la vraie vie…

Roman complexe et abouti, Réseau(x) est un ovni littéraire qui ne vous laissera pas indifférent. Dès les premières pages, on sent que Vincent Villeminot maîtrise à la perfection son sujet et il nous l'explique de façon tellement réaliste que j'en suis venu à croire en l'existence du DKB. Et si au début, j'ai eu du mal à me faire à tous ces termes techniques, je me suis vite approprié ce nouveau réseau social. Je trouvais déjà que Facebook et Twitter allaient loin dans le voyeurisme, l'auteur frappe encore plus fort : les adolescents partagent désormais leurs rêves les plus intimes. le DKB m'a fasciné autant qu'il m'a choqué, par son caractère malsain. Et si j'ai aimé tout cet aspect sur les rêves, j'avoue avoir préféré les passages avec Cèsar. Il faut dire que le personnage en lui-même est fascinant : à travers lui, l'auteur dépeint la schizophrénie que l'on peut ressentir quand on joue à être quelqu'un d'autre sur la toile. La frontière entre réalité et fantasme est très faible : l'auteur l'exprime d'une manière qui peut paraître extrême mais qui, au final, reste plausible : qui est-on vraiment ? Celui que l'on prétend être dans la vie quotidienne ou celui qui nous représente virtuellement ?

Réseau(x) est le premier roman de Vincent Villeminot que je lis et j'ai beaucoup aimé son style. Certaines phrases sont courtes, d'autres longues : un rythme mélodique, semblable à un bon vieux morceau de rock. J'avais l'impression de lire en écoutant une chanson d'Aerosmith. D'ailleurs, je m'incline devant la playlist qui accompagne le livre : Saez, AC/DC, Metallica, Nirvana, Marilyn Manson, que du beau monde !

Pour conclure, après un démarrage un peu difficile, Réseau(x) est un roman qui mérite que l'on s'accroche. Premier tome prometteur, il me tarde de découvrir la suite. Une chose est sûre, quand vous l'aurez terminé, vous ne verrez plus les réseaux sociaux de la même façon ! Un thriller à découvrir dès le 12 septembre !
Lien : http://alittlematterwhatever..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ddreambookine
  10 septembre 2013
Avant toute chose, je voudrais remercier les Éditions Nathan qui m'ont permis de lire l'épreuve non corrigée de leur prochaine publication dans le cadre du recrutement de nouveaux chroniqueurs. Je dois avouer que je ne sais pas si j'aurais acheté ce livre de moi-même alors qu'au final, j'ai apprécié ma lecture malgré un début chaotique.

Pour une fois, je ne vous ferais pas de résumé personnel et vous laisse avec celui de l'auteur. L'histoire est trop complexe et se mêle à tout un tas de personnages qui font que je serais tout bonnement incapable de vous en faire un qui soit compréhensible sans avoir lu le livre. de plus, ce récit nous donne tout un tas de termes techniques que je préfère vous laisser découvrir lors de votre lecture.

Durant les 100 premières pages, ce livre m'a laissé totalement de marbre, je n'arrivais pas à entrer dans l'histoire ni à la comprendre. Et pour cause, l'auteur nous lâche, chapitre après chapitre, au beau milieu d'une intrigue que je n'arrivais pas à saisir et de tout un tas de personnages que je confondais. J'ai déjà du mal à retenir des prénoms dans la vie de tous les jours mais alors là, catastrophe ! Sixie, Mathilde, César, Alice, Jeremy, Maud, Antonio, Justine, Fanelli, Théo, Francesca, Vittorio, … Ajoutez à ça le DKB, MDP, T&P, PIFR ; et me voilà complètement dans le coaltar ^^

Mais par la suite, et avec une petite fiche à porter de mains pour relier tout ce beau monde, j'ai été transporté dans ce tourbillon d'action et ma lecture fut quand même très agréable ! de plus, le fait d'avoir le point de vue de tout le monde, qu'ils fassent partie de la police ou des terroristes, nous permet d'avoir une petite longueur d'avance sans pour autant nous couper l'effet de surprise. Écrit à la troisième personne, les émotions sont nettement moins véhiculées à mon gout, mais la tension reste palpable tout du long.

