AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Martine Reid (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070349593
144 pages
Gallimard (30/04/2010)
3.62/5   258 notes
Résumé :
« Le monstre se fit entendre. Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu'elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d'un pas ferme, et d'un air modeste salua fort respectueusement la Bête. Cette démarche plut au monstre et, se retournant vers la Belle, il lui dit : " Bonsoir, la Belle. " »
Que lire après La Belle et la BêteVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 258 notes
Grande fan du dessin animé, j 'aime découvrir les histoires qui ont inspiré Disney.
J'ai d'abord été agréablement surprise par le texte que j'ai trouvé fluide, poétique et bien écrit. Il franchit bien le temps. Je me suis laissée charmer.
Quant à l'histoire, j'avoue avoir préféré celle de Disney pour plusieurs raisons.
L'aspect magique est beaucoup plus présent dans le dessin animé (j'adore la théière par exemple) alors qu'ici certains personnages ont été changés en animaux ou en statues. La magie réside essentiellement dans les rêves faits par Belle et dans lesquels apparaît un beau jeune homme qui lui parle mais aussi par la présence et le rôle important des fées.
Ensuite dans le dessin animé j'ai aimé que La Bête soit un jeune homme punit pour sa méchanceté et qui arrive à changer. Dans cette histoire, le jeune homme est injustement changé en monstre.
La 2ème partie de l'histoire s'intéresse beaucoup aux fées et aux origines de Belle. J'imagine qu'à l'époque il était inconvenant qu'une fille de commerçant épouse un fils de roi. C'est pourtant ce qui m'a charmé dans le dessin animé. J'ai moins été séduite par cette partie explicative de l'histoire.

Une lecture agréable et une découverte intéressante d'un pan de l'histoire que je ne connaissais pas.
Commenter  J’apprécie          520
Quand j'étais petite, j'adorais La Belle et la Bête, version Disney et je serai bien incapable de vous dire combien de fois je l'ai vu....
Les fêtes approchant, j'ai eu envie de magie et de contes et je me suis donc plongée dans le classique de Madame de Villeneuve.
Et la magie a encore opéré puisque je ressors enchantée par cette lecture.

Tout le monde connaît l'histoire, le père de famille qui fait faillite et sa fille cadette qui lui demande une rose comme cadeau. le père décide d'en cueillir une mais la bête arrive et la fille décide de se sacrifier plutôt que de sacrifier son propre père.

Toute la première moitié du livre est exactement la même que Disney mais la suite du texte est assez surprenante. Je ne vous en dis pas plus car je vous conseille vraiment cette lecture......

J'en ai profité pour découvrir le film sorti sur les écrans en 2014 et autant vous dire que je suis rester sans voix tellement j'ai adoré.

Les acteurs jouent a merveille, et de plus j'adore Vincent Cassel donc forcement, je l'ai trouvé excellent.

Le coté conte, enchanteur est bien présent et même adulte, on regarde ce film avec des yeux d'enfant.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
Commenter  J’apprécie          411
J'étais curieuse de découvrir le conte à l'origine d'un des plus grands succès auprès des enfants, et berceau d'un couple mythique réuni malgré ses différences.

J'ai d'abord découvert que le titre "La Belle et la Bête" ne faisait pas qu'associer deux êtres mais recelait aussi deux histoires, d'abord celle de la Belle puis celle de la Bête, narrées l'une après l'autre dans un ordre antichronologique. Celle de la Belle présente pour moi le plus d'intérêt, conforme aussi à ce que je connaissais du conte adapté par Disney dans mon adolescence. La seconde est plus au moins une explication longuette des raisons par lesquelles un prince a été changé en monstre par une fée vindicative.

Le verbe du XVIIème siècle semble un peu pesant aujourd'hui, ampoulé. Normal, logique mais au final, la beauté originelle de la langue semble se faner, comme une rose dont les pétales tombent irrévocablement avec le temps.

Ce que j'ai le plus apprécié, c'est l'atmosphère magique de ce conte (je ne vais pas vous le raconter) et la touche très fantasy avant l'heure avec pas mal d'anthropomorphisme.

Ce que j'ai le moins apprécié, c'est le fait qu'une happy end ne semble possible que parce qu'après avoir été séduits malgré leurs différences, les amants sont à nouveau moulés dans un même moule comme si, définitivement, la beauté ne pouvait s'associer à la laideur et vivre en harmonie. Enfin, c'est de la littérature et un conte, ne soyons pas tentés d'y voir de la réalité... de peur de constater que nous vivons dans une société aux codes fantasmés.


Challenge RIQUIQUI 2022
Challenge ABC 2022/2023
Challenge COEUR d'ARTICHAUT 2022
Commenter  J’apprécie          310
La Belle et la Bête est un de mes contes préférés - et aussi un de mes Disney préféré : ben oui, La Belle est la seule princesse qu'une belle bibliothèque bien remplie peu combler et en plus elle est coquette !

