AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0000DL61V
Éditeur : (30/11/-1)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Ils sont trois. Tribulat Bonhomet, personnage grotesque et suffisant qui ne croit ni à Dieu ni à Diable ; le docteur Lenoir qui peut-être, lui, croit au Diable ; et Claire Lenoir qui peut-être, elle, croit en Dieu. Ils sont trois, mis en scène comme pour une banale histoire d'adultère... Puis alors vient l'inquiétude. Puis l'effroi. Puis la mort. Puis l'horreur la plus noire...
Sous les yeux de Dieu et du Diable.

Source : Marabout
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
NMTB
  16 février 2015
Tribulat Bonhomet est tout sauf un héros. Je soupçonne Villiers d'avoir créé ce joyeux représentant du sens commun uniquement pour exercer son ironie. Il nous le présente rapidement dans quelques historiettes, en guise d'introduction, mais s'en détourne ensuite pour s'intéresser au couple des Lenoir, le véritable sujet de ce court roman.
Tribulat Bonhomet est donc une sorte de narrateur antiphrasique, il représente tout ce que déteste l'auteur, un homme au double-jeu, un scientifique de la pire espèce (positiviste), irréligieux, ennemi des arts ; et s'il semble lui donner du crédit en tant que narrateur ce n'est que pour le ridiculiser, en sautillant allègrement entre le premier et le second degré. Plus l'histoire avance plus Bonhomet, bien fier de lui, étale en toute naïveté son insensibilité, sa fatuité, sa misogynie et le fait qu'il ne comprend rien à ce qu'il se passe autour de lui. Il est par ailleurs un piètre médecin aux méthodes pour le moins surprenantes quand il s'agit de guérir l'addiction au tabac de son ami Césaire Lenoir, mais je n'en dis pas plus. le meilleur qualificatif à lui donner est celui d'imbécile heureux. Un personnage vide et impudent, au comique involontaire.
Un faire-valoir, en fait, au couple Lenoir qui représente deux intérêts antagonistes De Villiers et lui permet de développer une dialectique où s'affronte la foi et la raison. D'un côté Claire Lenoir, femme pieuse, guettée par la cécité, à la foi mystique, mais dont la conscience est rongée par un adultère commis avec un jeune officier. D'un autre côté Césaire Lenoir, homme de science, de savoir, passionné par la philosophie hégélienne, douteur même s'il admire la religion de sa femme tout en ne lui pardonnant pas son aventure extraconjugale.
Tout ceci se terminant sur une note fantastique, on peut dire que nous avons là un conte typique de Villiers-de-l'Isle-Adam, inhabituellement didactique toutefois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanLucT
  25 août 2012
Recueil de courtes histoires permettant de se faire une idée du "bon" docteur.
Dans l'histoire principale (Claire Lenoir), le docteur défend la Science,
face à un couple étrange où le mari croit au spiritisme et à l'après-vie
et la femme croit en Dieu.
Assez amusant à lire, court surtout ; pour ma part je conseillerais plutôt de lire
"L'Êve future" du même auteur.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
NMTBNMTB   16 février 2015
- Mais nous serons toujours en dépendance, reprit-elle, par cela seul que nous sommes forcés de penser. Il faut croire à la Pensée : nier ceci n’étant qu’une pensée encore. Et c’est pourquoi nous n’avons pas une action, pas une idée, pas un raisonnement, qui n’ait son principe dans la Foi. Nous croyons en nos sens, en notre doute, en notre progrès, en notre néant, bien que cela soit douteux, rigoureusement parlant, puisque rien ne se prouve. Le scepticisme le plus profond débute par un acte de foi.
Or, puisqu’il faut que nous choisissions, choisissons le mieux possible ! Et puisque la Croyance est la seule base de toutes les réalités, préférons Dieu. La Science aura beau m’expliquer à sa façon les lois de tel phénomène, je veux continuer à ne voir, moi, dans ce phénomène que ce qui peut M’AUGMENTER l’âme et non ce qui peut l’amoindrir. Si les mystiques s’illusionnent, qu’est-ce qu’un Univers inférieur même à leur pensée ? Dans la Mort, est-ce la logique de deux abstractions qui me rendra mon propre Infini-divin perdu ?
