AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752909985
Éditeur : Phébus (03/04/2014)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 50 notes)
Résumé :
Jeanne et Toussaint, jeune couple d'ouvriers parisiens soudé par l'amour en dépit des aléas de la vie, voit son quotidien déchiré par la déclaration de guerre de 1914. Toussaint part au front tandis que Jeanne, ouvrière fleuriste, élève seule leur petite fille dans un climat de pénurie. L'absence est combattue par des lettres qui ouvrent sur une forme de communication jusque-là inconnue, maladroite parfois, bouleversante souvent. Fin 1916, Toussaint est blessé à Ver... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  27 juin 2015
Attention pépite ! J'avais déjà fortement apprécié le style d'Angélique Villeneuve dans Grand Paradis mais là, je dois dire que je me suis pris une claque magistrale. Vous savez, c'est ce livre que l'on referme en disant "waouh !" ; ce livre qui a fait une telle impression que l'on est obligé de lire un petit roman léger derrière car tout nous paraît fade, sans saveur littéraire.
Avec une écriture ciselée, un ton intimiste, poétique parfois, la romancière nous livre ici un épisode douloureux, conséquence de la Première Guerre Mondiale : le retour au domicile des gueules cassées. Elle ose montrer le quotidien, étaler les ressentis que l'on se gardait bien de montrer car trop honteux. La famille se devait d'être exemplaire envers ces hommes qui avaient combattu pour la Patrie. Pourtant, bien souvent, face à celui qui ne ressemblait plus à l'homme parti quelques années auparavant, qui n'avait plus aucune similitude avec le faciès d'un être humain d'ailleurs, le cercle familial éprouvait de la crainte, du dégoût, allant même jusqu'à préférer la disparition du soldat. Puis venait l'apprivoisement... apprivoisement d'un visage, d'un corps pour l'un, d'un individu pour les proches.
Ce qui me marque d'autant plus, c'est le fait que la beauté des mots met en relief la laideur, la noirceur du vécu des personnages. J'aime beaucoup ce genre et ces auteurs pas suffisamment connus à mon goût. Un grand bravo pour ce petit chef-d'oeuvre !
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          787
Erik35
  19 août 2018
ET POURTANT, ELLE EST REVENUE...
«Je veux que tu viennes pas»
La phrase sonne sec et définitif comme la ritournelle terrible d'une chanson réaliste d'une Fréhel ou d'une Berthe Sylva de ces années si lointaines. Pourtant, cette phrase sans appel, ce n'est pas pour faire musique que Jeanne se la remémore sans cesse, depuis ce jour terrible, l'un de ces jours froids et tristes de l'hiver 1917. Elle ne s'y fait pas, Jeanne. Elle l'a tant attendu, le retour de son Toussaint. Presque autant que la fin de cette guerre qui n'en finit pas d'en finir, depuis ces premiers jours de 14 où les généraux qui savent si bien ces choses-là l'ont assurée courte et rapide, la fameuse revanche. Blessé fin 1916 sur le front, Il est pourtant là, à quelques encablures de son logement de misère. Il est au Val de Grâce. Au «Vème Blessés» pour être précis : même les régiments de foutus pour le service ont un nom qui en jette, dans l'armée. C'est la guerre, faut bien voir les choses en grand.
«Je veux que tu viennes pas»
C'est pourtant ce que son homme lui a affirmée, sans réponse possible. Son Toussaint - le père d'un souvenir douloureux, Bella, que des poumons fragiles trahiront trop vite - papa de Léonie - Léo - par intermittence. Par parenthèse, plutôt. Celles que l'armée accorde, de loin en très loin, parce que le Fritz, lui, n'attend pas. Léonie ne sait guère à quoi ressemble son père, elle est trop jeune, l'a trop peu vu. L'armée, si :
«Caillet, Toussaint, classe 1907.
Cheveux : blond foncé. Yeux : bleus. Front : inclinaison verticale, hauteur moyenne, largeur moyenne. Nez : rectiligne, base relevée, hauteur moyenne, saillie moyenne, largeur moyenne. Visage : ovale. Taille : 1,79 mètre.
À renseignements physionomiques complémentaires, on avait noté, bouche : pleine. Menton : saillant.»