C'est donc tout naturellement que j'ai voulu lire l'une de ses "vraies" versions. Après cette lecture je me dis que Cocteau s'en est beaucoup inspiré pour faire son film et y est plus fidèle que Walt Disney qui a bien plus taillé dans le vif pour enlever beaucoup des personnages et intrigues secondaires qui n'apportent - il est vrai - pas grand chose au récit mais correspondent plus aux goûts pour la féérie d'une époque bien précise. En ce sens, si la première partie de l'histoire a pu garder tout l'enchantement qui caractérise cette histoire, la seconde partie m'a plus ennuyée.

Un élément à ne pas négliger toutefois : Madame de Villeneuve a divinement bien écrit cette belle histoire d'amour qui montre que même les meilleur(e)s d'entre nous ne sont pas exemptes de vanités et d'une certaine forme d'ingratitude, et que l'une des conditions sine qua non de l'amour est le compromis.
Commenter  J’apprécie          210
J'avais pas mal d'appréhension à me lancer dans un texte dont je redoutais d'ennuyeux codes surannés faits de jeunes filles vertueuses et de phrasé ampoulé, mais la curiosité de me frotter au texte original de ce mythique conte l'a emporté. Et c'est tant mieux, car cette lecture fut délicieuse!

Rien d'étonnant à ce que Jean Cocteau ait été emporté par son atmosphère; ma grande surprise a été de découvrir que l'onirisme des scènes se déroulant dans le château de la Bête n'était pas une pure création de sa part, mais qu'il est déjà bien présent dans le texte original mêlant descriptions réellement envoûtantes et rêves fortement sexués. J'ai adoré ces passages où la Belle découvre les trésors que recèle chaque pièce du château, et déambule comme une belle ombre dans ses jardins habités de statues en sommeil.

L'autre agréable surprise a été de découvrir le conte dans son ensemble, avec sa deuxième partie gommée par toutes les adaptations modernes qui en ont été faites. On y bascule résolument dans le merveilleux, avec combat entre bonnes et mauvaises fées et sortilèges déjoués.
Un ravissement!
Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
Ne crois pas, la Belle, être si malheureuse que tu le parais. C’est dans ces lieux que tu dois recevoir la récompense qu’on t’a refusée injustement partout ailleurs. Fais agir ta pénétration pour me démêler des apparences qui me déguisent. Juge, en me voyant, si ma compagnie est méprisable, et ne doit pas être préférée à celle d’une famille indigne de toi. Souhaite ; tous tes désirs seront remplis. Je t’aime tendrement ; seule, tu peux faire mon bonheur en faisant le tien. Ne te démens jamais. Etant par les qualités de ton âme autant au-dessus des autres femmes, que tu leur es supérieure en beauté, nous serons parfaitement heureux.
Commenter  J’apprécie          70
Le père convenait que sa fille avait raison. Mais voyant dans la Bête tant de complaisance, il ne la croyait pas si stupide. L’ordre, l’abondance, le bon goût qui régnaient dans son palais, n’étaient pas, selon lui, l’ouvrage d’un imbécile. Enfin, il la trouvait digne des attentions de sa fille ; et la Belle se fût senti du goût pour ce monstre, mais son amant nocturne y venait mettre obstacle. Le parallèle qu’elle faisait de ces deux amants ne pouvait être avantageux à la Bête. Le vieillard n’ignorait pas lui-même la grande différence qu’on devait mettre entre l’un et l’autre. Cependant, il tâcha par toutes sortes de moyens de vaincre encore sa répugnance. Il la fit souvenir des conseils de la Dame, qui l’avait avertie de ne se pas laisser prévenir par le coup d’œil, et qui dans ses discours avait paru lui faire entendre que ce jeune homme ne pouvait que la rendre malheureuse.
Commenter  J’apprécie          40
Il est plus avantageux d'avoir un mari d'un caractère aimable que d'en avoir un qui n'ait que la bonne mine pour tout mérite. Combien de filles à qui l'on fait épouser des Bêtes riches, mais plus bêtes que la Bête, qui ne l'est que par la figure, et non par les sentiments et par les actions?
Commenter  J’apprécie          141
L'Inconnu, l'interrompant, lui demanda ce qu'elle ferait si le monstre essayait à le tuer, et si l'un des deux devait faire périr l'autre, auquel elle accorderait du secours.
"Je vous aime uniquement, répondit-elle; mais quoique ma tendresse soit extrême, elle ne saurait affaiblir ma reconnaissance pour la bête ; et si je me trouvais en cette funeste occasion, je préviendrais la douleur que les suites de ce combat me pourrait causer, en me donnant la mort. Mais à quoi bon des suppositions si fâcheuses, quoiqu’elles soient chimériques ? Leur idée me glace le sens. Changeons de propos."
Commenter  J’apprécie          50
Le monstre se fit entendre. Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu’elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d’un pas ferme, et d’un air modeste salua fort respectueusement la Bête. Cette démarche plut au monstre et, se retournant vers la Belle, il lui dit : « Bonsoir, la Belle. »
Commenter  J’apprécie          40

>Coutumes, savoir-vivre, folklore>Folklore>Littérature populaire orale (601)
autres livres classés : contesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (1150) Voir plus



Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
10945 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..