Non ! Non. Je fermerai donc les yeux sur un monde où mon esprit a l’air d’un étranger. Peu m’importe si les lois du mécanisme des astres sont pénétrées, puisqu’elles ne m’apprennent qu’une destruction certaine ! Tentations, que ces étoiles qui s’éteindront ! Illusion, que le « scientifique » avenir ! L’Histoire des temps modernes, c’est l’histoire de l’Humanité qui entre en son hiver. Le cycle sera bientôt révolu. Comme les sages des vieux jours m’en ont donné l’exemple sacré, je ne saurais hésiter, moi chrétienne et pécheresse, entre votre « siècle de lumières », et la Lumière des siècles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanLucTJeanLucT   25 août 2012
Quant à l’ancien député, ses « vers », suivant son étonnante expression, m’avaient échauffé la bile. C’était (autant que je puis m’en souvenir)
une sorte de pot-pourri de légendes sans suite, et, comme on dit,
sans rime ni raison. Il était question, là-dedans, de Mahomet,
d’Adam et d’Ève, du Sultan, des régiments de la Suisse et
des chevaliers errants : c’était, enfin, le capharnaüm le plus chaotique
dont cerveau brûlé ait jamais conçu l’extravagance.
Quelques bons mots, ça et là, – quelques appréciations justes,
ne le rendaient, à mes yeux, que plus dangereux pour les esprits faibles.
Je ne conçois pas qu’on ait nommé député un pareil individu :
ce recueil m’avait donné là, vraiment, une piteuse idée
de notre belle langue française.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanLucTJeanLucT   25 août 2012
Je remplis donc le salon d’un de ces éclats de rire qui,
répétés par les échos nocturnes, faisaient jadis, – je m’en souviens, –
hurler les chiens sur mon passage !… – Depuis, j’ai dû en modérer l’usage,
il est vrai, car mon hilarité me terrifie moi-même.
J’utilise, d’ordinaire, ces manifestations bruyantes dans les grands dangers. C’est mon arme, à moi, quand j’ai peur, quoique ma peur soit contagieuse :
ce m’est un sûr garant contre les voleurs et les meurtriers,
quand je suis dans les lieux écartés. Mon Rire mettrait en fuite,
mieux que des prières, les fantômes eux-mêmes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NMTBNMTB   16 février 2015
- Quand je pense la Lumière, continua-t-elle, mon très humble esprit coïncide avec ce qui fait que toute lumière peut se produire. L’Esprit, en qui se résout toute notion comme toute essence, pénètre et se pénètre, irréductible, homogène, un. Et, quand je pense la notion de Dieu, quand mon esprit réfléchit cette notion, j’en pénètre réellement l’essence, selon ma pensée ; je participe, enfin, de la nature même de Dieu, selon le degré qu’il révèle de sa notion en moi, Dieu étant l’être même et l’idéal de toutes pensées. Et mon Esprit, selon l’abandon de ma pensée vers Dieu, est pénétré par Dieu – par l’augmentation proportionnelle de la notion-vive de Dieu. Les deux termes, au bon vouloir de ma liberté, se confondent en cette unité qui est moi-même ; et ils se confondent sans cesser d’être distincts. Or, la Révélation chrétienne étant la conséquence et l’application de cet absolu principe, je n’ai pas à la traiter de « chimère qui a fait son temps » puisqu’elle est de la nature de son principe, c’est-à-dire éternelle, inconditionnelle, immuable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JeanLucTJeanLucT   25 août 2012
Et avec quoi voulez-vous que je vous réponde ? fit Lenoir en souriant.
Avec quoi me questionnez-vous ? – Vous niez la valeur du mot mot
avec le MOT lui-même.
Est-ce par gestes que vous voulez causer avec moi ?…
Le vent souffle, l’instinct hurle, l’idée s’exprime.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Auguste de Villiers de l'Isle-Adam (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Auguste de  Villiers de l'Isle-Adam
Sur Villiers, voici l'émission "Une Vie, une Œuvre », par Gilles Plazy, diffusée le 12 mars 1987 sur France Culture. Invités : Alan RAITT, Michèle GAZIER, Jean Didier WAGNEUR et Jean Louis JACOPIN.
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Concours : Gagnez la Bande dessinée La cellule Prométhée, Tome 1 : l'escouade 126

Quelle héroïne célèbre évoluait dans un Paris du début du 20 ème siècle peuplé de "monstres et d'êtres étranges" ?

Adèle blanc-sec
Bécassine
Laureline
Mélusine

10 questions
52 lecteurs ont répondu
Thèmes : ésotérisme , bande dessinée , paranormalCréer un quiz sur ce livre