Un bel homme, ce Toussaint. Pas la beauté absolue sans doute, mais de celle qui plait tout de même à bien des femmes. Sauf que Léonie ne saura jamais la beauté de son père. Toussaint n'est plus que, est une de ces inmontrables "gueules cassées" et tout, de l'existence, en est désormais bouleversé. Déjà, à la dernière permission en Avril 1916, Jeanne avait ressenti comme la guerre l'avait abîmé, son homme. de l'intérieur. Mais elle se disait qu'une fois cette horreur tellement difficile à nommer, à qualifier, à se représenter, serait passée, il lui reviendrait, son homme. Mais là... Là ! Avec ce masque qu'il porte sans cesse, sa manière à lui de manger sans qu'on puisse rien voir de ce que sa bouche est devenue, avec ce mystère sombre qui l'environne. Avec ces mots QUI NE VIENNENT PLUS. le silence. le silence total dans lequel il s'est enfermé, son Toussaint.
«Je veux que tu viennes pas»
Une bonne partie du - disons le tout net : superbe et émouvant - roman d'Angélique Villeneuve tourne autour de cette phrase abrupte, sans concession et, malgré son apparence d'une brutalité terrible, d'une poésie à l'économie de moyen aussi troublante et efficace que l'ensemble de ce texte assez court mais percutant. À partir de cet instant où la vie de Jeanne bascule : parce que l'amour qu'elle éprouve inconditionnellement pour lui, parce que les marques modestes mais absolues de leur tendresse réciproque, parce que le respect constant de ces deux êtres l'un pour l'autre, parce que le regard que l'un peut offrir à l'autre semblent être remis en question par ces mots tellement évidents. Elle bascule dans des ailleurs inconnus, une géographie du couple qui la dépassent et qui l'effraient, et ce ne sont pas les malheurs que sa voisine et meilleure amie éprouve qui vont y changer grand chose, si ce n'est qu'elle est obligée, bien malgré elle et ses ressentis premiers, à relativiser la force universelle de ce qui l'afflige : après tout, contrairement à Sidonie qui a perdu, tout perdu, peu à peu, les uns après les autres, les sept hommes de sa vie - deux maris, cinq fils, même si seul le dernier, encore un gosse, est mort à la guerre -, elle l'a toujours, son homme à elle. Alors il va falloir tout reconstruire, tout reprendre d'une histoire qui débutait pourtant pas si mal, fors la relative pauvreté. Fors cette invitée surprise et fatale : la guerre. Sa cohorte d'horreurs.
À l'occasion d'un entretien avec la blogueuse Skriban*, Angélique Villeneuve explique «que, pour finir, Les Fleurs d'hiver n'est pas un roman historique, ni même un texte sur la guerre de 14. Il parle de la volonté qu'on peut avoir d'affronter le silence.» Sans aucun doute, le silence est-il une part essentielle de ce texte profond mais, par ses recherches (on songe à ces brefs chapitres intercalés au récits, résumant, avec une feinte froideur distante, certaines des pires évocations de cette machinerie à déshumaniser), par l'exactitude et l'immense empathie qu'elle éprouve pour et à travers sa Jeanne à l'endroit de ces femmes pauvres, en l'occurrence une ouvrière travaillant à la tâche et à domicile - elle confectionne des fleurs en tissu pour les belles dames de son temps. Des fleurs. Dans ce long hiver -, qui survécurent à ces années de folie et de faim ainsi qu'elles le purent ; pour cette sensibilité immense et cette capacité à éprouver la souffrance de ces femmes, de ces enfants, lorsque revint le père défiguré - et souvent rejeté de ses contemporains, comme des plaies que l'on cache -, Angélique Villeneuve fait oeuvre d'histoire, bien plus qu'elle ne l'affirme. Bien évidemment, il n'est pas question de la comparer ici aux oeuvres aussi terrifiantes que fabuleuses d'un Heinrich Maria Remarque, d'un Henri Barbusse et autres Roland Dorgelès, qui en furent les témoins directs et épouvantés. Nous ne sommes pas plus là Chez Sébastien Japrisot, Alice Ferney ni Marc Dugain, qui tentèrent, plus proche de nous, de comprendre cette "grande" guerre - Immense Boucherie -. Pour autant, avec une sensibilité incroyable, une capacité stylistique et émotionnelle impressionnantes, elle parvient à nous dire, à creuser l'intime de ceux qui vécurent cette monstruosité silencieuse - une fois à l'arrière - dans leur chair ou par leurs proches immédiats. Par ces qualités, l'autrice fait oeuvre de littérature historique au moins autant que ceux cités plus haut, quoi que par des voies détournées.