Le personnage central, Sixie, est "l'enjeu" de toute cette histoire et pourtant, ce n'est pas à elle que je me suis attachée. Je l'ai senti torturée et blessée mais je n'ai pas réussi à totalement accrocher à son personnage … Mon coeur balance plus pour Théo, qui se retrouve impliqué dans cette histoire alors qu'il le l'aurait jamais souhaité. Ou pour Justine et son père, l'inspecteur Fanelli. Mais c'est surtout César Diaz qui a attiré mon attention ! Même si je ne sais toujours pas quoi penser exactement de ce schizophrène, il est à la fois incroyablement intéressant, fascinant et angoissant.

Vincent Villeminot a un style d'écriture recherché ainsi qu'un mode de narration très dynamique qui nous tient en haleine jusqu'au bout. E-mail, rêve, rapport de police, tchat privé, … Toutes ses formes de communication font partie intégrante de l'originalité de ce récit auquel je suis devenue accro. Il a, finalement, réussi à m'emporter dans son histoire alors que ce n'était pas gagné du tout.

Pour conclure, je dirais que Réseau(x) est un thriller qui ne vous laissera pas insensible et restera toujours dans un coin de votre tête. Si vous avez envie de lire ce livre, n'hésitez pas à vous accrocher à ce début difficile afin de ne pas louper ce premier tome très prometteur. Il est, certes, déroutant et vous plongera dans une intrigue donc vous ne saisirez peut-être pas le sens mais il le mérite ! Et j'ai hâte de lire la suite !
Lien : http://ddreambookine.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire-une-passion
  09 septembre 2013
Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Nathan pour la confiance et l'envoi de ce livre.

Étant donné que depuis un court moment, je me suis mise aux thrillers, j'étais heureuse d'apprendre que je recevrais les épreuves non corrigées de « réseau(x) » de Vincent Villeminot. Bien que les avis dessus furent mitigés avec un début positif, je partais assez confiante dans ma lecture. Et je confirme : les cent premières pages sont difficiles à comprendre, dans le sens où l'auteur nous lâche tous ses personnages d'un chapitre à l'autre sans vraiment comprendre où nous mène l'intrigue principale. Pour ceux qui souhaitent lire ce livre, je n'ai qu'un conseil : accrochez-vous aux premières pages, car ensuite, l'action découle toute seule et la lecture est très agréable !

L'intrigue principale du roman est les réseaux sociaux. Mais pas n'importe lesquels. Ici, il en existe un où tout le monde est surveillé, épié, et tout le monde croit connaître tout le monde. Sur ce réseau-ci, Sixtie, une jeune fille de 15 ans, y entrepose ses rêves et ses cauchemars. Elle croit être dotée d'une sorte de don permettant de savoir, ici en l'occurrence de rêver, à l'avance ce qui va se passer. Elle rêve d'un suicide. Quelques jours plus tard, la fille en question meurt. Elle rêve de son père mourant suite à des coups tirés sur lui. Quelques jours plus tard, il meurt lors d'un jour de chasse. Lorsqu'elle rêve, ou cauchemarde, au choix, d'une autre scène, elle panique et se rend à la police. Elle ne se doute en aucun cas que ses révélations vont la mener dans un terrain glissant et qu'elle deviendra vite l'enjeu de toute cette mascarade...

Dans le même temps, un homme créé un jeu. Il se nomme Cèsar mais aime qu'on l'appelle Nada#1. le jeu consiste à faire vivre un jeu sur internet en grandeur réelle, dans une vraie vie. J'avoue ne pas trop avoir compris le principe, mais lorsque l'on en apprend plus sur le pourquoi de la chose, on ne peut que apprécier. Cèsar est un personnage très spécial mais que j'ai réussi à apprécier dès le début. C'est le grand méchant de l'histoire mais... quand on en sait plus sur lui, sa personne, sa vie passée, présente on ne peut que s'attacher à lui et être compatissant. Peut-être suis-je la seule, mais j'ai adoré ce personnage. Il a une force de caractère bien au-dessus de tous les autres. Il est intelligent, magnanime, aime jouer avec les nerfs des services de police.

Bref, je crois que Cèsar est mon personnage coup de coeur du roman. J'ai adoré le suivre, j'ai adoré son esprit tordu, j'ai adoré son jeu mis en place, j'ai adoré les chutes qu'il y apportait. Même si parfois, les situations lui échappaient, il savait rattraper le coup et remettre les projecteurs sur sa personne, pour qu'il soit « le roi », qu'on ne voit que lui, qu'on ne pense qu'à lui. Je pense que je me suis plus attachée à lui parce que je l'ai trouvé plus travaillé, plus profond, plus important.

Le livre est découpé en cinq parties. Si je devais choisir celle qui m'a le plus plu je dirais la quatrième. J'ai été transportée par ce nouveau « jeu », j'ai adoré l'adrénaline que j'ai ressenti, la peur pour les personnages, les questions que j'ai eu quant à l'issue du jeu. Bref, cette partie est ma préférée, d'ailleurs je crois que je l'ai lue très vite, tellement j'étais prise dans l'action. Au fil du roman, on apprend beaucoup de choses. Des réponses arrivent, des questions reprennent, l'intrigue se dévoile peu à peu. J'ai beaucoup aimé le fait que l'auteur nous mène en bateau, nous fasse croire des choses qui finalement n'avaient pas grande importance. Alors qu'on contraire, les choses importantes ne l'étaient pas pour nous.

Un dernier petit mot : lorsque l'on regarde la couverture la toute première fois, on arrive à s'étonner du choix de la tête de licorne. Puis, plus on avance dans le récit, plus cette tête de licorne devient une évidence et une logique implacable. Je voulais aussi saluer le travail de l'auteur, car je suppose que ce roman n'a pas été de tout repos, vu ce qu'il nous propose. Il a dû faire énormément de recherches pour en arriver à écrire ce genre de livre, car c'est vrai, c'est assez spécial, mais au final, intéressant.

Je pense que c'est cela, la base d'un bon thriller : nous mener en bateau, nous faire nous contredire, nous donner un peu d'adrénaline. Bref, l'auteur a réussi parfaitement à me faire ressentir tout cela. Bien que je ne me sois attachée qu'à Cèsar dans ce tome 1, j'ai apprécié ma lecture, après les 100 premières pages, le temps que l'histoire s'installe correctement. Après un début difficile, j'ai vraiment été prise dedans et j'ai lu très vite la suite. Les chapitres étaient en eux-mêmes courts et en plus entrecoupés de parties relatant les aventures de chaque personnage. du coup, de mon point de vue, c'était un bon point, car ainsi on voulait continuer l'aventure, savoir ce qu'il se passait pour les principaux, savoir l'issue finale du livre, en fin de compte. J'ai bien fait de persévérer avec ce début, car je ne regrette pas la découverte, même si cela reste une lecture simple mais agréable. J'en viens tout de même à avoir hâte de savoir la suite, savoir où l'auteur va nous mener, de quel jeu il va encore inventer une issue aussi rocambolesque que celui qu'on a déjà vécu.

Justine P.

« Quand ils furent arrivés, il s'arrêta brutalement au milieu de la chaussée, à quelques centaines de mètres de la gare. Il y eut un concert de klaxons derrière lui. Il ouvrit sa fenêtre, tendit son majeur.
— Une dernière chose, Sixie. Tu as parlé sur ton DKB de ma proposition... C'était parfaitement ton droit, puisque je ne t'avais pas précisé le contraire...
De nouveau, les klaxons. Cette fois, Cèsar ouvrit la boite à gants, en sortit un énorme révolver, qu'il brandit à travers la fenêtre ouverte. Il tira deux coups de feu vers le ciel – ou des amorces ? Les klaxons se turent instantanément. »

Sortie prévue le 12 septembre 2013 !
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz autour du livre "Réseaux" de Vincent Villeminot

Pourquoi Maud est-elle arrêtée ?

Pour avoir vendu de l'extasie
Elle est soupçonnée d'avoir participé à un attentat
Pour avoir soutenu Nada#1 lorsqu'il a enlevé le juge

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Réseau(x), tome 1 de Vincent VilleminotCréer un quiz sur ce livre