Mais c'est vrai, il ne s'agit pas ici que de CETTE guerre. Il s'agit, en définitive de toutes les guerres et de leurs cortèges de monstruosités et de monstres. Il s'agit aussi de toutes celles que les humbles, les mis de côté, les oubliés, les "sans grade" ont à mener, jour après jour, pour ne pas crever de faim, pour grandir dignement, pour être respectés et se respecter eux-mêmes. Pour vivre et même, souvent, seulement survivre. Pour aimer et pour s'aimer. En cela Les Fleurs d'hiver sont un magnifique roman d'Amour, sans concession, sans facilité, sans leçon trop évidente ni complaisance. de cette plume dense et légère à la fois, Angélique Villeneuve nous force à vivre, intimement, ce genre d'impossible. Et de nous demander si cet autre que nous aimons tant - avec la plus sincère des vérités - le serait encore après que le masque de sa peau fut à ce point brutalement déformé qu'on puisse en éprouver une certaine abjection...
Laissons encore un instant la parole à ces deux amants défaits - mais pas détruits -, et nous laisser envahir la pureté immédiate et vivifiante de cette langue, les ultimes mots, quand tout semble espoir à renaître :
«Jeanne offrira sa chair et toute la foi qu'elle a gardées, pour que cet homme sache revenir, elle, Jeanne, elle, sa chambre d'écho. Ils seront deux grands oiseaux d'eau aux gorges tressées.
Elle inventera. Il l'aidera. Ils sauront comment faire. Les sons, les mots viendront peut-être. Pour commencer, ils iront se dire par la peau.»
... Et de laisser le long soupir intérieur des dernières pages qu'on vit si fortes ne jamais tout à fait s'éteindre, une fois la dernière ligne lue, les mots, les craintes, les espoirs, le vécu, l'amour immense de Jeanne imprégnant tout à fait l'âme du lecteur. Plusieurs semaines après, ce soupir court encore...
* À retrouver ici : https://skriban.wordpress.com/2014/04/09/les-fleurs-dhiver-par-angelique-villeneuve/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
Annette55
  16 février 2015
Jeanne et Toussaint forment un jeune couple au début des années 1910: lui est ouvrier dans la chaussure, elle est fleuriste. Août 1914 déchire leur quotidien, Toussaint part au front,Jeanne se retrouve seule, à élever leur petite fille Léonie. Aprés quatre ans de guerre, dont deux passées à l'hôpital du Val de Grâce , service "des gueules cassées"et un message adressé à Jeanne: "Je veux que tu viennes pas....", clair, sans appel,douloureux pour elle, et son portrait en soldat,accroché sur le mur qu'elle ne pouvait plus regarder, Toussaint retourne enfin chez lui...
L'homme que Jeanne retrouve est changé, retiré en lui- même, muet, le visage partiellement dissimulé sous un bandeau....
Le couple doit vivre dorénavant en cohabitation avec un nouvel élément : le silence, celui de Toussaint, défiguré et traumatisé par la guerre...
Aprés l'absence et ses douleurs, La peur et les privations durant quatre ans,commence pour Jeanne , un combat , une rude bataille contre cet ennemi invisible afin de renouer les liens perdus: un chemin infiniment plus cruel que les privations, à parcourir ensemble et séparément....L'auteure explore l'indicible avec une sensibilité à fleur de peau, elle nous plonge dans la vie de ces êtres meurtris, détruits dans leur propre corps, le silence et les non- dits de Toussaint, le bandeau, une barrière insurmontable derrière laquelle il cache sa souffrance et sa peur d'affronter les autres..... A l'aide d'une plume ciselée et subtile, riche de métaphores visuelles et sonores, un regard sensible, et retenu, tendre et émouvant, Angélique Villeneuve nous donne aussi , sans pathos, de maniére poétique,un aperçu de la société française d'aprés guerre entre commémorations, célébrations des héros, traumatismes des soldats revenus du front, dureté des conditions de vie et immense solidarité entre les gens humbles.
Au final,un beau roman féminin, pudique ,fin et délicat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Tostaky61
  19 mai 2016
Je ne sais plus laquelle de mes amies « Babéliotes » m'a donné l'envie, dans une critique enthousiaste, de lire ce petit bijou, mais je ne l'en remercierai jamais assez et j'espère à mon tour transmettre ce plaisir de lecture au plus grand nombre.
1914, Mobilisation générale, Toussaint, jeune père de famille, part au front.
Jeanne, son épouse et Léonie, sa fille, l'attendront.
1918, après des mois de convalescence, Toussaint, grièvement blessé est de retour.
Vous trouverez sans doute que mon résumé est bien succinct, mais pas la peine d'en dire plus…
En 150 pages, Angélique Villeneuve fait vibrer chaque corde sensible de son lecteur.
On vit le quotidien de ses personnages au ralenti.
Chaque pas, chaque geste, chaque regard, chaque sentiment, chaque émotion sont ressentis.
On est dans la maison avec Jeanne, on est Jeanne. C'est à travers ses yeux et ses pensées que l'on vit cette histoire.
J'ai du mal à trouver les mots pour retranscrire les sentiments qui m'ont animé tout au long de ma lecture. Je voudrais simplement dire combien j'ai été touché par ce récit, par sa lenteur, par un style particulier ou l'auteur sort parfois d'une narration classique. (Ah ! le chapitre où s'alternent fabrication d'une fleur et reconstitution d'un visage, quelle idée de génie…).
Mais, là où l'auteure est au sommet, c'est dans le suspens qu'elle met, le temps qu'elle prend, pour faire découvrir à Jeanne, et au lecteur donc, le visage abimé de Toussaint.
Parce que le sujet du livre, c'est la guerre, bien sûr, la Première Guerre mondiale, comment elle est vécue, par ceux qui attendent, par ceux qui combattent, et comment on en revient, ou pas….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          435
Ydamelc
  26 juin 2016
Ce livre, je l'ai reçu pour mon anniversaire...
Ce livre, quand je l'ai déballé, je savais que c'était plus qu'un cadeau que je recevais !
Ce livre, la personne qui me l'a offert, l'a lu et m'en a parlé...
Sa voix, ses mots, les expressions sur son visage... C'était fort ! C'était grand ! Tellement beau, rayonnant, touchant !
J'avais vraiment trop hâte de le découvrir à mon tour et de le ressentir moi aussi avec une telle intensité !
Il y a des livres qui se dévorent et d'autres, comme celui-ci, qui se savourent...
Lentement, délicieusement !
Afin de sentir chaque saveur, chaque senteur...
La guerre s'achève... Toussaint rentre chez lui après 4 années d'absence, dont de longs mois de convalescence dans un service de gueules cassées...
Sa femme, Jeanne et sa fille, Léonie, ont dû s'organiser sans lui et vont devoir (ré)apprendre à vivre avec lui, auprès de lui.
Le (re)découvrir avec ses blessures et ses traumatismes.
Avec pudeur, délicatesse, lenteur et subtilité, Angélique Villeneuve, nous livre un récit poignant, saisissant !
Minutieusement, le visage dissimulé de Toussaint se dévoile...
Des effleurements, des murmures, des silences, des gestes lents, patients, sensibles, légers...
Chaque nouveau chapitre vient orner d'une nouvelle fleur, le bouquet, d'un geste habile et délicat.
Le résultat est resplendissant !
Arrivé à entremêler la création d'une composition florale et la chirurgie d'une reconstruction faciale, comme s'il s'agissait d'une même opération, c'est juste du grand art ! Quelle maîtrise !
Vous l'avez compris ! Ce livre est une pure merveille que je vous encourage à lire au plus vite !... Mais en prenant tout votre temps...
Merci encore pour ce "bouquet de fleurs" qui m'a ravie au delà de mes espérances !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   27 juin 2015
Tout lui revient.
C'est sa peur à lui qui est différente. Et pourtant.
Pourtant.
La peur.
Ici, rue de la Lune, ou avant, à Belleville, il n'a jamais eu peur. Pas peur d'elle, pas comme ça.

Il pense soudain au fromage. Là, dans sa musette, le gros morceau sec et d'un bel orangé qu'il garde depuis des jours. Le fromage, il se dit, le fromage pourrait être un laissez-passer, un cadeau de roi mage. sous sa paume, le renflement du havresac l'aide à se mettre en mouvement.
Il pose la main à plat sur le bois, et puis s'appuie, d'abord faiblement puis, prenant sa respiration, avec une belle ampleur.
C'est fait.
Il a poussé le battant mais reste sur le palier , bien droit, dans l'obscurité. Alors Jeanne, subitement, lève la tête, les yeux encore trempés du rouge des dahlias.

Si on leur demandait, maintenant, à l'un et à l'autre, il est probable qu'ils ne sauraient pas. Ce qui s'est passé. Ce qu'ils ont pensé, ressenti, à ce moment-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Erik35Erik35   18 juillet 2018
8

Au début de la guerre, on disait qu'on tiendrait facilement six semaines, mais qu'on ne savait pas ce qu'on deviendrait si ça durait six mois.

On disait que dans le Nord, c'était une vraie tuerie.

On disait qu'à Reims on mourait de faim.

On disait que leurs canons tiraient à huit cents kilomètres.

On disait que dans un village, les réfugiés mangeaient du pain mêlé de paille.

On disait que Joffre allait faire sauter toute une ville.

On disait que dans les tranchées c'était presque un palais, qu'on y prenait des douches tièdes et s'installait comme au spectacle.

On disait que des rangs entiers d'Allemands s'effondraient les uns sur les autres.

On disait qu'ils coupaient les mains des enfants, qu'ils mettaient le feu aux vêtements des adultes.

On disait que leurs obus ne faisaient que des bleus, que leurs shrapnels éclataient mollement, que leurs balles traversaient la chair sans rien déchirer.

On disait que malgré les efforts du pape Benoît XV, on n'aurait pas de trêve à Noël.

On disait que dans nos rangs les pertes étaient minimes.

On disait qu'il existait en Indre-et-Loire un hôpital pour enfants mutilés.

On disait qu'à partir du quinze, ils enverraient une bombe toutes les cinq minutes sur Paris.

On disait que le printemps, un matin, allait revenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Erik35Erik35   17 juillet 2018
La mobilisation.
Elle y réfléchissait encore.
La guerre.
Qu'est-ce que c'était, la guerre ? Une masse énorme, grise, impalpable, impossible. Incompréhensible. Ces mots-là, ceux de l'affiche et ceux des autres, n'étaient pas des mots pour eux.
Et pourtant, malgré son obstination et l'énergie qu'elle mettait à faire tournoyer dans sa tête mille arguments irréfutables qui prouvait qu'il s'agissait là d'une lubie, d'une trop grande précipitation du gouvernement ou d'une obscure affaire de militaires, sa certitude d'y échapper avec Toussaint se fissurait au fil des heures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
YdamelcYdamelc   26 juin 2016
Le premier soir, il leur faut rouvrir le lit-cage qui, depuis la dernière et si lointaine permission, gît contre le mur du fond.
Dans ce lit dont les montants de fer ne servaient plus qu'à faire sécher le linge derrière la table de travail, Léo s'endort mal, décollée de sa mère, et leurs chairs pareillement douces, leurs tiédeurs par le passé si souvent confondues s'appellent sans fracas, en un imperceptible grésillement qui persiste au- delà de la nuit. Elles se manquent.
Dans le grand lit partagé, malgré l'ampleur du corps qui prend une place immense et lourde, Jeanne a plus froid, se sent plus seule qu'avant le retour du soldat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Erik35Erik35   19 juillet 2018
Fermer les yeux.
Dormir.
elle va devoir se lever tôt. La nuit, dehors, sera la même nuit. À cause de ce qui s'est passé avec Sidonie, elle aura une demi-grosse de renoncules en plus de son programme quotidien à faire le lendemain.
Il faudrait laisser fondre. Au creux de son chignon, les pensées viendraient se mettre en rond et, petit à petit, dociles, suinteraient comme une huile chaude au travers des cheveux, des plumes et de la vielle laine du matelas. Les pensées tournoyantes feraient enfin place au sommeil.
Mais les pensées ne sont pas dociles. Elles tournoient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Videos de Angélique Villeneuve (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Angélique Villeneuve
SCOP Librairie Les Volcans Les Fleurs d'hiver - Angélique Villeneuve - éditions Libretto
autres livres classés : gueules casséesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1468 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..